Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écoles

  • UNE RENTREE A VANVES MARQUEE PAR DES ANNULATIONS, DES TESTS ET QUELQUES TENSIONS

    Cette semaine de Rentrée pour la nouvelle année s’est déroulée sur fond de crise sanitaire, avec des suppressions ou des reports de rendez-vous comme le repas paroissal prévu le 15 Janvier pour célébrer la Saint Remy reportée en Mai, comme les « galettes » traditionnellement organisé par les associations à cette époque, le banquet des seniors, des matchs comme c’était le cas pour le basket qui devait jouer à Tourcoing à cause de joueurs contaminés, des congrés et salons annulés ou reportés en Mars au parc des exposition…. Dans certaines communes, les classes d'instruments à vent dans les conservatoires er les leçons individuelles et collectives ont été annulée jusqu'à fin janvier, à cause de la propagation du variant Omicron. Les pharmaciens sont  sous pression avec ces longues files d’attente devant les barnums blancs pour se faire tester surtout, et vacciner (sur laphoto devant la pharmacie de l’Eglise).

    Selon les dernières données de Santé publique France, un test au Covid-19 sur cinq s’avère positif en IDF. Le taux de positivité est de 20,5 % dans la région contre 17,1 % au niveau national. Un résultat qui s’explique par un nombre record de tests réalisés ces derniers jours : 9,5 millions de testes réalisés la semaine derniére (+25%) contre 3 millions de tests hebdomadaires en 2020 et 6 en Août  2021. La hausse du nombre de cas positifs témoigne «d’une circulation virale toujours plus intense, dominée par le variant Omicron» affirme SPF. Cela s’explique également par un nombre de tests réalisés ces derniers jours. Le taux d’incidence se rapproche des 3.000 cas pour 100.000 habitants dans la Région. Une tension hospitalière se fait déjà ressentir. Les scientifiques prévoient un pic épidémique à la mi-janvier.

    Dans les écoles, la tension est grande actuellement après l’annonce d’un nouveau protocole considéré comme « hors sol » annoncé par le ministre de l’Education la veille de la Rentrée dans le Parisien, heureusement allégé depuis peu….  «Ce nouveau protocole sanitaire rend la situation ingérable. Il veut que dans un cas de contamination dans une classe, tous les élèves devaient passer un test antigénique. Puis, un second test, deux jours après le premier cas et un troisième, quatre jours après. Si l’un des élèves était déclaré positif pendant ce laps de temps, la démarche des trois tests devait être relancée du début. On arrive plus à gérer» expliquait un responsable d’un syndicat enseignant qui ajoutait : «Depuis trois jours, les directions scolaires ne font que rappeler les parents. Ce protocole entraine une consommation massive d’autotests car les écoles demandent aux parents d'utiliser des autotests, et ils se tournent donc vers les pharmacies. Les pharmacies ne savent pas si elles seront remboursées et sont réticentes à fournir des tests, alors que le stock diminue. Les parents reviennent voir les écoles sans avoir d'autotests et sont déboussolés. Ils n'en peuvent plus et les directions scolaires aussi !».

    Et certains témoignages de parents vanvéens sont édifiants, car emmener les enfants à l’école, c’est devenu depuis la rentrée une sorte de parcours du combattant pour beaucoup d’entre eux. Selon le nouveau protocole, les élèves de moins de 12 ans doivent subir trois tests en cinq jours et justifier à chaque fois d’un résultat négatif pour pouvoir revenir en classe. Encore faut-il pouvoir se faire tester. «On a fait une heure de queue par deux degrés» racontait à France Info, une maman d’une écolier en CP. Même galère pour Louise, qui elle est en CM1 : «On en fait presque toutes les semaines. (…) C’est un peu beaucoup !» témoignait une autre mére. «Trois tests je trouve ça un peu lourd pour les enfants (…) mais c’est imposé !» ajoutait un père de famille devant une pharmacie dont la plupart sont déjà saturées et à bout.. Selon un pére de famille qui déposait ses deux garçons à l'école du parc hier matin, un enseignant faisait le tri à l'entrée, en laissant certains élèves aller en classe, en renvoyant d'autres se faire un test.   

