Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

elior

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    RESTAURATION SCOLAIRE : La modification du règlement intérieur de la restauration et des activités péri et extra scolaire voté par le Conseil Municipal du 22 Février dernier a suscité quelques débats. Pas du tout sur les modifications apportées (nouvelles dispositions du règlement de services régissant les relations entre la ville de Vanves et la société Elior, mise en conformité avec les nouvelles modalités de fonctionnement, notamment en matière de sécurité, modification des délais de réservation et d’annulation de fréquentation des mercredis et des vacances pour une meilleure gestion de ce service). Mais sur un article du réglement  qui prévoit un plat de substitution qui doit être systématiquement proposé en remplacement du plat avec du porc pour les enfants dont les parents en ont fait la demande au moment de l’inscription annuelle. Si ce n’est pas possible, la ville peut servir un repas fourni par les parents (panier repas) à la condition d’être préparé et transporter dans des conditions d’hygiéne précisées dans le protocole afin qu’il soit placé dans l’un des réfrigérateurs au moment de l’arrivée à l’école ou au centre de loisirs. Cette question aurait été évitée si la ville avait demandé à Elior de proposer à chaque repas, deux plats, mais cela n’est pas été possible pour des raisons de coûts. Ce qui a suscité ce débat tant au sein de la majorité qu’avec l’opposition avec un vote négatif de la commission  sur ce règlement qui ne respecte pas le principe de laïcité.      

    EGALITE HOMME/FEMME : A L’occasion du Conseil Municipal du 22 Février dernier,le rapport annuel sur l’égalité entre les femmes et les hommes a été présenté par Marie France Mugnier, conseillére municipale déléguée au personnel. Il concerne la situation tant au sein de l’entreprise mairie que les politiques menées sur son territoire : Si le nombre d’habitants s’élève à 18 170 à Vanves, 14 801 sont des femmes et 13 369 des hommes, ce chiffe étant similaire à celui que l’on retrouve dans Les hauts de seine (52,3%) et en Ile de France (51,7%) ou en France (51,6%). 76% des femmes sont en activités (contre 81 ,7% pour les hommes), 9,8% au chômage (8,6%), 47,4% salariés  dont 14,8% à temps partiel. Les femmes représentent 68% du personnel employées en mairie :  69% de contractuels (70% selon la moyenne nationale), 56% en catégorie A (60%) dont la rémunération moyenne est de 3 086,56€ (contre 3 180,12€) € pour les hommes),  61% en catégorie B (64%) dont la rémunération mensuelle est de 2064 € (2 171,01€), 70% en catégorie C (60%) dont la émunération est de 1 777,72 € (1 848,46€)  , 33,33% des emplois de direction (35%).

    PRESIDENTIELLES : Le maire de vanves, mais aussi la sénatrice de Vanves devraient recevoir aujourd’hui les formulaires de parrainage à l’élection présidentielle. Une retard dû à quelques avatars internes à l’administration et au fait que le conseil des Ministres s’est déroulé Vendredi dernier au lieu du mercredi habituel car le Premier Ministre était en Chine. Tout est déclenché par un décret pris en Conseil des Ministres  qui donne le signal aux préfets pour envoyer les formulaires officiels aux élus  et qui n’a pu être publié que samedi au Journal Officiel. Et ses formulaires  sont envoyés en recommandé, à ces élus qui doivent eux même signer l’accusé de réception, sans pouvoir  déléguer leur signature

