Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réchauffement climatique

  • VANVES MENACEE PAR DES EPISODES EXTREMES A CAUSE DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUES

    Selon une étude réalisée par un conseil de cabinet danois, Rambolt pour la mairie de Paris, la capitale et son agglomération proche dont fait partie Vanves, risquent de connaître de plus en plus d’épisode extrêmes, menacées par des canicules, des sécheresses, des inondations : Ainsi au lieu de 14 jours par an, la Métropole du Grand Paris pourrait connaître 22 jours très chaud en 2050, 34 en 2060, avec 35 nuits tropicales au lieu de cinq actuellement  «Les vagues de chaleur devraient être plus fréquentes mais aussi plus sévéres et plus longues» explique-t-on dans cette étude. Avec ces conséquences sur la santé : coups de chaud, déshydratation, problèmes cardio-vasculaires, avec des risques de surmortalité comme en 2003. «L’étude de Ramboll prouve d’ores et déjà l’urgence de passer de la ville d’Haussmann à celle du XXIe siécle avec moins de béton et plus de vert» expliquent les élus qui commencent à  végétaliser de nombreux espaces ou en multipliant les îlots de fraîcheurs accessibles lorsqu’il fait très chaud,  ce qui n’est pas le cas à Vanves où l’on bétonne, on densifie  et où on imperméabilise les sols, sans prévoir un PLU climatique à l’occasion de révisions successives.

    Le réchauffement climatique augmente fortement, de 40%, le risque de crues centennales et décennales de la Seine (Sur la photo  Issy les Moulineaux lors de la dernière crue), mais aussi le nombre de jours de canicule que subira l’agglomération parisienne. Dans les années à venir, «le volume de précipitations devrait légèrement augmenter et le nombre de jours de pluie plutôt baisser, avec une tendance à l'augmentation de l'intensité des précipitations et donc des risques d'inondation plus importants», résume-t-on dans la synthèse du rapport  face aux changements climatiques. Un épisode de crue majeure en région parisienne «serait susceptible de détruire ou perturber certaines infrastructures vulnérables et menacerait la qualité des eaux, avec un risque de pollution pour 1,3 million d'abonnés» comme le réseau d'assainissement, avec 20% des stations d'épuration situées en zone inondable. IL pourrait toucher 450 000 logements  et 100 000 établissements, la fermeture de plus de la moitié du métro, et de la majeure partie des ponts, et d’amputer de 40% la capacité hospitalière. Donc Vanves, sans être inondé serait touché dans ses conséquences sur la population. Enfin, à l'horizon de la deuxième moitié du XXIe siècle, la Seine pourrait pourtant voir son débit diminuer de 10 à 30%,

  • LA PHOTO DU JOUR A VANVES : LA NEIGE REBELOTE

    Vanves avait quelque peu connu une ambiance ouatée hier matin, avec peu circulation, contrairement à la veille au soir, beaucoup de places de stationnement libres, un parc Frédéric Pic tout blanc fermé comme les autres espaces verts (square Jarrousse sur la photo), un PMS André Roche où le chantier de requalification de la tribune n’a pas été arrêté par la neige, alors que quelques joggeurs courraient sur la piste enneigée. Les conversations du café du commerce tournaient autour du climat bien sûr : « Vous vous rendez compte. Il fait 6° au pôle nord alors que chez nous est descendu à -6° ! » n’en revenait pas un fidéle lecteur de libé prenant son café au comptoir du Relais de Vanvresen ajoutant : « c’est le monde à l’envers : Dans le nordde la France, il géle, et dans le sud, il neige! Regardez les images à la télé ! »

  • LES INTEMPERIES SUR VANVES ET L’ILE DE FRANCE RAPPELLENT LA GRANDE TEMPETE DE 1999

    Il parait que les vents ont soufflé jusqu’à 150 km/h en région parisienne, avec quelques dégats notamment des arbres qui sont tombé sà Malakoff, à Issy les Moulineaux le long de la Seine (RD7). Tous les parcs étaient fermés comme F.Pic à Vanves. Les médias se sont rappelés de la tempête Xynthia mais peu de la tempête de ce 26 Décembre 1999 avec des vents de 160/170 km/h qui avaient touchés Vanves et la Région parisienne très tôt le matin comme ce 3 Janvier 2018.

    Mais là, les dégats avaient été impressionnants : Une centaine d’arbres arrachés parc F.Pic dont toute la lignéedes peupliers (une quarantaine) entourant le bassin, provoquant sa fermeture pendant un mois. Un cédre s’était écrasé sur le toît du bâtiment principal de l’école du Centre, alor sque beaucoup d’écoles avaient subis des dégats, et un autre cédre du liban magnifique dans l’enceinte du pavillon de la Tourelle n’avait pas résisté au vent. Les baies vitrées de la piscine municipale avaient volées en éclat, provoquant sa fermeture pendant quelques mois. Le parc du lycée Michelet avait été touché avec près de 80 arbres abattus, sans compter des toîtures endommagées. Les sapeurs pompiers avaient fait prés de 60 intervenions entre 6H30 et 9H ce jour là à Vanves, 13 toîts ayant été abîmés, 190 antennes ou cheminées arrachées… 

    Ainsi Vanves l’a échappé belle Mercredi dernier, mais jusqu’à quand, car tous ces événements climatiques qui touchent notre commune et sa région, sont liés bien sûr au réchauffement climatique. Etils deviennent plus violents et plus fréquents