Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plan vélo

  • BIENTOT UNE POLICE VERTE A VANVES ET A GPSO

    La Police Verte, nouvelle unité dédiée au respect de l’environnement et à la lutte contre l’incivisme (dépôts sauvages, mégots de cigarettes…) devrait voir  le jour d’ici l’été prochain à Vanves comme dans les 8 communes de GPSO. «Encadrée par des gardes champêtres, dont les pouvoirs de police s’étendront sur l’ensemble de nos 8 communes, la police verte sera formée de patrouilles à cheval, à pied et en scooters électriques» annoncent les 8 Maires des communes de GPSO dont Bernard Gaudcheau pour Vanves avec Pierre Christophe Baguet président de GPSO. Cette police verte devrait étrangement ressembler à la force municipale parisienne composée de 3200 agents pour lutter contre les incivilités, les infractions,  la sécurisation des espaces publics, parcs et jardins…

    C’est l’une des informations contenues dans le courrier que ses 8 maires viennent d’envoyer à leurs administrés où ils dressent un bilan de l’action menée en matière de lutte conte le réchauffement climatique, pour la transition énergétique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre qui sont l’affaire de tous. «A Grand Paris Seine Ouest, nous avons la chance de vivre dans un cadre harmonieux composé de 39 % d’espaces verts et de forêts avec un pôle économique majeur de 190 000 emplois et 23 000 entreprises. C’est une richesse que nous devons préserver. C’est pourquoi, soucieux d’offrir à tous un cadre de vie respectueux de l’environnement et de la santé, nous avons par exemple initié dès 2010 l’abandon total des produits phytosanitaires sur l’espace public et dans nos parcs et jardins ou construit des écoquartiers sur d’anciennes friches industrielles comme à Boulogne, Issy-les-Moulineaux et bientôt Meudon. Notre administration se veut exemplaire avec l’intégration de critères environnementaux dans nos marchés publics ou le déploiement d’une flotte de véhicules électriques et hybrides… Toutes ces actions portent déjà leurs fruits : notre taux d’émission de gaz à effet de serre (GES) est 2,4 fois moins élevé qu’au plan national. Pour le tri de nos déchets, grâce aux efforts de tous, nous figurons parmi les meilleurs élèves de la Région avec 364 kg d’ordures ménagères (bac gris) par habitant contre 458 kg par an à l’échelle de l’Ile-de-France. L’expérimentation du tri des déchets alimentaires, menée depuis novembre 2018 sur les communes de Marnes-la-Coquette et Ville-d’Avray ainsi que dans 10 écoles et 3 marchés alimentaires, a un objectif : permettre sa mise en place définitive d’ici 2022 sur l’ensemble de nos 8 communes, bien avant l’obligation légale fixée à 2025» indiquent ils.

    Suite aux trois réunions publiques sur le plan climat qui ont rassemblé à Sèvres, Boulogne-Billancourt et Vanves près de 700 personnes en décembre dernier, et dans la perspective du Conseil territorial de juin prochain, Ils  annoncent dans ce courrier,  un certain nombre d’initiatives, en dehors de la police verte : «En plus de la subvention de 200 € pour l’achat d’un vélo à assistance électrique (sans condition de ressources), un nouveau plan vélo sera déployé dès le printemps (création de double-sens cyclables, de stationnement pour vélos…) et nos équipes travaillent parallèlement sur la création de pistes cyclables à l’échelle de l’intercommunalité pour se déplacer facilement sur nos 8 communes. Nous travaillons avec les grands syndicats intercommunaux qui gèrent l’énergie (notamment le SIGEIF, le Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Electricité en Ile-de-France) pour moderniser le réseau électrique afin de transformer une partie des anciennes bornes de recharge d’Autolib’ (lente) en bornes de recharge accélérée. Pour une gestion durable de l’eau, nous réfléchissons à l’utilisation de nos ressources en eau non potable (notamment les eaux de pluie, déjà employées pour l’arrosage des parcs et jardins) pour le nettoyage, par exemple, de nos rues»  

  • RUE MARCHERON A VANVES : PROBLEMES D’ALIGNEMENT, DE CIRCULATION, DE NUISANCES

    Il a été beaucoup questions de rue, de circulation, de vélo, de piétion,  de trottoir, d’alignement durant cette troisième réunion publique de quartier consacré au Centre ancien-Saint Remy lundi soir, mais surtout à ce secteur autour de la rue Marcheron entre la place de l’Insurrection et le commissariat où les travaux de construction d’un immeuble à la place du garage devraient commencer, alors que les premiers habitants de la résidence NIWA commence à s’installer côté rue Aristide Briand qui sera requalifié par GPSO entre les rues René Coche et Diderot.

    La présentation de la ligne de bus 59 entre la gare de Clamart et la porte de Clichy qui passera par Larmeroux-Raymond Marcheron a ouvert les échanges. «Mais la circulation rue R .Marcheron va être épouvantable» remarquait un participant. «On travaille à encourager à utiliser moins les véhicules, plus les transports en commun, les vélos, l’autopartage…avec des projets comme le Grand Paris Express, cette nouvelle ligne de métro» indiquait Bernard Gauducheau  « Et la navette ?» s’interrogeait un  autre participant : «Elle coûte chére et ne rapporte rien. On  réfléchit à un transport à la demande» indique t-il. «Et le plan vélo ? alors que la pratique s’étend !» demande un troisiéme : « On a pris des initiatives. Un groupe de travail a été constitué. Des propositions ont été faîtes : piste cyclable sécurisé, parking à vélo, mais aussi local à vélo dans les immeubles, obligatoire, et c’est inscrit dans le PLU,  pour les nouvelles constructions, avec des bornes électriques pour les VAE (vélo à assistance électrique) » a-t-il indiqué. Un quatriéme se plaint d’une difficile cohabitation entre piétons et cyclistes qui roulent sur les trottoirs : «On essaie de résoudre ces  problèmes, de protéger les piétons, en développant une reconquête de l’espace public où il n’y a plus de cabines téléphoniques, de panneaux d’affichage. Il faut travailler sur le civisme et les bonnes pratiques entre les deux roues »

    C’est à ce moment que des riverains du projet de construction d’un immeuble par Boyugues Immobilier à l’emplacement de deux pavillons ont posé la question de son alignement sur les autres habitations, afin d’améliorer la circulation des piétons sur ce trottoir étroit. «Cette voie appartient au département. J’ai donné un avis pour améliorer ces conditions de passage des piétons » a-t-il indiqué en précisant que la ville ne s’est pas opposé au déclassement d’une partie du terrain (qui permet cet alignement) en laissant entendre  que tout défend du département. «Si on peut trouver une solution pour améliorer la circulation des piétons, je le ferai. Et si cette voie départementale était rétrocédée à la commune je la requalifierai. Mais j’ai un désaccord avec le département sur ce point par rapport aux coûts des travaux !». Un riverain insiste tout de même : « Pourquoi n’y a-t-il pas alignement ? » - « Je vais regarder cela de très prés ! ». Un autrre riverain s’inquiéte du projet de supérette bio au rez-de-chaissée avec ses poubelles, son aire de livraison : «Le projet envisagé par Intermarché ne se fera pas. On s’oriente vers une activité qui ne générera pas les mêmes nuisances ». Du coup les échanges se sont orientés vers les nuisances de l’activité d’Intermarché avec ces camions de livraisons qui arrivent dés 5H30 du matin, et ses cartons et cageots sur les trottoirs.