Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eelv - Page 3

  • LES ECOLES DE VANVES AU CENTRE DES PREOCCUPATIONS DES CANDIDATS AUX MUNICIPALES

    «Depuis le 14 mai, la Ville concentre tous ses moyens pour assister l’Education Nationale dans la tâche difficile du maintien du service public scolaire au cœur d’un contexte sanitaire inédit. Au 2 juin, les écoles à Vanves ont accueilli 40% des enfants scolarisés.  À la même date, 95 % des agents municipaux intervenant dans les écoles étaient à leur poste permettant d’accueillir les enfants et leurs encadrants dans le respect du protocole sanitaire national qui, à cette date, n’a toujours pas été assoupli. Suite à de nombreux échanges entre les services municipaux, l’Inspectrice de l’Education Nationale et les directions d’écoles et, bien conscients des difficultés des familles, l’offre d’accueil va être encore augmentée» annonçait la mairie sur son site facebook, en début de semaine, qui a  accueillie, entre le 8 et le 15 juin, 13 groupes classes supplémentaires dans les écoles. Parallèlement, le jeudi 11 juin, la Ville a mis en place un accueil supplémentaire sur le temps scolaire (de 8h30 à 16h30) dans le cadre des activités  « 2S2C » (sport, santé, culture et civisme).  «Les directions d’école informeront les familles de la possibilité d’accueil des enfants, soit à l’école, soit dans le cadre des  « 2S2C », celles-ci étant les seules autorités compétentes pour déterminer pour chaque établissement les modalités pratiques d’accueil et le choix des enfants prioritaires. Cet accroissement de l’accueil permettra à plus de 59% des élèves vanvéens d’être accueillis d’ici le 15 juin. À noter que les accueils de loisirs seront ouverts à tous à compter du mercredi 10 juin».

    De leur côté, les écologistes très en pointe sur ce sujet, grâce notamment à sa seconde de liste Aurélie Zaluskie expliquaient : «Dans notre programme, nous expliquons notre projet pour les bâtiments des écoles et l’encadrement des enfants sur les temps périscolaires. Les locaux sont inextricablement liés à la vie qui s’y déroule, aux circulations, aux échanges possibles. La  crise de la COVID 19 a mis au cœur de nos préoccupations ces questions ! La crise de la COVID 19 a nécessité des organisations complexes et insatisfaisantes à l’occasion de la pseudo-reprise de l’école du 11 mai. On sait que le virus circule moins à l’extérieur et que le risque de contamination est plus important dans des espaces clos où les personnes sont proches, mais les cours d’école ne sont pas investies davantage que d’habitude et les espaces publics : jardins et parcs  sont restés fermés (jusqu’au 30 Mai). Nous pensons que tous les enfants auraient dû en priorité pouvoir bénéficier de ces lieux même en cas de crise»…. D’autant plus que «les enfants ont été très sédentaires pendant le confinement, il est important de leur donner des conditions de bouger et d’être à l’extérieur, si possible au contact de la nature !» expliquaient il sur le site internet de la liste Vanves Demain.

    «Concernant les locaux, nous avons des progrès à faire et des projets à conduire ! Les sanitaires des écoles sont des lieux trop souvent peu fréquentables ! Nous devons enfin offrir aux enfants des lieux propres, accessibles et permettant à chacun de voir son intimité respectée ! Il faut pour la rentrée 2020 s’assurer que le lavage de mains, à l’eau et au savon pourra être réalisé facilement et régulièrement. Il faut, que la situation dure ou  qu’elle se reproduise, ancrer durablement des bonnes pratiques qui permettront aux enfants de retrouver plus rapidement  le chemin de l’école et aux enseignants d’être sereins devant les risques sanitaires. Le nettoyage des locaux est, de ce point de vue, un autre enjeu. Il faut réévaluer la pertinence de la mise en délégation de service public de ce service, qui ne permet pas toujours d’avoir une prestation souple et adaptée aux situations. Deux jours avant sa réouverture, une des écoles de Vanves n’avait pas été nettoyée…  inquiétant, à juste titre les adultes qui devaient s’y rendre incessamment ! » signalaient ils

