Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lycée

  • LA RENOVATION DES EQUIPEMENTS SPORTIFS DE MICHELET A VANVES COMMENCERONT DEBUT 2020

    Un panneau d’affichage posé devant l’entrée du lycée Michelet annonce la réalisation d’un chantier important de la Région Ile de France : La rénovation des équipements sportifs et des espaces extérieurs de la Cité scolaire. Les travaux se montent à 7,5 M€ et  comprendront une halle multisport couverte, un  plateau de lancer, un  anneau d’athlétisme, un terrain de foot / rugby, un bâtiment d’accueil / vestiaires. Ses travaux devraient se réaliser du début 2020 à à la fin 2020, après 30 sans rénovation. Ils étaient très attendus par la communauté scolaire de Michelet

    Occasion de rappeler que la décision de rénovation de ces équipements sportifs avait été inscrit dans le PPI (Programme Prévisionnel d’Investissement) 2013-2023  de la région Ile de France sous le mandat de Jean Paul Huchon (PS) «Cette affaire concerne la rénovation des installations extérieures, la remise aux normes du bloc sportif, gymnases et piscine datant de 1975 qui nous crée beaucoup de soucis.  Dans cette phase de négociation avec les services, il faut se mettre d’accord précisément sur la nature des travaux, qui feront l’objet de chiffrages, d’une planification dans le temps car tout ne se fera pas d’un seul coup, sachant que nous  en aurons pour 5 à 6 et même 7 ans » confiait alors Patrick Sorin, proviseur du lycée Michelet qui a finalement géré le lancement de ce dossier : « Lorsque je suis arrivé à Michelet, en 2004/05, le dossier des installations sportives était déjà brûlant. Il y avait eu une première démarche, initié à l’époque par le conseil général des Hauts de Seine qui avait alors la maîtrise des opérations et a assez bizarrement renoncé à ce projet. J’ai bien vu qu’entre 2006 et 2009/10, il était devenu de plus en plus compliquée, avec d’ailleurs une nouvelle équipe régionale, de faire avancer les intérêts de Michelet.  Ce conseil régional de gauche qui a en charge maintenant 471 lycées, mais aussi trois académies dont Créteil qui est l’une des plus importantes de France, avait légitimement des priorités différentes, par rapport à des enjeux d’égalité des chances » constatait il dans une interview accordé au Blog. Il avait travaillé avec l’architecte de la région, la vice présidente chargée des lycées,  Henriette Zoughebi (FG/PC° qui était venu 2 fois à Michelet pour les arbritrages sur les équipements sportifs : «J’ai fait en sorte que les demandes de Michelet soient prises en compte. Mais c’est un lycée des Hauts de Seine» confiait il dépité

    Une délibération avait bien été prise en commission permanent individualisant des crédits permettant de lancer les études d’un vaste programme, attendu et négocié, des équipements sportifs de cet établissement scolaire composés de plusieurs terrains extérieurs (football, rugby, athlétisme, basket ball, handball…) d’une superficie de 38 406 m2 avec un immense gymnase de 5000 m2 de plancher  incluant une piscine couverte, construit dans les années 60… qui ont beaucoup perdus de leurs qualités (vieillissement et conception anciennes). Le rapport du Conseil Régional constatait qu’une grande partie de ces équipements extérieurs existants  - 2 terrains de foot de 6000 et 2267 m2, 1 terrain de rugby de 8260 m2, 1 terrain multisport de 2313 m2, 2 pistes d’athlétisme de 581 m2 et 635 m2 -  n’étaient plus utilisés en raison de leur vétusté.

    Le programme prévoyait donc de réaménager plus de 19 000 m2 d’espaces pour l’exercice des activités de plein air, avec 1 terrain multisport, 1 plateau de lancer (disque, poids, javelot), 1 anneau d’athlétisme (dont espace de saut – 8 couloirs extérieurs),  1 terrain de foot/rugby avec un éclairage extérieur. Le pavillon existant à l’entrée du parc, serait réaménagé de manière à compléter le programme des vestiaires et des locaux de rangement. Les travaux s’effectueraient en site occupé en plusieurs phases garantissant le fonctionnement de l’établissement et la sécurité des personnes. Le coût des études, dans une première phase, se montait à 1 328 800 € pour un montant total d’opération estimé à 7,5 M€, car il restera à s’occuper du gymnazse et de la piscine par la suite. 

