Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

monique abecassis

  • LA LICRA VANVES IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE N’EN A PAS ETE MOINS TRES PRESENTE

    Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées le 18 Octobre dernier, à Panopée pour l’assemblée générale de la LICRA qui n’avait pas pu se tenir en 2020 à cause du Covid-19 et du confinement, en présence de Bernard Gauducheau, maire de Vanves, Gabriel Attal, Porte Parole du gouvernement,  Florence  Provendier, député, Sandrine Bourg conseillère Départementale des Hauts de Seine.

     «La crise sanitaire qui sévit depuis près de deux ans a lourdement impacté l’activité de notre Association. L’année 2020 restera dans l’Histoire car pour la première fois, le monde entier et sans aucune distinction a dû faire face à un ennemi insaisissable et particulièrement pernicieux puisque totalement invisible» a déclaré d’emblée Monique becassis, sa présidente en dressant la liste de plusieurs projets importants annulés en 2020 :  Le 75 ème anniversaire de la découverte du camp d’Auschwitz, une soirée de témoignages de survivants accompagnés de Philippe Maillard, petit fils d’Yvonne Maillard « Juste parmi les Nations» qui sauva avec l’aide du curé du village trois jeunes enfants pourchassés par les nazis, une conférence sur le drame subit par les Chrétien d’Orient, une intervention d’un spécialiste de la question Arménienne chargé de nous faire mieux comprendre l’histoire de l’Arménie et les enjeux du conflit dans le Haut Karabak opposant l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

    Elle n’en a pas moins rappelé les événements qui ont marqué 2020/21 avec le drame de Samuel Paty professeur d’histoire dans un collège de Conflans St Honorine, le 16 OCobre,  la loi dite contre le séparatisme, après bien des réserves a été adoptée par le Conseil Constitutionnel le 23 juillet, la signature le 21 Janvier d’une charte censée affirmer sans ambiguité la supériorité des principes de la République sur les principes religieux,  par 5 fédérations du Conseil français du culte musulman ,3 s’étant abstenues.  «Le texte de cette charte exprime le rejet de l’islam politique et le refus de toute ingérence étrangère. Elle affirme les mêmes valeurs que nous défendons à la LICRA : Supériorité des lois de la République, laïcité, égalité hommes femmes, universalisme. Conséquence : le CCIF conseil contre l’islamophobie connu pour l’instrumentalisation politique de l’islam a été dissous. Après la signature de cette Charte, La LICRA et  la grande Mosquée de Paris se sont rapprochées aux fins de mutualiser leurs efforts pour rendre plus efficaces leurs actions contre le racisme, contre l’antisémitisme, contre toutes formes de discriminations  et de haine de l’Autre » a-t-elle indiquée en précisant : « Quant à l’aide aux victimes du racisme musulman, les sections ont toujours apporté leur aide, notre philosophie étant qu’une victime du racisme n’a ni religion ni nationalité, ni couleur de peau, c’est une victime, point ! ».

    Elle a indiquée que La LICRA a demandé à madame Hidalgo, maire de Paris de donner le nom de Sarah Halimi à la rue où elle a été assassinée, des plaintes ont étéc déposées, avec mises en exament, suite aux différentes manifestations contre le Pass Sanitaire  où un antisémistsme décomplexé est apparu: Etoiles jaunes, croix gammées, pancartes et affiches antisémites, tout cela appuyé par la parole débridée des réseaux sociaux. «La lutte contre le racisme et l’antisémitisme semble une question sans fin.  Je ne sais pas si nous gagnerons un jour, mais notre devoir est de nous battre. Espérons que les partisans de la fraternité soient plus nombreux que ceux de la haine» a-t-elle commentée en se réjouissant de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker. «La patrie reconnaissante ouvre les portes d’un hommage national bien mérité à cette grande dame qui fut l’ambassadrice de la LICRA. Cette ancienne résistante mènera un combat sans faille pour un monde affranchi de la haine et de l’intolérance»

    Bien évidemment, elle est revenue sur l’action propre à la section vanvéenne, pourv 2019 qui a, depuis toujours privilégié l’éducation des jeunes en milieu scolaire, une éducation qui doit contribuer à la formation de futurs citoyens conscients des dangers du racisme, de l’antisémitisme, de la haine de l’Autre. Au fil des années, nous avons abordé de multiples thèmes de réflexion autour de la Prévention» a-t-elle poursuivie en dressant la liste es manifestations locales de la LICRA.

  • LICRA DE VANVES : UNE SENTINELLE LOCALE QUI EVEILLE LES CONSCIENCES

    Bien évidemment, des vanvéens ont participé à la manifestation place de la République, dont le ministre Gabriel Attal, après les événements de ce week-end, avec le honteux déchaînement de haîne contre le philosophe Alain Finkielkraus, les multiples actes antisémites  dont les croix gammées sur les portraits de Simone Veil.

