Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eelv

  • CHRONIQUES DE L’ETE 2021 A VANVES EN BREF

    PEOPOLISATION :  Jamais un élu Vanvéen n’a été aussi présent dans les médias durant durant cet été 2021. Il faut dire qu’il est porte parole du gouvernement et que l’actualité s’y prêtait bien avec la polémique sur le pass sanitaire, les vaccinations etc…D’ailleurs un blog de Vanves « Vanves Actualités » a très relayé les propos de Gabriel Attal presque quotidiennement. Mais là où ce conseiller municipal vanvéen a battu tous les records c’est sa présence dans les magazine people (voici, Gala… ) jusqu’à faire un selfie torse nu sur la plage en Corse (cf la photo).  Une communication qui a fait le buzz, sur la forme, mais qui a divisé, sur le fond. «Gabriel Attal qui essaie clairement de nous corrompre mais ça marchera pas», plaisante un internaute, faisant référence au physique du porte-parole du gouvernement. «Je suis d'accord sur le fait qu'il puisse prendre des vacances, mais il n'est pas obligé de s'exhiber en fait! Un peu de tenue», gronde une autre» rapportait l’un de ses magazines

    PRESIDENTIELLES : Alexia Pescreminooz (EELV) conseillère municipale, a appelé à voter pour Eric Piolle dans le cadre de la primaire présidentielle chez ls écologistes. Elle fait partie des 350 militants, élus ou personnalités comme l'ancienne candidate à la présidentielle Eva Joly ou le sociologue Bruno Latour qui affichent leur soutien au maire EELV de Grenoble  en vue du vote prévue en septembre (premier tour entre le 16 et le 19 et second du 25 au 28 septembre) pour désigner le candidat écologiste. «Nous avons besoin d'une présidence humble, terre à terre, qui nous ressemble et qui nous considère, qui connaisse la réalité du travail et celle des territoires» plaident ces soutiens d'Eric Piolle, rappelant sa victoire en 2014 à Grenoble puis sa réélection aux municipales de 2020. Il sera opposé à la députée Delphine Batho, l'eurodéputé Yannick Jadot et Sandrine Rousseau

    EXPLOSION DE BEYROUTH : Un an après les explosions meurtrières au port de Beyrouth, le maire Bernard Gauducheau a tenu par quelques mots sur le site facebook de la ville,  à rendre hommage aux familles sinistrées et à rappeler la mobilisation forte de la Ville de Vanves. « Au total, 7 tonnes de denrées collectées et 20 tonnes pour Grand Paris Seine Ouest ont été acheminées vers nos amis Libanais et un magnifique cèdre a été planté dans le parc Frédéric Pic pour célébrer l’amitié franco-libanaise Un grand merci aux Vanvéennes et Vanvéens pour leur grande générosité, aux commerçants-partenaires pour leur mobilisation, à Rita Kapro, coordinatrice du Comité de Solidarité Vanves Liban et à tous les bénévoles pour leur engagement total »

  • VANVES ET LES DEPARTEMENTALES : LA DROITE EN POLE POSITION PARTOUT

    La droite est arrivée en tête en Seine-et-Marne, dans l'Essonne, dans le Val-d’Oise, les Hauts-de-Seine, les Yvelines et le Val-de-Marne, département historiquement dirigé par le PCF qui pourrait basculer à droite, sauf en Seine Saint Denis où les résultats e la gauche (36,23%) loin devant la droite (11,57%)  consacrent les efforts de Stéphane Troussel (PS), président du CD 93 qui a réussi à rassembler socialistes (PS), écologistes (EELV), communistes (PCF), membres de Génération.s et de la Gauche républicaine et socialiste (GRS). Occasion de faire le point aujourd’hui sur le département des Hauts de Seine demain sur la Région, à la veille du 2e  tour  

