Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

restauration collective

  • CONSEIL MUNICIPALDE VANVES : QUELQUES QUESTIONS BRULANTES, DES POSITIONS FERMES, SANS POLEMIQUES

    Pour des raisons de prévention sanitaire, le conseil municipal s’est tenu Jeudi soir à la Palestre pour respecter les régles de distanciation et a duré prés de 3H. Ce qui nécessitera peut être d’avancer l’heure de la prochaine réunion du Conseil à 17H ou 18H si le couvre-feu est prolongé début décembre, comme l’a indiqué le maire de Vanves. Une 13e maire adfointe a été élu : Julier Messier, pour animer l’un des 3 Conseils de Quartiers. Kevin Corté maire adjoint à la sécurité a été chargé des questions de Défense. Sandrine Bourg maire djoint aux affairessocialesreprésentera la ville au Conseil de la vie Social de Simon de Cyréne qui est présent depuis plus de 10 ans maintenant. Ainsi 32 délibérations étaient inscrites à ce Conseil avec quelques sujets brûlants sur lesquels le blog reviendra, qui ont provoqué de courts débats, sans polémique, chacun campant sur ces positions, côté majorité comme de l’opposition.

    Ainsi la révision du PLU dont l’enquête publique a pris fin le jour même, comme l’a constaté Pierre Toulouse, qui permettra la construction d’un hôtel de 37 m de haut. Le conseil municipal a donné bien sûr son feu vert, malgré l’opposition des écologiques qui ont voté contre et qui n’ont pas manqué de constater que « ce projet a surpris les vanvéens », que cette révision introduit 3 dérogations dont la hauteur, son implantation à la limite de la voire, et la suppression de l’obligation de prévoir un parking de stationnement. Les marcheurs qui se sont abstenus, ont relevés les réserves de la CCI des Hauts de Seine, l’inquiétude des riverains, sa hauteur, sa proximité avec un site classé, le lycée Michelet (photo de la vue simulée depuis ce lycée, à l'angle M.Yol/Jullien)  auquel veille l’Architecte des Bâtiments de France, et les nombreuses incertitudes entourant ce projet.  «Vous nous demandez votre avis 2H après la fin de l’enquête publique. Vous auriez pu attendre deconnaitre l’avis du commissaire enquêteur » a remarqué Jean Cyril Le Goff (LREM).  «L’enquête publique permet de s’exprimer. D’ailleurs beaucoup de vanvéens ne sont pas déplacés. C’est la majorité silencieuse qui s’exprime ? Preuve qu’ils approuvent notre projet sur lequel nous avons été élu » s’est contenté de répondre le maire en insistant sur le pôle hôtelier qui se construit à la porte de la plaine et en ironisant sur ces « quelques esprits fossilisants » face au développement de ce quartier ( ?)

    Révolution dans la restaurant collective, la ville ayant porté son choix sur Sodexo, dont le siége est à Issy les Moulineaux, qui remplacera Elior en Décembre 2020. «On regrette le choix de la DSP pour la restauration, qui nous conduit à arbitrer entre deux géants » ont déclaré les écologistes qui se sont abstenus et  ont remarqué que le cahier des charges a tenu compte de l’avis des parents. « Je les rejoint sur ce point. Mais je demande à la municipalité de revenir à la cuisine centrale » a demabdé Séverine Edou (LREM). «Vous nous renvoyez en 2028. Nous avons une approche différente. On souhaite la meilleure qualité. Mais il y a d’autres critères notamment la sécurité alimentaire. J’ai accompagné la transition de la liaison chaude à la liaison froide (au début des années 1990). Sauf à avoir une cuisine dans chaque établissement…Ou une cuisine intercomunale…solution difficile à mettre en place, ce qui me parait inenvisageable » a répondu le Maire. «C’est pourtant ce que font 4 communes dans le sud des Hautsde Seine » selon JC Le Goff (LREM).  

    Enfin, à l ‘occasion d’une nouvelle subvention de la ville de 130 000 € à l’équipe Vanves GPSO Basket, les écologistes se sont inquiétés d’une équipe basket sous perfusion en demandant quels sont les effets sur les jeunes de l’évolution d’une équipe à un haut niveau. « Ces questions sont fondées. La municipalité réfléchit à une remise à plat de la politique sportive. Je suis preneur des avis des uns et des autres. Je souhaite que l’on reprécise la politique sportive de Vanves. Car on n’est pas seulement un prestataire de services, ni un tiroir caisse. On a des idées sur ce que l’on souhaite pour le sport à vanves en lui redonnant du sens et recréer un collectif pour que chacun ait sa place dans ctte politique sportive et surtout les petits (clubs et équipes)» a indiqué le Maire. Ce qu’il a sûrement dit et expliqué lors du Comité directeur du Stade de Vanves qui s’est tenu hier soir et auquel il a participé

