Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la république en marche

  • L’EVENEMENT POLITIQUE A VANVES CE WEEK-END : DES MARCHEURS DANS LA RUE

    Pas très fin d’avoir choisi comme lancement de campagne, un week-end mémoriel, alors que la France et Vanves rend hommage à tous ses combattants morts pour leur pays, des poilus aux OPEX avec demain, l’inauguration par Emmanuel Macron du monument érigé parc Citroen rendant hommage à ces soldats français morts en opération extérieures, comme ce fut le cas encore au Mali, voilà une semaine. Sans oublier le 49e anniversaire du décés du Général de Gaulle célébré samedi matin square Marceau par un dépôt de gerbe de quelques vanvéens gaullistes dont Isabelle Debré, et le 30e anniversaire de la Chute du Mur de Berlin dont parle énormément les médias. Mais il fallait bien choisir une date pour déclarer et annoncer la candidature de Sévérine Edou (LREM), avec cette distribution de tracts des marcheurs, vendredi sur le Plateau, au métro, et devant Carrefour Market, samedi au carrefour de l’Insurrection. Et annoncer toute une série de réunions thématiques les samedis de Novembre dans les cafés de Vanves

  • ELECTIONS EUROPEENNES A VANVES : COMMENTAIRES DE LENDEMAINS DE SCRUTIN

    Les vanvéens ont voté puisque comme ont pu le constater les présidents des 19 bureaux de votes : 10 829 sur 17 962 inscrits sur les listes électorales soit 60,28% de participation  (+ 9% par rapport à 2014 où Vanves avait voté à 51%  comme ce dimanche 26 Mai en France ). Il est vrai que la mairie avait prévu un service automobile pour accompagner les seniors au bureau de vote. Mais les vanvéens sont venus par vague, en fin de matinée et en fin d’après midi, avec toujours des électeurs plus clairsemés dans les périodes calmes du déjeuner et de la sieste.

    Vanves comme dans les Hauts de Seine et le Grand Paris, a résisté face au Rassemblement National : la République a remporté ces élections tant à Vanves (30,23%) que dans les Hauts de Seine (33,57%) avec des scores importants à Boulogne (40,86%), Courbevoie (35,94%), Antony (33,5%). «C’est la confirmation que les électeurs des Hauts-de-Seine sont pro-européens et adhèrent projet d’Emmanuel Macron» soulignait le secrétaire d’Etat (LREM) Gabriel Attal dans le Parisien (sur la photo avec sa collégue Sophie Cluzel dans le bureau de vote de l'école maternelle Lemel).  «C’est aussi un énorme désaveu pour un certain nombre de maires du département qui soutenaient les listes LR mais aussi UDI» ajoutait il. A Issy-les-Moulineaux, justement, la liste de la majorité présidentielle totalisait 34,29 % des suffrages, contre 10,46 % pour celle de François-Xavier Bellamy (LR) et  4,2% pour celle de Jean Christophe Lagarde (UDI)  qui a fait 3,7% à Vanves. Les centristes faisaient grise mine dimanche  soir à l’hôtel de ville de Vanves alors que les marcheurs jubilaient autour de Florence Provendier député avec Jean Cyril Le Goff, Guy Janvier, Jullien Segura etc…

     «C’est une extrêmement lourde défaite»  estimait Philippe Juvin président de la fédération LR 92 dans le Parisien.   «J’ai le sentiment d’un énorme gâchis. Nous avions deux ans pour tout reconstruire et finalement c’est une véritable démolition. Il y a une très grande responsabilité de la direction du parti » ajoutait il après avoir tweeté dans la soirée de dimanche  : «Depuis 2 ans @laurentwauquiez et d’autres répètent en boucle que la droite doit se reconstruire.  Ils ont raison. Mais ce soir leur reconstruction a des airs de démolition. Pour reconstruire, nous devons ns rassembler. Et faire revenir ceux, trop nombreux, qui nous ont quittés».

    «Nous sommes naturellement déçus par ce résultat, même s’il est à deux fois supérieur à celui que les sondages ont matraqués pendant des semaines dissuadant sans doute une partie de nos électeurs de voter pour nous. Nous avons porté les valeurs de l’Europe, fait campagne sur un vrai projet européen, mais nous sommes victimes du piége qui a été tendu aux Français du soi-disant référendum entre M.Macron et Mme Le Pen. Ce piége a fonctionné et il s’est renfemé sur M. Macron qui en sort affaibli. Nous le regrettons car c’est la France qui en est affaiblie, d’autant que nous sommes le seul pays d’Europe occidentale où la vague de l’extrême droite a été endigué» tweetait Jean Christophe Lagarde (UDI) dimanche soir . «La campagne portait en elle les germes de cette défaite : nous n’avons jamais aussi peu parlé d’Europe que durant celle-ci.Toutefois, l’espoir peut être de mise. Les forces politiques françaises se disant pro-européennes rassemblent environ 47% des suffrages exprimés alors que les opposants à l’UE atteignent les 38%. Malgré les divisions, les Françaises et les Français ont manifesté leur attachement au projet européen. La vision qu’ils en ont est plurielle. C’est la loi de la démocratie» optimisait Bernard Gauducheau (UDI) sur Facebook.