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    HACHETTE LIVRE  : Le Monde d’Hier (daté du 20 Octobre 2015) a consacré une page à Arnaud Noury, le patron qui a pris les rênes d’Hachette Livre en 2003 et  a fait déménager son siège à Vanves : « l’irréductible gaulois du livre ». Un titre bien choisi puisque sort en librairie demain le nouvel Astérix : « Le papyrus de César ». « Je suis très optimiste sur l’avenir du livre qui demeure stable » explique t-il dans cet article  en ajoutant « n’enterrons pas le livre prématurément, restons des éditeurs, pas des fournisseurs de contenus ». Cet article donne  l’occasion de découvrir le parcours professionnel étonnant de ce « Frenchie » qui s’est installé dans la cour des grands, après avoir remporté en  2014  une victoire contre Amazon dont le patron sommait Hachette d’accorder au distributeur américain des rabais plus importants sur le prix des livres afin de faire vivre le marché des e-book numérique

    COLLEGES : Lors de sa séance plénière de vendredi dernier le conseil départemental des Hauts de Seine (CD92)  a voté les dotations de fonctionnement des collèges prévues pour l’année 2016 : 115 552,50 € pour Saint Exupery et 126 693,61 € pour Michelet sachant que pour la partie lycée, cette cité scolaire reçoit 169 117 59€ de la Région pour son fonctionnement. Saint Exupery reçoit 1300 € du CD 92 en supplément car il fait partie des 42 collèges qui hébergent des Unités Localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS). Celles-ci accueillent de 6 à 8 jeunes souffrant de déficience mentale, sensorielle ou motrice qui participent à l’activité des autres classes tout en bénéficiant d’un soutien pédagogique individualisé

     

    CONCESSIONNAIRES : Les conseillers municipaux de Vanves ont reçu, lors du dernier conseil municipal, plusieurs rapports d’activités des concessionnaires dans lesquels ils ont pu piocher quelques chiffes intéressant sur leurs activités de l’année passée bien sûr. Ainsi le marché de Vanves comptait en 2014,  43  commerçants dont 8 fruits et légumes, 4 poissonneries, 3 volaillers, 3 charcutiers, 3 boulangers, 2 bouchers, 2 fleuristes, 2 fromagers, 2 fruits secs et olives, un champignon, un chevalin, un détaillant légumes, un primeur, un produits greco-arménie, un producteur de fruits et légumes, un produits italien, des traiteurs antillais, libanais, asiatique, marocain et une triperie. Son rapport constatait  une fréquentation des volants est en baisse et  une stagnation des demandes de commerçants alimentaires. Par contre, « les problèmes de stationnement se sont nettement améliorés depuis l’ouverture du parking Cabourg » indiquait le société EGS (Entreprise de Gestion et de Service). Elior chargé de la restauration indiquait avoir servi  351 888 repas  en 2014  soit +2,9%  soit 330 182 dans les écoles et centres de loisirs (+3,1%) , 5613 pour le portage  domicile (- 3%) , 7025 au foyer Danton qui a regressé de 9%,  et 9068 dans les créches (+11%). Occasion pour le groupe PS d’interroger la municipalité sur la baisse de qualité des repas servis dans les écoles dont s’étaient plaint les parents d’élèves et auquel remédie la société Elior en ayant mis en place un « process » pour améliorer les choses. Enfin, selon la sciété Moncassin Automobile qui s’occupe des l’enlèvement des véhicules et leur mise en fourrière,  en 2014, 203 véhicules ont été enlevés pour stationnement gênant, 62 pour stationnement abusif, 18 suite à un une immobilisation, 9 à la suite d’un accident, 9 pour vol soit 301 au total  

