Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

révision du plu

  • CONSEIL MUNICIPALDE VANVES : QUELQUES QUESTIONS BRULANTES, DES POSITIONS FERMES, SANS POLEMIQUES

    Pour des raisons de prévention sanitaire, le conseil municipal s’est tenu Jeudi soir à la Palestre pour respecter les régles de distanciation et a duré prés de 3H. Ce qui nécessitera peut être d’avancer l’heure de la prochaine réunion du Conseil à 17H ou 18H si le couvre-feu est prolongé début décembre, comme l’a indiqué le maire de Vanves. Une 13e maire adfointe a été élu : Julier Messier, pour animer l’un des 3 Conseils de Quartiers. Kevin Corté maire adjoint à la sécurité a été chargé des questions de Défense. Sandrine Bourg maire djoint aux affairessocialesreprésentera la ville au Conseil de la vie Social de Simon de Cyréne qui est présent depuis plus de 10 ans maintenant. Ainsi 32 délibérations étaient inscrites à ce Conseil avec quelques sujets brûlants sur lesquels le blog reviendra, qui ont provoqué de courts débats, sans polémique, chacun campant sur ces positions, côté majorité comme de l’opposition.

    Ainsi la révision du PLU dont l’enquête publique a pris fin le jour même, comme l’a constaté Pierre Toulouse, qui permettra la construction d’un hôtel de 37 m de haut. Le conseil municipal a donné bien sûr son feu vert, malgré l’opposition des écologiques qui ont voté contre et qui n’ont pas manqué de constater que « ce projet a surpris les vanvéens », que cette révision introduit 3 dérogations dont la hauteur, son implantation à la limite de la voire, et la suppression de l’obligation de prévoir un parking de stationnement. Les marcheurs qui se sont abstenus, ont relevés les réserves de la CCI des Hauts de Seine, l’inquiétude des riverains, sa hauteur, sa proximité avec un site classé, le lycée Michelet (photo de la vue simulée depuis ce lycée, à l'angle M.Yol/Jullien)  auquel veille l’Architecte des Bâtiments de France, et les nombreuses incertitudes entourant ce projet.  «Vous nous demandez votre avis 2H après la fin de l’enquête publique. Vous auriez pu attendre deconnaitre l’avis du commissaire enquêteur » a remarqué Jean Cyril Le Goff (LREM).  «L’enquête publique permet de s’exprimer. D’ailleurs beaucoup de vanvéens ne sont pas déplacés. C’est la majorité silencieuse qui s’exprime ? Preuve qu’ils approuvent notre projet sur lequel nous avons été élu » s’est contenté de répondre le maire en insistant sur le pôle hôtelier qui se construit à la porte de la plaine et en ironisant sur ces « quelques esprits fossilisants » face au développement de ce quartier ( ?)

    Révolution dans la restaurant collective, la ville ayant porté son choix sur Sodexo, dont le siége est à Issy les Moulineaux, qui remplacera Elior en Décembre 2020. «On regrette le choix de la DSP pour la restauration, qui nous conduit à arbitrer entre deux géants » ont déclaré les écologistes qui se sont abstenus et  ont remarqué que le cahier des charges a tenu compte de l’avis des parents. « Je les rejoint sur ce point. Mais je demande à la municipalité de revenir à la cuisine centrale » a demabdé Séverine Edou (LREM). «Vous nous renvoyez en 2028. Nous avons une approche différente. On souhaite la meilleure qualité. Mais il y a d’autres critères notamment la sécurité alimentaire. J’ai accompagné la transition de la liaison chaude à la liaison froide (au début des années 1990). Sauf à avoir une cuisine dans chaque établissement…Ou une cuisine intercomunale…solution difficile à mettre en place, ce qui me parait inenvisageable » a répondu le Maire. «C’est pourtant ce que font 4 communes dans le sud des Hautsde Seine » selon JC Le Goff (LREM).  

    Enfin, à l ‘occasion d’une nouvelle subvention de la ville de 130 000 € à l’équipe Vanves GPSO Basket, les écologistes se sont inquiétés d’une équipe basket sous perfusion en demandant quels sont les effets sur les jeunes de l’évolution d’une équipe à un haut niveau. « Ces questions sont fondées. La municipalité réfléchit à une remise à plat de la politique sportive. Je suis preneur des avis des uns et des autres. Je souhaite que l’on reprécise la politique sportive de Vanves. Car on n’est pas seulement un prestataire de services, ni un tiroir caisse. On a des idées sur ce que l’on souhaite pour le sport à vanves en lui redonnant du sens et recréer un collectif pour que chacun ait sa place dans ctte politique sportive et surtout les petits (clubs et équipes)» a indiqué le Maire. Ce qu’il a sûrement dit et expliqué lors du Comité directeur du Stade de Vanves qui s’est tenu hier soir et auquel il a participé

  • PLU DE VANVES : DEBAT SUR SES ZONES PAVILLONNAIRES

    A l’occasion de sa séance budgétaire, le conseil municipal de Mercredi dernier a examiné le PADD (Projet d’aménagement et de Développement Durable) du PLU en cours de révision. Les élus ont beaucoup réagis et se sont affrontés sur la question de la défense ou de la densification des zones pavillonnaires qui avait été soulevée lors des réunions de concertation, beaucoup de propriétaires de pavillons s’inquiétant du devenir de leur quartier.

