Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pavillon de la tourelle

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    LES JEUNES DU FOOT ONT FOULE LA PELOUSE DU PARC DES PRINCES,

    L’équipe U15 de la section football a foulé la pelouse du parc des Princes le 1er février dernier. Tout simplement parce qu’à chaque match de ligue 1, à la mi-temps, un challenge Orange est organisé entre 2 équipes, en l'occurrence Vanves contre Créteil, ce jour là. Les 2 équipes se sont affrontées sur des tirs au but, et les jeunes de Vanves se sont imposés : 7 buts à 6 buts pour Créteil. Les jeunes de l’équipe  U15 se sont qualifiés pour le tour suivant. «Ce challenge est régional puis national. Un souvenir inoubliable pour nos jeunes qui ont été récompensés par une tenue ( maillot, short, chaussette ) » indique Jean Louis Vigna, président de la Section Football

    CONFERENCE DU HANDICAP

    Deux vanvéens assisteront à la conférence nationale du handicap mardi à l’Elysée : Guillaume Benhamou qui est membre du Conseil National Consultatif des personnes Handicapées où il a été nommé depuis le début de l’année. Et bien sûr Sophie Cluzel en tant que secrétaire d’Etat aux personnes handicapées qui s’exprimait hier dans le JDD, aux Echos et sur des radios au «Grand rendez vous d’Europe 1 » et à laTV,  notamment sur le théme de l’accessibilité dont elle a invité les maires à se saisir à l’occasion des municipales : «Quand on travaille pour accessibilité, on fait du bien commun pour tous, c’est du gagnant-gagnant» a-t-elle affirmé. «Pendant trop longtemps, tout le monde a été dans l'incantatoire.Pendant un an, les personnes handicapées ont été assignées à résidence à Paris parce qu'elles ne pouvaient pas sortir compte tenu des travaux sur les trottoirs. Et ce n'est pas mieux aujourd'hui» a taclé Sophie Cluzel en visant Anne Hidalgo, mais aussi «tous les maires qui ne font rien, dans leur globalité. Aidons les maires à construire des parcours, on hérite d'un pays très vieux qui n'est pas accessible dans des villes parfois historiques» a-t-elle déclaré en annonçant que des missions de service civique allaient être mises en place pour aider le cheminement de l'aménagement au niveau local. La secrétaire d'État a rappelé que «le maire est celui qui peut changer au quotidien la vie des Français» 

    CONSULTATION SUR LA FUSION

    Les 28 000 vanvéns comme les 3 millions habitants des Départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines peuvent donner leur avis sur la plateforme de participation citoyenne www.fusion-78-92.fr,  sur le projet territorial de fusion de ces deux départemens jusqu'en Mai. Ils peuvent répondre à des question sur sept thèmes - Développement économique, emploi et innovation ; Mobilités ; Environnement et cadre de vie ; Solidarité et ruralité ; Culture et patrimoine ;  La Seine (nature, économie et tourisme) ; En dehors des sentiers battus (une thématique consacrée à toutes les idées innovantes au-delà des six autres thématiques - avec possibilité de faire des propositions. «L’objectif n’est pas convaincre mais de faire comprendre, d'informer les habitants mais aussi d'enrichir le projet territorial en permettant aux citoyens de contribuer à la définition des orientations et grands projets du futur Département unique» indiquent Patrick Devedjian et Pierre Bédier les deux présidents du 92 et du 78 

    40 ANS APRES, RETOUR SUR LE CRIME DE LA TOURELLE :

    Quarante ans après les faits, un livre revient sur l’assassinat dans son restaurant gastronomique, d’un ancien cuisinier du Président Pompidou. François Doublet, qui avait été assassiné d'une balle dans la nuque : «Commissaire à la crim’» de Claude Cancés (Mareuil édition). Dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 juillet 1978, vers 3 h du matin, une jeune femme blonde, pieds nus, en peignoir, un bébé de trois mois dans les bras arrête une patrouille de police dans une rue de Vanves «Mon mari a été tué, à la Tourelle, venez-vite !». C’est le début d’une affaire qui a fait pendant plusieurs mois la Une de l’actualité. Soupçonnée du meurtre de son mari, Larissa Doublet a finalement été innocentée deux ans plus tard. L’assassin du restaurateur n’a jamais été identifié...Les enquêteurs avaient été jusqu’à vider la pièce d’eau du parc F.Pic pour retrouver l’arme du crime

