Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

groupe eelv

  • LES REPUBLICAINS PROPOSENT DETRANSFORMER LE PERIPH AUX PORTES DE VANVES EN AGORA

    Une équipe d’architectes et d’urbanistes ont planché sur un réaménagement du boulevard périphérique  et identifiés 4 sites potentiels : Portes d’Aubervilliers, des Lilas, d’Ivry et de Vanves. Ils parlent même de transformer les frontières actuelles en « agora » en s’inspirant de ce qui a été fait à Hambourg, à Madrid et même à La Défense   

    Il en a été question dans le journal « Le Monde » et à l’occasion d’une niche déposée par le grroupe LR  au conseil de Paris qui s’est réunit voilà une quinzaine de jours. Ce groupe présidé par NKM a, de nouveau, défendu, une couverture du boulevard Périphérique qui constitue l’épine dorsale du réseau routier métropolitain et dont la suppression pure et simple relève de l’utopie. « Ce n’est pas le périphérique qui est anachronique, mais la coupure urbaine qu’il représente entre Paris et sa banlieue » explique ce groupe politique qui veut en faire un espace de respiration. D’autant plus que 396 000  parisiens et banlieusards habitent et 238 000 travaillent dans un rayon de 400 m. Mais « il fait l’unanimité contre lui par l’image négative qu’il véhicule, enfermant pour les uns, infranchissables pour les autres, formant une barrière sclérosante qui nourrit les inégalités au coeur même de la métropole, source de pollution et de bruit ». Pour l’instant sur ses 35,04 km, 6 sont couverts grâce à quelques projets de couvertures menées à leur  terme (Porte de Vanves et de Montreuil) mais d’autres ont été mis à l’arrêt. « Les regards semblent ces dernières années portés exclusivement sur l’hypercentre de la ville, achevant de créer un Paris à plusieurs vitesses ».

    Le projet du groupe LR propose de « lancer un appel à projet visant à estomper le périph, à faire émerger des projets aussi créatifs que réalisables, variés et destinés à résoudre des problèmes laissés depuis trop longtemps de côté » expliquait-il  en prenant l’exemple des portes de la capitale qui sont un exemple parmi d’autres. « Alors qu’elles devraient être les places du Grand Paris, elles marquent aujourd’hui davantage des frontières, tant elles sont imperméables pour nombre de personnes, en particulier les piétons et les cyclistes ». Et les portes Brancion et de la Plaine en sont un exemple criant. La forme de l’appel à projet aurait pour objectif d’assurer la viabilité financière des opérations à travers la valorisation foncière. D’autant plus que les finances publiques sont aujourd’hui incapables de supporter le  coût de la couverture intégrale ou de l’enfouissement du linéaire. Certaines portes pourraient ainsi accueillir des gestes architecturaux puissants, vecteurs de curiosité et de dynamisme sur le territoire.

    Les écologistes ont réagis  à cette proposition  qui « marque la volonté de la droite de pérenniser cet axe routier ad vitam aeternam, de continuer dans une politique de la voiture-reine sans se soucier de la santé des gens et surtout des plus fragiles. Enfouir et cacher cet axe qui est le principal émetteur de particules fines à Paris, ne résoudra pas le problème de la pollution dans la ville. Le groupe des élus Républicains s’amuse à faire l’autruche quand un Parisien sur deux respire un air qui ne respecte pas la réglementation. Enterrer le périphérique, c’est aussi conforter la fracture urbaine qu’il trace entre Paris et le reste des territoires de la métropole » ajoutaient ils en expliquant qu’ils souhaitent réinvestir cet espace et le transformer ainsi en boulevard urbain à horizon 2030. « Le périphérique peut devenir un lieu de rencontre et d’activité, une véritable liaison entre Paris et la banlieue qui regrouperait un peu de circulation, des mobilités douces, des espaces verts, des commerces. Pour transformer l’usage du boulevard périphérique d’ici à 2030, il faudra sensibiliser les Franciliens pour lutter contre la pollution de l’air et pour commencer à se réapproprier les 35 km de la ceinture périphérique, nous avons obtenu qu’un événement festif soit organisé sur cette autoroute urbaine. Pour que l’espace d’une journée, nous puissions imaginer un périphérique sans voiture »

  • 2 ELUS ECOLOGISTES DE VANVES SENSIBILISENT SUR LA COP 21 : Lucile Schmid et Marc Lipinski ont posé la question à des spécialistes : « Et si la conférence mondial sur le climat réussissait ? »

