Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Developpement Durable - Page 4

  • LES LIVRAISONS EN AMAP DE VANVES MENACES PAR LE COUVRE-FEU A 18H

    «En raison des réglementations sanitaires, l’heure du couvre-feu est maintenant à 18h depuis le samedi 16 janvier. Après concertations avec les producteurs et les membres du bureau, nous avons dû avancer la distribution de 16h00 à 17h30. Nous sommes bien conscients de la répercussion de ce changement sur votre organisation au quotidien» indiquait dans un communiqué et sur les réseaux sociaux l’AMAP le panier Vanvéen, l’un des trois existant sur Vanves avec  «les Paniers de l’échange» et  «les Radis en éventail»  qui ont poursuivis malgré tout,  leurs distributions dans le respect des conditions sanitaires et gestes barrières durant les confinements

    Leur mouvement a interpellé les pouvoirs publics pour e maintien des livraisons alimentaire : «Les Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP) ont prouvé leur utilité lors des derniers confinements, en apportant des solutions locales d’approvisionnement de denrées alimentaires de qualité et en garantissant une continuité de débouchés économiques pour les paysans, tout en respectant les règles sanitaires recommandées» indique le mouvement inter-régional des AMAP qui regroupe  plus de 2000 AMAP en France, ce qui représente plus de 100 000 foyers et 5000 paysans.  Les réseaux d’AMAP ont accompagné beaucoup plus de création d'AMAP cette année que les années précédentes. Cette croissance est une réponse concrète aux enjeux de transition écologique, de souveraineté alimentaire et de solidarité, identifiés comme prioritaires par le gouvernement dans son plan de relance pour les années à venir.  Cependant, aujourd’hui les livraisons en AMAP sont menacées par l’établissement d’un couvre-feu à 18H» indique-t-il

    « Même si les paysans pourront utiliser la dérogation pour motif de déplacement professionnel, les amapiens, eux (tous bénévoles et pour la plupart actifs) ne pourront pas se rendre aux livraisons.  De plus, si les livraisons sont décalées, les paysans, livrant plusieurs AMAP le même soir, ne pourront pas toutes les assurer. Le risque est donc de se retrouver dans une situation catastrophique pour les paysans avec une production impossible à écouler et la perte de débouchés. Les amapiens seraient, quant à eux, contraints de trouver d’autres modes d’approvisionnement, quitte à se tourner vers les grandes surfaces en amplifiant les files d’attentes, et les risques de contamination.  Dans les départements déjà concernés par un couvre-feu à 18h, les AMAP tentent de s’organiser en urgence, en avançant leurs horaires de livraisons, ou en les déplaçant le week-end mais la situation est intenable sur la durée et très compliquée pour les distributions situées dans les centres urbains» indique le Mouvement des AMAP qui appelle donc les pouvoirs publics à prévoir une dérogation permettant aux AMAP et à l'ensemble des circuits de vente directe, de poursuivre leurs livraisons alimentaire, hors domicile, pendant le couvre-feu, et ainsi assurer une continuité de partenariat entre paysans et consommateurs.

    C’est d’autant plus important que selon une enquête Ifop, 82 % franciliens  ont déclaré vouloir continuer à acheter plus de produits locaux après la crise car ils sont bons pour la santé, ont meilleur goût et sont bénéfiques pour la planète. 89% estiment qu'il s'agit d'un acte citoyen, l'expression d'une marque de solidarité avec les producteurs locaux mis en difficulté pendant la crise. Et 87% souhaitent ainsi contribuer à soutenir l'économie nationale.

  • LES SOEURS BENEDICTINES DE VANVES INAUGURENT LE TRI SELECTIF

    Les bénédictines de Vanves ont entamé, à l’occasion de premier confinement, une réflexion sur la transition écologique de leur communauté, indiquait le Blog au printemps en dernier, comme ont commencé à le faire d’autres monastéres dans un groupe de travail « monastére vert ». Ce dernier a été créé à la suite d‘une initiative de la conférence des Evêques de France qui a lancé une réflexion sur une «Eglise verte» avec un groupe de travail qui devait présenter ses réflexions à la Pentecôte, mais le confinement en décidé autrement

    La mére prieure Marie Madeleine Caseau a créé deux groupes de travail dénommée « Antenne », l’un « écolo-économie verte », et l’autre «liturgie cérémonie verte », avec des résultats tangibles depuis cet été et la Rentrée. Les idées ne manquaient pas avec quelques réalisations qui ont déjà été en place : Un chauffage qui est au gaz de ville, en maintenant une température à 19° et non 25°, et non plus au fioul, une cuve de 1000 m pour recueillir l’eau de pluie, l’installation de leds pour l’éclairage, la consommation de produits frais et naturels, comme ces poulets d’un petit producteur que leur améne tous les quinze jours une de ses proches, avec des œufs frais, ou en aménageant un petit potager…

    Ainsi depuis cet été, cinq ruches ont été installées dans leur immense parc (sur la photo) dont s’occupe une association. Depuis la Rentrée elles ont instauré le tri sélectif en y ayant consacré un budget de 700 € pour acheter une quarantaine de petites barquettes, grises pour le tout venant, jaunes pour les papiers/cartons, bleues pour le verre. Elles ont été installées partout à la cuisine, à l’office, au réfectoire, dans les blocs sanitaires. Les sœurs se sont formés grâce à des exercices pratiques et des QCM.

