Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville vanves

  • LES ANNIVERSAIRES DE 2021 A VANVES (Suite et fin)

    D’autres anniversaires marqueront cette année 2021 à Vanves qui ont moins de cent ans et ne seront pas célébrés :

    Les 60 ans du tiers temps pédagogique lancé en Septembre en 1961 à l’école Gambetta et inspiré du « mi temps pédagogique et sportif » du docteur Max Fourestier qui a lancé les premières classes de neige en 1953 à la Féclaz 

    Les 50 ans de la piscine municipale inauguré en 1971 par André Roche maire de Vanves, Jacques Baumel président du Conseil départemental des Hauts de Seine dont le maire de Vanves était vice président chargé des sports. Elle porte le nom de Roger Aveneau qui a longtemps été un adjoint au maire de G.Orillard, puis de Didier Morin et surtout conseiller général ayant remplacé après son décés A.Roche

    Les 40 ans du centre commercial du Plateau alors dénommé Champion inauguré le 25 Mars 1981 et devenu « carrefour Market » qui vient d’être complétement rénové. Et de l’hôtel Mercure inauguré quelques temps après qui connaît une période très difficile avec cette crise sanitaire et a entamé une lourde rénovation et requalification, son directeur ayant pour projet de créer un bar à vin, mais il faudra attendre des jours meilleurs pour les bars/restaurants.

    Voilà 30 ans, le square Jarrousse avec son kiosque, sa pièce d’eau qui a disparue, était inauguré en Juin. D’autres événements avait touchée cette année 1991 avec la disparition de Gérard Orillard maire de Vanves (1980-1991) auquel lui succédait Didier Morin. Le Plateau était alors secoué par une explosion de gaz le 17 Octobre suite au suicide d‘une désespérée dont certains vanvéens se souviennent, nécessitant l’intervention de 8 casernes de pompiers. Enfin les premières places de stationnement payant de la ville étaient aménagées

    Voilà, 20 ans la nouvelle place Kennedy avec son allée centrale était inauguré. La brigade de gendarmerie était dissoute le 28 Décembre 2001, là où se trouve le commissariat de police. Enfin, le maire actuel de Vanves était élu pour son premier mandat. Il ne reste plus avec lui que Bertrand Voisine, Bernard Roche, Françoise Djian et Xavier Lemaire qui ont été élus sur sa liste en Mars 2001.  

    Enfin, voilà 10 ans déjà, l’îlot Cabourg avec ses écoles, son centre de loisirs et son espace Jean Monnet (ESCAL) qui ouvraient à la Rentrée 2011, étaient inauguré à la mi-Octobre,  ainsi que l’espace Tuileries sur la rue Jean Jaurés. Isabelle Debré était élu pour la première fois Sénateur en 2011, le futur PHARE dénommé alors service des Associations, s’installait dans l’espace Giner de la rue V.Hugoo

  • LA LISTE POUR VANVES, L'HUMAIN D'ABORD SANS PROMOTEUR, NI MINISTRE

    La liste « Pour Vanves, l’Humain d’abord (FG/PC) a été constitués avec des gens engagés sur des valeurs de gauche. Avec des melbres de différents partis, syndicats, des citoyens, des responsables du café associatifn, des employés, des militants pour la Paix, des des travailleurs pour l’environnement, des retraités, des artistes, d’ingéniers…Mais pas de promoteurs, ni

     membres  du gouvernement » explique Boris Amoroz, conseiller municipal (sur la photo lors de sa réunion publique le 4 Mars sur protection sociale à l’école larmeroux ) qui conduit cette liste. Elle est composé de Sophie Polian, Yann Touchot, Carole Gargot, Matthieu Mortelette, Françoise Baqué, Benjamin Bennequin, Annie Térade, Arthur Perrin, Josette Basset, Adrien Champougny, Gaëlle Daireaux, Pascal Visine, Daniéle Barat, Roger Fenoglio, Jennifer Creff, Hervé Tissot, Martine Eterradossi, Yves-Jean Gallas, Elora Champougny, Simone Guerot, Edith Boulanger, Antoine Batt, Madeleine Hivernet, Miloud Moussaoui, Nathalie Dehon, Sylvain Jean, Héloïse Janeau, Constantin Papadoulos, Laurence Halpern , Patrick Orny-Jacquot, Nathalie Galeazzi, Etienne Bennequin, Mireille Burnan-Amoroz, Frédéric Touboul, Marion Guiburgeau, Antony Akiki

  • LES QUATRE VŒUX DU PERE CURE DE VANVES, BERTRAND AUVILLE QUI SOUHAITE UNE EGLISE OUVERTE A TOUS

    Les Vœux du pére Bertrand Auville, sont devenus depuis qu’il est curé de vanves et « pas seulement le pasteur des catholiques de vanves », un grand moment de convivialité du début d’année où personnalités, paroissiens, vanvéens, se pressent d’autant plus à 10 semaines d’un grand rendez-vous électoral, dans cette paroisse Saint François, un dimanche en fin d’après midi. De surcroit, Bertrand Auville qui a été chargé par l’Evêque Mgr Rougié du diocése, des relations avec le monde politique, y prend goût, d'autant qu'ils y avaient un ministre, une vice président du Conseil département, un maire etc...   