  • RESTAURATION SCOLAIRE A VANVES : GLOBALEMENT SATISFAIT

    Les conseillers Municipaux ont pu prendre connaissance lors du dernier conseil municipal du rapport d’activité pour l’année (scolaire) 2008/09  de la société « Avenance Enseignement & Santé » qui est charge de la restauration collective municipale et sociale depuis le 6 Novembre 2008 et pour une durée de six ans.  Ce bilan est intervenu à un moment où l’on parle beaucoup de cantines scolaires. Le Parisien titrait Lundi dernier sur ses « éléves privés cantines » en expliquant que « face à l’augmentation des demandes d’inscriptions », « certaines villes ont établi des critères d’accés ». Ce qui n’est pas le cas à Vanves, heureusement.

    Par contre, la Région, où siége Bernard Gauducheau,  a décidé lors de la dernière réunion de son assemblée plénière, de faire l’expérimentation du prix de la cantine basé sur le quotient familial dans quelques lycées.  Mais les élus du groupe UMP ont déploré que, parallèlement à celle-ci, l’exécutif régional augmente significativement pour toutes les familles les tarifs de l’ensemble des cantines des lycées franciliens : 1,7% pour les tarifs supérieurs à la moyenne régionale (3,59 € pour un tarif au ticket, 2,70 € pour une tarification au forfait 5 jours et 8,53 € pour les tarifs de pension) et 3,4% pour les lycées dont les tarifs sont inférieurs aux moyennes régionales.

    Enfin, en hommage à Henri IV, peut être que les lycéns de Michelet ont pu déguster à l’occasion de la semaine du goût, organisé par la Région et le CERVIA (Centre Régional de Valorisation et d’Innovation agricole et Alimentaire de Paris Ile-de-France) un menu « francilien » spécialement élaboré autour de la poule au pot en cette année du 400ème anniversaire de la mort du roi Henri IV  élaboré sous l’égide du grand chef Jean-Pierre Biffi (Potel et Chabot).

     

    Mais revenons à nos moutons. Entre Septembre 2008 et Août 2009, Avenance a servi 258 301 repas : 3 975 dans les créches. 237 145 dans les écoles dont 83 117 en maternelles et 122 369 en primaires sans compter les adultes (enseignants etc…) qui en représentaient 31 659. Mais il faut faire la distinction entre les repas servis les jours d’écoles (66 848 en maternelles, 107 662 en primaires) et ceux des Centres de loisirs, le mercredi (16 269 en maternelles et 14 707 en primaires).  L’un des restaurants scolaire de la ville, celui de l’école Larmeroux, est le plus fréquenté avec jusqu’à 350 repas par jour parce qu’il accueille les enfants de cette école et d’une partie du Parc Elementaire.  7490 repas ont été servis en portage à domicile et 9 691 à la Résidence Danton dont 7 861 pour le déjeuner et 1 829 pour le dîner.

    Ce rapport fait le point les travaux de la commission de restauration qui se réunit 5 à 6 fois par an, et auquels participent  la diétécicienne de la ville, des représentants des associations de parents d’éléves, des animateurs sur le temps de restauration, des responsables de satellites, d’Avenance pour les écoles, afin notamment de valider les menus des deux mois suivants et voir ce qui va ou ne va pas.  Ainsi elle a demandé de respecter les saisons dans les produits bio proposés. Les responsables des satellites réalisent désormais eux même la vinaigrette maison qui est du coup mieux apprécié. Les goûters transportables du Parc Elémentaire sont très apprécié et ont été mis en place au cours  de l’année 2009 à cause d’une forte fréquence des accueils périscolaires. Il y a des plats qui sont appréciés – omelette/pâtes, crique-monsieu – d’autres moins comme le riz car trop dur, le service de deux poissons par semaine, les merguez sont trop grasses- sachant qu’une vigilance doit être portée sur la maturité des fruits servis.

    Pour les personnes âgées, cette commission qui réunie la responsable des livraisons des repas à domicile, des représentants de personnes déjeunant à Danton, des agents de restaurantion et de la société Avenance bien sûr, a constaté que nos seniors apprécient mieux le couscous poulet que merguez, trouvent généralement les pommes trop dures, les légumes pas assez cuit,  regrettent les grillades de poissons qui ont été supprimés pour des raisons d’hygiéne à Danton.