    C’est toute cette démarche qu’elles ont présenté voilà une quinzaine de jours, à l’occasion de leur premier « dimanche écolo » à travers des échanges, une visite, la projection d’un film et d’un diaporama. Sachant que les bénédictines s’étaient déjà mises depuis longtemps au compostage pour leurs déchets verts  - deux brouettes par jour –qu’elles déposent dans un lieu dédié au parc F.Pic grâce au feu vert de la mairie.

    D’autres dimanche écolo devraient permettre d’aborder d’autres thémes à partir de leurs expériences pratiques… si la crise sanitaire le permet à cause du confinement qui empêche, pour l’instant, les messes, les réunions, les échanges et les contacts, sauf via Internet et Zoom.  Enfin, en   ce qui concerne la liturgie verte, elles ont institué un «Lundi Lectio » tous les premiers lundi du mois entre 20H et 21H pour lire et méditer la parole de Dieu sur ce théme et à partir de l’encyclique «Laudato Si » du pape François, là aussi reporté jusqu’au déconfinement.

  • VANVES VA PARTICIPER A LA TRANSITION ECOLOGIQUE DE L’ILE DE FRANCE GRACE A LA COP REGIONALE

    L’un des résultats de la première COP régionale en IDF qui s’est jouée à guichet fermé, voilà une quinzaine jours  avec plus de 1000 participants, est ce budget participatif auquel participe Vanves qui a présenté trois projets au suffrage des Franciliens «On s’appuiera sur la participation citoyenne  et l’hyper décentralisation» a promis Valérie Pécresse, présidente de la région qui souhaite associer les franciliens à la mise en œuvre des 192  propositions pour la reconstruction écologique de la région qui en est ressortie qui serviront de socle à l’acte II du plan de relance régional à la suite de la crise sanitaire. Il promeut trois objectifs : Une région ZEN (Zéro émission nette), ZAN (Zéro artificialisation nette) et une région développant l’économie circulaire. Avec la création GIEC régional avec la participation de chercheurs franciliens  et d’experts climat pour réaliser des travaux de recherche et de prévision climatique à l’échelon régional, car l’IDF est l’une des régions les plus touchées d’Europe par le réchauffement climatique.

    Que retenir de ses 192 propositions qui vont concerner les vanvéens comme les franciliens :

    Pour la région ZEN :  Electrification de 100% des bus. Etendre à toutes les stations de métro l’expérimentation actuellement en cours dans une vingtaine d’entre elles de dépollution de l’air intérieur qui a donné des résultats avec -20% de pollution. Développer les bulles d’air dans les écoles comme c’est expérimenté dans une école de Poissy, financer des dispositions de purification de l’air et de puits carbone dans les écoles et les crèches. Automatiser les lignes 4 et 13 du métro, après les lignes 14 et 1. Développer la filiére rétrofile pour changer les moteurs des voitures thermiques en moteur électrique, ainsi que la conversion à l’électrique de vélos classiques…

    Pour la région ZAN : Lancement de la révision du SDRIF (Schéma Directeur de l’Ile de France)  pour en faire un SDRIF environnemental afin de la réadapter grâce à nouveaux objectifs qui s’impose aux PLU communaux et intercommnaux comme à Vanves qui densifie, aménager 1000 ha d’espaces verts, 150 km de berges, planter 500 km de haies d’ici 2030 et 10 000 arbres et arbustes dans les lycées, accompagner 100 Villes dans la désimperméabilisation des sols, créer 4 nouvelles naturelles réserves régionales   et un 5e PNR (parc Naturel Régional) avec le futur PNR de la Brie et des deux Morins. Soutenir 100 projets d’îlots de fraicheur dans les communes, aider à la rénovation de 50 000 logements passoires thermiques dans le parc HLM, trouver une alternative aux chauffages de terrasses et de restaurants grâce à un AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt). Il s’agit aussi de favoriser la réémergence de filières pour développer les cultures (vigne, champignon, cresson, poires de Groslay, cerises de Montmorency), poursuivre la mesure COVID de soutien à la vente directe agricole (drive fermier, boutique coopérative, box fermiére, Amap).

    Enfin, une Région «circulaire» est la deuxième phase d’un plan déchet régional lancé voilà un an et voté lors du conseil régional dela semaine dernière. Il repose sur 10 leviers : Accompagner les territoires avec, par exemple, un appel à projet pour le recyclage des masques ; soutenir 200 projets de surecvclage, de réemploi et de réparation pour rallonger la durée de vie des équipements des franciliens d’ici 2025 ; financer 100 projets pour développer la consigne de verre pour réemploi d’ici 225, créer une «Mine urbaine» Smart lab pour développer des procédés innovants pour transformer les déchets de nos villes en ressources et intégrer les matériaux issus du réemploi et renouvelables dans la construction ; populariser «l’emporte restes» selon une expression québécoise (doggy bag) dans la restauration pour lutter contre le gaspillage alimentaire, avec les syndicats de la restauration ; installer 2000 composteurs collectifs (immeubles, quartiers, établissements)…

    Ces 192 mesures auront sûrement, dans le temps, des implications dans la vie quotidienne des vanvéens comme des franciliens, vu leur ampleur et leur diversité. Et cela commence par ce budget participatif auquel participe la ville de Vanves