Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

porte brançion

  • VANVES EN CAMPAGNE : LES PROPOSITIONS POUR ARRETER DE DENSIFIER ET VERDIR LA VILLE

    Le constat dressé par les vanvéens, en matière d’urbanisme, est terrible : «Il y a une densification incontrôlée qui ne protége par les constructions anciennes, gêne les riverains, et ne s’accompagne pas d’un développement suffisants des équipements publics et des commerces. On a l’impression que le charme du «village» va disparaître» constatait un Vanvéen. «Végétaliser ce n’est pas que planter des arbres, il faut arrêter de faire disparaître jardins et pavillons pour construire»…

    Avec le commerce, l’urbanisme est un des points chauds de la campagne, en dehors du fait que tout le monde veut végétaliser  - poursuivre la rénovation du parc F.Pic, rénover le square de l’hôtel de ville, renforcer la végétalisation des espace publics à chaque réhabilitation de voirie, maintenir notre rythme de plantation et de remplacement d’une centaine d’arbres par an, végétaliser les cours d’école pour le maire sortant. Remettre de la nature dans les espaces publics, en identifiant des îlots de chaleur pour les atténuer en les végétalisant et en les dotant de fontaines, en plantant des arbres partout, en autorisant les habitants à végétaliser l’espace public prés de chez eux pour les écologistes. Tout comme les marcheurs qui proposent, en outre,  de végétaliser les espaces trop minéraux comme le square Marceau, la place de la République. Ils souhaitent même rendre le parc Michelet aux Vanvéens en donnant à l’Etat, toutes les garanties permettant de l’ouvrir en dehors du temps scolaire, et en remplaçant le mur du Boulevard du Lycée par une enceinte donnant sur la végétalisation. Le maire sortant se limite à proposer l’aménagement d’une continuité piétonne et végétalisée entre le parc Michelet, et les parcs F.Pic et Jean Paul II qui sera ouvert du côté de la rue d’Issy.
    Le maire sortant promet de faire évoluer le PLU «en intégrant une dimension écologique renforcée», de préserver les pavillons remarquables, en attribuant une aide financière aux propriétaires pour l’entretien et la rénovation de ces pavillons. Ses opposants veulent mettre fin «à la bétonisation sans limite en utilisant en ultime recours le droit de préemption du maire» (LREM), protéger l’environnement notamment en imposant à l’ensemble des promoteurs une «charte Vanves Village» intégrant une partie végétalisée en pleine terre, un espace dédié aux commerces et services ainsi que des toits végétalisés LREM). Les écologistes parlent d’une charte éthique avec les promoteurs immobiliers orientant vers les niveaux de très base consommation énergétique, la production d’énergie renouvelables, des accés limités aux espaces verts et des chantiers respectueux de l’environnement. Les communistes feront signer une charte de la promotion immobilière qui permet notamment de limiter les prix

    Le maire sortant souhaite développer un projet d’aménagement urbain avec logements, commerces, espaces verts et services au pied de la future gare  du  Grand Paris Express au Clos Montholon. Tout comme ses opposants. «Ce quartier en pleine mutation, fera l’objet d’une application privilégié de plusieurs principes qui seront inscrits au PLU : 30% de logements sociaux, préservation des couloirs de diversité, stationnement vélo, réalisation d’espaces destinés au commerce ou à l’artisanat en rez-de-chaussée »  indiquent les écologistes. «Nous requalifierons l’entrée du Clos Montholon et de l’accés à la nouvelle gare du Grand Paris Express » indiquent les marcheurs  qui veulent réinventer les entrées de ville en lien avec les communes voisines. Notamment entre les portes Brancion et de la Plaine pour couvrir le Périph, y installer des équipements sportifs. Le maire sortant souhaite initier un projet intercommunal (Vanves-Issy-Malakoff) pour reconquérir ses espaces publics

  • WOODEUM/ BRANCION: LE MAIRE PRECISE SA VISION SUR L’AMENAGEMENT DES PORTES DE VANVES

    27  délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal de mercredi soir qui a duré deux bonnes heures avec des dossiers importants sur lesquels reviendra le blog : Le contrat Eau-Trame verte et bleue-Climat des Plaines et Coteaux sur le bassin versant central urbain de laSeine au cœur de l’agglomération parisienne, la phase 3 de la rénovation et remodernisation du parc des Expositions qui va concerner la reconstruction des pavillons 2 et 3, avec le réaménagement de leurs abords et notamment le long des rues Jullien-Marcel Yol,  les travaux de modernisation des équipements sportifs extérieurs du lycée Michelet auxquels la ville va participer financièrement et va profiter grâce à une convention d’utilisation.  ET le projet Woodeum, très contestée sur lequel le maire a porté quelques précisions grâce à une question orale posée par Anne Laure Mondom (PS)

