Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pc

  • VANVES ET LE GRAND PARIS : CHOC FRONTAL

    Le débat sénatorial se poursuit sur le projet de loi Grand Paris. Démarré le 6 Avril par un débat général de plus de 4H, il a commencé l’examen des articles dans la soirée et les premiers de 239 amendements déposés après l’examen de deux motions d’irrecevabilité et tendant à opposer la question préalable. Présidée dés le début par Gérard Larcher, la séance l’a été ensuite par Jean Claude Gaudin, un sénateur s’étonnant que « le débat sur le grand Paris se déroule sous la présidence du grand maire de Marseille ! » - « cela ne me gêne pas » a répliqué ce dernier. L’ambiance cette semaine était plutôt au choc frontal entre l’Etat avec la droite francilienne, et  la Région Ile de France avec la gauche. Notamment avec cette grande réunion, des élus franciliens de la gauche au conseil régional, mercredi soir, dont Guy Janvier, Conseiller général faisait parti

     

     

    LA BATAILLE DU GRAND PARIS

    Plus de 200 élus de gauche se sont réunis mercredi soir dans l'hémicycle du conseil régional suscitant ce constat de Jean Paul Huchon : « Il faut en être venu à un tel mépris pour nous permettre de réunir autant d’élus de gauche ! ». Une « réunion exceptionnelle », « organisée en urgence », « en réponse à l’examen », « lui aussi en urgence », du projet de loi, par le sénat où  l’ensemble des participants ont entendu parler de « déni de démocratie », « déni de faire »,  « d’autoritarisme »,  de « passage en force », de « résultats démocratiques du 21 mars …foulés au pied » etc…

    Cécile Duflot (Verts) a rappelé que lors des régionales, Valérie Pécresse « candidate UMP battue », « a été l'héroïne du Grand Paris version Blanc et a été largement battue. Cela veut dire qu'on (le gouvernement) s'en fiche. Face à cette manière de faire, nous devons être unis et travailler à une alternative. Face à la brutalité institutionnelle, une alternative est possible » a-t-elle ajouté. Pierre Laurent (PC) a rappelé que « nous ne sommes pas là pour un baroud d'honneur, nous sommes contre un projet que le gouvernement veut nous imposer, le pouvoir de droite veut isoler les collectivités et nous diviser ».

    Des sénateurs PS étaient présents avant de re-partir en séance de nuit où les a rejoint après cette réunion, Jean Paul Huchon… et ont expliqué ce qui se passait comme Catherine Tasca : « On a sentit le vent ! »… «  on a affaire à une véritable collusion entre le rapporteur et le gouvernement »… « on méne un combat frontal avec JP Caffet, Nicole Bricq »… Auparavant, Jean Paul Huchon avait proposé « d’opposer une mobilisation massive pour appuyer les sénateurs socialistes » invitant toutes les collectivités locales  à voter des motions demandant le renvoi de ce projet, comme l’a fait le Conseil de Paris, le CG 93, et bientôt la Région, « à multiplier  les interventions publiques et les échanges avec nos partenaires, à informer en temps réels nos citoyens parce qu’ils seront les premières victimes de ce projet »… « Voilà ce que sera notre réponse à la soi-disante main tendue du gouvernement. Aucun renoncement n’est possible pour nous ! »

  • LECONS DU 1ER TOUR A VANVES : DUR, DUR !!!

    Même si aucune conclusion hâtive ne doit être tiré des résultats du 1er tour des Régionales à Vanves, la droite pourtant à la mairie pourrait s’inquiéter si l’on additionne les voix à gauche – 52,82% pour PS+Verts+FG, 57,73% en ajoutant le Modem, 60,86% avec en plus L .O. +NPA - et à droite – 33,49% avec Dupont Aignan, 39,49% avec le FN. Mais voilà les  48,14% d’abstentions pèsent lourds. Et l’on sait « que dans les élections à deux tours, en général, on est plus mauvais au 1er qu’au 2éme, c'est-à-dire que quand les électeurs vous ont fait sentir leur mécontentement, au 1er tour, ils reviennent au second. Et lorsqu’ils ont été généreux au 1er tour, ils vous punissent au second. Mon sentiment est que les abstentionnistes qui sont plutôt chez nous au 1er tour, seront davantage présents au 2éme tour, car ils ont déjà infligés une fois la punition qu’ils avaient envie de nous donner, même si c’est injuste » expliquait André Santini, tête de liste UMP dimanche soir à la soirée électorale organisée au Conseil Général où les vanvéens, maire et sénateur ont brillés par leur absence, en dehors du couple Voisine avec Charles Kaazan, alors que pratiquement tous les collégues UMP et NC étaient présents. Il est vrai que certains militants à l’UMP sont très mécontents de la politique d’ouverture du président de la République qu’ils ne comprennent pas avec les Migaud à la Cour des Comptes, Charasse au Conseil Constitutionnel etc...

     

    VANVES SE BOBO-ISE T-ELLE ?

