Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grand parisexpress

  • LA REUNION PUBLIQUE DU QUARTIER DES HAUTS DE VANVES EN BREF

    FRANCO-SUISSE : Le promoteur Franco-Suisse a présenté son nouveau projet immobilier dans le prolongement d’un premier projet à l’angle avenues de la Paix/Général de Gaulle sur cette avenue très pavillonnaire côté Vanves. Cette nouvelle résidence sera construite sur 3000 m2 de terrains occupés par des pavillons. Il sera composé de 43 logements sur 3 étages avec 1000 m2 d’espaces verts en pleine terre avec la plantation de 15 arbres, complétés par 300 m2 de toitures végétalisées. Ce projet est très en retrait de l’avenue comme les pavillons restant, ce qui permettra d’aménager un espace vert donnant sur un grand hall d’entrée. IL jouera sur la déclinivité de terrain avec un niveau de plus à l’arrière du bâtiment. Les appartements devraient être commercialisés autour de 8000/8200 € le m2 comme Bouygues Immobilier un peu plus loin

    ATELIERS/GARAGE MUNICIPAUX :  Le maire a indiqué que ses bâtiments sont appelés pour l’instant à servir de zone de stockage pour le matériel nécessaire à Vinci et SNCF  réseau pour le chantier du mur anti-bruit, puis à accueillir l’école provisoire du Parc pendant sa reconstruction/Extension. Après la ville avisera, soit vendre à un promoteur immobilier ces terrains, soit réaliser un équipement oublic ( ?)

    GRAND PARIS EXPRESS : Lancé en juin 2016, le chantier de la gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart est le premier du programme de construction des 68 nouvelles gares du Grand Paris Express comme l’a expliqué Pascal Vertanessian, adjoint à l’Urbanisme. C’est un projet complexe, car il s’agit de concevoir la gare du nouveau métro sous les voies du Transilien, tout en maintenant celles-ci opérationnelles. Après la réalisation des parois moulées de la gare et le ripage de la dalle de couverture qui lui sert de toit,  à la mi-Août 2017, le chantier se poursuit avec le creusement de l'espace central et la réalisation des 4 niveaux de plancher. En parallèle, SNCF Réseau a finalisé les travaux du couloir de correspondance pour relier la gare de Clamart à celle du Grand Paris Express, d’une longueur de 60 mètres et d'une profondeur de 8 mètres. Mais ce chantier de génie civil durera jusqu’en 2022. Les prochains travaux significatifs de SNCF Réseau auront lieu en 2024 avec la mise en place d'un auvent sur le quai, appelé abri-filant, et des équipements définitifs de la gare existante.  Contrairement à ce qui était prévu à l’origine, les tunneliers arriveront jusqu’à cette gare, le premier venant de Bagneux en 2020, le second du Pont de Sévres, en 201. Heureusement, car il aurait fallu prévoir l’évacuation des déblais par une noria de camions, s’ils étaient partis de cette gare. La SNCF avait même imaginé une voie spéciale pour les évacuer par la voie ferrée

  • AVEC L’ARRIVEE DU 59 A VANVES LE 20 AVRIL, C’EST TOUT LE RESEAU DE BUS PARISIEN QUI CHANGE

    La nouvelle ligne 59 qui dessert Vanves  - Elle a été inauguré par une conférence de presse de la RATP et Ile de France Mobilités mardi dernier mais le sera  aussi  samedi matin par les élus de Vanves qu’a invité le Maire par mail - fait partie des 5 nouvelles lignes créées à l’occasion de la restructuration du réseau de bus parisiens qui entre en vigueur Samedi matin, avec une cinquantaine de modifications et prolongement de lignes, avec la création de 287 nouveaux arrêts de bus et 4000 points d’arrêts impactés, de nouveaux couloirs de bus pour améliorer la vitesse commercial et rendre attractif les bus. Il n’avait pas évoluée depuis 70 an. Il était devenu nécessaire de rééquilibrer le réseau à Paris et en petite couronne, desservir des quartiers qui ont évolués démographiquement et développés sur le plan urbain aux franges de la capitale, en multipliant les liaisons avec la banlieue, alors que les bus parisiens s’arrêtaient aux portes de la capitale, et notamment les gares du Grand Paris Express comme ce sera le cas avec la gare du Fort d’Issy/Vanves/Clamart avec le ligne 59. Il a fallu 3 ans d’une large concertation avec les associations d’usagers, le grand public et les collectivités locales avec 21 réunions publiques, 57 Cahiers d’Acteurs, 2000 avis de voyageurs»

    Rappelons que ce réseau de bus parisien a été conçu durant l’après-guerre, de 1945 à 1951, pour remplacer l’ancien réseau de tramway, dont la circulation s’était arrêtée en 1938. Il a été pensé comme complémentaire du plan métro de 1948, afin de desservir les quartiers non couverts par le réseau souterrain, mais aussi en «superposition» du métro sur les axes majeurs, afin de permettre aux voyageurs qui ne prenaient pas le métro de rallier les pôles principaux. La numérotation des lignes parisiennes reflète d’ailleurs cette conception commune. Ainsi, les numéros 1 à 19 étaient réservés aux lignes de métro, et les lignes 20 à 99 aux lignes de bus parisiennes. Pour les lignes qui desservent la banlieue, la numérotation passe à trois chiffres. Les numéros des lignes de bus parisiennes dépendent de l’itinéraire du bus. Le chiffre des dizaines indique l’origine des lignes dans Paris, et le chiffre des unités indique la destination aux portes de Paris. Par exemple, la ligne 38 relie la Gare du Nord (3) à la Porte d’Orléans (8). Ces dernières années, l’offre de bus a augmenté dans Paris, avec une hausse du nombre de bus circulant en heures de pointe et en heures creuses, une extension des horaires, la création de services de soirée et de week-end, pour accompagner l’évolution des modes de vie. Cependant, depuis les années 1950, la structure du réseau n’avait que très peu évolué : le nombre de lignes était resté presque constant, et seuls quelques prolongements ou légères modifications d’itinéraire ont eu lieu. Pourtant, en parallèle, la démographie parisienne avait changé : c’est ce qui a expliqué le besoin de réorganisation du réseau.qui entre en vigueur ce week-end de Pâques