Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien - Page 9

  • A VANVES, BEAUCOUP DE PASSIONNES VIVENT LE VENDEE GLOBLE GRÄCE A « VIRTUAL REGATTA »

    L’auteur du Blog a au moins rencontré trois vanvéens passionné par ce jeu vidéo qui aurait dépassé le million de joueurs selon le Parisien. Un jeu vidéo de course au large mis au point par une société isséenne créé par de jeunes passionné de voile qui l’ont construit au fil de l’eau.

    Les passionnés se retrouvent en conditions réelles, pouvant voir où leur voilier se situe sur la carte, mais aussi sur la mer et dans quelles conditions il navigue selon la météo, s’il fait nuit ou jour. Ils se voient confier, comme un crai skiper un imoca, choisissent leurs voiles et « foils », ces ailes qui font voler les bateaux au-dessus de l’eau. Cette simulation suit à la lettre, les régles officielles « Birtual Racing Rules of Sailing» élaborées avec la Fédération Internationale de voile qui délivre chaque année le titre de « esailing Workd Champion » depuis 2018.

    L’idée est né d’une rencontre entre Philippe Guigné, ex-skipper, et Loïc Peyron qui aprés l’abandon du Vendée Globe en 2008 parequ’il avait cassé son mât, lui avait demandé : «Tu pourrais me recréer mon bâteau là, où j’ai cassé mon mat et réviser le Pacifique Sud pour terminer mon Vendée Globe». Loïck Peyron est devenu le conseiller spécial de Virtual Regatta, appelant ses concepteurs  «pour nous dire qu'il aimerait bien voir des baleines dans les Açores ou des albatros dans le Grand sud. Et on va le faire » confiait au Paroisien Philippe Guigné qui a reçu des tas d’encouragements :  «Les gens nous disent qu'ils voyagent grâce à nous». Un des vanvéens rencontrés dont le blog respecte la discrétion,  est l’un des meilleurs placés dans le classement, ainsi que que Ian Lipinski, sklipper  (sur la photo) qui se prépare à un prochain Vendée Globe que le Blog avait rencontré récemment

  • UN NOUVEAU COMMERCE EPHEMERE A VANVES POSE QUELQUES QUESTIONS

    Le nouveau commerce dit éphémére apparut au début de la semaine dernière place du Val (de Lattre de Tassigny) à l’emplacement d’un salon de coiffure, porte bien son nom. D’autant plus que la commerçante est obligé chaque fois de tout  installer le matin  et de tout remballer en fin de journée, car ce local n’est pas assuré à cause de vitres non conformes selon les assurances. Occasion de rappeler qu’une boutique éphémère ou « pop-up store » est  ouverte sur une période de temps limitée allant de quelques jours à quelques mois. C’est un concept de boutique qui a le vent en poupe en France.  Pour un local qui aurait été préempté par la mairie, cela fait quelque peu désordre

    Même si les vanvéens peuvent se réjouir devoir s’ouvrir un commerce quel qu’il soit  dans le Centre Ancien en souffrance du point de vue de l’animation commerciale, il n’en reste pas moins que certains d’entre eux se sont étonnés de sa devanture qui semblerait en contradiction avec les règles préservant le patrimoine vanvéen, ce qui illustrerait le peu d'attention porté par la Ville à ce patrimoine et témoignerait  peut-être également d’un dysfonctionnement. La couleur de la façade les a étonné puisqu’il placé  à moins de 100 mètres de l'église St Remy, bâtiment classé depuis 1928. L’un d’entre eux a même été jusqu’à  demander si l'ABH (architecte des Bâtiments de France) avait été, comme il se doit, consulté puisque cette place du VAL se trouve dans le périmètre de co-visibilité d'un monument historique. Il a même consulté le Samp 92 (service métropolitain de l'architecture et du patrimoine 92 sud) qui lui a répondu négativement. Ce qui est quelque peu gênant d’autant plus que les autres commerçants sur place ont eu quelques difficultés avec ce service de l'Etat pour les façades de leur boutique lorsqu’ils se sont installés ou ont effectués des travaux de rénovations.

    Cette petite histoire révèlerai-t-elle  donc une mauvaise surveillance par la ville des devantures commerciales. Mais il y a peut-être plus cocasse selon quelques élus de l’opposition. Ce local aurait été préempté par la ville ! On se demande bien pourquoi puisqu’elle la municipalité s’est toujours refusé à le faire comme l’atteste certaines déclarations en conseil municipal ou en réunion publique. Mais ils n’auraient pas trouvé trace d'une délibération en ce sens dans le compte-rendu des délibérations du conseil municipal. «Si cette préemption était avérée, la situation serait quand même baroque puisque cela signifierait que la ville a (en tant que propriétaire du local) enfreint les règles patrimoniales ... » ajoute l’un d’entre eux

  • LES RENDEZ-VOUS TRADITIONNELS A VANVES D’UNE SEMAINE DE NOEL

    L’événement de cette semaine et ce week-end a été l’ordination de Guillaume Leclerc comme diacre samedi soir à Saint Remy  (sur la photo) devant une assistance nombreuses  à quelques jours d’un Noël particulier cette année. C’est l’ultime étape avant l’rodination sacerdotale qui lui permettra de devenir prêtre.  Le nombre de messes prévues a été doublé pour permettre d’accueillir au mieux les fidéles, Jeudi et Vendredi prochain  

    Jeudi 24 Décembre

    A 17H30  et à 19H30 à Saint François et à Saint Remy : Messe de Noel

    A 23H à Saint Remy : Messe solennelle de Noël

    à 23H chez les Bénédictines : Messe de la nuit qui ne sera pas suivi du traditionnel chocolat chaud à cause de la crise sanitaire 

    Vendredi 25 Décembre

    A 10H à Saint François, à 19H30 chez les Bénédictines et à 11H15 à Saint Remy : Messe de Noël