Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

question orale

  • L’IRE DE L’EX-DEPUTE DE VANVES EST DE PIRE EN PIRE VIS-A-VIS DU MINISTRE ET DE LA DEPUTE DE LA 10e CIRCONSCRIPTION

    Après avoir fait capoter le projet de l’école hôtellière Ferrandi de la CCI Paris Ile de France accolé à l’hôtel Accor prévu d’être construit face à l’hôpital Suisse, parce que ses responsables avait reçu le jeune député Attal (En photo dans Paris Match de cette semaine avec le nouvel uniforme des jeunes qui feront le Service Universel National)  pour le lui présenter, cette fois, l’ex-député de la 10e circonscription  a de nouveau frappé : A L’occasion du 30e anniversaire du jumelage d’Issy lres Moulineaux et Etchmiadzine (Arménie), il a refusé un portrait-interview dans le magazine France-Arménie et d’apparaitre ainsi à côté du jeune secrétaire d’Etat à la Jeunesse.

    La Rédaction dans un article intitué « Nous nous devions de vous dire » explique : « Le 1er Mars, le Cabinet de M .Santini contacte France Arménie pour s’étonner de la présence de M.Attal dans ce numéro, nous demandant de faire un choix entre le maire d’Issy les Moulineaux et le député de la circonscription, devenu en Octobre dernier, Secrétaire d’Eat à l’Education nationale. Nous avons écouté les arguments de M.Santini. Nous lui avons indiqué de France arménie n’avait pas à prendre position, et que notre magazine donnait la parole à tous les courants républicains dés qu’il sagit de parler de leurs engagement de l’Arménie, des Arméniens ou des concitoyens français d’origine arménienne. Nous avons également fait remarquer qu’il s’agissait de la liberté de la presse que de pouvoir librement fixer le contenu de son média » écrit la rédaction en faisant état d’un  mail reçu le 7 Mars indiquant qu’André Santini lui demandait de retirer sa participation à ce numéro et qu’il annulait, par là même, la publicité prévue par la mairie d’Issy les Moulineaux. «Nous ne pouvons que regretter ce choix que nous sommes contraint de respecter. Cela ne remet en cause l’estime que nous avons pour l’action accomplie par M.Santini à Issy les Moulineaux et celle en faveur de l’Arménie et des arméniens ».  Rappelons qu’il avait déjà menacé les associations isséennes arméniennes de leur couper les vivres si elles continuaient à inviter le jeune député LREM.à leurs manifestations.

    Ce n’est guére mieux  pour Florence Provendier qui a remplacé Gabriel Attal au Palais Bourbon. A l’occasion d’une question orale concernant l’organisation du grand débat national posé par le groupe PS au conseil municipal du 7 Février 2019, le maire d’issy les moulineaux a rajouté ce commentaire après la réponse de ses adjoints : «Au passage, nous avons, paraît-il, une députée sortie comme le champignon à l’automne et qui doit justifier son action, sa paie, etc. Elle a un petit problème : les gens qui lui écrivent ne reçoivent pas de réponse ! Je lui ai donc envoyé une lettre un peu sévère en disant : « vous avez tant de collaborateurs ». Je n'ai pas dit que c'étaient des emplois fictifs…Il ne faudrait pas… On a déjà Benella sur la Ville, on ne va pas en rajouter d'autres au troupeau ! Benella commence à poser des problèmes ! On me dit qu'il en est maintenant à contaminer Matignon ! Alors, là… Putain ! Je ne sais pas où cela va se terminer cette histoire ! Dans un lac en Bavière, vous allez voir ! Donc Mme Machin a donc écrit pour dire « il me faudrait une salle ». Je lui ai répondu : « Madame, on ne vous donnera pas de salle spécialement puisqu'on met l’Auditorium à disposition, c'est quand même mieux ! » Elle n'était pas contente. Elle a donc loué l'hôtel Ibis ! C’est bien… Mais ce qui est embêtant, c'est qu'elle a raconté qu'elle avait loué l'hôtel Ibis et que je lui ai envoyé la commission d'hygiène ! Je ne lui ai jamais envoyé la commission d’hygiène ! Elle dérape complètement. Donc je lui ai demandé de confirmer qu'elle avait dit ça ou qu’elle ne l’avait pas dit ! Mais on a affaire à une joyeuse bande. À chaque fois qu'ils me posent des questions, je leur dis « vous savez, Louis XVI, avant de mourir, il a dit "a-t-on des nouvelles de M. de La Pérouse ?" » Moi j’ai dit : avez-vous des nouvelles de M. Benalla ? Voilà avec qui on discute ! Je lui ai dit : « Madame commencez par répondre aux courriers, c’est le minimum de politesse. » Ils veulent tout faire. Elle a été au lycée l’autre jour. Bilan : lycée en grève pour 15 jours. Un succès ! Le Cornu est venu au transfo de Farman. Bilan : incendie du transfo et la gare Montparnasse en rideau. Je leur ai dit : « écoutez, les petits chéris, restez chez vous ». Edifiant  