    «Le 9 novembre la Mission Régionale d’Autorité environnementale d’Ile de France (MRAe) a rendu son avis sur le projet d’aménagement de la Porte Brancion et sur son étude d’impact environnemental datée de juin 2019. Dans ses recommandations prioritaires elle évoque la réalisation une évaluation des risques sanitaires concernant les occupants des bâtiments situés le long du Boulevard périphérique et la proposition éventuelle de mesures de réduction, voire de compensation. Les craintes et objections formulées sur le projet Woodeum sont ainsi belles et bien légitimes et fondées. Par ailleurs vous avez récemment évoqué votre souhait d’un projet urbain commun avec la Ville de Paris, entre les Portes Brancion et de la Plaine» a-t-elle indiquée enlui demandant des précisions, et surtout la publication de l’avis et de l’étude d’impact, dont un résumé est d’ailleurs accessible sur le site de l’Autorité Environnementale, ce qui a permis au blog d’en faire état ainsi qu’à l’association Agir Pour le Plateau 

    «Cet avis sollicite des études complémentaires afin de pouvoir évaluer plus finement les éventuels risques sanitaires concernant les occupants des bâtiments situés le long du boulevard périphérique. Des propositions concernant la mise en place d’éventuelles mesures pour réduire ou compenser les risques potentiellement détectés est également proposée. A ce stade il est tout à fait hors de propos de parler, comme vous le faite, de craintes ou d’objections qui se seraient vues confirmées par l’Autorité Environnementale. L’avis de cette autorité n’évoque jamais ces termes il s’agit là d’une pure interprétation de votre part. Concernant la communication à ce stade de l’étude d’impact, chacun pourra en prendre connaissance dès lors qu’elle aura été complétée par l’ensemble des compléments sollicités. En effet à ce stade le document peut encore être considéré comme étant à un stade provisoire à défaut d’avoir intégré ces compléments. L’étude d’impact complète sera jointe au dossier mis à la disposition du public lors de la procédure de participation à organiser avant toute prise de décision sur la demande de permis de construire en cours d’instruction» a indiqué Bernard Gauducheau.

    Il a confirmé que la Ville de Vanves soutient un projet visant à engager une réflexion globale sur tout le secteur compris entre la Porte de la Plaine et la Porte de Vanves. «Mon souhait de défendre une vision et des solutions globales pour la mise en valeur de cet espace est aujourd’hui renforcé par l’évolution de deux pôles majeurs situés à proximité de la zone considérée.

    Il s’agit en premier lieu du projet envisagé dans le secteur Nord-Ouest de Malakoff où une ZAC va être créée sur un périmètre comprenant l’ancien site de l’INSEE élargi à un ilot voisin occupé par divers équipements communaux. Nous avons pu constater que cette ZAC privilégiait une option favorable au développement de l’activité économique avec 30 000 m2 de bureaux qui seraient commercialisés en  plus des 40 000 m2 de locaux réservés à l’Etat. Il y a un lien fort à créer entre le pôle Malakoffiot et le pôle vanvéen/parisien  étendu jusqu’à Issy-les-Moulineaux en travaillant aussi de façon qualitative l’axe Est-Ouest (Rondpoint des Insurgés de Varsovie  jusqu’à l’entrée sur la ZAC Porte de Malakoff par le Boulevard Adolphe Pinard). Toute la rue Louis Vicat jusqu’au Carrefour Brancion/Bleuzen./Pinard serait l’espace d’interface permettant la jonction entre les deux pôles d’activités.

     La réflexion sur la mise en valeur de cet axe Est-Ouest devrait aussi permettre de relancer la discussion sur l’extension de la couverture du périphérique, ou a minima un aménagement en surplomb, dont l’ambitieux projet s’est arrêté il y plus de 10 ans à la jonction Vanves/Malakoff/Paris. Le développement maitrisé de ce secteur Plaine-Brancion-Vicat-Porte de Malakoff doit aussi intégrer un travail qualitatif sur les espaces publics donnant la priorité au développement des continuités écologiques et paysagères, au renforcement des liaisons entre Paris-Vanves-Malakoff, à la création d’espaces végétalisés, à des aménagements favorables d’abord aux modes de déplacements doux et/ou favorisant l’accès aux transports en commun» a-t-il précisé en indiquant qu’il a écrit  à toutes les autorités publiques concernées par cet enjeu pour les sensibiliser à la nécessité de mener une réflexion globale et j’ai sollicité une réunion destinée à nous concerter sur cette approche.

    «Enfin mon idée n’est pas de remplacer le projet « d’ Inventons la Métropole » mais plutôt de le replacer dans un contexte plus large et de l’inclure dans un secteur de développement qui, s’il est mené de façon cohérente, bénéficiera à tous et répondra aux enjeux d’amélioration de notre environnement et de notre qualité de vie ».

