Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien - Page 8

  • LE MARCHE DE VANVES ESSAIE DE PRENDRE DES COULEURS AVEC SES FETES DE NOEL

    Le marché de Vanves était en fête à quelques jours de Noël. Du fait de la crise sanitaire et des gestes barrières, la file d’attente s’allonge durant la matinée, ayant remontée certains samedis matin jusqu’au carrefour de l’insurrection le long du square. Certains préférent arriver très tôt, dés l’ouverture à 8H justement pour éviter d’attendre, ou passer presqu’à la fermeture, mais on a moins de choix. On voyait bien que nos 42 commerçants proposaient des produits que l’on ne trouve qu’à cette époque de l’année, avec un nouveau venu : Un chocolatier-confiseur avec Nicolas Levert.

    Il était le centre d’attention des élus au dernier conseil municipal du 10 Décembre lorsque fut présenté le rapport annnuel d’exploitation d’EGS pour 2019, son concessionnaire. On apprend ainsi que l’installation d’un commerce d’huîtres a été refusé, ce qui est dommage en période de fêtes, peut être pour ne pas concurrencer les poisonniers du marché, ou un autre volant hors marché du côté de la place du VAL. Que le nombre très faible de commerçants volants a été soulevé lors d’une commission du marché, où l’explication donnée est inimaginable : les conditions météo. Peut être sont elles différents à Malakoff où la place de la Mairie est remplie de ses commerçants volants tant en hiver qu’en été, qu'il vente, qu'il neige ou qu'il très chaud,  comme le constatent beaucoup de vanvéens. Ensuite que la redevance d’exploitation était 28826,57 € en 2019, que le droit par métre linéaire est de 2,59 € à l’intérieur et de 1,89 € à l’extérieur auxquels s’ajoutent ses frais d’animations (chéres) de 3,76 € à l’intérieur et de 2,15 € à l’extérieur. Enfin, qu’un site faceboook a été ouvert – «C/MON Marché» - et qu’un probléme était récurrent : les bâches extérieures… Sans parler de l’éclairage au fond, vers la buvette qui a disparue du fait d’un harcélement administratif qui aurait été fort bien menée. Ce qui est un grand pas dans l’animation d’un marché bien tristounet       

    Séverine Edou (LREM) a constaté que le résultat d’exploitation est bien faible (28826,57 €), que le marché est tristounet par rapport à ceux d’Issy les Moulineaux et de Malajoff. «Son équilibre financier est difficile à assurer. Les marges sont faibles pour le concessionnaire qui n’a pas été gâté ces dernirs mois comme ces collègues» lui a répondu le maire en ajoutant : «Pourtant il fonctionne bien. J’ai hérité d’un marché qui avait brûlé !» a-t-il rappelé en lui  faisant remarquer «qu’il est couvert, qu’il est attractif, représentant un certain confort. Il est important qu’il soit modernisé. On réfléchit à son évolution !». Le problème est que cela fera 20 ans en 2021 que la ville réfléchit à son évolution, sans avoir trouvé de solution satisfaisante. Quant aux marchés annexes rue Jean Jaurés et place de la République, c’est l’échec absolu, vu que les commerces dans ses deux sites, sont pour la plupart femé, et notamment les cafés-bars-restaurants qui attirent les clients

  • LA CARTE DES PRIX DE L’IMMOBILIER A VANVES ET A ISSY LES MOULINEAUX : DES SURCOTES DE 10 A 20% PROCHE DU METRO

    «Les acquéreurs prospectent toujours, mais la frénésie d’achat qui a gagné ces deux villes entre mai et juillet semble terminée. Tandis que les prix, qui avaient grimpé de 1 à 3% après le confinement (et de 5 à 10% sur un an), stagnent depuis septembre, et pourraient refluer dans les secteurs les moins cotés» selon une enquête réalisée auprés de certaines agence immobiliéres des deux villes dont AAA Immobilier Vanves et Immobiliére Parent à Vanves. A Issy-les-Moulineaux, les appartements se vendent à moins de 8.000 euros le mètre carré, mais coûtent 10 à 20% plus cher s’ils sont au pied du métro, et en bon état.