  • VANVES EN MAI 68 : TOUJOURS AUTANT DE PROJETS ET DE CHANTIERS 50 ANS APRES

    Vanves comptait 25 975 habitants et n’avaient rien à voir avec la ville d‘aujourd’hui, encore marqué par un certain passé qui a complètement disparu. Certains se souviennent qu’à l’époque, subsistaient encore l’une des dernières fermes de Vanves à l‘emplacement du garage en face du Rosier Rouge, ou le grand jardin des bénédictines qui s’étendaient jusqu’à l’angle des rues Gaudray et Vieille Forge, avec leur porcherie. Les rues et les place comme Antoine Fratacci ou le carrefour de l’Insurrection, les quartiers comme le Plateau n‘avaient rien à voir avec ce qu’ils sont devenus aujourd’hui.

    La ville était dirigée alors par André Roche, maire gaulliste qui avait lancé de nombreux chantiers : Le réaménagement du Plateau avec le lancement de l’enquête préalable à la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) de la dernière tranche (tout le secteur de l’hôtel mercure et l’ex-résidence des célibataires)  et surtout de l’enquête parcellaire de la 1ére tranche de rénovation urbaine, suscitant moultes agitations. D’ailleurs, il avait prévu une opération tiroir avec la construction d’un immeuble de logements sociaux rue Châtillon avec le Logement Français sur une parcelle de terrains appartenant au service de santé des Armées pour reloger des habitants du Plateau expropriés.

    L’un d’entre eux se souvient très d’avoir emménagé en 1970 avec ses parents après avoir quitté la rue Rabelais, et de cette voie ferrée où venait stationner des trains devant l’entrée du 30 où se sont installés les premiers habitants. D’ailleurs plusieurs immeubles étaient en projet auxquels la ville avait apporté sa garantie d’emprunt : Le logement Français à Sadi Carnet (au 59/61), à Mary Besseyre,  à Jacques Cabourd (80 logements) et dans l’îlot des Chariots (33 logements)  

    Ce qui avait amené la ville à ré-aménager les abords de l’école du Parc, « compte tenu de l’importante circulation qui régne désormais dans ce quartier de Vanves dont la population a nettement augmenté », mais aussi  de décider de la réfection des rues Falret, Vieille Forge, et du remodelage de la place du Président Kennedy. Un projet de Branche Ouest de l’A 10 soulevait l’opposition des habitants de Vanves et de ses voisines : Il s’agissait d’une voie rapide prévu à l’emplacement actuelle de la Coulée Verte au dessus de la voie du TGV Atlantique dont une bretelle était prévue le long de la rue J.Bleuzen.

    La ville entamait le projet de construction de la piscine municipale en désignant son architecte, Pierre Bled, à l’emplacement de terrains occupé alors par la section Boules Lyonnaises du Stade Vanves. Le maire proposa de déménager leur terrain à l’emplacement des terrains de volley ball désaffectés depuis un certain temps. Avec un nouveau local qui s’est substitué à la cabane complètement vétuste dont elle disposait. Le pari adopté fut d’agrandir le club house de la section tennis pour en faire un pavillon plus vaste, et mieux équipé. Enfin, la ville avait lancé son projet de nouveau centre administratif (avec tour d’habitation, bibliothéque, théâtre, couplé avec l’élargissement de la rue Antoine Fratacci en lien avec  le Conseil Général des Hauts de Seine. Sans compter l’édification du collége Saint Exupery,  d’une Maison des Jeunes (rue Murillo) et d’un changement de direction au pavillon de la Tourelle pris en main par un certain Antonin Roche assassiné plus tard à la veille des législatives de 1978, dont la veuve, Larissa Doublet fera parler beaucoup d'elle dans les médias

    A Suivre….

  • LA PHOTO DU JOUR A VANVES : VUE DEGAGEE AU PAVILLON DE LA TOURELLE

    Vue dégagée sur la Pavillon de la Tourelle, un peu comme si une tempête était passée comme en 1999 avec des dégâts considérables dont un immense cèdre du Liban abattu. Rien de cela !   Alors que les écoliers de Vanves ont planté des arbres pour le climat dans le parc Frédéric Pic, le Pavillon de la Tourelle en a arraché, mais pour la bonne cause. Il s’agissait de renouveler les arbres et les haies notamment avec la plantation de 22 arbres pour renforcer la lisiére Nord-Ourest du parc, et requalifier des massifs plantés. Un chantier impressionnant qui devrait  coûter 300 000 € à la ville.