Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pavillon de la tourelle

  • L’ETRANGE MORT DE DOUBLET PATRON DE LA TOURELLE A VANVES

    L’émission «l’heure du crime » sur RTL est revenu le 26 Janvier dernier sur l'étrange mort de François Doublet, l'ancien chef cuisiner de Pompidou à l’Elysée, qui était  alors le patron du restaurant La Tourelle avec les témoignage de Claude Cancès, ancien patron du 36 Quai des Orfèvres,  Jean-Pierre Birot, ancien procédurier à la Brigade Criminelle et Michel Cohen-Solal, journaliste qui avait suivi l’affaire pour RTL. Une affaire  toujours non élucidée plus de 30 ans après qui marquée Vanves.

    Occasion de revenir sur ce 16 juillet 1978, lorsque le patron du restaurant « La Tourelle », est assassiné. Il est 2h45 du matin lorsque deux policiers du commissariat de Vanves aperçoivent une femme qui court le long d'un trottoir du boulevard Lameroux. Simplement vêtue d'un peignoir, elle est pieds nus et tient dans ses bras un petit bébé. Aux fonctionnaires en patrouille, elle lance ce cri : «Venez vite, mon mari a été tué à la Tourelle».  Les policiers ne font que quelques pas et tombent sur le corps d'un homme de forte corpulence, 1m70 pour 120 kilos, vêtu d'une chemise blanche. Il s'agit du mari de la femme affolée. Ce dernier était connu pour avoir été le cuisinier de l'Elysée sous la présidence de George Pompidou.

    Il s'est effondré sur le seuil de l'établissement après avoir sans doute ouvert la porte à son assassin. Un tueur à qui il a tourné le dos puisqu'il a reçu une balle dans la nuque. Les légistes indiquent qu'un seul projectile, tiré à bout portant, a suffi à ôter la vie du restaurateur. La mort a été rapide. L'arme utilisée est probablement un pistolet qui reste introuvable. Les enquêteurs ont fait vider le canal du parc F.Pic pour retrouver l’arme ducrime sans succés

    Larissa Doublet, l'épouse de la victime, en état de choc, indique qu'elle était aux premières loges quand le meurtre s'est produit. Il était presque 2h00 quand elle a entendu un coup de feu. Elle dit avoir été terrorisée et s'être réfugiée pour se cacher sur la terrasse. Elle y est restée une bonne demi-heure dans la crainte que celui qui a tiré visite la demeure. Quand elle est enfin redescendue, François Doublet était mort…Les enquêteurs de la brigade criminelle ne constatent aucune effraction. Sur une petite table, à l'entrée du restaurant, deux verres ont été posées et une bouteille de Champagne provenant de la cave de La Tourelle est ouverte. Les empreintes de la victimes figurent sur un verre, mais rien sur le deuxième verre, ni celles d'un inconnu, ni celles de Larissa.

    Mais les policiers s'interrogent sur le comportement de cette femme qui n'a donné l'alerte que très tardivement. Elle dit avoir été tétanisée par ce qui se passait à l'étage du dessous, au point de n'avoir pas alerté un car de police qui passait devant le restaurant… « Durant son audition, Larissa Doublet a semblé bafouiller sur une question de Pierre Ottavioli (officier de police) et Claude Cancès : «On a senti qu'on était à deux doigts de la vérité. Pierre Ottavioli a posé la bonne question. Larissa Doublet était paniquée, par contre Pierre Ottavioli n'a pas percuté qu'il a posé la bonne question et a enchaîné sur une autre question. Et là, nous sommes passés à deux doigts d'un témoignage où l'on aurait su ce qui s'est passé» explique Claude Cancès, l'ancien patron du 36 Quai des Orfèvres» 

    L’affaire a fait pendant plusieurs mois la Une de l’actualité. Soupçonnée du meurtre de son mari, Larissa Doublet a finalement été innocentée deux ans plus tard.

  • VANVES VOTE SON BUDGET 2021 DE 66,2 M€ AVEC QUELQUES REPONSES AUX QUESTIONS PRECISES DE L’OPPOSITION

    Les conditions exceptionnelles dans lesquelles s’est déroulé le conseil municipal – présence de la moitié des élus, espacement plus large entre les conseillers municipaux, réduction du nombre de place réservée au public – malgré tout s’explique malgré tout, comme cela a été explicité par le maire de Vanves, par le fait que le vote du budget annuel d’une ville est l’acte le plus important de l’équipe municipale en place, comme ce fut le cas samedi dernier.