    Si la majorité départementale (LR-UDI) est arrivée en tête lors du premier tour des élections départementales, ce n’est pas une surprise, et le 2e tour devrait confirmer un statu quo, à une ou deux exceptions prés. Seul l’abstention a créé la surprise en ayant grimpé de 12 points par rapport à 2015, (65,6%)  et empêché l’élection dés le 1er tour des conseillers départementaux/Maires  comme PC Baguet à Boulogne, Denis Larghero à Meudon,  Georges Siffredi à Châtenay,  Yves Révillon à Colombes/Bois Colombes car s’ils avaient obtenu plus de 50 % des suffrages (53% à Boulogne, 59,71 à Meudon, 54,01% à Chatenay 51,31% à Colombes-2), ils n'ont pas dépassé la barre de 25 % des inscrits. «Imposer un second tour alors qu’on a largement gagné, ne va pas réconcilier les français avec les urnes. Leur demander de retourner voter alors qu’on a fait des scores pareils, c’est incompréhensible. En plus cela entraîne des dépenses inutiles en matériel, en personnel, tout cela pour une surprise» expliquait l’un d’entre eux Finalement, seuls Jean-Christophe Fromantin, maire (DVD) de Neuilly et Alexandra Fourcade (LR), son adjointe et conseillère départementale sortante ont été élu dés le 1e tour avec 76,82%.  Le seul parmi  les 155 cantons que contents les 7 départements franciliens

    La gauche devrait garder l’ensemble de ses cantons, pour les communistes, à Gennevilliers, Nanterre, Bagneux, sauf peut ête à Montrouge  où le socialiste Joachim Timotéo est en position fragile (27,40%)  face à Etienne Lengereau (25,77%) son maire UDI parti à la reconquête de ce canton : «Le jeu est assez ouvert !» déclarait ce dernier. IL en est de même pour la droite, sauf peut être dans dex cantons :  Tout d’abord  Colombes où Nicole Goueta, ex-maire LR battu en Juin 2020,  a  obtenu  27,5 % des suffrages exprimés face à un binôme EELV-PS, qui ont recueilli 25,1 % des voix. « Je m’attendais à ce que ce soit serré, mais pas autant. Aux électeurs de savoir ce qu’ils veulent : Un élu dans la majorité qui a du poids, ou un élu dans l’opposition» réagissait  la doyenne du CD 92. Ensuite Châtillon/Fontenay aux Roses où tout se joue dans un mouchoir de poche entre le binôme sortant Laurent Vastel (UDI) et Anne Christine Bataille (LR) qui est arrivé en tête (38,18%) face au binôme Lournes Adjroud (PS) et Astrid Brobecjker (EELV) avec 37,90% des voix. Un troisième canton à suivre est celui de Clamart-Vanves le binôme LR Yves Coscas et Sandrine Bourg a recueilli 36,82 % des suffrages, soit huit points de plus que le binôme de gauche, que forment Adeline Beving (EELV) et David Huynh ( génération.s) avec 28,33 % des suffrages en améliorant de 18 points les résultats du binôme EELV en 2015 (10,65%)  : Tout pourrait dépendre du niveau de l’abstention et d’un bon report des voix obtenues par les binomes  LREM et PC-LFI vers les écologistes. Clamart a déjà élu un conseiller général EELV entre 2001 et 2015 avec Vincent Gazeilles. Et la politique de densification menée sur les deux villes par leurs maires qui  est très contestée.

  • VANVES ET LES DEPARTEMENTALES : QUELS REPORTS DE VOIX AU 2e TOUR SUR LE CANTON

    Avec les résultats de ce 1er tour dans  le canton de Clamart-Vanves, deux sources d’inquiétudes sont apparus  pour le binôme LR/UDI Sandrine Bourg et Yves Coscas.

    Tout d’abord, les reports de voix des listes éliminées. Il apparaitrait qu’aucune consigne de vote ne seraient donné par les marcheurs, mais il est fort possible que beaucoup votent écologistes. La campagne des municipales a laissé des traces. D’ailleurs, il est fort possible que les électeurs du binôme Boris Amoroz et Madeleine Bahloul (PC-LFI) votent pour le binôme écologiste Adeline Beiving et David Huynh qui, avec 29,85%  a amélioré trés nettement le score de Catherine Naviaux/Roland Rabeau  (EELV) de 10,65% en 2015. Il ne faut pas oublier que Clamart avait élu le seul conseiller général EELV des Hauts de Seine entre 2001 et 2015.

    D’où quelques tentations pour faire mordre la poussière à ce binôme soutenu par des maires LR et UDI qui densifient à tout va leur ville. Ensuite l’abstention record, 62,30% dans le canton Clamart-Vanves qui suscitent quelques inquiétudes justifiées tant à droite qu’à gauche. Enfin, le manque de notoriété des candidats de la majorité