Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arbres

  • DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    CHALLENGE CLUB : AG LE 25 FEVRIER

    Le challenge club tiendra son assemblée Générale le 25 Février à 17H30 sur Zoom suivi d’une conférence  sur «rester serein en ces temps d’incertitudes par Danièle Simon et d’un networking virtuel à l’intérieur de son nouveau dôme virtuel du 3e millénaire

    BUDGET PARTICIPATIF REGIONAL 2021 : 3 PROJETS POUR VANVES

    Trois projets proposés par la Ville de Vanves ont été retenus sur 700 dans la Région ile de France dans le cadre de la seconde édition de son budget participatif écologique et solidaire : l’Installation de deux nouvelles stations de réparation de vélo, la mise en place d'un plan de gestion arboré et installation de ruchers et l’installation de récupérateurs d'eau. Les vanvéens comme les franciliens ont jusqu’au 8 Mars pour voter, les résultats devant être proclamés en Mars

    ATTAL INTRANSIGEANT AVEC LE PEN DANS LE JDD

    Dans les colonnes du JDD du 21 Février,  le porte-parole du gouvernement a évoqué les prochaines élections présidentielles en 2022. Il a expliqué qu'il ne souhaite pas d'un second tour avec Marine Le Pen, en ne se montrant pas tendre elle Gabriel Attal appelle à la mobilisation pour que la présidente du RN «soit reconduite à la frontière de la vie politique par le vote des Français». Il a toutefois expliqué : «Comme beaucoup, je rêve d'un second tour sans l'extrême droite, et je constate à l'inverse que nos oppositions cherchent à tout prix à nous affaiblir pour s'assurer, elles, un face-à-face avec Le Pen. Comme si elles étaient assurées de l'emporter !». À propos des questions régaliennes, le porte-parole du gouvernement a affirmé que «le RN a prospéré sur ces sujets parce que les gouvernements précédents ont fui leurs responsabilités. Nous, nous les affrontons et nous y répondons. C’est le cas avec le projet de loi séparatisme, qui met nos oppositions face à leurs contradictions». Ainsi  Gabriel Attal estime que «Marine Le Pen est dangereuse pour notre pays !»

    LORSQU’UN MAIRE DEFEND SES ARBRES

    Les Véliziens ont failli se réveiller avec 60 peupliers abattus le long de l’A86, au droit du quartier Louvois desservi par le tramway T6, la semaine dernière, comme le montre un petit film diffusé sur ls réseaux sociaux et bien évidemment par quelquezs internautes vanvéens. IL est intéressant de s’apercevoir que  suite au signalement d’un Vélizien, son Maire Pascal Vevnot (LR) s’est rendus sur place avec deux équipages de la police municipale pour interrompre l’abattage de cet alignement de 66 arbres qui forment un écran visuel et sonore. Les équipes de la DiRIF (Direction Interdépartementale de la Région Ile de France)  profitaient du couvre-feu dans la nuit du 18 Février dernier, pour couper cet alignement d’arbres  en pleine nuit,  alors que la ville travaille actuellement avec leur direction régionale pour trouver une solution végétale alternative. Il a réussi à convenir, avec le directeur régional, que l’abattage n’aurait lieu que lorsqu’un projet de protection phonique et visuel serait validé. Malgré l'intervention rapide des services de police, une vingtaine d'arbres a été abattue sur les 66.

  • LA PHOTO DU JOUR A VANVES : VUE DEGAGEE AU PAVILLON DE LA TOURELLE

    Vue dégagée sur la Pavillon de la Tourelle, un peu comme si une tempête était passée comme en 1999 avec des dégâts considérables dont un immense cèdre du Liban abattu. Rien de cela !   Alors que les écoliers de Vanves ont planté des arbres pour le climat dans le parc Frédéric Pic, le Pavillon de la Tourelle en a arraché, mais pour la bonne cause. Il s’agissait de renouveler les arbres et les haies notamment avec la plantation de 22 arbres pour renforcer la lisiére Nord-Ourest du parc, et requalifier des massifs plantés. Un chantier impressionnant qui devrait  coûter 300 000 € à la ville.

  • LA DERNIERE REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER DE L’AUTOMNE 2015 A VANVES : DES HAUTS DE VANVES DETONANT ET ETONNANT

    L’abattage des arbres et la finalisation de la mise en place du stationnement réglementé qui ne font plus d’histoires, ni suscitent la polémique, ont été pourtant au centre d’une réunion détonante au grand étonnement des élus présents et de certains participants, Lundi soir dans le préau de l’école Larmeroux.