  • INSTANCES PARTICIPATIVES DE VANVES : RENFORCER LEURS ROLES ET L’ORGANISATION DES TRAVAUX

    Le groupe socialiste a demandé, lors d’une question orale au conseil miunicipal du 28 Mars dernier, quelles étaient les finalités et les conclusions éventuelles d’un rapport sur les différentes instances participatives de la Ville (Conseils de quartier, Comité de jumelage, Cesev…). Françoise Saimpert, maire adjointe chargée de ses instances, a bien confirmé à Anne Laure Mondon (PS) qu’un rapport interne sur le fonctionnement sur des  différentes instances participatives a effectivement était mené par un cadre de la Commune qui a donné lieu à plusieurs propositions discuté en interne.

    «Son objet était de travailler sur les pistes d’amélioration du fonctionnement de nos organes de participation notamment le CESEV et les conseils de quartier. Pour les conseils de quartier il s’agit de renforcer leur rôle et de favoriser leurs actions notamment en leur donnant plus de lisibilité (possibilité d’intervention en réunions publiques de quartier, meilleure communication sur leurs actions par exemple avec un rapport annuel  présenté en Conseil Municipal) en dynamisant leur action (faire évoluer les échanges d’informations entre les conseils et les services municipaux, moderniser la tenue des réunions avec un soutien venu des services…). Pour le CESEV plusieurs propositions seront faites aux membres actuels avec quelques grands principes concernant notamment l’organisation des travaux (donner la priorité à des groupes de travail plus restreints et à géométrie variable plutôt que des commissions de vingt personnes) le règlement intérieur et les statuts pour trouver plus de souplesse notamment s’agissant des saisies et auto –saisies, la restitution des travaux. Enfin pour renforcer la politique communale en matière de participation locale il a été décidé de nommer un cadre de la commune à titre permanent pour s’occuper,  en lien direct avec les élus concernés, du conseil des seniors,  du CESEV, des conseils de quartier» a t-elle annoncée

  • LE CESE DE VANVES VICTIME DE LA LASSITUDE ET DE LA DECEPTION ? IL N’EN EST RIEN POUR LA MUNICIPALITE

    A l’occasion du conseil municipal du 13 Décembre dernier, Guillaume Moucheroud, conseiller municipal EELV (sur la photo à gauche) qui a remplacé Lucile schmid a posé une question sur le Conseil Economique, Social et Environnemental de Vanves (CESEV) qui a été installé le 30 juin 2015 avec  80 membres répartis sur les quatre commissions Espaces publics, Développement durable et solidarités, Éducation et culture, Économie et prospective.