     

    Ce PADD a fait l’objet d’une synthése de 15 pages qui a été remis aux conseillers municipaux et a été rapidement présenté par Madame Brauwn du Cabinet Caudra. Il comporte 5 objectifs :

    - Conforter le rôle de Vanves dans le sud parisien en marquant son entrée, en accompagnant les mutations liées au Parc des Expositions, en s’inscrivant dans une logique de développement intercommunal, en préservant ce qui fait son charme et sa spécificité.

    - Respecter les objectifs du PLH de GPSO de construction (40 logements par an), de mixité sociale, en favorisant l’émergence d’un parc de logement durable pour le climat et l’environnement. Poursuivre la réhabilitation du parc ancien pour des économies d’énergie et assurer le développement urbain dans les quartiers les mieux desservis par les transports en commun

    - Maintenir le commerce de proximité et l’artisanat, redynamiser le centre historique sont les objectifs poursuivis en matière de développement économique, tout en améliorant les équipements publics

    - Réduire le trafic de transit, aménager l’espace public en faveur des piétons et des cyclistes, avec des continuités de circulation douce, des pistes cyclables, des stationnements vélos…

    - Préserver la biodiversiré à Vanves avec des liaisons verte et « bleue » entre les parcs du Lycée Michelet et Frédéric Pic, ainsi que les arbres d’alignement.

     

    « Il ne faudrait pas que le débat se limite aux interventions de l’opposition » a demandé  Anne Laure Modon (PS) sans susciter une réaction du côté de la majorité municipale qu’un : « on attend de voir ce que dit l’opposition » de la part du maire. Du coup Guy Janvier  a demandé de « faire en sorte que ce PLU Soit un acte démocratique » en constatant que « c’est difficile de faire participer les vanvéens à ce débat. L’essentiel du débat a porté sur quelques propriétaires de maisons individuelles qui s’inquiétaient des mesures prévues dans le PLU ». Tout en reconnaissant que sur le fond, il ne voyait pas « comment être opposé à ces orientations. En revanche, le lien entre le PADD et les autres documents d’urbanisme comme le SDRIF qui n’est toujours pas signé, le SCOT… est délicat alors qu’ils auront des traductions concrètes. On ne peut que rester dubitatif sur cet exercice.  Que fait on du débat sur le Grand Paris ? sur la mutation du parc des expositions ?  sur la densification de la zone dense ? »

    Pierre Toulouse (verts) a donné un avis plus technique notamment en déclarant qu’il « n’est pas réaliste de préserver le caractère pavillonnaire de certains quartiers », en parlant d’une passerelle au dessus du Périph entre la rue L.Vicat et les équipements sportifs du XVéme, en ne partageant pas le choix des sites prévus pour les pistes cyclables, en refusant de favoriser le stationnement autour des centres commerciaux sans attendre le développement de l’offre de transport en commun… Du coup Bernard Gauducheau a comparé l’intervention  très technique de Pierre Toulouse à celle de Guy Janvier considérée comme très politique. Ce dernier a réagit en constatant de nouveau que « sur ce document, il y a peu de participation » et qu’il « risque d’être en porte à faux vis-à-vis de documents régionaux » - « des vanvéens ont élus une majorité. Peut être qu’ils nous font confiance pour mener à bien ce projet ! » a asséné Isabelle Debré (UMP) suivi par David Mahé (UMP) qui insistait sur le fait que « ce document n’est pas incohérent avec les autres ! ».

     

    C’est à ce moment là que Bernard Roche a demandé à Guy Janvier quelle était sa position sur les quartiers pavillonnaires ! – « Vous me demandez cela parce que j’habite un pavillon ! » (Guy Janvier)  - «  C’est de bonne guerre ! » (Bernard Gauducheau) – « Je trouve que cela fait le charme de notre ville. Cela n’empêche pas d’avoir une réflexion sur leur devenir. Vous permettez à certains d’ajouter un étage à leur pavillon ! » (Guy Janvier) – « Il ne s’agit pas de raser les pavillons, ni d’avoir le type de constructions prévues rue A.Briand (résidences hôtellières) mais de construire de petites résidences dans ces quartiers » (claire Papy) –  « Mais derrière le verbiage, il y a des objectifs ! Il faut imaginer ce que donne le zonage demain ! Il est nécessaire de densifier dans ces quartiers, et pas sur le Plateau ! Il faudra sacrifier le petit bout de pelouse dans ces pavillons » (Pierre Toulouse) – « Ce n’est pas l’avis du PS » tonne Anne Laure Mondon. Alors que Fabian Estellano (PS) insiste sur la mixité et le lien intergénérationnel : « Nous voudrions bien que le plus grand nombre de jeunes puissent rester à Vanves ! ».

    « La notion de démocratie est de donner à chacun la possibilité de s’exprimer. Je ne connais pas de vanvéens qui n’aient pas pu s’exprimer. Le travail présenté ce soir n’a pas de face cachée et vous en  partagée certaines orientations. Chacun essaie de se distinguer des autres. Mais la réalité est que nous partageons que notre ville ne perde pas son identité » a conclu le maire en ajoutant : « Ce PADD transcrit les objectifs proposés voilà 2 ans d’une manière plus formelle et qu’il faudra sûrement préciser »… « Il ne s’agit pas d’inquiéter les vanvéens mais d’améliorer leur ville ».