  • VANVES ET LE PROJET WOODEUM : l’Autorité environnementale demande de revoir la copie

    L’Autorité Environnementale (AE) a rendu public le 9 Novembre dernier son avis sur le projet de Woodeum dans le cadre de l’appel à projet «Réinventons la Métropolode du Grand Paris », en lui demandant de le retravailler. Il vise à requalifier les espaces publics et à retisser des liens entre Paris et Vanves. Avec un programme de constructions qui prévoyait, au dessus du bd périphérique,  un foyer pour jeunes travailleurs (apprentis) de R+7 avec 114 chambres (4 300 m²) et un bâtiment en R+4, dénommé le Mille-feuille sportif, qui regroupant différentes salles de sports (3 500 m²). Et à l’entrée de la ville de Vanves, une résidence étudiante en R+5 de 162 chambres (3875 m2) ? Avec une restructuration de l’espace public, qui prévoyait notamment de ré-aménager les cheminements piétons existants, de créer des traversées piétonnes et des pistes cyclables sécurisées, et de végétaliser le site.

    Soumis à une évaluation environnementale, la Mission Régionale de l’AE (MRae)  n’a pas manqué de constater que ce secteur présentait une qualité de l’air particulièrement dégradée ainsi qu’un environnement sonore très bruyant. «il est rare que des projets immobiliers en IDF soient implantés dans des secteurs autant pollués. Le site fait l’objet de risques de non-conformités de la qualité de l’air à l’échelle annuelle notamment pour ce qui concerne le diozyde d’azote et les PM10 » notait elle. Tout en remarquant d’ailleurs que le projet prévoit l’installation de jeunes actifs et étudiants dont certains peuvent être en situation précaire, dans un contexte environnemental de mauvaise qualité, ce qui est de nature à aggraver les inégalités environnementales de santé selon les catégories sociales des nouveaux résidents. «Si les aménagements des espaces publics qui accompagnent les projetsde couverture du boulevard périphérique apportent une plus value (en tissant notamment des continuités urbaines entre Paris et les communes limitrophes), habiter au dessus du périphérique fait en revanche débat puisque exposant de nouvelles populations à des niveaux élevés de pollution » indique t-elle tout en rappelant qu’il est de «la responsabilité des décideurs de mener une politique qui permette de répondre à la fois aux besoins urgents de se loger de nos concitoyens, et au droit à chacun de respirer un air non pollué »

    Des mesures effectuées sur 3 périodes entre Septembre 2018 et Janvier 2019  pour le dioxyde d’azote et le benzéne, et en mars 2019 pour les particules fines ont mis en évidence des dépassements des valeurs limites annuelles, les concentrations de mesures étant fortes : Les PM10 et PM2,5 dépassent systématiquement les valeurs recommandées par l’OMS. Au niveau des façades de la résidence étudiante, les simulations montrent des dépassements de la valeur limite annuelle pour le dioxyde d’azote des rez-de-chaussée jusqu’à une hauteur de 12 m. Un dépassement général de l’objectif de qualité est observé pour les PM2.5. «Les usagers du projet seront ainsi exposés plus fréquemment à des concentrations aïgues en PM10 et PM2,5 par rapport aux habitants exposés au niveau de fond ambiant de l’air à Paris, déjà considéré comme préoccupant sur le plan sanitaire» indique la MRae tout en relevant que «le projet prévoit des mesures de réduction (et d’accompagnement) de l’exposition des uagers du projet» en citant  une ventilation mécanique contrôlée(VMC) double flux équipé de filtres adaptés aux polluants retrouvés dans l’air ambiant. L’étude de la MRae constate que le site est caractérisé par une ambiance sonore bruyante er continue provenant du Périph et de la voie ferrée qui impose des obligations d’isolations acoustiques des façades.

    Sur d’autres plans, cette étude indique que « le périmétre d’étude aurait gagné à être plus élargi pour étudier l’interaction avec le boulevard des Maréchaux, que le projet d’aménagement apportera une plus value pour la circulation  vélo grâce à un itinéraire cycliste dédié, des traversées piétonnes sécurisées (zébras, refuges, signalisation lumineuse), de nouvelles capacités de stationnement pour les deux roues motorisés ». Elle note que néanmoins, «les travaux nécessiteront le déboisement de 22 arbres, principalement en bonne santé, pour replanter de nouveaux jeunes éléments en pleine terre vers la résidence étudiante, et pourront impacter potentiellement les arbres conservés aux alentours ». Que GPSO  prévoit la plantation de 17 arbres sur l’espace public. Et que la résidence étudiante intégrera l’aménagement d’un jardin qui comprendra la re-création d’une friche herbacée

    Il n’en reste pas moins que la MRae, dans sa conclusion, demande que «les choix du projet retenu et de son implantation soient plus étayés au regard de leur impact sur le paysage, le cadre de vie et la santé humaine »  considérant notamment succint l’étude des incidences sur l’environnement et la santé humaine. Ainsi elle  demande « la  réalisation d’une évaluation des risques sanitaires concernant les occupants des bâtiments situés le long du boulevard périphérique et des mesures de réduction voire de compensation, de justifier la programmation développée sur ce site contraint, au regard notamment de l’installation de populations nouvelles sur ce point noir environnemental, et de l’efficacité des mesures projetées d’évitement et de réduction de ces nuisances sur les populations en place ou à venir ».