Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lycée

  • LA RENTREE SCOLAIRE 2018 A VANVES (suite) : PAS DE VISITE MINISTERIELLE

    Pour l’instant, il n’était pas prévu de visite ministérielle pour cette rentrée comme l’année dernière avec Christophe Castagnier à Gambetta ou Luc Chatel alors ministre de l’éducation Nationale du gouernement Fillon au lycée Michelet en 2009. En dehorsde la visite le 29 Janvier dernier des ministres Blanquer (Education Nationale), Flessel (Sports)  et Cluzel (Handicapés) pour le lancement de la semaine olympique et para olympique en vu des JOP de 2024

    Au fil du temps, certaines Rentrées avaient été marqué par d’autres événements : La Rentrée 2016 s’était déroulée dans un contexte particulier dû à l’état d’urgence après les attentats de 2015, avec plus particulièrement à Vanves, la sectorisation de l’école Cabourg menée tambour battant par la municipalité qui créait alors des vagues parmi les parents d’élèves. La Rentrée 2011 avait été marqué par l’ouverture du groupe scolaire Cabourg dont les deux écoles maternelle et élémentaire avaient été placé sous l’autorité d’un même directeur à la Rentrée 2013.

    Au lycée Michelet, Bernard Gary, actuel proviseur, inaugurait ses fonctions à la Rentrée 2014 et faisait face, comme son prédécesseur, Patrick Sorin, nommé à la Rentrée 2005, à un phénomène de saturation, victime du succès de cet établissement scolaire prestigieux aux yeux de beaucoup de parents. Objet même d’une polémique à la Région à la Rentrée 2013 entre Valérie Pécresse (LR)  alors dans l’opposition et Jean Paul Huchon (PS) à la tête de la Région «  Alors que l’éducation et la jeunesse devraient être des priorités pour la région, Jean Paul Huchon, a laissé les lycées à l’abandon depuis plusieurs années et la situation empire en 2013. Ainsi, 50 lycées franciliens sur 469 dépassent leurs capacités d’accueil. Exemple le plus criant: le lycée Michelet de Vanves compte 316 élèves de trop.  Et l’on constate dans nombre d’établissements, des problèmes de sécurité, de vétusté, d’isolation sonore qui ne permettent pas aux jeunes d’étudier dans de bonnes conditions. Ce qui joue sur le climat régnant dans ces lycées » dénonçait elle alors.

    Le probléme n’a pas changé depuis qu’elle préside la Région et assure sa troisième rentrée des lycées franciliens. Ce qui est navrant, d’autant plus que des solutions ont été recherché avec le Conseil Départemental, la ville,  le collège Saint Exupery qui dispose de place, tout en assurant aux parents que leurs progénitures intégreraient le lycée Michelet à leur sortie. Mais sans succès. Les parents sont prêt à tout, quite à s’installer à Vanves, comme le montrent les dossiers consacrés à la conjoncture immobilière, par les news magazine, à chaque Rentrée de l’été.    

  • MAI 1968 A VANVES (Suite et Fin) : UN LYCEE MICHELET OUVERT MAIS AGITE

    Evidemment la grande fièvre de Mai 1968 a secoué le Lycée Michelet : « Au début du mois de Mars 1968, la situation est en place. Les affichent politiques fleurissent sur les tableaux et sur les murs des salles de classe. Il existe parmi les lycéens une minorité agissante. Il y a des distributions de tracts et une agitation certaine qui nuit au travail et à la discipline générale. En Avril, rien n’est calmé, bien au contraire, il y a beaucoup de sanctions en Conseil de Discipline. Les cas d’indisciplines sont de plus en plus nombreux, cela se transforme en agressions verbales, en insolences envers les adultes à la moindre observation, quand il n’y a pas provocation. L’époque fut difficile. Monsieur Rieu, inspecteur d’académie venait présider en personne les conseils d’administration où se déroulaient des discussions sans fin, jusqu’à des trois heures du matin parfois, pour savoir par exemple, si l’assuidité aux cours était obligatoire ! » raconte Xavier Renard son livre « Le Château et Lycée de Vanves 1698 – 1798 – 1998 » (Edt Sides).

