Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil départemental

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    CONTRAT DE DEVELOPPEMENT

    Après son vote par le dernier conseil municipal du 8 Juin, le Conseil départemental des Hauts de Seine a approuvé vendredi dernier le contrat de développement entre le département et la ville de Vanves (2022-2024) pour 5 384 860 €. Il prévoit 4 M€ pour la réhabilitation -extension du groupe scolaire du Parc  en investissement et 1 384 860 € en fonctionnement  pour financer différents équipements municipaux d’accueil du jeune enfant (935 091 €), des activités culturelles (186 000 €) notamment pour la bibliothéque-médiathéque municipale, sportives (202 650 €) notamment pour la piscine municipale et la coordination gérontologique (61 119 €)

    LOGEMENT SOCIAL

    Dans le cadre des aides départementales en faveur de la production de logements sociaux qui ont pour objectif de faciliter la réalisation de programmes contribuant à améliorer la mixité sociale, Seine Ouest Habitat et Patrimoine, recevra une subvention de 124 543 € pour 19 logements familiaux dans un immeuble du boulevard du lycée

    PMS A.ROCHE

    La piste d'athlétisme et le  terrain d'honneur sont de nouveau fermé durant ces vacances d’été jusqu’au 19 Août, pour cause de rénovation. Il s’agit de mettre en place du tartan, suivie d’une période de séchage, phase, puis du traçage des lignes.

  • VANVES, REGION. METROPOLE DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    METROPOLE : « La Métropole est bien assise. Ce qui a été dit jusqu’à présent, complique les choses. On ne parle pas de solidarité, de complémentarité, de partenariat, de mutualisation, ce qui est notre objectif» a  constaté Patrick Ollier, président de la MGP  en annonçant pour le conseil de la métropole du 18 Février des décisions qui démontreront qu’elle marche. « A partir du 18 févier, je vais accélérer le processus de création du conseil de développement économique» sur lequel il travaillera avec André Santini vice président de la MGP. «Nous avons mis en place une gouvernance partagée pour répondre à vos attentes, les élus mettant dans leurs poches leurs idées politiques. Les mauvais esprits vont trouver en face d’eux une équipe unique, décidée à agir ensemble» a-t-il expliqué en promettant des propositions décoiffantes pour les semaines à venir. «Nous allons être accélérateur. Nous allons aider à réaliser les grands projets. Mais qu’on nous laisse travailler ».   

    REGION : «L’Ile de France n’est plus en avant. Elle doit entrer dans l’ère de l’intelligence active, de l’Open Data… Tous les chantiers sont ouverts. On n’a pas de temps à perdre » expliquait la semaine dernière  Valérie Pécresse, présidente de la Région. Elle a  annoncée pour le 21 Mars 2016 l’organisation d’une conférence pour l’emploi, la formation, l’innovation autour de 5 thèmes : L’attractivité qui abordera des questions  des transports (CDG Express, GPE..) de logement pour développer l’innovation en matière de construction ; le rapprochement entre les entrepreneurs et des innovateurs ; l’aide aux jeunes entreprises et jeunes pousses car elle est décidé à vivifier le vivier de start-ups et lancer un plan croissance TPE ; Repenser l’offre de formation (vers les métiers de la transition écologique et énergétique, les services) en rendant plus attractif l’apprentissage ; Réfléchir aux nouvelles formes de travail…  « Et nous allons définir notre stratégie de développement économique et de l’emploi vers des secteurs et des filières stratégiques (Santé & Recherche, Métier de la Finance, industrie numérique, tourisme)» a-t-elle expliqué en affirmant qu’elle veut créer un système favorable à l’entreprise. Elle a confirmée la création d’un conseil pour l’attractivité qui «nous dira comme la rendre à l’IDF» et devrait tenir sa première réunion dés Jeudi prochain,  et sa volonté d’être «la VRP de la Région et de ses entreprises»

    FUSION : Le PS a lancé dans les Hauts de seine une pétition et une campagne militante contre la fusion des Hauts de Seine avec les Yvelines. Dés Vendredi, des militants socialistes distribuaient au métro un tract et invitaient les vanvéens comme les altoséquanais à signer leur pétition. « Ces fiancailles entre ces deux départements laissent tout le monde sceptique » expliquent les socialistes. Le Front de Gauche n’était pas en reste avec Boris Amoroz qui distribue un tract et fait signer une pétition contre cette fusion : « cette décision n’a aucune assise démocratique. Les dernières élections départementales remontent à moins d’un an, aucun candidat, aucun élu, ni M.Devedjian, ni M. Bédier, n’ont évoqué cette idée dans leurs programmes respectifs lors des élections de mars 2015 » expliquent les frontistes de gauche. Et tous de faire le même constat : « Casser, mettre en échec, la métropole du Grand Paris, née en Janvier 2016… ». La réunion de section du PS de Vanves  devrait mardi être consacrée à cette fusion en présence des deux conseillers départementaux, Joaquim Timotéo et…

  • L’IMAGE DU JOUR A VANVES ET AILLEURS : ISABELLE DEBRE DEFEND LA FUSION 92-78

    Isabelle Debré est intervenu lors du débat organisé au Conseil Départemental non pas sur une fusion possible entre les Hauts de Seine et Les Yvelines mais sur l’amorce d’un processus de rapprochement. Il commence par la mise en place d’outils avec cet établissement public de coopération interdépartemental : « Avec beaucoup de nos collègues sénateurs, nous avons fait le même constat que le groupe PC mais, en revanche, nous n’avons pas les mêmes solutions ! Le constat était le nombre de strates, avec la Région, le Conseil de Métropole, lles conseils départementaux, les territoires et les communes…c’est invraisemblable. On a un président de la République qui nous avait promis de faire disparaître les départements et lorsqu’il a fait ses vœux devant le bureau du Sénat, et de l’Assemblée Nationale, il a dit vouloir augmenter les compétences des conseils départementaux. Comment voulez-vous que l’on s’y retrouve, nous les parlementaires lorsque nous avons à voter une loi » a-t-elle expliqué considérant que passer tout d’abord par la création d’un établissement public de Coopération Interdépartemental est un bon choix. « Aujourd’hui, tout ce qui va vers la mutualisation, la rationalisaton des coûts va dans le bon sens ».