Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

région ile defrance

  • LA PLUS GRANDE FERME DE FRANCE A COTE DE VANVES A OUVERT POUR UNE SEMAINE

    Pas moyen d’ignorer que le parc des expositions accueille la plus grande ferme de France pour une semaine, notamment à cause de ses nuisances (embouteillage, stationnement anarchique, mais aussi payant auquel veillent scrupuleusement, plus qu’à l’habitude, les ASVP pour les riverains du Parc), même si certaines rues sont bloquées et l’allée Jullien face au lycée réservée aux riverains disposant d’une carte de résidents.

    La Région ile de France tout comme le département sera présent au salon de l’agriculture sutr le stand organisé par Terre de Saveurs. inauguré demain en fin d’après midi par Valérie Pécresse, mais aussi Patrick Devedjian, respectivement président de l’Ile de France, des Hauts de Seine.  L'incroyable diversité des bons produits franciliens sera mise à l'honneur à travers la scénographie du pavillon de la Région sur 400 m2 : Il recréera l'ambiance d'un véritable marché, où la convivialité sera de mise. Les visiteurs pourront ainsi échanger avec des femmes et des hommes passionnés par leur métier, leur acheter directement leurs produits, découvrir leurs secrets de fabrication. La marque «PRODUITS IDF» qui compte déjà 1400 références, sera mis en avant. Au menu, chaque jour :  Des professionnels des métiers de bouche donneront aux visiteurs le goût de l'Île-de-France, en leur faisant déguster leurs belles recettes, hautes en saveurs et en savoir-faire. Des viticulteurs et des maîtres restaurateurs se joindront aussi à l'événement pour dévoiler de délicieuses associations mets/vins, 100% franciliennes.  Les fédérations des bouchers, crémiers-fromagers et boulangers, accompagnées de jeunes apprentis, viendront quant à elles partager les valeurs et la richesse de leurs métiers.  Des éleveurs témoigneront également de leurs engagements en termes de qualité, de protection des ressources naturelles, de gestion sanitaire, de traçabilité, d'approvisionnement sain et local pour nourrir leurs animaux... Les Hauts de Seine, avec les Yvelines présenteront aux visiteurs leurs produits et proposeront aussi des animations : la bière brassée de Colombes, La bière éco-responsable et sociale La Moissine (bières fabriquées avec du pain invendu), le vin de Suresnes qui posséde le plus grand vignoble d’IDF,  la dégustation de délicieux produits laitiers de la ferme de Grignon.  Le pâtissier lauréat du concours «Imaginons le meilleur gâteau des Hauts-de-Seine» viendra fabriquer son gâteau à base de caramel de pommes des Yvelines.

  • LOGEMENT, METROPOLE, REGION, LE MAIRE DE VANVES ET SES COLLEGUES EN PLEINE CONFUSION

    A l’occasion des questions orales qui ouvrent chaque séance du conseil régional, comme ce fut le cas, jeudi dernier, Bernard Gauducheau est intervenu au nom du groupe UDI pour faire part de l’inquiétude des maires de la petite couronne. Tout simplement parce qu’à la suite du transfert de compétences au profit de la Métropole du Grand Paris (MGP) prévu par la loi NOTRe, la Région, dépossédée de ses prérogatives en matière de logement social, a  mis un terme à la mobilisation des financements régionaux en faveur du logement familial. Comme l’avait si bien exprimé Brigitte Marsigny (LR) maire de Noisy Le Sec qui a pour dircab, unex-collaborateur du maire de Vanves, lors du dernier conseil métropolitain : « On est dans la confusion la plus totale. La Région nous dit que ced n’est plus de sa compétence, et la MGP nous dit d’attendre. Alors à qui doit s’adresser ? A L’Etat ? Cela mérite de dénouer cet enchevêtrement ! ». Patrick Olier, président de la MGP avait alors répondu qu’il souhaitait que « Valérie Pécresse se rende compte, avec ses services, qu’il faut régler cette question »  

    Du coup, Bernard Gauducheau a interpellé la présidente de Région : «Si le transfert de compétences est bien effectif depuis le 1er janvier 2017, la loi Egalité et Citoyenneté indique que la MGP ne prendra la plénitude de la compétence logement, dont le financement du logement social, qu’à la date de l’adoption du Plan métropolitain de l’habitat et de l’hébergement (PMHH) à savoir au plus tard au 31 décembre 2018. Dès lors, nous nous retrouvons dans une situation inextricable : la MGP n’est pas en situation de pouvoir prendre le relais de la Région qui, conformément à la loi, a dû arrêter son financement, laissant supposer que la compensation provienne de l’Etat. En conséquence, de nombreux organismes se retrouvent actuellement en difficultés financières du fait de la remise en cause d’opérations déjà largement engagées. En 2017, le logement social a perdu 30 M€ de financement » a-t-il expliqué. « Rappelons que l’enjeu est d’autant plus important que 55% des agréments 2016 concernent le territoire de la MGP, dont une partie devrait donner lieu à des demandes de subventions auprès du Conseil régional en 2017 » a-t-il conclu en demandant de connaître les solutions existantes pour assurer la continuité de l’intervention publique en matière de logement social pendant cette période de transition 

