Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DEPLACEMENTS - Page 3

  • VANVES AU CŒUR DE LA CRISE AVEC LE MONDIAL DE L’AUTO ET L’OFFENSIVE ANTI VOITURE

    Depuis hier matin, Bernard Gauducheau siége au Conseil Régional, avec une coupure hier soir pour la présentation de la saison culturelle 2012-13 du Théâtre Le Vanves qui célébre ses 30 ans (sur lequel Le Blog reviendra bien sûr).  Cette séance s’est ouvert par une  communication exceptionnelle du Président Jean Paul Huchon sur la Décentralisation et le Pacte de Croissance qui comprend notamment les engagements sur les fonds européens dont la gestion devrait être confiée aux Régions, sur la BPI (Banque Publique d’Investissement), l’accompagnement des mutations économiques, l’appui aux jeunes et à la formation. Elle s’est poursuivi avec  le bilan de la SRDEI (schéma Régional du Développement Economique et de l’Innovation) adopté voilà un an à la veille de la première étape de la décentralisation qui va concerner le développement économique, avec la mise en œuvre du soutien à l’innovation,  avec la nouvelle politique régionale de santé, le  soutien aux Fabriques de la Culture, la politique régionale de développement de l’apprentissage durable et équitable, de la dotation de fonctionnement des lycées… Cette réunion intervient à un moment intéressant où beaucoup d’informations et de rumeurs circulent sur les intentions du gouvernement pour l’Ile de France. D’autant plus que Jean Paul Huchon défile chez les ministres « On va plus souvent chez les ministres ces temps-ci. Je ne sais pas pourquoi ! » confiait il récemment tout en gardant ses amis de trop fricoter avec un gouvernement en chute dans les sondages à cause de la rigueur et des très mauvais chiffres du chômage

     

    QUESTION SUR LA FERMETURE DE PSA AULNAY

    A l’occasion des questions d’actualités  Bernard Gauducheau au nom des centristes (UDI) a interrogé le président Huchon sur les répercussions de la fermeture de site de production de PSA, comme Aulnay, sur les grands équipementiers et les sous traitants touchés de surcroît par la baisse de la production. «Etant donné que notre Région exerce une compétence de développement économique, quelles mesures concrétes comptez-vous prendre pour préserver les emplois de notre territoire et encourager la compétitivité de nos industries et nos entreprises ? ». Question pertinente pour trois raisons : Tout d’abord, une réunion se tenait en même temps à la Région avec des entreprises franciliennes labellisées « Entreprises du Patrimoine Vivant », label d’Etat mis en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoirs-faire artisanaux et industriels d’exccellence.

     

    Ensuite une intervention de Jean Paul Huchon a suivie ces questions d’actualité, sur la Décentralisation et le pacte de croissance avec ses 15 engagements Etat-Région qui renforce le 4éme pilier de l’action régional : le développement économique après les Lycées, la formation et l’apprentissage, les transports.  « Le Président de la République a  ouvert de nouvelles perspectives et a signé avec nous un pacte de croissance qui reconnaît le rôle moteur des Régions dans la bataille pour l’emploi, l’innovation et le développement économique.  C’est un pacte de confiance avec les collectivités et leurs investissements » qui fait des régions « un partenaire pour le redressement du pays » dans un contexte budgétaire très difficile ».  Le groupe UDI a expliqué à JP Huchon « qu’il n’y avait rien de nouveau pour l’emploi, que des méthodes et des outils déjà utilisés ».

     

    A 70 KM/H SUR LE PERIPH ?

    Enfin l’ouverture du Mondial de l’automobile, à côté de Vanves, au Parc des Expositions,  à un moment où cette filière est en crise avec  la fermeture du site d’Aulnay de PSA… et où les Verts à la Mairie de Paris, ont relancé leur proposition de baisser la vitesse du périphérique à 70 km/h « qui permettra d'améliorer la qualité de l'air et le niveau sonore autour du périphérique. La baisse de la vitesse sur le périphérique est une mesure qui, économiquement coûte peu cher,  et a une efficacité environnementale forte, principalement parce que vous améliorez la fluidité du périphérique. Vous n'avez plus d'à coup ». Cette fluidification du trafic a aussi le mérite  d'améliorer la qualité de l'air dans les  zones limitrophes au périphérique parisien, soumis à une pollution de l'air et une pollution sonore qui dépassent de quatre fois les normes mondiales de qualité de l'air d'après les études de l'OMS (Organisation mondiale de la santé). « A 70 km/h, il est impossible d’utiliser pleinement une 5ème ou une 6ème vitesse obligeant le conducteur à rétrograder ce qui engendre de la pollution et des nuisances sonores supplémentaires. Il faut des mesures de fond comme la gestion des vitesses, du trafic, et du stationnement en temps réel, et la distribution intelligente des flux de marchandise en milieu urbain de type plateformes multimodales » a répliqué l’Automobile Club. La guéguerre est de nouveau déclaré entre les anti et pro voitures

     

    UN CDT POUR GPSO  

    Quelques jours avant ce Conseil régional, mardi dernier, Bernard Gauducheau avait  participé au Comité de pilotage du CDT (contrat de développement territorial) de GPSO ( Grand Paris Seine Ouest) à Issy Moulineaux « où a été  présenté le projet de CDT  et s’assurer d’une position commune en vue d’aboutir à une version définitive du CDT pour mise en enquête publique » indiquait un communiqué de presse Il ambitionne de développer des projets économiques plus particulièrement liés à l’innovation numérique en  s’articulant  autour de trois grandes thématiques : La ville numérique avec des expérimentations originales menées in situ - le projet IssyGrid visant à optimiser la gestion des ressources énergétiques, le projet City + permettant de numériser et modéliser un territoire – et  la création d’une agence numérique communautaire. La ville créative avec la mise  en œuvre des actions communes de qualité, concourant au rayonnement culturel du Grand Paris.

