Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

géothermie

  • LA GEOTHERMIE A VANVES : UNE OCCASION MANQUEE

    «La géothermie est l'un des atouts majeurs de la région Île de France en termes de diversification des ressources, en tant qu'activité locale et créatrice d'emplois et comme source d’énergie propre. D’autant plus que dans le sous-sol du sud parisien il y a une nappe à 80/90 degrés» constatait le SIPPEREC dans une étude consacré à la géothermie en recensant les opérations réalisées ou en projets : 4 doublets géothermaux au DOGGER et 4 réseaux de chaleur nouveaux (Arcueil/Gentilly, Bagneux/Chatillon, Rosny/Noisy le Sec/Montreuil, et Grigny/Viry Chatillon) représentant 40 000 logements et 100 000 personnes qui permettent d’éviter l’équivalent, en émission de CO2, de 40 000 voitures par an. Des projets sont en cours de lancement  et des études de faisabilité concernent Malakoff/Montrouge (92) à défaut de Vanves

    Le SIPPEREC a financé une étude sur un schéma directeur réseaux de chaleur dans les Hauts de Seine avec le département des Hauts de Seine, l’ADEME,  la Région Ile de France. Son objectif était d’aider les collectivités à réaliser un exercice de projection à l’horizon 2030 de programmation de travaux pour le raccordement de nouveaux quartiers à des réseaux de chaleur. Les Hauts de Seine compte une vingtaine de réseaux de chaleur. Des projets de réseaux sont en cours de développement à Asniéres, Nanterre, Rueil et Malakoff. «Une telle exploitation suppose toutefois des investissements financiers conséquents. Du coup, elle ne peut être envisagée que dans des secteurs à forte concentration de logements (au moins 3000 équivalent-logements dans un rayon de moins de 3 à 4 km). Les ensembles neufs construits dans le périmètre du réseau, s'ils sont équipés d'émetteurs basses températures, peuvent être chauffés sur les retours du réseau. La fourniture d'eau chaude sanitaire est une application complémentaire de la géothermie qui contribue à l'utilisation permanente de l'installation» explique t-on au SIPPEREC.

    Et c’est le cas du territoire de Malakoff qui dispose d’un potentiel certain en matière de géothermie de très basse, basse et moyenne énergies qui n’est pas exploité. «Nous travaillons sur ce dossier depuis plus un an et demi. L’étude de schéma directeur des réseaux de chaleur des Hauts-de-Seine réalisé par le SIPPEREC révèle un potentiel intéressant de production géothermique sur les territoires  de et autour de Malakoff. Notre territoire est très porteur dans ce domaine là. Comme il y a possibilité, nous étions décidé à y aller, car nous sommes une ville en transition (écologique et énergétique)» explique Jacqueline Belhomme (FG/PC) le maire de Malakoff.

     «Mais seul c’était impossible, il fallait pouvoir le faire avec d’autres villes».  L’accord s’est fait avec Montrouge – pas avec Vanves car sa municipalité craignait que les travaux se traduisent par de nombreux chantiers et tranchées  dans la chaussée, ce qui est toujours impopulaire, à la veille de municipales  – car le potentiel de logements raccordable existe (10 000) dont 6 à 7000 logements  à Malakoff en collectif, avec des écoles, des équipements sportifs, ces créches… ». De surcroît Malakoff disposait d’un  terrain disponible pour accueillir l’usine de production enterrée avec ses deux puits de forage, une pompe à chaleur pour faire remonter l’eau, ces installations techniques de distribution,  ce qui représente une parcelle de 5000/7000 m2 :  le stade Lénine prés de RFO, et de la station Malakoff-Plateau de Vanves de la ligne 13. Le projet devrait voir le jour en 2023 et le chantier commencer après les Municipales de 2020

  • A COTE DE VANVES, ISSY INAUGURE SON ECO-CYBER QUARTIER DU FORT

    Le nouveau éco-cyber quartier du Fort d’Issy à côté de Vanves sera inauguré aujourd’hui à 11H par André Santini, alors que Vanves sera envahi par les participants à la Vanvéenne, et Issy les Moulineaux transformé en brocante géante dans son centre. La circulation va être très difficile dimanche matin. Ce quartier a fait couler beaucoup d’encre depuis son lancement voilà prés de 16 ans : 1600 logements répartis dans 18 immeubles sortis de terre grâce à un chantier colossal qui avait commencé en Février 2011, sur un terrain de 12 ha qui avait été au cœur de la guerre de 1870, acheté à l’Armée au terme d’une longue négociation 

