Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plan vélo

  • VANVES A L’HEURE DU DECONFINEMENT : UNE BOUFFEE D’OXYGENE

    C’est exactement le terme approprié à ce deuxiéme acte du déconfinement annoncé jeudi dernier par Edouard Philippe qui était visible dés samedi matin, avec l’ouverture du parc Frédéric Pic avec 3 jours d’avance. Il était envahi de vanvéens, joggeurs, familles avec enfants qui se promenaient le long d’allée d’un parc à l’air sauvage avec ses hautes herbes, profitaient des pelouses ou des bancs, se rassemblant autour de la pièce d’eau pour regarder les canards. Tous les bancs étaient occupés, l’après-midi par beaucoup de vanvéens qui avaient repris leurs habitudes, pour lire, se retrouver et échanger, certains préférant se promener pour marcher.  Des agents municipaux veillaient au bon ordre, et respect des régles de distanciation, avec la police à cheval de GPSO. Le Kiosque se préparait à rouvrir à midi alors que le maire de Vanves  avait fait une tournée d’inspection le matin, et l’après midi pour rencontrer les vanvéens. Pendant ce temps là, certains restaurateurs et bars/cafés se préparaient à ouvrir leurs terrasses dés mardi matin, en faisant le grand ménage de printemps. Les services de mairie instruisaient les arrêtés leur permettant de les étendre comme « chez les Filles », place de la République où la crêperie, La Girafe, a étendu sa terrasse sur la place à côté de la Pharmacie, le bar à vin l’Antre Divin dans la rue Louis Blanc et le restaurant Japonais  Hayami.

    «L’espoir renait, mais la vigilance reste en vigueur tant le virus fait encore de nombreuses victimes Vanves n’a pas été épargnée. Même si nous ne connaissons pas toutes les causes des décès survenus depuis le 17 mars, les chiffres parlent d’eux-mêmes : en cumulé, le nombre de décès a augmenté de 71% entre mars et mai 2020, par rapport à 2019. Ce bilan aurait pu être encore plus important sans le dévouement et l’abnégation de tous nos professionnels de santé et du secteur paramédical» déclarait le maire de Vanves dans sa 10e  et dernière vidéo pour respecter une obligation de neutralité en période électorale, en donnant quelques informations et en annonçant une nouvelle distribution de masques entre le 3 et le 5 Juin : «Nous avons toujours privilégié les masques en tissu lavables et réutilisables pour éviter notamment le gaspillage et le rejet de masques sur la voie publique ! » a-t-il précisé comme pour se dédouaner après la polémique sur leur qualité. «Sur le pied de guerre dès le premier jour, le Centre communal d’action sociale (CCAS) a pleinement joué son rôle de soutien auprès de plusieurs centaines de Vanvéens. Le Réseau Municipal de Solidarité (RMS), avec plus de 170 bénévoles, a été créé dès le 16 mars pour accompagner les plus fragiles, leur fournir des provisions et des médicaments, et tisser des liens constants pour les soutenir pendant le confinement». Et beaucoup de personnes âgées lui en sont reconnaissant comme ce couple rencontré sur un banc du parc F.Pic qui témoignait : «Comment aurions nous fait sans ce bénévole qui nous a énormément aidé , à un moment,  où je m’étais blessé à la tête à cause d’une chute, pour aller chercher les médicaments à la pharmacie et faire les courses, et surtout le jour de Pâques, où mon mari a fait un malaise cardiaque, car je l’ai appelé tout de suite et il a fait intervenir les pompiers ! » raconte ému cette épouse qui apprécie se retrouver dans ce parc qu’elle a peinte à travers les saisons et continue de dessiner de sa fenêtre d’un immeuble voisin.

    Alors que depuis le 14 mai, «dans le respect du protocole sanitaire national, toutes les écoles ont rouvert et accueillent des groupes d’élèves dont le nombre a été déterminé en fonction de la disponibilité des enseignants, du nombre d’agents d’entretien revenus travailler et de la disposition des locaux pour mettre en œuvre les distanciations physiques imposées»,  «le 2 juin, et grâce au retour d’enseignants et d’agents municipaux supplémentaires dans nos écoles, le nombre de groupes-classes va passer de 30 à 40, permettant ainsi à plus d’élèves de retourner à l’école» a-t-il annoncé. 88 places ont été ouvertes dès 14 mai, et dés le 4 juin, 20 places supplémentaires seront ouvertes. «Alors que l’été approche à grands pas, les services municipaux préparent de nouvelles activités de loisirs pour les vacances ainsi que des séjours à la Féclaz» a-t-il annoncé.