    A Vanves, seuls les appartements très bien placés partent à plus de 7.000 € le mètre carré. Ceux excentrés se vendent avec plus de difficulté. «C’était le cas de ce deux-pièces de 42 mètres carrés, rue Larmeroux, qui vient de s’échanger après quatre mois d’attente à 235.000 € (5.595 € le mètre carré). Son propriétaire, qui en exigeait 260.400 €, a rapidement dû revoir ses prétentions. Enfin, le ticket d’entrée pour une grande maison avec un espace extérieur avoisine le million d’euros. Comme ce fut le cas, avenue Victor-Hugo, pour un pavillon datant des années 1960 et mitoyenne, de 168 M2 avec une cour, cédée à 1,18 M€ »

    Selon la carte les prix varient dans l’ancien et le récent de plus de 5 ans de 7000 à 8500 € le m2 dans les quartiers riverains du parc des expositions, du lycée Michelet, du Centre Ancien, et l’avenue du Parc, de 6 200 à 7400 € le m2 sur le Plateau et le long de la rue J.Bleuzen ainsi que la zone pavillonnaire autour du PMS, de 5500 à 6400 € le m2 dans les Hauts de Vanves prés de la voie SNCF Pais-Montparnasse et le triangle du Clos Montholon où le neuf explosent dépassant les 8000 € le m2 et même 10 000 € le m2 dans le quartier riverain du pac des expositions

  • LES PROJETS IMMOBILIERS A ISSY SONT RECOMPENSES POUR LEUR INNOVATION URBAINE ALORS QU’A VANVES ILS DENSIFIENT A OUTRANCE

    A l’occasion de la remise des trophées du Prix interdépartementale de l'innovation aux communes et collectivités alto-séquanaises et yvelinoises lauréates mardi dernier, quelques vanvéens ont pu constater que certaines communes (Chatenay-Malabry, Choisel, Issy-les-Moulineaux, Poissy, Meudon, Neuilly) ont mis en place une stratégie d'innovation urbaine pour faire émerger des projets innovants et de positionner l'Ouest francilien comme territoire leader de la ville de demain. Et ils ont pu faire la comparaison avec Vanves où l’on densifie «brute de béton» à outrance, sans véritable innovation architecturale ou urbaine et que la ville modifie son PLU pour permettre la construction de tour, suscitant moultes pétitions et protestations

    Ainsi, ses vanvéens ont pu constater que la ville voisine d’Issy les Moulineaux fait son projet dénommé «La Serre», situé dans la ZAC Léon Blum,  prés de la futiure gare du Grand Pars Express, RER Issy,, conçu par la célèbre agence

    d’architecture néerlandaise MVRDV co-fondée par Winy Maas, qui place la nature et l’habitant au coeur du bâti. Véritable oasis urbaine, ce «village vertical» se compose de logements et commerces insérés dans une serre ouverte intégrant plus de  3000 m² de terrasses et jardins. Particulièrement performante d’un point de vue environnemental, cette construction propose une nouvelle typologie urbaine hybride et végétalisée.

    Chaque logement disposera d’un espace extérieur, plus de 25 % de la surface habitable du bâtiment est consacrée aux terrasses et balcons pour une moyenne de 8 m² d’espace extérieur par habitant. La Serre renverse les codes de l’habitat traditionnel pour intégrer la nature en ville grâce à une végétalisation adaptée. Elle est composée d’espèces indigènes : un « jardin vertical » en façade, pergola ornée de plantes grimpantes comme la vigne ; des « jardins luxuriants » ; un jardin cultivé et partagé sur la toiture terrasse… L’utilisation de matériaux durables biosourcés et bas carbone a été privilégié afin de protéger la faune urbaine et la biodiversité. La Serre intégrera un immeuble de 18 niveaux (50 mètres), 12 900 m² de surface de plancher, 210 logements dont 30 % de logements sociaux, et 2 commerces en  rez-de chaussée (500 m²).

     Malheureusement rien de tel à Vanves avec des immeubles massifs, à ras du trottoir, réduisant l’espace piéton pour gagner des métres carrés,  avec des balcons au-dessus (avec le projet Bouygues Immobilier rue Marcheron sur la photo), comme c’est le cas aussi des immeubles en construction rue René Sahors prés de la Mairie, avec jusqu’à de haut mur aveugle à l’angle de rue (comme ce qui est prévu à l’angle Jullien/G. d’Estrée par Franco-Suisse ) sans prévoir un commerce quel qu’il soit pour animer le commerce, comme l’ont demandé les riverains sans être entendus. Les exemples abondent malheureusement