    « Ces commissions ont travaillé et formulé, conformément aux statuts, des avis et des recommandations concernant les nombreux sujets. Chacun a pu constater sur le site de la ville la qualité de ce travail et la pertinence de nombreuses recommandations, construites par des Vanvéens compétents et motivés. Au-delà de l'intérêt pour la commune de bénéficier d'avis d'experts, cette initiative de participation des citoyens à la vie de la cité a un intérêt en soi, et toutes les personnes qui ont donné de leur temps et de leur bonne volonté dans les commissions soulignent la richesse des rencontres et du travail collectif auquel elles ont participé » a-t-il constaté avec un bémol : « Mais le petit nombre de membres du CESEV présents à la dernière réunion plénière le 19 octobre et à la réunion du 7 décembre dernier laisse penser que l'essoufflement au moins, la lassitude et la déception parfois, ont fait place à l'enthousiasme du début. Les membres du CESEV ont le sentiment que leurs travaux ne servent à rien. La commission Espaces publics a même démissionné. Les statuts prévoient que le rapport d'activité annuel du CESEV est transmis au Conseil Municipal. Pouvez-vous nous dire, Monsieur le Maire, si cela a été fait, et si oui, à quelles dates ? Au-delà du renouvellement des membres prévu en 2018, comment envisagez-vous de redonner de l'élan à cette initiative, et en particulier envisagez-vous la mise en œuvre concrète de certaines propositions, mise en œuvre qui sera la seule façon de réellement reconnaitre le travail collectif réalisé et d'encourager sa poursuite ? Que pensez-vous faire pour que le CESEV soit une instance de véritable démocratie participative ? »  

    « S’agissant des remarques sur ce que vous appelez l’essoufflement du CESEV, je tiens à rappeler et préciser plusieurs points qui contredisent votre interprétation » lui a répondu Bernard Roche conseiller municipal et président du CESEV. « Tout d’abord la commission Espace Public fonctionne toujours et malgré les 8 démissions la majorité des membres demeure au sein du CESEV. Ensuite, il y avait 23 membres présents le 19 octobre dernier à la réunion plénière de rentrée et 20 le 07 décembre pour la rencontre avec Monsieur le Maire. Toute instance de participation locale voit en effet mécaniquement son nombre de membres diminuer suite à des déménagements, des changements de vie qui ne permettent plus aux membres de participer. Cela s’observe dans toutes les instances participatives à hauteur de 10 à 15 % des membres par an. Les membres les plus actifs qui s’investissent dans le CESEV restent tous motivés et travaillent avec beaucoup d’engagement à l’étude des sujets qui leur sont soumis » a-t-il précisé

    Tout en ajoutant : « Concernant les actions envisagées à court terme pour le CESEV, nous attendons les résultats de la mission confiée à un cadre de la Commune qui travaille actuellement à un état des lieux de la participation locale et qui doit faire des propositions pour redynamiser les instances les moins actives. Ensuite une révision du règlement du CESEV (composition, organisation, fonctionnement…) est à l’étude au regard du bilan des deux années d’existence de l’instance. Il s’agit d’évaluer la pertinence de l’organisation actuelle et d’en modifier certains aspects pour faciliter le travail du CESEV. La visibilité des travaux du CESEV est importante pour les membres qui ont besoin de reconnaissance de la part des élus et des citoyens pour leur engagement au sein de l’instance. La Municipalité accentuera son effort de communication sur les travaux réalisés par le CESEV et permettra au plus grand nombre d’en prendre connaissance. Un échange avec les élus, comme celui du jeudi 7 décembre est aussi très important pour faire un retour aux membres du CESEV sur leurs travaux et les recommandations remises. En outre, ce temps d’échange permet aux élus de préciser auprès des membres les points qui ont suscité leur intérêt dans les avis remis en Assemblée plénière. Enfin, je rappelle que le CESEV est une instance participative de prospective et consultative. Ses préconisations n’ont pas vocation à être appliquées à l’état brut. En revanche, soyez assuré que les avis ou préconisations remises abondent la réflexion des élus et aident à la décision le cas échéant ».