    Il a rappelé que la ville a lancé une campagne de communication incitant à consommer local. «S’il est déjà un premier enseignement de la crise à retenir, c’est bien celui du rôle essentiel dans nos vies de nos services de proximité » a-t-il constaté comme tous les commerçants et restaurateurs qui ont fait des plats à emporter et se sont aperçus qu’ils touchaient des clients nouveaux.  Ils retrouvent quelques espoirs avec cette possibilité d’ouvrir leur terrasse qui leur a donné du baume au cœur aprés ces semaines de confinement où beaucoup ont broyé du noir.

    Il a terminé son intervention sur le plan vélo : «Comme vous avez pu également le constater, nous avons accéléré la mise en œuvre de notre plan vélo. Deux dates sont à retenir : le prochain atelier de contrôle aura lieu le mercredi 3 juin à partir de 16h et le samedi 13 juin, une bourse à vélos ainsi qu’un atelier de contrôle technique se tiendront de 9h à 18h » a-t-il annoncé, ce qui laisse dubitatif, Pierre Toulouse  (EELV) qui parlait «d’un plan vélo Cosmétique... » sur son site facebook : « Alors que de très nombreuses collectivités profitent de cette période « Covid » pour tenter une politique cyclable du « Jour d’après », Vanves se contente, comme à son habitude, d’un plan cosmétique destiné à masquer son absence totale de volonté de changement.. Sans faire appel à l’association locale, elle propose un atelier révision de 3 heures et deux itinéraires tranquilles dont l’un n’est praticable que dans un sens et l’autre renvoie vers la coulée verte en limitant la vitesse des voitures à 30km/h sur les grands axes vanvéens (sans moyens de contrôle). Mi-avril, nous avons proposé un plan ambitieux détaillé et réversible qui aurait permis de tester des solutions innovantes; il n’en a été tenu aucun compte ! Pour faire du vélo à Vanves merci d’attendre 2026 !»

  • COMMENT VIT ON CE CONFINEMENT HISTORIQUE A VANVES ?... AVEC PIERRE TOULOUSE (EELV)

    Il était intéressant d’avoir l’avis de Pierre Toulouse qui a conduit la liste EELV aux élections municipales sur ce retour en vogue du vélo qui serait une solution de mobilité pour l’aprés-confinement et qui a vu le maire de Vanves relancer son plan vélo et mobilité douce. Il aurait même lancé une consultation des vanvéens en les invitant à lui faire part de leurs propositions avec l’intention de créer un groupe de travail. Les écologistes vanvéens lui ont envoyé des propositions

    Vanves Au Quotidien - Partagez-vous l’avis que le vélo sera au coeur des mobilités de la mobilité post-confinement comme on l’entend de plus en plus ces jours-ci ?

    Pierre Toulouse :“C’est une part des solutions, parce que les gens ne vont pas vouloir prendre les transports collectifs, pour un certain nombre de raisons, et des craintes assez justifiées. Alors que le vélo ne présentent aucune difficulté, se pratique en plein air et en respectant les distances. C’est toute évidence que le vélo va être une des solutions. Les personnes qui connaissent le sujet, s’y préparent de manière assez sérieuse, sauf à vanves bien entendu. Le principe est de prendre des voies, de faire des aménagements cyclables provisoires, ce qui sera le cas à Paris, avec ce projet réseau express vélo en paralléle des lignes de RER, 1, 4 et 13 du métro, mais aussi entre la Défense et Vincennes en longeant la Seine. Le Val de Marne a déjà préparé des pistes cyclables avec un marquage provisoire. La Région a son RER V imaginé par le collectif Vélo IDF. Mais les Hauts de Seine sont très absent de la réflexion, peut être parce que le département a un  tropisme voirure prononcé. Mais les gens qui vont re-travailler ne voudront sûrement pas prendre le métro. Donc ils prendront leur voiture parce qu’on n‘a pas anticipé dans les Hauts de Seine, soit les deux roues, et leur vélo ailleurs,  comme à Paris qui a bien avancé dans ce domaine.  Il faut savoir que sur une voie réservé aux voitures, on met 4 à 5 fois plus de vélos.  La période permet de faire comprendre aux gens, qu’on peut faire un peu d’effort sur la place faite au vélo, plutôt que la bagnole.  