    Evidemment, à la lecture des tableaux présentant les résultats ville par ville, Vanves était classé dans les villes considérée en danger, par les apparatchiks des partis de droite, même si Pécresse (UMP) est arrivée devant Huchon, 30,14% contre 25,95% avec un très bon score des écologistes (19,70%). Le PS a la majorité devant l’UMP/NC que dans 5 Bureaux sur 19, mais avec les verts, dans tous le bureaux de vote. A noter le score quasiment identique des Verts et du PS  au bureau 17 (Ecole Maternelle du Parc), et la petite voix de différence – tiens ! tiens ! – entre UMP/NC et PS au bureau 9 (Ecole Maternelle Marceau).

    Et les commentaires du Staff du secrétaire départemental UMP allait bon train, ce soir là, devant les résultats : « Attention  Montrouge se bobo-ise ! comme à Montreuil !  », ville tombée dans l’escarcelle des verts en 2008 - « Ce n’est pas terrible à Colombes pour Rama Yade,  ni à Puteaux » tout en se réjouissant du score à Asnières. « Si cela continue, on devra aller faire la campagne à la place de certains maires qui ne se bougent pas assez » entendait on à propos de Montrouge, de  Vanves… « où rappelez-vous, cela n’a tenu qu’à deux voix en 1995 ! ». Durs commentaires

     

    EMBRASSONS-NOUS FOLLE VILLE !

    « Notre département résiste très fortement à un mouvement qui, au premier tour, ne nous donne pas toutes les satisfactions. J’ai noté, pour l’UMP, que le score Dupont Aignan entre 3 et 4% a un sens que nous devons entendre, car c’est plus qu’on ne pouvait attendre. Ce sont des électeurs de l’UMP et pas du NC, qui n’ont pas voulu voter FN mais qui n’ont pas choisi de voter pour nous. Le Modem c’est fini ! Rideau ! C’est un échec total. Les écologistes talonnent le PS qui arrive devant eux. Notre campagne pourrait être durant le second tour sur le théme : « qu’est-ce que les socialistes et les écologistes vont abandonner dans l’alliance qu’ils nous proposent » et qui est déjà annoncé, parce qu’évidemment les uns et les autres avaient de grandes ambitions, un programme qui tournait le dos à l’autre. Et d’un  seul coup, ils vont s’embrasser au prix d’un certain nombre de sacrifices. Les français ont le droit de savoir à quoi renoncent le PS en s’alliant les Verts  et vice et versa. On a l’intention de ne pas nous le dire. Et nous on veut le savoir » a demandé Patrick Devedjian, président du Conseil Général

     

    « LA DEFAITE EST RUDE ! »

    Pour revenir à Vanves, pas de commentaires, durant la journée d’hier, sur les blogs du Maire, du Nouveau Centre, de l’UMP, des Verts… Guy Janvier, Conseiller Général PS se réjouissait que « la Gauche soit nettement en tête à Vanves. Le PS est même devant l'UMP et le Nouveau Centre réunis dans quelques bureaux. Les Verts font aussi un très bon score dans notre ville. Il nous faut travailler avec eux, à la fois pour gagner dimanche et pour préparer les échéances futures (cantonales et municipales) ». Par contre, il jugeait inquiétant  le taux de participation ( 51,89%). « Beau désavoeu monsieur Santini, immense désavoeu monsieur Gauducheau ! Vous avez voulu écrire une lettre aux Vanvéens, maintenant il va falloir assumer la défaite électorale ! » clamait Fabian Estellano, secrétaire de la section PS sur son blog. Enfin, le jeune Modem Gilles Guillamot, candidat sur la liste d’Alain Dolium, reconnaissait que « la défaite est rude ! » avec un « Mais ! » qui en dit long.  

  • VANVES EN CAMPAGNE : LA DERNIERE LIGNE DROITE

    Le PS fait du « porte à porte » et va à la rencontre des vanvéens. Ses candidats devraient être dans les gares et les stations de métro et du RER mardi matin de 6H30 à 9H en Ile de France, comme Fabian Estellano qui sera sûrement devant Audiens à la sortie du passage du métro et à la gare Vanves-Malakoff. Les militants et les élus de l’UMP et du NC feront du tractage et les boîtes aux lettres, notamment avec le programme de Valérie Pécresse, et surtout la lettre signée par le maire-candidat aux élections régionales. Le Modem distribue son tract de campagne consacré à leur commune (Vanves) et la Région, avec le programme d’Alain Dolium. Le Front de Gauche tient une réunion ce soir à l’école Max Fourestier. Les Verts le feront jeudi 11 Mars dans la même école. Certains préparent des surprises : Rama Yade pourrait bien se promener dans le marché ou les rues de Vanves ces jours-ci si elle ne fait pas défaut comme pour la galette  UMP/NC fin Janvier. Le PS n’a pas voulu dire ce qu’il prépare pour le marché de samedi matin prochain, où tous les candidats vanvéens devraient se retrouver à la veille du 1er tour. Enfin, entretemps, Guy Janvier, conseiller général PS,  sera à la tâche, vendredi prochain, car le Conseil Général votera son budget 2010. Mais pas de lettre de soutien comme son challenger, à la tête de liste, non pas UMP mais PS bien sûr. Enfin Bernard Gauducheau réunira les élus de sa majorité Mercredi soir pour préparer la séance budgétaire de  son conseil municipal.