Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil régional

  • VANVES AURA-T-ELLE UN PLAN D’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE COMME A LA REGION ?

    Le conseil régional de Vanves, Bernard Gauducheau,  était présent dans l’hémicycle régional lorsque le Conseil régional a débattu et voté son «Plan Régional d’Adaptation au Changement Climatique» (PRACC) qui comprend  60 mesures conçues pour protéger les franciliens, notamment contre les canicules. «Nous avons commencé la réflexion bien avant les canicules de cet été, car face aux incendies, aux phénomènes de gel tardif et aux épisodes pluvieux extrêmes, nous devons nous préparer» expliquait  Yann Wehrling, vice-président du conseil régional chargé de la Transition écologique, du Climat et de la Biodiversité

    Le dispositif est censé aider à s’adapter aux effets du changement climatique : Ainsi pour «protéger les Franciliens face à la présence de nombreux îlots de chaleur à Paris et en petite couronne, la Région propose notamment de créer un maillage des abris climatiques. L’Institut Paris Région identifiera et cartographiera ces lieux, « publics ou privés, climatisés et rafraîchis ouverts au public. «On va pouvoir travailler pour mettre à moins de 10 minutes de chacun d'entre vous un lieu dans lequel vous pourrez vous réfugier en cas de canicule»  a indiqué Valérie Pécresse, en parlant de brumisateurs, miroirs d'eau et pataugeoires : Elle a évoqué un «plan 1 000 fontaines élargi» à Paris et en banlieue, financé à 50% par la Région.

    Le conseil régional s'est également fixé un objectif de 5 000 hectares rendus à leur état naturel d'ici 2030. Et ce en ciblant en priorité les espaces en ville, par exemple des cours d'école, des parkings, des places mais aussi des cimetières. D’après ce plan, deux millions d'arbres seront plantés d’ici 2030, en plus des 120 millions existants. Ces plantations, qui concernent surtout le milieu urbain, mettront l’accent sur des essences adaptées aux nouvelles températures. 

    La Région financerra à 50% l’installation de récupérateur d’eau de pluie chez les particuliers etc….

    Ainsi, elle a donné un avant goût de ce plan qui intègre au total 60 actions dont les détails doivent être présentés dans quelques semaines. Et dont Vanves devrait sûrement bénéficier car la Région a l’intention de travailler avec les collectivités locales, les acteurs économiques, les agriculteurs….

  • LES RENDEZ VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE ECOURTEE PAR L’ASCENSION

    Après un week-end électoral avec les élections européennes (sur la photo, un jeune vanvéen vote pour la première fois au bureau de vote de l'école Lemel) , un long week-end de l’Ascension avec un pont attend les vanvéens, d’où une semaine écourtée sans beaucoup de rendez-vous

     

    Mardi 28 Juin

    A 9H Au Conseil Régional : B.Gauducheau participe à la séance plénière qui devrait durer deux jours

    Mercedi 29 Mai 

    A 20H30 au Conservatoire l’ODE : Bœuf Jazz

    Jeudi 30 Mai

    A 10H à Saint François, à 10H30 chez les Bénédictines, à 11H15 à Saint Remy : Messe de l'Ascension

  • VANVES ET LA REGION ILE DE FRANCE : LES TERRAINS SYNTHETIQUESAU CŒUR DES DEBATS

    Il s’est passé quelque chose d’intéressant au conseil régional cette semaine concernant les terrains synthétiques de sport. Valérie Pécresse, présidente de la Région a  retiré la subvention prévue pour un terrain Garges-les-Gonesses, à la demande de deux groupes politiques, les écologistes et les communistes. Vanves est concerné dans la mesure où son parc municipal des sport a désormais deux terrains synthétiques, l’un ancien méthode polluante (terrain Y.Saccard), l’autre nouvelle méthode plus cher mais sécurisé (terrain d’honneur). Encore que certains vanvéens en doutent.

    Alerté depuis quelques mois par plusieurs études scientifiques de qualité et des enquêtes de presse, les élus de ces deux groupes  politiques n’ont cessé de mettre en garde l’exécutif régional quant aux dangers des terrains synthétiques construits avec des granulés noirs issus de pneus usagés, car ces petites billes noires contiennent près de 190 composants cancérigènes. «Ce sont des millions de Franciliens et principalement des enfants et des jeunes qui sont concernés. Notre responsabilité en tant qu’élu n’est pas d’être alarmiste, ni de minimiser, mais d’agir avec une double responsabilité : protéger nos concitoyens et conduire des politiques publiques conformes à la protection de la santé» expliquait l’un des ses représentants. Auquel a répondu la présidente de région :  «La Région veut organiser un vrai rattrapage en matière d’équipement sportif. Mais j’en mesure tous les enjeux en matière de santé publique. J’en ai saisi Agnés Buzin, ministre de la Santé» a-t-elle indiqué en annonçant «qu’en raison du principe de précaution, on a suspendu cette aide et on respectera ce moratoire sur le financement de ces terrains institué en Novembre 2017».

    Les écologistes ont demandés que la Région  sensibilise les Maires à l’utilisation d’autres matériaux moins dangereux. En ne révisant pas son dispositif, la Région, comme l’Etat qui n’a pas pris position, se rendraient coupables d’accompagner la poursuite de construction de terrains dangereux pour la santé de nos enfants. «Qu’attend la Région pour lancer une campagne d’information auprès des familles, des sportifs et des collectivités sur les bons gestes à adopter au contact de ces terrains ? Les terrains synthétiques fabriqués à base de pneus recyclés contiennent des taux de produits cancérigènes 10 à 2000 fois supérieurs aux normes européennes en vigueur pour les jouets d’enfants» s’inquiétait un écologiste