    «Accepter de  répondre aux besoins des familles et des enfants en  prenant la responsabilité d’accueillir, en lien avec les enseignants et dans la transparence vis-à-vis des parents le plus grand nombre d’élèves en donnant la priorité aux enfants en difficulté scolaire ou sociale. Quitte à bousculer les consignes inapplicables de l’Etat. C’est l’honneur d’un Maire que de savoir prendre en compte les règles avec une vision globale dans un but de bien commun et de prendre quelques risques physiques en se donnant tous les moyens de les minimiser pour limiter les risques psychosociaux. C’est cette attitude courageuse que nous proposons à Vanves Demain ! Parce que la crise risque de durer, ou que d’autres lui succèderont probablement, il est impératif d’avoir une approche globale de la santé pour ne pas tout sacrifier sur des critères de santé  physique auxquels nous n’étions pas suffisamment prêts à répondre collectivement ! Nous devons concevoir les lieux publics et en particulier les écoles avec des exigences environnementales et sanitaires : penser les circulations, les mobilités et les espaces, c’est rendre possible la vie sociale, y compris dans des périodes de crises. Construire un bâtiment en pensant au climat, c’est éviter le fonctionnement des climatisations, ce qui est bon pour la planète et pour la santé ! L’ouvrir aux habitants hors période scolaire c’est multiplier les espaces de vie. Promouvoir la santé et l’éducation, au-delà de la crise actuelle, c’est assurer aux vanvéens de vivre en bonne santé et d’être des citoyens impliqués dans la Ville!» concluaient ils

  • MUNICIPALES A VANVES : EXPLICATIONS SUR DES FUSIONS DE LISTES IMPOSSIBLES

    Les marcheurs de Vanves ont pu avoir un éclaircissement sur le refus d’un accord avec la liste de Vanves demain (EELV) par ce communiqué d’EELV Ile de France qui déclarait ces derniers jours : «Pas de fusion avec Les Républicains et La République En Marche en IDF : Les écologistes d’IDF se réjouissent de l’envie d'écologie que les votes du premier tour, malgré le douloureux contexte du covid-19, traduisent. L'écologie politique que nous portons combat les inégalités sociales et environnementales. Au second tour des municipales, EELV-IDF réaffirme son soutien aux listes prônant les valeurs et propositions visant à faire des villes plus résilientes, plus vertes donc plus solidaires et plus démocratiques. Dans le respect de ces engagements, EELV ÎDF ne soutiendra aucune liste de fusion incluant des personnes avec l’étiquette Les Républicains ou La République En Marche et s’opposera à toute utilisation du logo EELV dans ce contexte». Commentaire d’une colistière de Vivre Vanves (LREM) sur les réseaux sociaux : «Ecœurée par ce communiqué malgré le respect que j’ai pour certains EELV. Dire qu’on refuse toute alliance dans tous les cas, quelque soient les programmes locaux c’est du dogmatisme pour se faire mousser.  Quand ils auront laissé passer tous les maires avides de béton il faudra qu’ils m’expliquent où est la logique.  Quand on n’est pas capable de compromis on est pas capable d’avancer !». Il n’empêche qu’un maire ex-LR devenu LREM ou DVD a passé un accord avec eux à Chaville, avec le pasquaien Jean Jacques Guillet.

    Mais ce n’est guére mieux de leur côté, car les instances dépattementales de LREM ont  retiré l'investiture à Carole Guillerm  à Châtillon qui a fusionné sa liste avec Jean-Paul Boulet (LR) et Anne-Christine Bataille (DVD) pour faire barrage à Nadège Azzaz (PS) arrivée en tête à l’issue du scrutin du 15 mars, avec 41,32% dans une commune tenue par Jean-Pierre Schosteck (LR) depuis 1983. A Colombes, c’est pour contrer l’écologiste Patrick Chaimovitch que la maire sortante, Nicole Goueta encartée LR, s’est alliée avec Sébastien Perrotel (LREM). Ces alliances ne passent pas du côté du parti présidentiel. A l’image de la décision prise à Lyon, l’investiture LREM a été retirée aux candidats, à la suite de ces fusions, par la Commission nationale d’investiture de La République en Marche.  «Nous ne pouvons, en effet, pas accepter des accords de circonstance, pris unilatéralement, et contraires aux principes que nous défendons chaque jour» indiquait Baï-Audrey Achidi, référente de LREM pour les Hauts de Seine dans un communiqué de presse. Les responsables départementaux ajoutent soutenir « les équipes de colistières, de colistiers et de bénévoles qui se sont engagés […] et qui ont fait le choix collectif de ne pas participer à ces alliances, pour rester fidèles à nos valeurs». A Vanves, il n’y avait aucun risque, puisque le maire aurait refusé dés le départ un quelconque rapprochement

  • LE 2e TOUR DES MUNICIPALES A VANVES A l’HEURE DU DECONFINEMENT

    Alors que l’équipe Vanves en Tête (UDI/LR) était au rendez-vous dès mardi  auprès de restaurateurs « pour déguster de bons plats » comme elle en faisait  état sur site facebook (et surtout chez ceux qui soutiennent ouvertement cette liste bien sûr comme l’ont remarqué certains «langues perfides»), ses adversaires, encore en liste, essayaient de faire bonne figure en intervenant sur leur compte facebook ou twitter, car les réseaux sociaux sont devenus essentiels dans cette campagne où il n’est plius possible d’organiser une réunion publique, de distribuer des tracts à la main mais les mettre à disposition dans un présentoir, faire du porte à porte 