    «L’enjeu de ce projet est avant tout de proposer une intervention lisible et fonctionnelle, adaptée à la pratique du sport par tous, tout en s’insérant de manière respectueuse et intégrée à ce paysage apaisé et chargé d’histoire. Chaque élément du projet s’intègre et instaure un dialogue simple et élégant avec le contexte existant : Le bâtiment d’accueil, en vis-à-vis du logement de fonction, est implanté à 1,50m du mur d’enceinte, afin de créer une respiration respectueuse. La couverture du terrain sportif, avec la forme ondulée de sa couverture, joue avec le relief très prononcé du parc qui remonte vers le lycée. La clôture, elle aussi, s’insère en contrebas immédiat du chemin de traverse pour en diminuer son impact visuel. L’éclairage des cheminements est implanté en suivant les alignements et les trames des arbres existants. Ces différents éléments, bien que distincts, seront traités de manière unitaire, afin de conserver une logique d’ensemble et d’éviter une accumulation de vocabulaires architecturaux. Ainsi, les matériaux perçus sont simples, élégants, robustes, et s’inscrivent dans le vocabulaire des parcs. Discrets et intégrés, les équipements restent cependant lisibles et fonctionnels» indiquaient les concepteurs de ce projet pour la région qui ont choisi de porter une attention toute particulière au choix des couleurs et des matériaux, en particulier sur les aires sportives dont l’impact peut être important sur un site si apaisé. 

  • LE LEP DARDENNE SEUL LYCEE DE VANVES 100% NUMERIQUE DEPUIS LA RENTREE

    La réforme des lycées qui entre en vigueur pour les 1ére et les 2éme avec la suppression des filières S, ES et L a aussi  conduit à renouveler entièrement les manuels, soit entre 7 et 9 ouvrages, à 30 € l’unité, ce qui conduit à une dépense de 270 € par lycéen. « Nous avons décidé d’instituer la gratuité pour tous intégralement financé par la Région. Et nous avons profité de cette opportunité pour proposer de passer au 100% numérique avec des manuels numériques » indiquait Valérie Pécresse présidente de la Région Ile de France. Ainsi le LEP Louis Dardenne a adopté les manuels numériques, mais c’était obligatoire pour les LEP, et le lycée Michelet a préféré rester aux manuels classiques, c'est-à-dire papier, alors que 50% des lycées d’enseignement général ont accepté

    Les 300 à 350 Lycéens de Dardenne sont ainsi équipés de l’une des 140 000 tablettes, ou de l’un des 37 000 ordinateurs, financés par la région, conçus et fabriqués par une PME Francilienne Unowhy. Mais ils demeurent  la propriété de la Région, comme les manuels, pour la durée de leur scolarité. «Les élèves s’engageront au maintien des équipements prêtés en condition d’usage. Une convention d’engagement sera signée entre la Région, les parents et les élèves» indique t-elle. Une façon d'éviter la revente sauvage de matériels. Un pool de tablettes ou d’ordinateurs sera par ailleurs mis à disposition dans chaque établissement pour parer aux urgences et éviter qu’un élève se retrouve privé d’équipement  trop longtemps en cas de casse, perte ou panne. Le groupe La Poste a été chargé des réparations et de la maintenance. Des jeux de manuels papier seront également mis à disposition dans les CDI. Enfin, 20 000 tablettes seront distribués aux enseignants dont les établissements ont choisi d’adopter les manuels numériques.