    VAQ- Que pensez-vous de la relance du plan vélo de Vanves par son maire ?

    P.T. :“ J’ai, en tant que tête de liste, fait une dizaine de propositions, très concrétes d’aménagement, sans aucun retour de la mairie (pour l’instant). Nous avons proposé par exemple de faire une piste cyclable rue Raymond Marcheron, et c’est le bon moment pour la mettre en application entre le carrrefour de l’Insurrection et le Clos Montholon.. Et si cela ne marche pas, on reviendra en arrière. On peut le tenter. Mais on n’a aucune chance de voir une telle expérimentation ! On a proposé de mettre le bd du Lycée à sens unique, avec une piste cyclable sur la voie bus, celle-ci étant reporté sur l’une des voies réservées aux véhicules, et de faire le retour par la rue d’Issy via la rue Pruvot pour rejoindre le carrefour de la place de Lattre de Tassigny. De même sur l’avenue Ernest Laval, qui est trés large avec une piste cyclable directionnelle qui permettrait de rejoindre la coulée verte qui dessert Paris et le sud des Hauts de Seine. De toute façon, on ne veut pas en faire une bataille électorale, parce qie c’est trop important aujourd’hui dans le cadre du déconfinement et de l’aprés covid-19.

    VAQ - Est-ce que ce confinement et cette épidémie ont suscité d’autres réflexions de la part des écologistes

    P.T. :“Nous avons dit dés le début qu’il fallait s’attendre à ce genre de chose, et qu’il faut changer nos modes de gouvernance de façon à  nous adapter. On a eu la chance que ne pas avoir eu de rupture de la chaîne alimentaire. Imaginez si nous avions eu des problèmes d‘approvisionnement, cela aurait été la panique, pire que ce que nous avons connu avec ces gens qui ont amassé des paquets de pâtes farines, papiers toilettes. Surtout qu’en région parisienne, on est particulièrement fragile. Les marchés ont fermés, les AMAP ont le vent en poupe avec leurs agriculteurs et maraîchers de la région.

    VAQ - Qu’avez-vous remarqué autour de vous dans la rue, le quartier où vous vivez ?

    P.T. : « Les vanvéens sont assez respectueux des régles de confinement, le prenant avec une certaine intelligence, Est-ce que cela a permis de changez beaucoup de pratiques. Ce n’est pas sûr ! Je crains que malheureusement, dés le mois de Mai, on reparte en arrière. Pas sûr que cela ait permis de nous guérir, changer nos comportements !

  • COMMENT VIT ON ET GERE T-ON CE CONFINEMENT HISTORIQUE A VANVES ET AILLEURS AU NIVEAU DES MAIRES

    «Il n’y a pas un seul maire de France qui se planque chez lui. Ils sont tous au turbin. Macron a cité 6 fois les maires lors de sa dernière allocution. Il n’y a qu’un seul présent en cas de crise, c’est le maire !»constatait l’un des collégues altoséquanais du maire de Vanves qui travaille comme un malade avec ses équipes à un rythme tellement soutenu, qu’ils ont l’impression d’être plus occupé que durant la campagne électorale en étant au four et au moulin, du matin, jusqu’au soir.

    Dés les premiers jours de cette crise sanitaire, il a dû balayer tous les champs possibles d’intervention d’une commune, grâce à ses services et le personnel communal, des créches et des écoles jusqu’aux EHPAD et  personnes âgées et vulnérables isolées, en faisant respecter les mesures de confinement et la tranquillité publique grâce à la police municipale, en venant en aide aux personnels de santé (distribution de masques, de blouses…)  comme aux commerçants et artisans (pour leur faire bénéficier des aides de la Région notamment des 500 € à ceux qui sont fermés,  de GPSO qui abonde d’autant), en suscitant un réseau municipal de solidarité, et en mobilisant associations et bonnes volontés 