    Et tant Patrick Ollier que Bernard Gaducheau se sont fait renvoyé sur les roses : Comme elle l’a expliquée à plusieurs occasions, depuis le début de l’année, Valérie Pécresse a indiqué « que la Région a décidé de réorienter son action sur la Grande Couronne, car elle n’a pas à jouer les doublons de la MGP, ni à se substituer à elle si elle tarde à adpter son PMHH. C’est un choix assumé au regard du millefeuille » a répondu la présidente de Région. « Durant cette période transitoire, la Région examinera au cas par cas. Elle continuera à financer le logement des jeunes et des étudiants » a-t-elle précisé en indiquant que la Région venait de voter 4 M€ pour financer ce type de logements dans les départements Seine Saint Denis et Val de Marne. En attendant, les maires de la métropole sont bien embêtés, car ls ne savent pluscomment faire concernant les aides financières pour le logement social, les aides à a rénovation et à la réhabilitation, etc… Une nouvelle preuve que cette métropole complexifie plus qu’elle ne simplifie la vie de nos édiles

  • LE MAIRE DE VANVES MAITRE D’ŒUVRE DE LA SOLIDARITE REGIONALE AVEC L’IMPRIMERIE DE DAMMARTIN RAVAGEE LORS DE L’ASSAUT DU GIGN

    Si la Commission Permanente a permis, hier,  de lancer, enfin, un vaste progamme, attendu et négocié, des équipements sportifs du lycée Michelet, événement local très important, ce n’est pas cette décision qu’en retiendront les observateurs attentifs à ce qui se déroule dans cette région. Et les vanvéens  peuvent être fier du rôle joué par leur maire, Bernard Gauducheau (UDI), dans l’aide exceptionnelle de 50 000 € que versera la Région à l'imprimerie Création Tendance Découverte (CTD) de Dammartin-en-Goële, ravagée par lors de l’assaut lancé le 9 Janvier dernier par le GIGN contre les deux jihadfistes Kouachi. Jean Paul Huchon, président de la Région a même parlé de l’amendement « Gauducheau »

    Au départ ce n’était pas évident pour les élus de l’opposition UMP/UDI face à une majorité de gauche plutôt frileuse ayant adoptée une attitude plutôt formaliste. Tout est parti d’un amendent de l’UMP proposant de  voterune aide de 100 000 €, car de lourds dommages matériels avaient été provoqués par cet assaut (vitres explosées par les balles, tôles déformées et arrachées, machines d’impression hors d’usage…), toute l’équipe de CDT étant en arrêt de travail, et l’entreprise toujours fermée.  Jean Paul Planchou (PS), Vice Président chargé du Développement Economique  a expliqué « qu’un suivi a été opéré par nos services par l’intermédiaire de Seine et Marne Développement », que « la Région avait proposé de mettre à sa disposition des locaux », que « l’association des commerçants de cette ville avait lancé une cagnotte sur Internet et Facebook qui a permit de récolter déjà 80 000 € », et « que les scellés ont empêché, jusqu’à présent d’évaluer les dégâts » : « Nous sommes plutôt dans la position d’apporter une aide structurelle que dans la participation à la solidarité (immédiate) »  en faisant référence au dispositif « Rebond » dont « cette imprimerie pourrait bénéficier, avec une aide plus conséquente à hauteur de 300 000 € ».

    Valérie Pécresse présidente du groupe UMP,  tout en étant ouverte à ce dispositif, a insisté « sur l’urgence, sur ce premier geste de solidarité pour dégager des disponibilités tout de suite », en proposant  de verser 50 000 € au lieu de 100 000€, soutenu par l’UDI, avec Bernard Gauducheau comme porte parole pour cette séance de la CP, rappelant que « l’on est dans une situation exceptionnelle. Et qu’il faut une réponse exceptionnelle en évitant de jouer les marchands de tapis ». Le groupe PRG a considéré que « c’est structurellement que nous devons agir et pas dans l’émotionnel  pour l’aider à rebondir » alors que Gabriel Massou  président du FdeG/PC demandait que « dans cette solidarité exceptionnelle et citoyenne, il ne fallait oublier  ni l’hyper casher, ni les petits commerces voisins » …

    Ce débat a été conclu par JP Huchon qui a proposé de reprendre « l’amendement Gauducheau de compromis » en actant les 50 000 €, et « que l’on fasse de même pour l’hyper casher » tout en lançant l’instruction du dispositif « Rebond » pour qu’il soit proposé dés le 12 Février au Conseil Régional : « Au-delà de l'émotion, le rôle de la Région est de s'assurer qu'une fois l'estimation des dégâts terminée, l'activité puisse reprendre rapidement et que la pérennité de l'imprimerie CTD soit assurée. Pour cette raison, cette entreprise restera éligible au dispositif régional Rebonds, qui soutient jusqu'à 300 000 € les entreprises en difficulté » indiquait JP Huchon dans un communiqué de presse qui se gardait bien d’expliquer comment cette aide exceptionnelle avait été obtenue. Mais c’est de bonne guerre, puisque la Région est entrée dans une période pré-électorale qui se fait bien sentir maintenant.