     

    Enfin, la ville durable avec la  préservation et la valorisation du patrimoine naturel, la promotion d’un aménagement durable du territoire, l’encouragement de l’économie des ressources énergétiques,  une politique volontariste de réduction de la place de la voiture en ville, avec la promotion des modes alternatifs, tant auprès des habitants que des acteurs économiques, avec la construction de 2 000 logements neufs par an, et la mise en service d’un transport en commun en site propre pour améliorer la desserte interne de GPSO. En dehors bien sûr des 3 gares de Grand Paris Express sur le sud de la ligne Rouge à Sévres, Issy les Moulineaux et Fort d’Issy/Vanves/Clamart : Les 4 premières réunions publiques ont rassemblées près de 1300 personnes à Arcueil, Bry-sur-Marne, Sèvres et Issy-les-Moulineaux. Ses participants ont posés beaucoup de questions sur les caractéristiques du tracé et des gares, les dessertes des gares et les correspondances, les acquisitions foncières et l'aménagement autour des gares, le coût et les financements, l'exploitation et les futures tarifications du métro. Ce qui devrait être le cas le 15 Octobre prochain à Vanves où est précue une réunion publique sur Grand Paris Express à 20H à La Palestre.

  • VANVES ET LE GRAND PARIS : DES RESULTATS ENCOURAGEANTS POUR AUTOLIB’ ALORS QUE VELIB FAIT L’UNANIMITE

     « 3 mois après son lancement, Autolib',  a trouvé ses marques » affirmait Annick Lepetit, adjointe (PS) au maire de Paris chargée des transports et présidente du syndicat mixte Autolib' ses derniers jours en indiquant que ce service de libre services de voitures électriques compte 2.840 abonnés annuels actifs, avec peut être quelques vanvéens, ou franciliens travaillant à Vanves qui ne disposent que d’une station devant Audiens, à l’îlot du Métro, et encore lorsqu’il y a des « blues cars » ! Alors que Vélib’ fait quasiment l’unanimité  sauf peut être les jours de pluie, de grand froid grâce à un grand nombre de stations fortement utilisées.

     

    La tranche d’âge des 25-34 ans est particulièrement séduite par ce service innovant parait il. Déjà,  70% des utilisateurs se déclarent satisfaits par ce mode de déplacement partagé et sont prêts à renouveler leur location. Le nombre de locations quotidiennes progresse en moyenne de 750 par jour avec des pics de 1.100 locations en fin de semaine. Le trajet moyen est de moins de 10 km.  Annick Lepetit a annoncée  de nouvelles offres d'abonnement à partir d'Avril : « Autolib proposera un abonnement mensuel à 30 €, un abonnement « multicartes » permettant à 4 abonnés de disposer de 16 H de location pour 165 € et des forfaits entreprises valables pour les grands groupes, les PME ou les administrations ».

     

    La  Ville  de Paris a reçu le cahier des charges de la commission nationale de sécurité, dépendante du Ministère de l'Intérieur, pour permettre l'installation de bornes de recharges sous terre. « Le syndicat Autolib peut ainsi prévoir l'installation de 100 stations en parking d'ici le 1er octobre 2012 » tandis que sur la voirie 313 stations sont en service. Le maillage devrait s’intensifier dans les 47 communes partenaires du projet. « Le syndicat continue d’ailleurs de travailler pour que de nouvelles villes nous rejoignent » indique t-elle, sachant qu’en Février l’ont rejoint le département des Hauts de Seine et la ville de Rosny sous Bois. 

     

    Mais c’est plutôt Vélib qui séduit les vanvéens et les franciliens. Depuis avril 2011, le nombre d’abonnés annuels a augmenté de près de 40%, atteignant le nombre de 210 000 abonnés à la fin de l’année ! Il parait que ce chiffre établit un record du nombre d'abonnés depuis le lancement du système de vélos en libre service à Paris et dans la petite couronne en juillet 2007.

     

    Tout s'est accéléré depuis avril 2011,  la part des abonnés a augmenté de 40% et le mois de septembre constitue un record avec 3,5 millions de locations, quasiment 120000 par jour. Les fanas de Vélib sont plutôt  les jeunes, les 16-25 ans. Les hommes sont adeptes de l'abonnement annuel et utilisent Vélib pour les trajets domicile-travail ou domicile-école. Les femmes sont des utilisatrices plus occasionnelles. Enfin, les jeunes et les femmes roulent plutôt le week-end pour se balader dans Paris ou en proche banlieue selon la derniére enquête de satisfaction.

     

    Ce qui plaît avec Vélib, c'est un certain sentiment de liberté, l'idée de ne pas polluer, de faire du sport. Enfin, l'état des vélos est jugé meilleur qu'il y a deux ans et la quasi-totalité des sondés trouvent Paris plus agréable grâce à Vélib. Ce qui n’est pas le cas avec Autolib ‘.