    LES MARCHEURS INCARNATION DU CHANGEMENT

    «Pendant la période de confinement, la motivation et l’enthousiasme de l’équipe Vivre Vanves sont restés inébranlables, et nous nous sommes préparés à ce deuxième tour : chacun sur notre lieu de confinement, nous avons maintenu le contact, conservé cet incroyable esprit d’équipe qui nous avait unis et mobilisés tout au long de la première phase de la campagne et nous avons été, collectivement, force de proposition et de solutions. La crise sanitaire engendrée par le COVID-19 et l’indispensable confinement qui en a découlé nous ont permis de porter un regard neuf sur les effets collatéraux liés à l’existence, sans doute durable, du virus, ainsi que sur l’ensemble des sujets liés à l’intérêt général de Vanves et de chacun d’entre vous, les Vanvéens» explique Séverine Edou sur son compte twitter. Elle assure que «notre réflexion collective a porté, au-delà de l’urbanisme, du commerce et de la transition écologique, thématiques centrales de notre programme fortement mises en avant pendant la campagne du premier tour, sur des sujets sur lesquels nous renforcerons nos engagements :

    -  Les nouvelles formes de travail : il est urgent d’imaginer des lieux d’activité et d’échange pour ceux qui travailleront désormais à distance et de proposer plus de flexibilité et de proximité dans les modes de garde d’enfants.

    -  Les mobilités : quand certains ne pensent qu’au « tout vélo », quand d’autres pensent « gyropodes et trottinettes électriques », nous voulons que les personnes à mobilité réduite puissent se déplacer dans la ville sur des trottoirs élargis, sans obstacles.

    -  L’éducation : on ne peut accepter que le bien-être des enfants et du personnel éducatif soit sacrifié par des projets de rénovation mal ficelés, imposés sans concertation préalable, ni que le sujet de la restauration scolaire soit uniquement traité par le biais d’un contrat long terme.

    -  Les solidarités :  il est nécessaire que les associations qui accompagnent au quotidien les plus fragiles soient encouragées à renforcer leur collaboration et leurs complémentarités». 

    LES ECOLOGISTES ASSURENT GOUVERNER DIFFEREMENT

    «Repeindre son logo en vert, dessiner des vélos sur des affiches ou communiquer sur un centre d’action sociale performant alors qu’un poste d’assistante sociale y est cruellement manquant ne saurait en aucun cas se substituer à un véritable engagement en faveur de la transition écologique et de la justice sociale» déclaraient les écologistes vanvéens en parlant de «communication opportuniste» et de  « son manque de courage et de vision politique pour notre ville !». «Nous aurions organisé et sécurisé la circulation à vélo dans les rues de Vanves grâce à un réaménagement ambitieux des axes de circulation. Le maire a fait accrocher des panneaux microscopiques le long d’axes, dont certains restent saturés de voitures, sont plus vallonnés ou ne sont pas praticables dans les deux sens, n’offrant ainsi aucune amélioration aux cyclistes. Nous aurions fait de l’accueil du plus grand nombre d’élèves à l’école une priorité absolue. Vanves fait actuellement partie des communes des Hauts de Seine avec le plus faible taux d’accueil d’élèves autorisé dans ses écoles !» assure Pierre Toulouse tête de la liste Vanves Demain (EELV) qui ajoutait : «C’est l’honneur d’un Maire que de savoir prendre en compte les règles avec une vision globale dans un but de bien commun et de prendre quelques risques physiques en se donnant tous les moyens de les minimiser pour limiter les risques psychosociaux. C’est cette attitude courageuse que nous proposons à Vanves Demain ! Parce que la crise risque de durer, ou que d’autres lui succèderont probablement, il est impératif d’avoir une approche globale de la santé pour ne pas tout sacrifier sur des critères de santé  physique auxquels nous n’étions pas suffisamment prêts à répondre collectivement ! Nous devons concevoir les lieux publics et en particulier les écoles avec des exigences environnementales et sanitaires : penser les circulations, les mobilités et les espaces, c’est rendre possible la vie sociale, y compris dans des périodes de crises. Construire un bâtiment en pensant au climat, c’est éviter le fonctionnement des climatisations, ce qui est bon pour la planète et pour la santé ! L’ouvrir aux habitants hors période scolaire c’est multiplier les espaces de vie. Aurélie Zaluski la seconde de liste assurait de son côté  qu’ils gouverneraient différement Vanves en expliquant que « Gouverner différemment c'est d'abord avoir un élu à l'éthique et au respect des engagements. C’est également une implication plus importante des élus de l'opposition dans les mesures et les décisions phares concernant la vie de la cité. On a trop vu pendant la crise du covid que ça n'avait pas été le cas et que la mairie actuelle a décidé seule. Nous nous engageons à ce que, pour les crises à venir, ce ne soit pas le cas et que les élu.es de l'opposition soient consulté.es lors de conseils municipaux exceptionnel»