Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien - Page 5

  • LES VŒUX DE LA DEPUTE PROVENDIER A VANVES AVEC 2 MINISTRES ET SANS GILETS JAUNES

    Prés d’une centaine d’invités ont participé aux vœux de Florence Provendier (LRM), député de la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Vanves/Issy) au Tout Va Mieux. Occasion de constater que pour ses premiers vœux, le vanvéen Gabriel Attal les avaient organisés à Issy lesMoulineaux au cœur de l’éco quartier en bord de Seine, en 2018, et qu’isséennne Florence Provendier les a organisée en 2019, jeudi soir, au cœur historique de Vanves. Avec deux ministres qui ont pris leur temps ce soir là, de passer un long moment avec les invités, Sophie Cluzel venue avec sa fille, Gabriel Attal toujours simple et abordable, des marcheurs, des personnalités comme le pére curé de Vanves, le commisssaire de police, un représentant de la BSPP, quelques élus d’Issy lesMoulineaux (en disgrâce d’André Santini) ou de Vanves (au moins un venu incognito et rapidement), mais pas de maires, ni de gilets jaunes à l’horizon   

    «C’est assez émouvant et réjouissant de se retrouver là ! » constatait Florence Provendier qui a veillé de très  prés avec son équipe à la bonne organisation de cette soirée, lors des discours. «J’ai commencé mon boulot lors de l’acte I des gilets jaunes ! » a t-elle rappelé, en revenant sur le grand débat qui devrait interpeller les français qui ne prennent jamais la parole. «Ils ont sûremment quelque chose à dire de très intéressant. La confrontation Paris-Province est insupportable, car on fait parti d’une même patrie» a-t-elle constaté. «Le mouvement des gilets jaunes est populaire. Mais des réponses ont été apportées par le président de la République. On aurait pu s’arrêter là. Il a fait le choix d’organiser un grand débat sous une formule souple, avec des méthodes permettant à tous de s’impliquer» a ajouté Gabriel Attal en constatant « qu’on avanve très vite. On a lancé toutes les réformes inscrites dans le programme. L’opportunité du Grand Débat est une façon de répondre de répondre à la question « et maintenant qu’est-ce qu’on va faire ? ». On compte sur vous pour être des relais »

    D’autant plus comme le faisait remarquer Sophie Cluzel :« soyez fier de ce qu’a fait le gouvernement. 2019 peut être une belle année. Mais c’est vrai que c’est compliqué ». Et Florence Provendier y apportera sa contribution comme elle l’a expliquée, au sein de la commission de la culture et de l’éducation à l’assemblée nationale en travaillant sur le projet de loi de l’école de la confiance qui srra le théme d’un atelier citoyen le 25 Janvier prochain sûrement dans le quartier desErinettes à Issy les Moulineaux. Elle n’en a pas moinds fait un vœu : «Mon souhait est de créer des liens dans la circonscription entre les responsables d’associations, les chefs d’entreprises etc…pour avancer ! »

  • GABRIEL ATTAL, LE MINISTRE DE VANVES CHARGE DE MONTER AU CRENEAU POUR DEFENDRE LES REFORMES ET LE GRAND DEBAT

    Malgré ses difficultés, le chef de l'État n'a pas renoncé à poursuivre les réformes. Pour porter les dossiers chauds de 2019, alors qu’il lance un grand débat public, il compte sur cinq ministres ou secrétaires d'État qui seront propulsés en première ligne : Marc Fesneau, chargé des relations avec le parlement, Olivier Dussopt chargé dela réforme de la fonction publique, Brune Poirson et Emmanuelle Wargon, chargées de la transition écologique, et Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale, chargée de la Jeunesse.

    Le benjamin du gouvernement à 29 ans, s'attelle à la mise en œuvre d'un serpent de mer: le service national universel (SNU). Il assure que le projet «correspond en tout point à l'engagement» de Macron. Expérimenté au printemps 2019 puis étendu pour concerner toute une classe d'âge en 2026, le SNU devrait consister en un mois obligatoire d'engagement autour de l'âge de 16 ans, suivi d'au moins trois mois sur la base du volontariat. Gabriel Attal devra convaincre des oppositions qui, à l'image des LR, dénoncent «un pseudo-service national «loufoque».