     

     « Il a fallu attendre la Saint André 2009 pour officialiser la cession du fort d’Issy à la ville, soit 16 ans, selon l’idée lancée par Alain Richard, ministre de la Défense de Lionel Jospin d’échanger le fort contre un immeuble de bureau » raconte l’inoxydable député maire UDI,  en faisant les comptes : « Cette affaire n’en a pas moins usé 2 présidents de la République, 4 Premiers ministres et 3 ministres de la Défense ».  Et le chantier a été retardé car il a fallu déminer le terrain dont le sous-sol était envahi par prés de 4000 obus tombés sur le siége de Paris qui avait duré 130 jours et marqués par de très violents combats. Malgré tous ces aternoiements, le projet conçu par le cabinet Arhitecte Studio (auteur du Parlement Européen,  du bâtiment France à l’exposition Universelle de Shanghaï) n’a pas bougé, et s’est même enrichi. « Nous avons développé toutes ces innovations (collecte pneumatique des déchets, géothermie, domotique dans les appartements etc…) parce qu’on a traîné. Nous avons lancé ce projet grâce à la crise alors que d’autres les ont arrêtés » expliquait André Santini lors de la présentation à la presse, mercredi dernier du système de collecte des déchets par pneumatique, auquel participait le maire de Vanves, en tant que vice président de GPSO chargé du Développement Durable, traduisant dans les faits,  l’idéogramme (japonais) de crise qui veut dire « opportunité ».

     

    4000 nouveaux isséens  au total, doivent bientôt vivre dans ce quartier, les premiers sont arrivés depuis le début du printemps,  où dans leurs appartements,  ils peuvent gérer contrôler à distance éclairage, chauffage, ventilation, reliés à la fibre optique. Ils bénéficient d’un chauffage par géothermie, d’une collecte pneumatique des déchets, bientôt d’une piscine régie par le feng shui avec deux bassins, un hammam, un sauna, un espace bien être… dans un bâtiment drapé d’une double peau ajourée composée de lamelles de bois et de façades translucides, évoquant les ondulations de la surface de l’eau et les flux énergétique du « qi ».  Un groupe scolaire en paille (pour l’isolation) devrait ouvrir pour la Rentrée 2013 avec une créche, sans parler d’un boulodrome couvert (pour la pétanque) estampillé THQE, d’un verger et d’un grand espace vert aménagés entre les bastions où seront plantés 513 arbres, avec une  promenade sur l’ancien chemin de ronde pour découvrir le paysage environnant, les casemates de l’ancien fort devant accueillir des équipements culturels, le futur musée du fort, un restaurant, des commerces… sans parler du siége de la Gendarmerie nationale inaugurée en Février 2012 par Nicolas Sarkozy.

     

    Le nouveau défi qui se pose à Issy les Moulineaux sera de gérer les circulations et les déplacements entre ce quartier situé dans les Hauts d’Issy et son centre et sa périphérie pour éviter la thrombose, avec des répercussions sur Vanves (notamment sur l’axe Général de Gaulle-Bd du Lycée) et sur lesquels s’étaient inquiétés quelques vanvéens dans des réunions publiques de quartiers antérieures. Ce qui avait amené André Santini à lancer ce projet de téléphérique sur lequel il a dû revenir sous la pression des écologistes. Bernard Gauducheau maire UDI de Vanves a regretté l’abandon de ce projet. « C’était innovant d’utiliser l’espace aérien un peu plus intelligemment. Je ne doute pas que cette idée verra le jour ! » - « Les nouveaux habitants qui arrivent me demandent « mais où est le téléphérique ? Alors qu’on en fait partout ! Mais nous allons recourir à des bus électriques pour relier le Fort au centre ville. Le STIF rechignait un peu, mais la RATP était sur le qui-vive ! » confiait le député maire d’Issy les Moulineaux. Une réunion publique est prévue lundi 3 Juin à 20H à la salle salle Rodin (68, rue de l’égalité à Issy les Moulineaux). Enfin, la construction de ce nouveau quartier a permis à André Santini mais aussi à Bernard Gauducheau  de défendre l’idée – et à l’obtenir – d’une gare sur la ligne 15 de Grand Paris Express au niveau du Clos Montholon/Gare de Clamart.