Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lep dardenne

  • VANVES TERRE DU BAUHAUS, QUI CELEBRE SES 100 ANS, GRACE AUX FRERES MARME

    Le Bauhaus, école d'arts appliqués et d'arts plastiques, née au lendemain de la Première guerre mondiale à Weimar (Allemagne), a eu une grande influence sur le monde du bâtiment jusqu’à Vanves où des édifices sont tout à fait représentatif : le LEP Dardenne (ex-école primaire des filles du groupe scolaire du centre), puis l’école maternelle du centre,  la maison de retraites Larmeroux avec sa chapelle (sur la photo), et la créche à l’autre extrémité, et des bâtiments qui ont disparu comme l’ex-poste de la place de l’insurrection… Des bâtiments alliant le béton et la brique, le ciment et le verre,  avec de grandes baies vitrées, et vérrières horizontales, faisant entrer la lumière naturelle dans à l’intérieur de ces bâtisses, des façades à gradins avec des terrasses prévues pour être ornées de végétations, l’ampleur des espaces communs et des circulations contribuant au sentiment de confort.

    Voilà 100 ans exactement, l'architecte Walter Gropius fondait l'école d'art «Bauhaus», qui signifie littéralement «maison du bâtiment, maison de la construction». Un véritable courant de pensée qui a irrigué le monde de l'architecture, du design et des arts plastiques grâce à la présence de très nombreux enseignants de renom. Son manifeste précisait : «Le but final de toute activité plastique est la construction ! Architectes, sculpteurs, peintres : nous devons tous revenir au travail artisanal, parce qu'il n'y a pas d'art professionnel. Il n'existe aucune différence essentielle entre l'artiste et l'artisan».

    Les fréres architects Paul et Marcel Marme s’en sont inspirés pendant l’entre deux guerres, lorsqu’ils ont travaillés ensemble  pour construire ses bâtiments vanvéens cités plus haut plus des immeubles d’habitations dont celui au dessus de la pharmacie de l’église, puis plus d’autres bâtiments moins marqués sur le plan architecturale comme le collége Saint Exuperyu etc….

  • UN PATRIMOINE EXTREMEMENT RICHE A DECOUVRIR A PIED DANS VANVES

    Le patrimoine vanvéen est à  l’honneur  durant ce week-end à l’occasion des journées européennes du patrimoine (JEP). Un focus est fait sur  Marina Tsetaeva ((1892-1941) grande poétesse russe qui a vécut à Vanves de 1934 à 1938 avec des animations et des visites au 65 rue Jean Baptiste Potin où elle a vécu. Il y a les incontournables : Le lycée Michelet, l’église Saint Remy, l’église des nouveaux martyrs de la terre russe, la cité Payret Dortail, label patrimoine d’intérêt régional depuis le printemps 2018, le prieuré Saint Bathilde qui fait partie du patrimoine remarquable d’Ile de France  où sont organisé des visites ce week-end qui les mettent en avant.

    Mais le patrimoine de Vanves ne se résume pas seulement à ces sites mis en avant, car il y en a d’autres bien sûr que vous pouvez découvrir au gré d’une promenade dominicale : Le parc F.Pic sauvé des lotisseurs par le maire dont il porte le nom, vec ses anciens pavillons de  la maison de santé du docteur Arnaud, le restaurant de la Tourelle, la créche du parc, mais aussi sa glacière et sa chapelle que les habitués du parc devinent sous son monticule de terre 

    Le lotissement voisin du lycée Michelet et du parc des expositions, dit des artistes, encadré par les rues J.Jaurés, M.Yoll, Jullien et V.Hugo,  implanté sur des parcelles en lanières issus des anciens terrains agricoles et viticoles (Ouest des Hauts de Vanves) ou il est l’héritage d’un passé ouvrier de la commune : Ses pavillons avaient été construit par la SA de la Plaine de Vanves dont le promoteur était l’ingénieur Emile Cacheux, spécialiste des maisons ouvrières qui exerça ses activités jusqu’à la fin du XIXéme siécle à Vanves. Ses caractéristiques : étroitesse des parcelles, constructions sur les limites séparatives et en recul de la voie laissant place à un jardinet à l’avant. Sans parler de certains pavillons dans les Villas, petites voies privées, desservant plusieurs maisons étroites implantées sur de petits terrains : Quincy, Dupont, Léger…  Avec quelques immeubles de l’Immobiliére 3 F entre S.Carnot et V.Hugo, à l’angle Barbés/J/Bleuzen, place de la République au dessus de la pharmacie ou du bâtiment HLM sur pilotis de la rue J.B. Potin.