    Face à la demande croissante de tests la ville de Montrouge propose depuis lundi un dépistage covid dans les écoles pour faciliter la vie de tous. Les enfants cas contacts au sein d'un établissement scolaire montrougien peuvent se faire tester directement dans leur école grâce à une cellule mobile de dépistage COVID mise en place par la Ville en accord avec l’Edication nationale. Et à Vanves, c’est pour quand ? Mais ce n’est pas tout, dans le contexte actuel,  les absences  des enseignants malades ou contaminés, n’arrangent pas le situation, que ce soit dans le primaire ou le secondaire. Cette semaine à Lemel, les parents doivent se débrouiller pour cause d’absence ces deux premiers jours de lasemaine, à cause de l’absence d’un enseignant, et de la grève jeudi, Vanves n’est pas épargné. C’est pourquoi  les syndicats ont appelés les enseignants et les professionnels de l’éducation à la grève à partir du 13 janvier prochain, ce qui ne va pas arrangés la situation de parents excédés. Parmi les revendications : « Des consignes discutées et adaptées à la réalité, communiquées clairement et directement aux collègues et avec des délais de mise en place ; des équipements de protection et de prévention en nombre (masques chirurgicaux et FFP2, autotests, capteurs de CO2), dès les prochains jours et pas dans plusieurs semaines ; un recrutement de personnels via les listes complémentaires des concours et via des contrats décents pour les enseignants et CPE contractuels ainsi que pour les assistants d’éducation» décrit le SE-Unsa dans un communiqué

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    PREVENTION : La semaine dernière a été marqué par plusieurs cas positifs au Covid-19 dans les écoles qui ont amené à la fermeture d une classe à l’école maternelle Lemel, plusieurs à l’école du Parc, la ville étant en lien avec l’ARS (Agence Régionale de Santé, la médecine scolaire, l’inspectrice de l’Education Nationale et les directeurs d’écoles afin d’assurer un suivi rigoureux de l’évolution sanitaire dans chaque école. «Les mesures théoriques sont super. Malheureusement dans la pratique c'est douteux... »faisait remarquer un vanvéen sûrement parent d’éleve, sur les réseaux sociaux en notant que «devant le collège – sans précise lequel -  à midi notamment le port du masque est absent sur une bonne moitié d'ados une fois la grille vers l'extérieur franchie. Et aucune mais vraiment aucune distance de sécurité. Certains se raclent avec délectation la gorge et lancent de gros crachats.... C'est un comportement civique et responsable en période de virus ? Comment faire respecter le b.a.ba des règles sanitaires» 

    LREM ;  Gabriel Attal Secrétaire d’etat-porte parole du gouvernement devrait candidat aux régionales en Ile de France. Il serait intéressé pour être la locomotive de la liste LREM dans les Hauts de Seine.  Florence Provendier (sur la photo au forum des associations avec Séverine Edou et Jean Cyril Le Goff, conseillers municipaux) qui l’a remplacée comme  député de la 10e circonscription lors de sa nomination au gouvernement,  fait partie de la  Constitution de la Commission d'Enquête pour mesurer et prévenir les effets de la situation sanitaire sur les enfants et la jeunesse créé la semaine  dernière à l’Assemblée Nationale. Présidée par Sandrine Morch avec Marie Georges Buffet, ex-ministre de la Jeuness eet des Sports de Jospin,  comme rapporteur elle comprend 30 députés qui vont travailler jusqu'à la fin de l'année sur ces enjeux déterminants : «Nos enfants ne doivent pas être la variable d'ajustement de la crise !» commente La députée de Vanves qui a ouvert un site pour informer les électeurs de la 10E circonscription sur ses activités parlementaires (florenceprovendier.fr)  

    FETE DES VOISINS : «En ces circonstances si particulières, et dans un contexte où il est primordial de renforcer le lien social et de veiller les uns sur les autres, nous avons pris la décision de maintenir au niveau national la Fête des Voisins du 18 septembre prochain, sauf évolution sanitaire contraire ou interdiction préfectorale. Nous sommes en effet convaincus qu’il est encore possible de passer des moments conviviaux entre voisins, tout en respectant les règles de distanciation et le protocole sanitaire en vigueur» indique Atanase Périfan, organisateur et fondateur de la fête des Voisins qui se déroulera pour la 2e fois le 18 septembre prochain. Ainsi cette nouvelle édition qui se déroulera le 18 Septembre, sera emblématique, non pas d’une distanciation sociale imposée, mais d’un rapprochement choisi tout en restant prudent et en respectant les gestes barrières. Elle se déroulera dans les cours, les entrées d’immeuble, les places de village, sur les trottoirs… mais elle sera masquée et devra respecter toutes les mesures sanitaires et de distanciation physiques qui s’imposent actuellement.. L’ensemble des équipes de la Fête des Voisins se sont mobilisées afin d’adapter les outils de communication à la nouvelle donne sanitaire. Les affiches ont été redessinées, les conseils, trucs et astuces pour s’organiser ont été adaptés à la situation, des masques dessinés… (reprise du doc 10 conseils pour…, de la nouvelle affiche…).