    « Comme je le rappelais le 6 février lors du débat d’orientation budgétaire (DOB), nous restons raisonnablement optimistes sur le redémarrage de l’activité, malgré l’extension des mesures de restriction et la nouvelle fermeture de commerces. Nous devrons intégrer l’ensemble des conséquences de la crise sanitaire sur le plan financier qui seront mesurables à partir de juin 2021» a déclaré Bernard Gauducheau qui reste raisonnablement optimistes s’agissant de la mise en œuvre du plan d’investissement sur la mandature, car les opérations prévues dans le  programme municipal pourront être menées, notamment les projets Ecoles du Parc et Médiathèque. «Grâce à la bonne tenue des soldes de gestion, une ép,argne disponible de 3 M€ et un endettement modéré de la ville qui restent très favorables et n’ont pas été érodés par la crise. Cette année encore, la ville n’augmentera pas les taux des impôts locaux, car il est inconcevable de pénaliser les foyers déjà durement éprouvés par la crise». Il n’empêche que la suppression de la taxe d’habitation de 80% des foyers vanvéens va représenter une perte de 14 M€, même si le transfert de la TFPB départementale devrait la compenser à hauteur de  4 M€, et par une contribution de l’Etat de 10 M€ pour Vanves sur laquelle beaucoup de maires s’interrogent sur sa pérennité par la suite

    Ainsi le budget de Vanves 2021 se monte à 66,2 M € dont 44,3 M€ en fonctionnement et 21,9 M€ pour l’investissement a détaillé Bertrand Voisine, maire adjoint chargé des finances. «Pour traiter le mieux possible les effets de la crise, nous privilégierons cette année des mesures permettant de développer l’entraide sociale, les liens de solidarité et l’engagement dans le bénévolat, soutenir nos commerces de proximité, accompagner les domaines du sport et de la culture, accentuer notre action en faveur de notre jeunesse particulièrement éprouvée par la crise» ont-ils indiqué.

    Au lieu d’entrer dans de longues déclarations pour expliquer pourquoi ils s’abtiendront (LREM)  - «Ce budget est la traduction de votre programme que vous mettez en œuvre. Vous avez su vous adapter à ce contexte sanitaire avec ses impacts sur les dépenses et les recettes» a indiqué JC Le Goff (LREM) quia voté le budget du CCAS car en accord avec ses orientations, et notamment la création d’un soutien financier aux jeunes (boursiers) - ou voteront contre (EELV) – «Ce budget refléte la vision de la majorité contre on votera contre» - les élus de l’opposition ont plutôt posés des questions très techniques ou détaillés sur czrtains points ou dossiers en cours, auxquels les maires adjoints ont répondu   

    -Les travaux de rénovations énergétiques e thermiques : «La ville fait des investissements dans les travaux d’isolations dans nos bâtiments municipaux» a répondu Pascal Vertanessian en citant la Piscine

    -La ventilation des dépenses de personnel, Pierre Toulouse (EELV) prenant en exemple la police municipale  où on a le budget total consacré par la ville, mais pas ce qui est consacré à son personnel

    - La pérennité de la subvention versée à Vanves basket par GPSO alors que son président s’est tournée vers le Club de Levallois, et que ses résultats ne sont pas mirobolants, ayant perdu ses 14 derniers matches a remarqué P.Toulouse (EELV). «Il faudra clarifier les choses concernant l’équipe de basket » a laissé entendre le maire  avec sa maire adjointe chargée des sports,  A.C. Cahen, qui a ses derniers temps,  montré sa volonté d’apporter quelques modifications dans la politique sportive de la ville et de d’en savoir plus sur la façon dont la subvention versée par la ville au Stade de Vanves, est répartie entre les sections 

    - Le Pavillon de la Tourelle (sur la photo) soulevé tant par EELV et LREM dont les locataires paient un loyer de 41 000 € par an (inférieur à celui du Tout Va Mieux de 120 000 € par an) intégrant une réduction au coût  des travaux de rénovation  qui avait été estimé pour 87 000  € mais augmenté à 180 000 € qu’il devrait mener, notamment sur les menuiseries extérieures et la tourelle. «Il n’y a pas eu d’entretien du précédent locataire qui avait pourtant réaménagé la grande salle» a indiqué Bernard Gauducheau qui reconnait que « nous n’avons pas réussi à trouver un repreneur  qui ait les reins solides pour mener de tels travaux». Pour l’instant, le locataire serait revenu sur son engagement obligeant de mener et financer une partie des travaux,  la ville  devant les financer pour entretenir les bâtiments

    - L’animation de Noêl du Marché avec un financement de 1000 € pour un photographe, Séverine Edou s’étonnant de cette subvention alorsque l’animation est prise en charge par EGS et les commerçants. «Cette aide est  prévu lorsque le budget animation est dépassé» a répondu Christiane Vlavianos, maire adjointe au commerce qui en a profité pour indiquer que la ville fait un sondage auprès des commerçants  via son nouveau manager du commerce, pour reconstituer une association de commerçantsde Vanves, le GEV ayant disparu depuis plusde 5 an.   