    Mais ce n’est pas tout, car il fait parti des secrétaires d’Etat qui, d’ores et déjà, ont annoncés qu’ils prendraient part au grand débat, avec Mounir Mahjoubi, Brune Poirson et Marlène Schiappa. Rappelez-vous, il a été le seul ministre à accepter de participer  l’édition spéciale de France 2 sur les gilets jaunes après le premier wee-end insurrectionel face à Jean luc Mélenchon. «Plutôt qu’un « Acte V », c’est un acte de responsabilité que l’on attend des Gilets Jaunes. Les violences des derniers samedi sont inacceptables. Des commerçants souffrent pour leur activité ! » avait il déclaré à la veille d’un nouveau samedi, le 15 Décembre, de manifestations, en ajoutant «Les Gilets Jaunes, ça a commencé par une hausse de taxe qui a été abandonnée. Ça s’est poursuivi sur le niveau des salaires et le Président a fait des annonces massives. Donc maintenant il faut passer à autre chose, c’est à dire le dialogue ! »

    Un peu plus tard, toujours, toujours, en décembre, il était à Tours (sur la photo) pour échanger sur le grand débat national: «Ce mouvement des Gilets Jaunes valide le constat porté par Emmanuel Macron  pendant la présidentielle sur les « Deux France ». Il valide aussi notre volonté que le travail paie mieux, c’est pour ça qu’on accélère sur ce point » expliquait il. « On a pas été élus pour « attendre ». En revanche, on adapte notre méthode pour permettre à tous les Français qui le souhaitent de participer, c’est le sens du nouveau contrat avec la Nation et des débats qui vont s’engager » ajoutait il

  • VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS : LE POINT SUR LE CHANTIER ET SES EFFETS DOMINO

    Suite au ripage de la dalle réalisé en août 2017, le groupement Horizon avait entamé la phase de creusement de l'espace intérieur de la boîte gare, avant d’aborder la réalisation des planchers, avec  des travaux de coffrage et de ferraillage.  Cette phase s'étendra jusqu'en avril 2019.

    Les riverains ne sont que très peu impactés par ces travaux puisqu’ils sont effectués à l'abri de la dalle de couverture. Parallèlement, SNCF poursuit ses travaux en gare de Clamart avec la remise en état des voies de la ligne N. La construction du couloir de correspondance entre la gare Transilien et la future gare du Grand Paris Express débutera en janvier

    Un autre événement qui concerne la gare du GPE de Fort d’Issy/Vanves/Clamart , mais pas sur son territoire s’est déroulé début Décembre à Bagneux  au puit Robespierre : Le tunnelier dont les piéces ont été acheminées et assemblées directement sur le site, depuis Septembre 2018, a été baptisé le 1er Décembre 2018, du prénom de la navigatrice Ellen Marc Arthur. Il doit s’élancer ces jours-ci pour parcourir les 4 km vers la gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart, où il sortira à l’été 2020. Il aura traversé quatre communes, trois gares en passant par cinq ouvrages de service. Parallèlement, d’importantes opérations de comblement des carrières, principalement sur les communes de Malakoff et Bagneux, sont réalisées pour préparer le passage du tunnelier.

    Enfin, l’édition francilienne de l’un des grands quotidiens du matin, faisait état des pressions des promoteurs – aux méthodes parfois peu correctes – pour construire de nouveaux immeubles dans des zones pavillonnaires, comme le Clos Montholon à Vanves – à proximité des futures gares.  «Il est normal que les promoteurs soient intéressés. On peut construire au moins logements à la place d’un pavillon » indique t-on du côté de l’APUR et de l’IAU IDF où l’on parle concrétement de zones très menacées, car les prix proposés aux propriétaires de pavillons sont souvent très intéressant, leur permettant de faire la culbute « surtout qu’ils ne veulent pas se retrouver avec un immeuble à côté ». Ainsi un effet domino risque de faire disparaître toute une zone pavillonnaire