    L’objectif des écologistes est d’obtenir une forte mobilisation de la société civile pour faire pression sur les décideurs et obtenir des résultats lors de la 21éme conférence Internationale sur le Climat (COP 21) prévue en Décembre 2015 à Paris (Le Bourget). Peu de franciliens ne se font encore une idée de l’ampleur que va revêtir cette conférence internationale comme n’en a jamais accueillie la France jusqu’à présent avec 40 000 délégués, et plus de 400 000 manifestants pour la grande marche qui l’ouvre ou la clôture habituellement. Deux vanvéens suivent de très près sa préparation : Lucide Schmid, secrétaire général de la Fondation de l’Ecologie Politique crée par EELV et Marc Lipînski, Président de son Comité scientifique. Ils présentent, aujourd’hui à 11h au Palais Brogniart (ex-Bourse), à l’occasion des Vœux de cette Fondation,  un ouvrage collectif réalisé avec une vingtaine d’auteurs à qui, ils  ont demandé de répondre  à la question : « qu’est-ce que serait la société au niveau mondial si la COP 21 réussissait ? ».

     

    « On a essayé de se livrer à une sorte d’exercice de prospective positive sur la société et le monde en 2035. C’est un peu dans la lignée de ce que nous avions voulu faire durant les élections municipales à Vanves en Mars 2014  avec Vanves 2020. A l’époque, certains avaient dit que « les Verts fumaient la moquette ». Nous  avons  continué à fumer la moquete, mais cette fois-ci en 2035 et dans la perspective climatique et positive. Nous avons repris une partie de notre programme pour les municipales avec « Vanves 2035 ». Dans cet ouvrage qui a une portée un peu universelle et européenne, Vanves est présent  - dans un chapitre qui explique que « Vanves a obtenu le prestigieux label de « commune en transformation écologique » -  en expliquant que c’est une ville emblématiquie du Grand Paris. On fait de l’anti Houellebecq qui s’est livré dans son ouvrage, à une sorte de prospective ultra perssimiste et raciste, en parlant plutôt d’une société apaisée, coopérative, sans négliger les éléments de conflictualité, et la difficulté à changer les mentalités » explique Lucile Schmid qui a écrit avec Marc /Lipinski, ce chapitre. « J’évoque la vie d’une famille entre 2020 et 2035 pour montrer comment la transition écologique, énergétique aura un impact sur  nos vies personnelles, car chacun se demande ce que cela pourra changer dans sa vie quotidienne en positif, et aussi en terme de bouleversement et d’obligation de changer de comportement ». Le Blog aura l’occasion de revenir sur le chapitre de ce livre collectif consacré à « Vanves en 2035 »

     

    Le groupe écologiste du Conseil Régional dont fait parti Marc Lipinski est fortement mobilisé sur ce rendez-vous. Les écologistes ont réunis récemment des associations, fondation reconnues d’utilité publique, SCIC (Sociétés Coopératives d’Intérêt collectif)  agissant dans le domaine de l’environnement et du développement durable pour leur présenter le Fonds Vert/Climat créé en 2014 (avec 700 000 €) et doté en 2015 d’un budget exceptionnel de 2 M€ dont elles peuvent profiter à la condition de mener un projet d’action ayant pour objet principal de sensibiliser les franciliens aux enjeux de la COP 21, susciter et organiser une vaste mobilisation citoyenne autour de la COP 21. « C’est plus difficile à une collectivité comme la Région de réfléchir à son implication dans un événement comme la COP 21 car elle se situe l’Etat qui est acteur dans cette négociation, et la ville de Paris qui l’accueille en étant engagée avec d’autres capitales mondiales dans la lutte contre le réchauffement climatique » reconnait Corinne Rufet (EELV) vice présidente chargé de l’Environnement.

     

     « Pourtant la Région s’est emparé de ce thème du réchauffement climatique avec une vision plus globale, comme ses consoeurs, notamment avec un programme d’actions concrétes inscrites, pour l’Ile de France, dans le SCRAE, avec des objectifs à atteindre d’ici 2030/50 » explique t-elle en indiquant les 3 grands thèmes sur lesquels travaille la Région : La lutte contre les crues et surtout les eaux de ruissellements suite à des pluies qui deviennent plus fréquentes et plus violentes à de cause de sols imperméabilisé, grâce notamment au développement de trames vertes et bleues. La lutte contre les hausses de température et les canicules   en « climatisant la ville » par exemple : Il y aurait 5 millions de m2 à végétaliser pour lutter contre l’effet canicule en Ile de France. Enfin le développement de l’agriculture périurbaine pour assurer une autonomie agricole de la Région en l’adaptant aux températures en hausse. Plusieurs manifestations sont déjà inscrites dans le calendrier régional : Le festival International du film de l’environnement qui débutera le 3 Février sur le théme du climat, et surtout une simulation de la COP 21 par 400 lycéens et apprentis qui est prévue début mai 2015.