    A Vanves, depuis plus de 30 ans, la section de la LICRA animée par l’infatigable Monique Abecassis, avec ses adhérents, fait un boulot extraordinaire, en dehos du travail de ménoire vis-à-vis des jeunes, pour sensibiliser les vanvéens, face à ses dérapages. Comme le Blog l’avait titré voilà quelques années, cette section locale de la Licra est une véritable « sentinelle local qui éveille les consciences». Et notamment pour dénoncer les réseaux sociaux, où se développent  des discours racistes antisémitismes, homophobes, des incitations à la haine, à la violence, l’apologie du terrorisme et  parfois même appel au meurtre face auxquels les géants du web ne réagissent pas, tonnait encore sa présidente lors de la dernière assemblée générale le 17 Novembre dernier :   «Il faut savoir que chaque citoyen peut signaler des commentaires racistes, antisémites ou malveillants en saisissant l’Unité de lutte de la plate-forme PHAROS , il suffit de taper sur internet : internet-signalement.gouv.fr et que  la LICRA s’est investie dans la production de contre-discours. Une formation de militants est en préparation » indiquait elle  en rappelant que la lutte contre le racisme et l’antisémitisme a été érigée en grande cause Nationale, avec la création d’une DILCRA (délégation ministérielle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme) sous la direction de Gilles Clavreul,  en charge de la lutte contre la haine et les discriminations

    «Alors que notre pays a vu de nouveau affleurer ces derniers jours, ces dernières semaines, les stigmates de l’antisémitisme, un front républicain de partis politiques, de droite, de gauche et du centre, a décidé d’appeller à un grand rassemblement place de la République ainsi qu’à la tenue d’événements de même nature dans l’ensemble du pays. Cette unité politique, au-delà des querelles partisanes et des divergences électorales, était attendue depuis longtemps. Elle est  enfin venue et il faut la saluer, la soutenir et l’encourager» expliquaient ses dernières heures les responsables de la LICRA dont Mario Stasi, son président. «Notre devoir est de marteler que la lutte contre l’antisémitisme n’est pas seulement l’affaire d’une communauté. C’est l’affaire de la nation tout entière. Quand les juifs sont désignés à la vindicte, la nation indivisible doit rappeler que c’est elle qui est visée et qu’elle fera corps, unie dans la fraternité, contre les fauteurs de haine».

  • LA LICRA VANVES RECOMPENSE LE TRAVAIL DE MEMOIRE DES COLLEGIENS DE SAINT EXUPERY

    Lors de sa 34e Assemblée Générale, mardi dernier, la section Licra de Vanves a remis le prix «Mémoire»  attribué à 19 élèves de 3éme du collège Saint Exupery pour avoir décrit avec des mots empreints de justesse et de sensibilité ce qu’ils ont retenu des témoignages des rescapés des camps nazis en Février 2018 lors des «Rencontres de la Mémoire», dont le prix d’honneur à Rokia Pericard, pour sa chanson « Exil » qu’elle a composé.  

    Monique Abecassis a lu chacun de leur texte très émouvant, sur fond de photos sur ses rencontres. Deux rescapés des camps qui les ont marqués. Preuve que ces témoins ont laissé des traces chez ces 3000 jeunes qui ont participé au fil du temps à ces rencontres comme le notait sa présidente, heureuse d’annoncer que des professeurs du lycée Michelet l’ont sollicité pour organiser de telles rencontres pour les éléves de 1ére. «Ces rencontres de la mémoire sont un témoignage vivant de leur programme d’histoire. C’est un devoir pour ces témoins de parler et d’expliquer comment sont morts des millions de femmes et d’hommes parce qu’ils étaient juifs, tziganes. D’autant plus à l’heure où notre jeunesse voit comme nous, cette montée du nationalisme dans certains pays, il est nécessaire de perpétuer cette mémoire !»

    Comme chaque année, la présidence de la Licra Vanves a dressé un état des lieux en constatant une baisse de 16% des actes racistes mais une augmentation de 26% des actes violents. Si les atteintes aux sépultures sont en baisse, 22% concernent encore des tombes juives. Sur Internet, les insultes et les menaces restent impunis. On peut penser que cette violence verbale suscite un passage à l’acte. Sans compter cette vidéo du rappeur « Mort aux blancs ! » sur Internet. Isabelle Debré Vice présidente de l'Enfance Bleue s'est inquiété justement des réseaux sociaux contre lesquels il faut lutter contre sans complaisance.  A Vanves, les événements marquants en dehors des cérémonies du souvenirs, des rencontres de la mémoire a été l’inauguration de la promenade Simone Veil sous le soleil, la plantation de  l’arbre de la liberté, sous la pluie, ce qui lui a permis de conclure : « Que le Vivre Ensemble s’épanouisse comme cet arbre ». D’ailleurs, comme l’a exprimé le maire, « on n’a pas à déplorer de tels débordements à Vanves ! – Il y en a eu ! Mais c’est dans le Vivre ensemble qu’on peut agir. Et où on est attendu justement pour les éviter » a-t-il expliqué en prenant l’exempe de ce CLPD mis en place par son prédécesseur Guy Janvier, présent, qui permet d’échanger sur les difficultés identifiés par tous les acteurs locaux de la sécurité et de la prévention. Tout en annonçant que Vanves pourrait s’inscrire au concours national Halimi avec ses établissements scolaires.