    Un vanvéen alors en 6éme se souvient de ses jeunes qui ont fait irruption dans sa classe devant un professeur décomposé qui les traitait d’anarchiste, obligé de quitter son cours. « Ils organisaient des contre-cours sur le théâtre, des concerts dans le parc, parlaient du Vietnam, de l’Afrique, de Jésus Christ… Ainsi pendant des jours, nous avons appris des tas de choses dans des tas de domaine, découvrant de nouvelles musiques, de nouveaux chanteurs comme Dutronc, Léo Férré » se souvient il. « On ne voyait plus les adultes. On est allé manifester à Buffon, à François Villon. Les CRS ont encerclé Michelet… »  raconte t-il 

    Selon les archives du lycée, cet établissement est resté ouvert durant toute la période de Mars à fin Mai 1968, 114 professeurs sur 169 ayant assuré leur service, soit 70% de l’effectif enseignant. « A l’époque, les travaux des installations sportives extérieures avaient commencé (Sur la photo, les équipements sportifs du lycée qui vont être rénovés 50 ans aprés). Et les professeurs de gymnastiques avaient une inquiétude : Des fûts de fioul utilisés pour brûler les arbres abattus étaient entreposés prés de la zone des travaux, et nous craignions bien sûr qu’ils ne fussent utilisés pour quelques exactions. Heureusement, cela n’a pas été le cas » se souvient l’un de ces professeurs d’éducation physique de l’époque. « Nous n’avons pas eu de détériorations de matériels, ce qui n’a pas été le cas dans d’autres établissements. Des élèves ont monté la garde avec des professeurs durant la phase la plus dure des événements de Mai 1968. Mais le lycée était vraiment coupé en deux : une moitié travaillait et l’autre pas » ajoutait il.

    Le père Froissard qui était alors aumônier du lycée Michelet se souvient que le Censeur de l’époque « envoyait ballader les professeurs contestataires » et que l’agitation touchait surtout le second cycle. « J’étais pris entre les parents (qui étaient contre), les professeurs (qui étaient divisés) et les jeunes qui venaient chez moi tirer des tracts » raconte t-il en se souvenant d’avoir passé une ou deux nuit dans le lycée avec des élèves, vers la Pentecôte  1968 : « Nous craignions que des éléments d’extrême droite viennent casser le lycée. J’ai préféré rester dans le lycée avec eux, et j’ai passé la nuit en prière dans la chapelle du lycée » témoigne t-il en se souvenant d’avoir retrouvé dans son confessionnal des pavés du boulevard Saint Michel

    Mais voilà, après « cette folie drôle, il y a eu une répression terrible » selon ce vanvéen qui était alors en 6éme et qui se souvient de cette grande réunion « où le proviseur nous a dit que les cours reprenaient ». Cette contestation lycéenne ne s’est pas arrêtée pour autant, et s’est prolongé jusqu’à la fin des années 1970. Elle a même connue un pic en 1973 que René Rémond appelait le « Mai 68 des lycéens ».   Il a démarré à partir de la Rentrée 1968 et a oscillé pendant plusieurs années entre une tentative de reprise de main et l’explosion des lycées. Mais cela est une autre histoire de l’après Mai 68 et de ses conséquences que raconte Jocelyne Grandiau dans son livre sur «le Lycée Michelet de Vanves – plus de 300 ans d‘histoire, 150 ans d’indépendance»  sur laquelle le blog aura l’occasion de revenir

  • MAI 1968 A VANVES : AU LYCEE MICHELET, C’ETAIT L’ENTONNOIR

    Le Blog de Vanves au Quotidien reprend aujourd’hui sa série d’articles sur Mai 1968 à Vanves.  Ils avaient décrit la ville de Vanves en pleine transformation voilà 50 ans le 23 Avril, et les répercussions des événements de Mai 68  sur la commune, le 254 Avril, car tout se passait à Paris, bien sûr. Mais aussi au lycée Michelet qui a été touché par la fiévre soixante huitarde, prémice du printemps des lycéens au début des années 70 dont ce lycée a été un haut foyer, entre 1969 et 1973 et sur lequel revient le livre de Jocelyne Grandiau sur «le Lycée Michelet de Vanves – plus de 300 ans d‘histoire, 150 ans d’indépendance»   

