Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

groupe udi

  • LE MAIRE DE VANVES ENTRE SESSION BUDGETAIRE A LA REGION, VŒUX ET GALETTE A LA METROPOLE ET A L’UDI

    On ne l’a pas beaucoup entendu, mais il était présent à ces trois jours de session budgétaire à la Région qui a voté hier en fin d’après midi son budget de 5,5 milliards d’euros, aux Vœux de la Métropole du Grand  Paris lundi qui fêtait son 1er anniversaire, et du Conseil Régional mardi au musée du quai Branly qui célébrait la première année de mandat de Valérie Pécresse. Et pourtant il était aussi très présent dans sa ville malgré tout avec bientôt une galette des rois des adhérents de l’UDI une semaine après celle des Républicains de Vanves

    « C’est bien un budget d’engagements tenus. On a engagé 2/3 de notre programme en s’attaquant aux vrais problèmes de fonds, le budget 2017 étant un acte politique à part entière. Il reflète les combats que  nous menons pour renforcer l’attractivité de l’Ile de France, financer la révolution des transports, améliorer la qualité de l’air, et faire de l’IDF une région solidaire » a constaté Franck Cecconi président du groupe du groupe UDI dans lequel Bernard Gauducheau siége, qui a salué « l'effort sans précédent de 738 millions d'investissement pour les transports ». Face à des socialistes qui ont reproché à Valérie Pécresse   « comme ses amis politiques élus à la tête de grande région,  de se servir de son mandat comme vitrine politique à  sa carrière politique, d’orienter les nouveaux investissements de transports vers les  territoires qui vous sont le plus favorables » en citant « le Grand Paris des Bus  dans lequel il faudrait remplacer Paris par les Hauts de Seine pour être plus fidèle à la réalité » et en l’accusant de détricoter systématiquement toutes les politiques de solidarités desrégions. « Ces dernières sont finalement devenues en quelques mois des laboratoires miniatures de ce que serait la France sous François Fillon si d’aventure la gauche perdait les élections en mai prochain ».

    Aux vœux de la Région, Valérie Pécresse a souhaité unerégion exemplaire  grâce notamment  à l’excellence environnementale, chére au groupe UDI et la vie présidente Chantal Jouanno chargée de l’environnement qui est venu à Vanves plusieurs fois,  en multipliant par 13, ses investissements sur la qualité de l’air  avec une vision précise : Promouvoir une écologie incitative et non punitive. « Face aux embouteillages et à la galère des transports, nous voulons être la collectivité des solutions en proposant, en matière de circulation à Paris, des scénarios alternatifs de piétonisation, plus progressifs, plus doux et plus équilibrés » a-t-elle expliquée, alors que la ville de Paris met en place un Plan Piéton qui sera examiné au Conseil de Paris lundi prochain, et qui va encore limiter la place de la voiture dans la ville.

    Aux Vœux de la Métropole du Grand Paris, Bernard Gauducheau s’est retrouvé parmi plus de 400 personnes pour fêter son premier anniversaire de la Métropole du Grand Paris, mais entre Anne Hidalgo et le vice président Thierry Beaudet (Transports) à la région, lors des discours. Lors des prises de paroles, les différents intervenants se sont félicités des nombreuses actions portées par la MGP depuis un an, notamment l'appel à projet « Inventons la métropole » (425 dossiers de candidature ont été déposés pour les 59 sites retenus dont la porte Brancion), la création du Fonds d'Investissemernt métropolitain  (FIM) et le versement, dès 2016, de plus de 6 M€ de subvention dont devrait profditer Vanves pour la rénovation de la tribune du PMS A.Roche,  la mise en place de l'aide « Métropole roule propre! » qui permet à un particulier de remplacer son véhicule polluant grâce à une aide pouvant aller jusqu'à 5 000 € dont peuvent profiter les vanvéens… « En 2017, la montée en charge dans la construction métropolitain doit se poursuivre, particulièrement avec la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), la définition du Plan métropolitain de l'Habitat et de l'Hébergement (PMHH), la rédaction de documents d'urbanisme structurants tels que le Plan Climat-Air-Energie métropolitain, le Schéma de Cohérence Territoriale métropolitain ou encore le Schéma énergétique et le schéma d'aménagement numérique.».