  • UN CONSEIL MUNICIPAL TENDU AVEC QUELQUES DOSSIERS CHAUDS

    Pour ce conseil municipal de Rentrée, l’ambiance était chaude, mais personne parmi les élus de la majorité n’en a rien montré, sauf à quelques petits signes ou attitudes. Alors que l’ensemble des élus UDI et de l’opposition étaient déjà installés, et qu’il était 19H Mercredi dernier, les élus groupe UMP sont enfin  arrivés ensemble. Ils s’étaient réunis dans l’un des bureaux du rez-de-chaussé, occupé par Maxime Gagliardi, où Delphine Roy leur a lu la déclaration qu’elle a faîte à la fin du conseil municipal, annonçant sa démission. Certains regardaient leurs chaussures. Le maire n’a pas accepté qu’elle fasse sa déclaration au début. Peut être parce qu’il souhaitait rendre hommage à François Kosciusko Morizet maire de Sévres, décédé fin Juillet. « Il a été un modèle d’intégrité pour beaucoup d’élus qui l’ont côtoyé » a-t-il déclaré. L’examen des 28 délibérations pouvait commencer devant un public clairsemé qui avait quelquefois du mal à entendre les propos des élus à cause d’une très mauvaise sonorisation, le technicien se gardant de mettre trop fort de peur de créer quelques perturbations.

    L’octroi d’une garantie d’emprunt à la SA Logement Français pour des travaux sur l’un de ses immeubles sur le Plateau donna l’occasion au maire de dire « Preuve qu’il se passe quelque chose sur le plateau même s’il s’agit d’une simple rénovation ». Claudine Charfe, ex-conseillère municipale (FG/PC)  qui était dans l’assistance l’a pris pour elle. A l’occasion de demandes de plusieurs subventions concernant des travaux à l’espace Murillo (rénovation des façades), au PMS A.Roche (végétalisation de la toiture des tribunes réaménagés), à l’école Marceau (rénovation du 2éme étage), Lucile Schmid a constatée que ses travaux s’inscrivaient dans la démarche de l’agenda 21 de la ville, en demandant d’avoir « une vision d’ensemble sur ces investissements ».  Bernard Gauducheau (UDI) lui a répondu qu’il est prévu que « chaque année, il y ait un bilan » mais sans dire quand.

    A l’examen de la délibération concernant les tarifs de la  restauration scolaire pour les enfants hors commune, Jean Cyril Le Goff (PS) a posé une question sur la qualité des repas servis dans les cantines scolaires par la société Elior dont s’étaient plaints les parents d’élèves avant les vacances. « On a rencontré quelques problèmes sur la qualité. Nous avons rencontré le directeur régional d’Elior et nous avons décidé de mettre en place un processus sur la qualité des repas pour voir comment améliorer les choses » a répondu Jeremy Coste (UDI) en précisant que sont servis, en plus grand nombre, des plats bio  et que tous les produits proviennent de France. Il en a profité pour dire un mot succins sur la Rentrée qui s’est bien passée grâce à l’implication des parents d‘élèves, après ses dernières années qui ont été quelque peu mouvementées.

    Le conseil municipal a donné un avis favorable sur le projet fixant le périmètre et le siège du futur Etablissement Public Territorial (EPT) qui correspondront exactement à ceux de GPSO : « On n’est pas si mal dotés. On reste avec les mêmes communes. Et la plupart des compétences ont été transférées » constatait Bernard Gauducheau (UDI) qui n’en pas moins constaté : « C’est une montagne qui acouche d’une souris. Ce qui n’est pas de bon augure. Moins d’argent et plus de structure ». Lucile Schmid (EELV) s’est abstenu car elle est assez critique sur ce périmètre de GPSO qui n’inclut pas Clamart, ni Malakoff. Boris Amoriz (FG/PC) a voté contre en expliquant que « dés l’origine nous l’avons dit : notre région-capitale a besoin de rompre avec le repli sur soi, les égoïsmes locaux, la spécialisation et les inégalités territoriales. La métropole à laquelle nous aspirons ne peut être que solidaire, sociale, citoyenne, démocratique et durable. Or, c'est tout le contraire qui émerge de la construction actuelle. Et malgré, les arguments - que l'on peut entendre - sur l'existence d'un mille-feuilles institutionnel, la création de la métropole non seulement rajoute dans un premier temps des couches supplémentaires, pour ensuite sonner le glas de l'autonomie communale, éloigner les citoyens des lieux de décisions et supprimer à l'horizon 2020 les départements de la petite couronne »…. A SUIVRE