    Commençons par planter le décor qui n’a plus rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Le lycée était vraiment une grande unité de prés de 3000 lycéens comme on n’en fait plus aujourd’hui, avec 114 professeurs. Avec plusieurs entrées puisque certains élèves entraient côté Jullien (ancienne entrée ) ou Bd du Lycée au niveau du carrefour avec l’avenue du Général de Gaulle.   « C’était l’entonnoir » se souvient un grand vanvéen qui venait d’entrer en 6éme cette année là. « La régle était : Apprend et travail. Jamais de questions. Pas de mixité, ni de rapport avec les filles (qui étaient à François Villon) » raconte t-il en ne cachant pas que « c’était l’horreur à cet âge : Il fallait passer 3 examens en CM2 pour entrer au lycée. Ceux qui obtenaient entre 15 et 12 y entraient, mais ceux qui avaient comme note entre 12 et 10 allaient au collège, et en dessous, en apprentissage. Ce qui provoquait une véritable coupure avec certains de nos camarades qui restaient sur le carreau. A la Rentrée, on se retrouvait avec des cartables énormes remplis d’affaires, plusieurs professeurs au lieu d’un seul, obligés de courir, durant les intercours, pour trouver la bonne salle dans un lycée que l’on connaissait peu ou mal, après des sonneries épouvantables. On ne pouvait pas compter sur les grands qui nous attendaient pour nous bizuter, en faisant des choses équivoques qui pourraient aujourd’hui les faire condamner pour…pédophilie. On ne pouvait même pas jouer à la paume dans la cour de récré. On avait vraiment peur d’aller au lycée » raconte t-il en parlant des heures de colles « durant lesquelles, le samedi, on grattait les tables », des profs de gym « qui nous faisaient très peu de sports collectifs » – « on rentrait en classe en suant dans nos vêtements » - et surtout de ces adultes « qui n’étaient pas sympa avec les jeunes, surtout ceux qui avaient entre 13 et 17 ans. Personne n’imagine l’ambiance qui régnait à l’époque et surtout les jeunes d’aujourd’hui. Alors quand Mai 68 a éclaté, vous n’imaginez pas l’ambiance, le choc que cela a été pour beaucoup d’entre nous ».        

    Mais des signes précurseurs se font sentir dés le début décembre 1967 comme le raconte Xavier Renard son livre « Le Château et Lycée de Vanves 1698 – 1798 – 1998 » (Edt Sides) :  « Dés le mois de Décembre 1967, la contestation s’installe à Michelet, les HEC prétextant la suspension des cours dûe à une panne de chauffage, s’estiment insuffisament préparés pour l’examen blanc du 15 et demandent son report. Devant le refus de l’administration, ils ne se présentent pas aux épreuves, l’administration leur reprochant de jouer à la gréve, annule l’examen ». Le Pére Froissard qui était alors aumônier du lycée Michelet se souvient de signes précurseurs de ces événements, chez les plus grands de ces lycéens : « Le Congrés des Jeunes Etudiants Catholiques durant le week-end de Pâques 68  qui avaient exprimés calmement des souhaits que l’on a retrouvés dans les revendications de Mai 1968. La création d’un CAL (comité d’Art et Littérature) qui proposait des réflexions sur différents thèmes qui deviendront d’actualité. On sentait qu’il y avait un besoin de changer les choses, d’être moins passif durant les cours » racontait-il à l’auteur du blog en expliquant que c’était la même chose du côté des professeurs : « Un certain nombre avait mis au point un programme commun pour travailler (d’une manière transversale)  les mêmes questions sur plusieurs matières. Mais voilà, le censeur de l’époque les envoyait balader ». Tous voulaient finalement changer les choses car le lycée apparaissait comme très ou trop structuré, autoritaire, ce que l’on retrouve dans le témoignage plus haut de ce vanvéen qui était en 6éme à l'époque.                                                                        A SUIVRE.....