    «La paroisse est dans un territoire et un terreau, elle n’est pas un club réservé à quelques initiés, même s’il ne vous a pas échappé  que des sacrements à l’initiation chrétienne sont pratiqués (baptême, mariages…) mais la paroisse doit être une communauté fraternelle réunie au nom du christ. Cette communauté a dans son adn, de rayonner alentours, et les occasions sont bien nombreuses, qui permettent d’accueillir au-delà du cercle de  la messe hebdomadaire, célébrations familiales,  baptêmes, première communion, profession de foi, confirmation, mariages, funérailles, c'est-à-dire ces moments intenses de la vie d’une famille, qu’ils soient heureux ou malheureux, que beaucoup ont l’habitude de faire au sein de notre paroisse. Mais nos activités conviviales, caricatives font partie intégrant de la paroisse, car  une paroisse,  c’est tout cela et bien plus encore car il faut qu’elle rayonne, qu’elle se laisse aussi marquer par le monde, les hommes, la vie,  la ville». Et de rappeler cette phrase célébre du pape Jean XXIII «qui avait décidé de réunir un concile, Vatican II,  lorsque de vieux cardinaux un peu rassis lui demandaient ce qu’il en attendait. Il était allé vers la fenêtre , l’avait ouvert, en disant : « Voilà ce que j’attends pour l’église : de l’air frais ! » Nous avons à vivre de cet esprit du concile : il faut que notre paroisse ait ses fenêtres, ses portes, son coeur ouvert » a-t-il déclaré devant une assemblée attentive

    «A l’orée de la nouvelle année scolaire en septembre dernier, j’avais indiqué les quatre  projets que nous pouvions mettre en œuvre au cour de cette année pastorale en plus de la mission ordinaire : nous avons voulu développer l’intelligence de la foi, avec un  cycle de catéchése pour adultes, mais combler un manque, avec une proposition faites aux couples de se retrouver régulièrement, avec la création d’un groupe de priére une fois par mois le vendredi soir,  et lancer  des repas partagés pour permettre à des personnes isolées de pouvoir non pas seulement partager un repas, mais le  préparé ensemble, en élaborant un menu, en fausant le marché, en le cuisinant dont le premier se déroulera samedi prochain » a-t-il rappelé en indiquant, que ses heures libres, en dehors de la paroisse, étaient occupés par une mission confié par l’Evêque du diocése,  auprés du monde politiques, qui «recouvre bien des aspects dont un certain nombre confidentiels, mais aussi avec des réunions ouvertes au grand public comme ce sera le cas le 3 Février avec Bernard Cazeneuve, ex-premier qui viendra donner ses espoirs et ses inquiétudes sur la fracturation de la société » et la création, pour le diocèse, d’un groupe de réflexion pour essayer d’apporter un regard chrétien sur les questions de société, en revisitant à l’aune de la tradition chrétienne, notre belle a devise républicaine». Il croit beaucoup «en une église en dialogue, que le pape François nous rappelle sans cesse : « l’église du dieu fait homme, ne peut ne pas pas être en dialoguer avec les hommes,  l’église n’a rien à perdre mais elle a tout à gagner, en apportant à ce monde, sa foi, son  espérance et son amour»  

    Il a alors exprimé plusieurs voeux : «Le premier serait que ses vœux ne soient pas pieux ! c’est à dire des souhaits que celui là même qui les émet, est irréalisable. Les vœux pieux  ne sont jamais très loin des mensonge. Mon second est que les chrétiens vivent la parole incarnée, qu’ils soient des hommes de parole. Il me semble qu’il y a un statut chrétien de la parole ! Un chrétien devrait parler vrai, ce qui suppose que la parole prononcée soit appliqué, en luttant contre les bavardages creux et souvent stériles, tout en veillant  à avoir une parole pédagogique. C’est à dire que s’ils parlent,  ils doivent être entendu . A lui de trouver les mots qui conviennent, le bon ton, au bon moment pour s’adresser à son auditeur. Le  chrétien est celui dont la parole doit toujours faire preuve de de justice, de justesse et d’amour». Belle profession de foi de la parole

    «Au cour de cette année, je souhaite que l’on puisse redécouvrir  cette belle expression galvaudée concernant « le vivre ensemble» : quelquefois on en a assez de cette expression qui devient comme une anthiéme incantatoire que l’on nous ressert à tuutes les sauces, mais rendez vous compte de ce que voudrait dire son contraire : « vivre seul » ou « vivre contre l’autre », Nous n’en voulons pas, pas plus que d’autres. Les chrétiens sont des experts en humanité, pour contribuer à l’édifice commun de cette vie en y apportant leur pierre. Dans vivre ensemble, il y a le mot vivre, qui est la vie que l’église promeut et défend. Mon dernier voeu est écologique : nous reconnaissons la création comme notre patrimoine commun, dont nous sommes pas propriétaire, car ce n’et pas à la nature de se soumettre à sa loi, mais l’homme à la respecter en faisent le bien de tous. l’écologie, nous la voulons intégrale, le pape François a-t-il pas écrit dans son encyclique Lautato Si : «le ctri des pauvres et le cri de la terre sont un seul et même cri !» a-t-il conclu en cette nouvelle année qu s’ouvre où il sera beaucoup question de transition écologique et de lutte contre le réchauffement climatique