Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rtl

  • UNE BELLE HISTOIRE DE CONFINEMENT A VANVES : RTL PERMET A VANV’EN POUPE D’OBTENIR SON PRET GARANTI PAR L’ETAT

    Barbara, gérante du magasin de vêtements, Vanv’En Poupe, situé place de Lattre de Tassigny,  était très inquiéte lors du déconfinement le 11 Mai. Elle était en difficulté après deux mois de fermeture  en raison de la situation sanitaire.  Elle avait fait appel à sa banque pour obtenir un prêt garanti par l’État mais ne parvenait pas à obtenir de réponse. N’ayant aucune entrée d’argent, sa situation financière s’était particulièrement dégradé, à tel point que sa carte bancaire était bloquée. Les règlements de ses dernières factures et de son loyer ont même été refusés. Elle escomptait sur son activité relais poste pour payer son loyer, lors du confinement, mais la mairie ne lui a jamais donné son feu vert, alors que des dizaines de vanvéens faisaient la queue pendant 2H place de l’Insurrection. Le 14 avril, son expert-comptable avait  envoyé un mail à sa banque pour réclamer ce prêt garanti par l’Etat. Mais, elle n’avait toujours aucune nouvelle. Malgré une relance écrite le 3 mai, son agence la laissait dans l’embarras de plus complet. «Sans l’aide de quelques amis qui lui ont prêté de l’argent pour l'équiper en matériel de protection, je n'aurait même pas pu rouvrir le 11 mai» confiait elle très inquiéte. «Si rien ne bouge très rapidement du côté de sa banque, je devrais de nouveau fermer boutique. Et cette fois, définitivement… ». En désespoir de cause, lundi dernier, Barbara a contacté l’équipe de l’émission « Ça peut vous arriver » présenté par Julien Courbert sur RTL, où elle est passé deux fois de suite, mardi et Mercredi, dans la matinée  

    «J’ai le sentiment de demander la charité, je me dis ce n’est pas possible, je veux simplement une réponse pour peut-être aller voir une autre banque» expliquait-elle  à Julien Courbet. «J’ai envoyé des mails, des messages, les réponses c’est du style «le siège est débordé…c’est une situation inédite »… Mais ça fait quand même 1 mois !» indiquait elle. «La banque devrait jouer le jeu mais c’est vrai qu’il faut impérativement son pré-accord pour qu’ensuite les fonds soient débloqué par la BPI» expliquait Maître Félonneau sur RTL qui ajoutait «L'examen de la banque doit être rapide et là, Barbara m’a envoyé tout son dossier, le plan de trésorerie pour six mois, elle a fait beaucoup d’efforts parce que là où elle est, en région parisienne, elle a déjà subi de plein fouet tout ce qui était grèves, «gilets jaunes »… Elle a même pris une activité supplémentaire de réception de colis, donc elle est dans les clous, elle demande une réponse, elle ne peut pas rester dans l’expectative ». L’équipe de l'émission a donc contacter la Banque Populaire qui lui accordé ce prêt.

    Elle pouvait pousser un ouf de soulagement en confiant : «Dommage que je n’y ai pensé avant lorsque la mairie restait silencieuse face à ma demande d’ouvrir l’activité « Relais Poste » pendant le confinement. Mais à Vanves, les commerçants n’ont vu personne de la mairie, même pas le maire,  alors qu’à Issy les Moulineaux, André Santini à 80 ans, malgré sa difficulté à se déplacer, est allé les voir, alors qu’à Clamart Jean Didier Berger leur a distribué lui-même des masques, des véritables »