    Ce qui représente un investissement de 150 M€  étalé sur 3 ans, soit une aide moyenne de 340 € par lycéen» a indiqué V.Pécresse en confiant : «Si je n’avais pas pu démanger et vendre le siége (administratif) de la Région (qui s’est installée à Saint Ouen depuis le début de l’année 2018),  je n’aurais pas pu financer la gratuité des manuels scolaires». Son objectif est ainsi de lutter contre la fracture numérique, avec le développement du THD (très haut débit) et de la WI-FI dans l’ensemble des établissements d’ici 2022. Cette transformation numérique concerne également les espaces de travail et le bâtiment. Un groupe de réflexion a été constitué sur le devenir des CDI de demain dans tous les lycées franciliens

  • LA RENTREE SCOLAIRE A VANVES : COLLEGES SECTORISES ET LYCEES NUMERISES !

    C’est la rentrée scolaire pour plus de 4650 jeunes de 3 à 20 ans dans les établissements scolaires à Vanves : Plus de 2000 enfants dans les 6 écoles maternelle ( 786 élèves pour 31 classes, soit une moyenne de 25,3 par classe) et 6 écoles élémentaires  (1289 élèves pour 49 classes soit une moyenne de 26,3 par classe) de Vanves, prés de 2500 élèves à Michelet dont 650 collégiens, 1300 lycéens,  500 étudiants de classes préparatoires, prés de 500 collégiens au collège Saint Exupery, plus de 350 élèves au LEP Dardenne….  

    Si l’événement de la Rentrée 2018 a été est le retour à la semaine de 4 jours pour les écoles maternelles et primaires,la Rentrée 2019 est marqué par la nouvelle sectorisation des collèges à Vanves décidée par le Conseil départemental des Hauts de Seine en concertation avec la ville de Vanves «L’objectif principal : rééquilibrer progressivement les effectifs au sein des deux collèges vanvéens, tout en tenant compte de la distance à parcourir par les collégiens. Le constat est sans appel et les chiffres sont là pour en témoigner : d’une capacité identique de 600 élèves, le collège Saint-Exupéry ne comptait que 472 inscrits pour l’année scolaire 2018/2019, contre 623 élèves pour le collège Michelet. La solution proposée par le Conseil départemental pour faciliter l’organisation pédagogique des deux établissements a été de transférer l’équivalent d’une classe du collège Michelet vers le collège Saint-Exupéry. Les futurs collégiens, scolarisés en 6e à la rentrée 2019, ainsi que les nouveaux arrivants sur la commune quel que soit leur niveau scolaire (entrée en 5e, 4e et 3e), sont concernés par ce nouveau découpage en fonction de leur lieu de domicile» expliquait on tant du côté mairie que du conseil départemental.

    Un autre événement concerne les lycées d’enseignement général Michelet et professionnel Louis Dardenne à la suite de la réforme de Jean Michel Blanquer, ministre de l’Education. Elle  entre en vigueur pour les 1ére et les 2éme et a conduit à renouveler entièrement les manuels soit 9 pour les 1ére et 7 pour les 2éme. « Nous avons décidé d’instituer la gratuité pour tous intégralement financé par la Région, car cela aurait coûté aux familles 270 € en moyenne. Et nous avons profité de cette opportunité pour proposer de passer au 100% numérique avec des manuels numériques -  50% des lycées d’enseignement général ont accepté,  sachant que pour les LEP c’était obligatoire, soit 330 établissements au total pour la Rentrée 2019» indiquait Valérie Pécresse président de la Région Ile de France lors de sa conférence de rentrée le 28 Août dernier. Ainsi le LEP Dardenne a dû faire le choix de passer aux manuels numériques sur tablettes, ce qui n’est pas le cas du lycée Michelet qui a préféré le renouvellement des manuels en papier. Ce qui n’est étonnant car « ce sont les lycées des quartiers les plus populaires qui ont été demandeurs, c’est-à-dire qui en avaient besoin, les autres étant plus réticent à sauter le pas du manuel numérique» selon V.Pécresse, car encore attachés au papier et à l’écrit, ainsi que leur passé prestigieux. Un seul regret : Que l’expérimentation des premiers cours à 9H au lieu de 8H ne concerne ni Michelet, ni Dardenne