  • UNE TOUR TRIANGLE GRACE AUX UDI ET AUX MAIRES DE VANVES, D’ISSY ET DE MEUDON

    Le Conseil de Paris a finalement délibéré cette semaine en faveur par 87 voix pour et 74 contre, les 7 voix de différences provenant des élus UDI du groupe UDI-MODEM qui était très partagé par Marielle de Sarnez ou son collège Pozzo di Borgo, ont voté contre. « Il semble inopportun de faire obstruction à ce projet économique. La tour participe à la construction du Grand Paris » a expliqué l’un des dissidents UDI, en reprenant les arguments de l’éxécutif parisien.

     « Ce projet doit beaucoup aux maires des communes riveraines tant il ont soutenu son principe et ses évolutions »a déclaré Anne Hidalgo (PS), maire de Paris en citant les noms d’Hervé Marseille, André Santini et Bernard Gauducheau…. Tous UDI.  « Ce projet porte des ambitions métropolitaines à l’heure où nous sommes en train de bâtir le Grand Paris » a-t-elle ajouté en saluant la contribution de certains groupes pour améliorer et enrichir le projet de plusieurs équipements publics comme une créche, un centre de santé un espace culturel (groupe FG/PC), un hôtel de 120 chambres à hauteur des toits de Paris et des espaces de coworkings articulés avec le parc des expositions (UDI)… « c’est le remake d’un blockbuster américain avec les mêmes acteurs, un scénario différent et une fin de l’histoire différente » ont raillé les écologistes. « Il a fallu un hôtel et quelques coktails de luxe pour faire changer d’avis des élus UDI » ont-ils rajouté. « On en revient au projet d’origine » selon Philippe Goujon maire UMP du XVéme « qui ne correspond plus à l’enquête publique » selon Yves Contassot (EELV), « avec des équipements qui ont été déménagé dans le parc des expositions » selon le maire du XVéme.  « Le projet de Tour Triangle, à 6 mois de la COP21 (Conférence sur le Climat) qui se tiendra à Paris est un signal néfaste donné montrant que l’exécutif ne pense pas la ville de demain. Le Paris de demain ne peut se construire selon des recettes d’hier (tours de bureaux énergivores, transports en commun inadapté, vision étriquée limitée au petit Paris administratif). Paris doit innover et inventer les nouvelles formes urbaines du 21ème siècle et non se crisper sur des projets inutiles » réagissait le collectif contre la Tour Triangle. Il devrait en être encore question durant la semaine prochaine, car deux réunions publiques sont organisées, l’une par le Parc qui réunit régulièrement les riverains pour faire le point sur son, chantier de remodernisation (6 Juillet à 19H) et l’autre par la ville d’Issy les Moulineaux sur un projet international 4 Etoiles à l’angle des rues Ernest Laval et 4 Septembre (8 Septembre à 20H). .  

  • LA METROPOLE DU GRAND PARIS EN CRISE : LE MAIRE DE VANVES AUX PREMIERES LOGES

    Le maire de Vanves a été aux premières loges, cette semaine,  des débats sur l’implication des maires franciliens dans la construction de la future métropole du Grand Paris. Il a même été le porte parole du groupe UDI  dans le débat organisé jeudi après midi au conseil régional sur la réforme territoriale et ses implications en Ile de France. Il s’est même retrouvé au centre d’un échange assez virulent lors d’une suspension de séance au Conseil syndical de Paris Métropole entre jusqu’au boutistes qui vont demander, par voie d’amendement à l’assemblée nationale, la suppression de la Métropole du Grand Paris lors de l’examen de la première loi sur le nouveau découpage des régions et le report des élections régionbales et cantonales à Décembre 2015, et les historiques pour siéger au sein de la Mission de Préfiguration qui doit la mettre en place.