    Finalement, la grande surprise est le score des écologistes : 13% en France, 15,88% en Ile de France, 15,67% dans les Hauts de Seine,  19,54% à Vanves. Ainsi la mobilisation de la jeunesse depuis plusieurs mois avec ces manifestations, certaines décisions du gouvernement, la démission de Nicolas Hulot, l’enjeu environnemental qui était pointée par la quasi-totalité des formations, a profité à ceux qui paraissent incarner le mieux l’écologie politique dans ce pays et sur le terrain. «Alors qu’en Février/Mars 2018, les intentions de voter étaient à 2 ou 3% pour EELV, ils ont fait 13% en France. C’est  un signal important adressé au président de la République et au gouvernement, mais aussi au plan local comme dans les Hauts de Seine où ces thématiques ont été un peu trop négligé depuis plusieurs décennies» réagissait un observateur averti de la vie politique écologistes.

    Et Vanves n’a pas échappé à la vague avec sa lente densification en cours et surtout l’absence d’une véritable politique pour « re-naturer la ville ». Mais comme l’expliquait toujours cet observateur averti «les résultats d’une élection européenne ne peuvent être calqué ou projeté sur un territoire municipal. Mais on a noté une mobilisation assez exceptionnelle pour cette élection européenne, peut être dû au retour à une circonscription unique, donc à un mode de scrutin plus juste dans la détermination des siéges et qui est le seul qui permette de nationaliser le débat européen»

  • CAMPAGNE DE LA REPUBLIQUE EN MARCHE POUR LES EUROPEENNES A VANVES : «ARRETEZ DE DECONNER , CE N’EST PAS LE MOMENT !

    Deux événements ont marqué Vanves jeudi soir : l’inauguration de la résidence Niwa construite par Bouygues Immobilier sur lequel le Blog reviendra, et la réunion publique sur les élections européennes de la République en marche à l’école Larmeroux : Gabriel Attal secrétaire d'état à la Jeunesse avait invité Florence Provendier, députée, André Gattolin, sénateur, Sophie Cluzel sa collégue au gouvernement chargé des personnes handicapées,  et des candidats :  Bernard Guetta ex-journaliste politique, Chryzoula Zacharopoulou, Sandro Gozi, ex- secrétaire d'Etat italien.  Chacun a pu s’exprimer d’une manière courte afin de répondre à quelques questions de la centaine de militants et sympathisants dont beaucoup de jeunes qui comme l’a bien expliqué Julien Segura, le co-référent LREM de Vanves « font partie de cette génération qui n’a pas connu la guerre, mais que la paix !». Comme en écho, Gabriel Attal n’a pas caché que «c’est un enjeu pour les jeunes. On dit qu’ils sont individualistes. Mais on en a vu qui se sont mobilisés pour la climat. Il faudrait que cette mobilisation se traduise par le vote ». Il est d’ailleurs frustré par cette campagne «car on est le seul à parler d’Europe. Les autres veulent faire un référendum contre Macron, ou redonner des couleurs à leur parti. Alors que l’on voit une poussée nationaliste qui pourrait bloquer des projets et paralyser l’Europe. Et on fait cette campagne sur les enjeux européens, car il faut plus d’Europe ! »

    Chaque intervenant a fait vibrer sa fibre européenne : Florence Provendier, députée qui a des arrières parents polonais et allemand, fait le tour de l’Europe en Train en 1985, travaillé pour une entreprise néerlandaise puis italienne  avant d’agir dans l’humanitaire pour rapprocher des…  Hervé Gattolin Sénateur LREM pour lequel l’Europe est un engagement de 40 ans ayant accompagné Daniel Cohn Bendit dans ses campagnes européennes qui parle d’élection suprême avec ses européennes : «Junker a compris qu’il fallait aller de l’avant en voulant une Europe qui investisse sur le numérique, les nouvelles productions, la Défense… et pas seulement la PAC pour éviter d’être colonisé par les américains, les chinois, des russes. Et il ne faut pas s’arrêter. Renaissance, c’est la renaissance de l’Europe !». Bernard Gouetta n’a pas caché son inquiétude si le RN doit arriver devant LREM : «Si par malheur, on n’arrive pas à transformer les choses, le Président en sortira affaibli sur le plan international. Or il n’y a pas d’autres hommes d’Etat sur la scéne européenne que lui, qu’on l’aime ou non. Et s’il n’y a plus d’homme politique pour dire ce que l’on doit faire, Poutine, Trump, Xi Jiping auront gagné la partie parce qu’ils veulent qu’on s’affaiblisse » a-t-il expliqué en invitant l’assistance à «se mobiliser, s’investir, redoubler d’effort parce que l’enjeu est majeur. Arrêtez de déconner, ce n’est pas le moment ! Regardez ce qui se passe aux USA et dans le reste du Monde. Avez-vous envie de perdre tout ce que nous avons en France et en Europe : Protection sociale etc…»