    - L’action sociale : «Elle est déterminante durant cette crise  qui met chacun des intervenants devant ses responsabilités. C’est une des missions essentielles du département. Or à l’heure actuelle, il n’honore passes engagements. Nous sommes obligé de négocier avec lui pour qu’il le fasse, sachant que le crise ne facilite pas les choses. La ville ne viendra pas combler ses manquements, car cette compétence n’est pas sa mission. Mais on a cherché à le pousser à se remettre en question sur sa politique sociale pour être plus en phase avec la crise et qu’il assume ses responsabilités » ont déclaré Bernard Gauducheau et Sandrine Bourg maire adjointe aux affaires sociales, cette dernière ayant  rassuré : « Personne qui fait une demande, ne restera sans réponse »

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    LES JEUNES DU FOOT ONT FOULE LA PELOUSE DU PARC DES PRINCES,

    L’équipe U15 de la section football a foulé la pelouse du parc des Princes le 1er février dernier. Tout simplement parce qu’à chaque match de ligue 1, à la mi-temps, un challenge Orange est organisé entre 2 équipes, en l'occurrence Vanves contre Créteil, ce jour là. Les 2 équipes se sont affrontées sur des tirs au but, et les jeunes de Vanves se sont imposés : 7 buts à 6 buts pour Créteil. Les jeunes de l’équipe  U15 se sont qualifiés pour le tour suivant. «Ce challenge est régional puis national. Un souvenir inoubliable pour nos jeunes qui ont été récompensés par une tenue ( maillot, short, chaussette ) » indique Jean Louis Vigna, président de la Section Football

    CONFERENCE DU HANDICAP

    Deux vanvéens assisteront à la conférence nationale du handicap mardi à l’Elysée : Guillaume Benhamou qui est membre du Conseil National Consultatif des personnes Handicapées où il a été nommé depuis le début de l’année. Et bien sûr Sophie Cluzel en tant que secrétaire d’Etat aux personnes handicapées qui s’exprimait hier dans le JDD, aux Echos et sur des radios au «Grand rendez vous d’Europe 1 » et à laTV,  notamment sur le théme de l’accessibilité dont elle a invité les maires à se saisir à l’occasion des municipales : «Quand on travaille pour accessibilité, on fait du bien commun pour tous, c’est du gagnant-gagnant» a-t-elle affirmé. «Pendant trop longtemps, tout le monde a été dans l'incantatoire.Pendant un an, les personnes handicapées ont été assignées à résidence à Paris parce qu'elles ne pouvaient pas sortir compte tenu des travaux sur les trottoirs. Et ce n'est pas mieux aujourd'hui» a taclé Sophie Cluzel en visant Anne Hidalgo, mais aussi «tous les maires qui ne font rien, dans leur globalité. Aidons les maires à construire des parcours, on hérite d'un pays très vieux qui n'est pas accessible dans des villes parfois historiques» a-t-elle déclaré en annonçant que des missions de service civique allaient être mises en place pour aider le cheminement de l'aménagement au niveau local. La secrétaire d'État a rappelé que «le maire est celui qui peut changer au quotidien la vie des Français» 

    CONSULTATION SUR LA FUSION

    Les 28 000 vanvéns comme les 3 millions habitants des Départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines peuvent donner leur avis sur la plateforme de participation citoyenne www.fusion-78-92.fr,  sur le projet territorial de fusion de ces deux départemens jusqu'en Mai. Ils peuvent répondre à des question sur sept thèmes - Développement économique, emploi et innovation ; Mobilités ; Environnement et cadre de vie ; Solidarité et ruralité ; Culture et patrimoine ;  La Seine (nature, économie et tourisme) ; En dehors des sentiers battus (une thématique consacrée à toutes les idées innovantes au-delà des six autres thématiques - avec possibilité de faire des propositions. «L’objectif n’est pas convaincre mais de faire comprendre, d'informer les habitants mais aussi d'enrichir le projet territorial en permettant aux citoyens de contribuer à la définition des orientations et grands projets du futur Département unique» indiquent Patrick Devedjian et Pierre Bédier les deux présidents du 92 et du 78 

    40 ANS APRES, RETOUR SUR LE CRIME DE LA TOURELLE :

    Quarante ans après les faits, un livre revient sur l’assassinat dans son restaurant gastronomique, d’un ancien cuisinier du Président Pompidou. François Doublet, qui avait été assassiné d'une balle dans la nuque : «Commissaire à la crim’» de Claude Cancés (Mareuil édition). Dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 juillet 1978, vers 3 h du matin, une jeune femme blonde, pieds nus, en peignoir, un bébé de trois mois dans les bras arrête une patrouille de police dans une rue de Vanves «Mon mari a été tué, à la Tourelle, venez-vite !». C’est le début d’une affaire qui a fait pendant plusieurs mois la Une de l’actualité. Soupçonnée du meurtre de son mari, Larissa Doublet a finalement été innocentée deux ans plus tard. L’assassin du restaurateur n’a jamais été identifié...Les enquêteurs avaient été jusqu’à vider la pièce d’eau du parc F.Pic pour retrouver l’arme du crime