  • LES MUNICIPALES A VANVES A l’HEURE DU DECONFINEMENT : Les listes en campagne sur le terrain et les réseaux sociaux

    La campagne officielle pour le second tour des élections municipales, le 28 juin, s'ouvre aujourd’hui, trois mois jour pour jour après la tenue contestée du premier tour, au début de la vague de Covid-19 en France. Une campagne «sans contact», d'une durée exceptionnelle, soumise à de fortes contraintes sanitaires pour éviter la propagation du virus. Le gouvernement a renforcé les règles de précaution: pas de meetings, peu de porte-à-porte, respect de la distanciation physique et port du masque. La campagne se fera beaucoup sur les réseaux sociaux et dans les médias. «Visioconfs», «opérations de phoning», envoi massif de SMS aux électeurs supplanteront les rencontres sur les marchés. D'ordinaire limitée aux quelques jours qui séparent les deux tours, la campagne s'étalera en revanche sur deux semaines. Certains maires sortants, comme à Vanves,  se sont même beaucoup montrés depuis le premier tour en multipliant les interventions pour gérer le quotidien de leur commune durant la crise sanitaire. Ce qui pourrait susciter des recours à l'issue du scrutin pour contester les résultats.

    Les différentes listes étaient en campagne ce week-end et particulièrement autour des marchés et des commerces le maton, du côté du parc F.Pic l’après midi, où les marcheurs distribuaient des ballons comme ils l’ont fait aux présidentielles et aux législatives de 2017. Avec leur anorak blanc pour la liste Vanves en Tête (UDI/LR), le maire venant vérifier ses troupes, toujours avenant avec ses opposants lorsque ces derniers saluent poliment et échangent quelques mots  avec des vanvéens qu’ils connaissent et qui soutiennent la majorité sortante, toute simplement dans la traditionnelle convivialité vanvéenne que tous apprécient quelque soit leur bord (poltique),   avec un définitif « ne perdez pas votre temps » ;   avec leur masques bleus pour Vivre Vanves (LREM) au lieu de l’écharpe, plus avenant et ouvert sans agressivité, ni sectarisme. IIs donnaient le sentiment d’un retour à la normale, comme cete longue file d’attente devant le Syndicat d’initiative pour les inscriptions à la Braderie du parc F. Pic à la Rentrée

    La campagne se fait aussi sur les réseaux sociaux. Chaque jour, dans la rubrique «Actualités» du site et sur les réseaux sociaux de Vivre Vanves, parait le «récit du jour » qui est un témoignage de la part de  commerçants, salariés, chefs d’entreprise ou fonctionnaires, grands-parents, en couple ou célibataires,  militants associatifs, engagés politiques ou simples citoyens,  jeunes ou moins jeunes. «Tous ont une histoire avec Vanves et ont voulu la partager. Ces récits courts, souvent intimes, parfois acides, toujours épris de Vanves, sont autant d’éclairages individuels pour illuminer l’avenir de notre ville, autant de manifestations de la volonté, enfin, de Vivre Vanves» explique Séverine Edou sa candidate. Avec déjà trois témoignages : le « Caynon de Vanves », « Chasse à la ZAC », « la nature confinée ». Vanves Demain (EELV) met beaucoup l’accent dans son  blog sur l’école avec des témoignages : « Rentrée scolaire : la solitude des enseignants » par la directrice de l’école Cabourg prise en étau entre les parents quelquefois agressifs – « Ils ont tous en commun la même détresse de parents en burn out, qui ne peuvent toujours pas reprendre leur travail » -  et l’administration de l’Education Nationale particulièrement lourde donnant des injonctions contradictoires.  D’autres témoignages sur  « quand croisez les doigts ne suffit pas » ou encore « oivrir les coursdécoleset les écoles » qui permettent à la liste de revenir sur programme pour l’école