    Ainsile Conseil Syndical de Paris Métropole n’a pas été glorieux mardi dernier en décidant de reporter par 57 voix contre 50  son entrée dans la mission de préfiguration de la MGP (Métropole du Grand Paris). A cause d’une réponse écrite du premier Ministre arrivée tardivement, à la veille (à 19H) de la réunion qui a faillie être reportée : « Comme pour les AG d’étudiants, ils ont voté sur le vote ! » constatait l’un des participants après 4H de débat interrompu par une suspension de séance. La déception de Daniel Guiraud (PS) son président se lisait sur son visage lors de la conférence de presse où il a résumé la situation : « Paris Métropole a voté une résolution à l’unanimité voilà un mois demandant la relecture de l’article 12 de la loi MAPAM pour doter les territoires d’un statut « sui generis ». Une délégation a rencontrée le premier Ministre qui a confirmé la modification de l’article 12  dans le sens que l’on souhaitait, c'est-à-dire d’une plus grande efficacité  et qu’un amendement gouvernemental serait déposé à l’occasion de l’examen du second texte sur la réforme territoriale à l’automne. Il a confirmé cet engagement par un courrier que nous avons reçu lundi à 19H. Nous avons eu un débat durant cette réunion qui s’est conclu par un vote indicatif : Reporter la décision afin d’obtenir des clarifications ». Le Bureau de Paris Métropole devrait se réunir mardi matin pour rédiger le courrier  qui sera envoyé au Premier Ministre dans lequel il lui fera part de ce qui a été entendu durant cette réunion. Outre le statut sui generis des territoires, car les élus souhaitent préserver les acquis de l’intercommunalité qui a été une réussite pour certains territoires (GPSO, Plaine Commune etc…),  leurs interrogations portant sur la nature des ressources financières et fiscales des territoires. « L’idée est de demander un report pour éclairer les conditions de mises en œuvre d’une métropole que l’on veut ! » expliquait Bernard Gauducheau.

    Il a d’ailleurs été beaucoup question de réforme territoriale lors de cette session du  conseil régional qui s’est terminée hier où le groupe UDI était au premier plan. Pendant le débat sur les conséquences de la réforme territoriale en Ile de France, Bernard Gauducheau était le porte parole de son groupe : « Il y a une grande convergence sur la nécessité de remettre en question nos institutions pour les adapter aux nécessités d’aujourd’hui. Ce qui nous arrête, c’est la méthode qui n’est pas à la hauteur des enjeux. Ne nous précipitons pas. Prenons le temps de la faire. Or ce débat se déroule dans la désorganisation la plus totale. En Ile de France, son périmètre reste inchangé, pour l’instant ! Pour les compétences qui seront renforcées (colléges, routes, tourisme etc…) en aura-t-elle la capacité financiére ? » s’est il interrogé en expliquant que c’est la raison pour laquelle le groupe UDI a proposé une commission ad hoc, proposition qui a été débattue hier, et acceptée par une grande majorité de groupes.   « Avec le projet de loi de réforme territoriale présenté le 18 juin en conseil des ministres, qui va bouleverser profondément notre organisation territoriale, et l’entrée en vigueur de la MGP à compter du 1er janvier 2016, il est fondamental que la région anticipe et prépare son avenir. L’impact de la réorganisation des compétences sur les moyens humains, budgétaires, et matériels du conseil régional, sur ses organismes associés et sur les collectivités et associations bénéficiaires des subventions régionales seront les principales pistes de travail. Elle devra également identifier les impacts de la réorganisation des compétences de la région pour l’établissement des budgets régionaux  dès 2015 » indiquait le groupe UDI dans un communiqué. Bernard Gauducheau a même demandé à JP Huchon s’il allait convoquer la Conférence Régionale de l’Action publique, prévu par la loi sur les métropoles,  qui pourrait être une solution pour apporter les éclaircissements demandées et nécessaires, puisqu’elle réunit l’ensembler des acteurs publics de la Région