    Ces maires ont même dû gérer quelques flottements, avec ordres et contre ordres venus d’en haut : Tout d’abord, les marchés alimentaires qu’il a fallu fermer, puis laisser ouvert, aprés la déclaration du premier ministre qui ne faisait pas la distinction entre couverts et pas couverts, en s’entremêlant les pattes, même s’ils avaient prévu un dispositif de sécurité et de vigilance qui fonctionnait bien comme à Vanves. Il a appris, ainsi en milieu de matinée, un jeudi semble t-il à 10H30 grâce à la réception d’un mail du préfet annonçant, la suspension des marchés, avec effet immédiat, annoncée la veille à la TV. Du coup s’ils étaient ouvert à Clamart et au Plessis, à Vanves il était fermé ! Les gens n’ont pas compris ! Ensuite, la désinfection des rues, qui a semé le zizanie, le temps que la haute autorité de la santé se prononce, et de s’apercevoir que cela ne servait à rien. GPSO a décidé d’augmenter la fréquence du nettoyage des rues en montant la température de l’eau à 120° .

    Sans parler des tests systématiques dans les EHPAD, des masques qui devraient être systématiquement distribués par les villes ( ?), et portés dés que l’on sort de chez soi.La prestigieuse et indépendante institution - placée par la loi «sous la protection du président de la République» - l’Académie de Médecine dans un texte intitulé « aux masques citoyen » a pris position, sans ambiguïté aucune, pour l’obligation du port d’un masque, fut il artisanal ou alternatif. «Le non respect de cette règle  citoyenne et «altruiste coûtera  plusieurs milliers d’infections, donc plusieurs centaines d’hospitalisation et plusieurs dizaines de morts supplémentaires.

    Ces maires sentent bien que sur le déconfinement va leur retomber dessus, parce que qu’il va falloir qu’ils le gèrent. Beaucoup ont largement anticipé avec une réunion spécial déconfinement avec tous les directeurs et chefs de service de la ville pour balayer tous les sujets de la jeunesse, des créches aux écoles, centres de loisirs, en passant par les colonies de vacances - est-ce qu’il faut les maintenir ou les annuler - sans parler des séjours linguistiques qu’il faut abandonner. Des tas de questions se posent à eux auxquelles ils ne peuvent pas encore répondre.  «Il est urgent de se mettre en ordre de marche, et c’est là où effectivement, l’expérience sert, car anticiper sur tout cela est un vrai plus» expliquait l’un de ses collégues. En dehors des écoles, dont on a beaucoup parlé, les services d’Etat Civil vont très probablement être confrontés à un afflux important d’activité : reprise des mariages et des enregistrements de pacs, mais aussi de toutes les opérations qui n’ont pu avoir lieu pendant le confinement, demandes de passeports, de CNI.

    L’associations des maires de France (AMF) a demandé, à propos des équipements sportifs et culturels que l’État fixe des consignes générales sur leur réouverture, en laissant là encore «une large liberté d’application». Certains équipements pourraient, selon l’association, «rouvrir assez rapidement pour des usages personnels en en excluant toute manifestation à caractère collectif » : ce pourrait être le cas des médiathèques, courts de tennis, golfs. En revanche, «les gymnases, piscines, patinoires, stades, salles de cinéma, théâtres, salles de spectacle, pourraient rester fermer dans un premier temps, voire jusqu’à l’été »

    En ile de France, la question du jour est aujourd’hui de faciliter la pratique du vélo et des nouvelles mobilités, pour éviter l’engorgement des réseaux de transports publics dont l’offre de services est évaluée autour de 50 % à l’horizon du 11 mai., 70% à entendre la PDG de la RATP sur France Info hier.  Le maire de Vanves a prévu de réunir en visioconférence, dans les tous très prochains jours, «un groupe de travail spécifique en coordination avec les acteurs de notre Plan Vélo Communal, pour accompagner cette reprise progressive et préparer cette nécessaire diversification des modes de déplacement pour la santé de tous». Anne hidalgo a prévu l’ouverture de piste cyclables temporaires sur les grandes voies parisiennes au dessus des lignes de métro ou de RER très fréquentées. Valérie Pécresse prévu de relancer son projet du RER du vélo etc…