    « L’époque contemporaine a marqué le paysage par une profonde restructuration urbaine où s‘illustrérent bien des architectes comme Henri Sauvage, les frères Perret, et les fréres Marne » ces derniers ayant construits notamment dans le style Bauhaus, jouant avec le béton et un parti pris de transparence  : La créche-maison de retraite Larmeroux (ex-maisons de retaites des vieux travailleurs) avec son entrée ornée de deux hauts reliefs des sculpteurs R. Coutin et l Piron sur les thémes de la vieillesse, de l’enfant et dela femme, avec  sa chapelle rénovée  ou le LEP Dardenne avec ses 3 étages de grandes verrières horizontale qui viennent aérer les murs de briques. Plus loin, l’hôtel de ville avec sa fresque d’Henri Darien , ou le tribunal d’instance construit en 1857 pour accueillir la première mairie de Vanves puis en 1897,  le premier tribunal de paix, la gare-pont de Vanves-Malakoff qui était une proussse architecturale à l'époque.  

  • UNE RENTREE SCOLAIRE A VANVES DANS UN CONTEXTE PARTICULIER: L’ETAT D’URGENCE INVITE A PRENDRE DE NOUVEAUX REFLEXES

    Prés de 4650 jeunes de 3 à 20 ans font leur rentrée ce matin dans les établissements scolaires à Vanves : Plus de 2200 enfants dans les 6 écoles maternelle et 6 écoles élémentaires de Vanves,  1650 élèves à Michelet dont 650 collégiens, 650 lycéens  et 350 étudiants de classes préparatoires, prés de 500 collégiens au collège Saint Exupery, plus de 350 au LEP Dardenne. Mais cette Rentrée des classes est vraiment particulière cette année.  Devant un « niveau de menace terroriste très élevé », la protection des établissements scolaires fait office de priorité absolue pour cette rentrée entamée pour les  pouvoirs publics,  les collectivités locales  et les chefs d’établissements.  Elle a fait l’objet d’une circulaire interministérielle (Intérieure-Education Nationale) qui balaie toutes les questions et problématiques et a été l’objet une réunion préfecture-inspection académique-collectivités locales.  « C’est un changement de culture pour tout le monde » constate Philippe Wuillamier, Inspecteur d’académie pour les Hauts de Seine     

    Pour  les écoles, une réunion a eu lieu entre la préfecture, l’inspection académique et l’association des maires des Hauts de Seine dont les membres sont très mobilisés. Ils ont beaucoup travaillés sur la sécurité des accès, les clôtures pour les rehausser… Des travaux ont été effectués pour installer des digicodes, des alarmes anti-intrusions dans les bâtiments, des loquets dans les classes…Un courrier a été envoyé par le préfet aux maires pour leur demander de veiller à l’interdiction du stationnement autour des écoles, avec l’installation de mobilier urbain dissuasif (potelets),  le déplacement des containers à verre et autres. « Nous avons demandés aux directeurs d’école dans un premier temps, à la pré-rentrée, de s’assurer que le personnel de l’école connaît bien le protocole et les dispositifs,  dans un second temps d’informer les familles des mesures qui sont mises en place, et également de leur demander leur participation positive : Les parents aiment déposer leurs enfants avec leur automobile le plus prés possible de l’école. Mais nous allons leur demander une coopération pour qu’ils comprennent bien que tout attroupement aux abords des écoles, est contre-productif et créée de la tension inutilement, d’accepter un certain nombre de contraintes, et à eux-même diffuser les informations, et les expliquer à leur tour. Nous souhaitons ainsi développer une communauté de vue et développer une culture partagée » indique l’inspecteur d’académie  en constatant que « les directeurs d’écoles ont fait, depuis Novembre 2015, leur travail avec un sérieux exemplaire. Et ce n’était pas simple, car il  s’agissait de mettre en œuvre des mesures de sécurité efficace comme par exemple « N’importe qui ne peut pas entrer dans une école », sans distiller de panique dans la population, grâce à leur calme et leur détermination ». Ainsi le jour de la Rentrée à Vanves, uniquement, un seul des parents pourra accompagner leur enfant en petit section en maternelle et en CP en élementaire, selon une décision commune prise par le maire de Vanves et l’inspectrice d’éducation nationale de la 18éme circonscription des Hauts de seine (Malakoff-Vanves)