    Bernard Gauducheau venait de présenter les différents chantiers réalisés, en cours de finition ou même en projets, notamment le déclassement de la rue de l’Avenir qui doit être transférée dans le domaine public pour permettre sa requalification. Mais voilà, il manque quelques signatures (6 sur 60) de propriétaires  (introuvables) pour lancer cette opération qui est, du coup, retardé d’un an. « La requalification de la rue Aristide Briand est envisagée à partir du moment où l’ensemble des chantiers seront terminés et réalisés » a-t-il précisé à cete occasion. La réunion prenait son rythme de croisière lorsqu’une mère de famille qui fréquente la piscine avec son bébé de 9 mois, l’interrogea sur le nouveau règlement intérieur : « Comme nous ne pouvons plus rentrer les poussettes dans les vestiaires, où allons-nous pouvoir les ranger ? Où trouve t-on des bonnets de bain de bain pour bébés puisqu’il n’y en  a pas (sur internet) ? ». Philippe Thieffine, conseiller municipal, lui a indiqué quelle pouvait en trouver chez GO Sports, et  qu’il n’y a pas de solutions pour les poussetttes, d’autant plus que des travaux d’aménagement sont prévus à l’accueil et dans les vestiaires avec l’aménagement d’une salle de musculation. Le maire a précisé que « si la piscine municipale offre un service, elle n’est pas chargé de prévoir le stockage et la surveillance  des poussettes dans ce genre d’équipement, sauf en ce qui concerne les crèches ».

    « Pourquoi les arbres de la rue de Châtillon ont-ils été coupés ? » - « C’est le Logement Francilien qui a procédé à leur abattage, car ils étaient en mauvais état et devenaient dangereux » a répondu le maire en donnant la parole à Mme Murry, l’une de ses habitantes : « Les travaux entrepris par le Logement Francilien suppriment 14 places de parkings que l’on a cherché à récupérer d’une façon ou d’une autre (à l’occasion  de travaux de résidentialisation ) » a-t-elle indiquée. Du coup, un  autre riverain a proposé de planter des arbres dans la rue de Châtillon, où il a repéré 35 occasions de plantations pour agrémenter cette voie publique « car il n’y a que du béton et du métal » - « Il n’y a pas de réponse à apporter. Je veux bien y réfléchir, calculer le pour et le contre en fonction des places de stationnement. Il est vrai que j’aurais préféré que le Logement Francilien remplace ses arbres »  a indiqué le maire. Du coup, un riverain de la rue Larmeroux s’est plaint de la trop grande hauteur des arbres plantés le long de cette voie. « J’ai relayé votre demande au département. J’ai été renvoyé sur les roses. Le département préfère élaguer ses  grandes arbres pour les garder. Je préfère planter des arbres qui n’atteignent pas cette hauteur ! »

    « Pourquoi y a-t-il un stationnement payant sur une partie de l’avenue du Général de Gaulle et pas sur l’autre ? » a demandé un riverain en visant cette partie de l’avenue après le carrefour avec l’avenue de a Paix.  « On est sur une partie de l’avenue (où on a demandé au conseil Général de faire les trottoirs avant d’instituer le stationnement réglementé. Et nous sommes tributaire du département ! » a-t-il indiqué. A ce moment là une riveraine de l’avenue de la Paix particulièrement en verve s’est exclamée : « Il y a des gens qui se foutent de payer le stationnement payant ! Je me rappelle qu’il y avait des garages. Mais ils ont été transformés en logement » - « Ce stationnement payant est bien accepté maintenant. Il a libéré beaucoup de places sans l’espace public. Il est en place et il le restera » assura t-il face à quelques habitants de la rue Mansart et alentours qui s’étaient levés et protestaient fortement. « Vous ne pouvez pas dire que vous l’avez fait après consultation de la population » assènait l’un d’entre eux alors qu’il tentait de rappeler toutes les réunions d’informations organisées avant son début de mise en place  et des points d’étapes effectués lors de telles réunions de quartier. « Cela encourage les gens de prendre leur voiture pour aller travailler. Lorsqu’on revient le soir, on ne peut pas se garer !  Ce n’est pas fait dans  l’intérêt des résidents, mais dans l’intérêt de la commune qui veut ramasser de l’argent »- « Non cela n’a pas été fait pour l’argent mais pour assurer un turn-over et éviter les voitures ventouses »  essaya t-il d’expliquer en ajoutant : « Vous défendez votre intérêt privé mais pas l’intérêt général ! » - « l’intérêt des habitants de notre rue » répliqua l’un d’entre eux, alors que son voisin ajoutait :  « Vous avez un métro de retard ! » - « Et moi, une gare d’avance ! »

    Occasion de revenir sur la gare de Grand Paris Express, prévue au Clos Montholon, sous la gare SNCF de Clamart, sur la ligne 15 Sud qui sera mis en service en 2020. « Est-ce que vous prévoyez d’autres maisons à fiche en l’air »entend alors dans le public. « On aura des informations (en temps utile) de la SGP (Société du Grand Paris) qui est très sérieuse et professionnelle. Ce qui est important pour nous, est la revalorisation de ce secteur appelé à se développer » - « Y aura-t-il des incidences rue du Clos Montholon ? » - « Une seule propriété de Vanves, à la pointe, est concernée » a-t-il répondu en indiquant que « la ville a prévu une zone de préemption renforcée pour éviter la spéculation foncière et immobilière ».