    Dans le 2éme degré, chaque établissement (collège, lycée)  a fait l’objet d’un diagnostic de sécurité   qui est en cours de réactualisation,  en lien avec les collectivités locales compétentes (département pour les collèges, Région pour les lycées). Il  permet de repérer les points de force et de vulnérabilité, et de balayer la façon dont l’établissement s’organise en situation de tension et de crise, avec des recommandations, des propositions de travaux. « Ce sont des outils précieux qui permettent aux uns et aux autres de voir quel type de procédure, ils engagent pour assurer le maximum de sécurité » pour l’inspecteur d’académie. Depuis le 13 Novembre 2015, Michelet a recruté deux quasi vigiles même s’ils n’en ont pas l’uniforme ou la qualité officielle, qui sont présent à la grille en permanence : « Lorsque les élèves entrent dans l’établissement, ils doivent nécessairement montrer leur carnet de correspondance, lorsque des adultes entrent, ils doivent se présenter à la loge où sont recensés leur nom et les raisons de leur visite. Les grilles du bas du parc, le long du bd du Lycée,  ont été fermées y compris pour les équipes sportives de Vanves pour éviter des accès sans contrôle.  On a appelé tout un chacun à la vigilance. Un exercice est prévu avant laToussaint. Nous avons sollicité la Région pour installer des caméras de vidéosurveillance en plus grand nombre, et  des systémes d‘alarme-intrusion  dans tous les bâtiments » indique Bernard Gary, proviseur. Le Préfet des Hauts de Seine a demandé aux principaux et aux proviseurs d’élargir les horaires d’ouvertures le matin et l’après-midi pour éviter les attroupements devant les entrées de leurs établissements.   

    Polices nationale et municipales sont également appelées à renforcer la surveillance de la voie publique aux abords des établissements scolaires durant toute cette période de  Rentrée, qui est une  question très sensible pour les maires. Des patrouilles dynamiques sont organisées dans chaque circonscription par les commissariats, comme à Vanves-Malakoff,  avec un véhicule dédiée pour cette mission, renforcés par des rondes de la « Bac de jour » dans chaque district. Conformément aux instructions des ministres de l’éducation nationale et de l’intérieur, la préfecture et l’inspection d’Académie ont demandé à l’ensemble des établissements scolaires de faire un exercice dit PPMS (Plan Particuliers de Mise en Sécurité), mais dans sa partie attentat-intrusion, avant la Toussaint : « On leur demandera ensuite d’en faire un autre au plan  départemental en lien avec la préfecture, ce qui permettra aux écoles de se repérer à rapport à quelque chose de très particulier car on entre vraiment dans l’introduction de la culture  de la gestion du risque dans les écoles. Et un troisième en cours d’année spécifique sur les intrusions et les attentats » indique l’inspecteur d’académie en insistant sur un point : « « Il faut que cela soit rassurant pour les familles ! ». Ces exercices se feront sur des thèmes comme le filtrage des accès, les alertes, la manière de fermer les portes, de connaître les issues de secours…  « Il n’est pas question de simuler un attentat ! L’objectif est que tout le monde prenne de nouveaux réflexes » insiste t-il