Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

audiens

  • AVEC AUDIENS A VANVES, UN PETIT GOUT DE CANNES FRANCILIEN

    L’ouverture du festival de Cannes hier,  qui passe presque inaperçu ses jours-ci à cause de l’investiture du nouveau chef de l’Etat, de la nomination du premier ministre et du gouvernement, de la campagne législative, est l’occasion de rappeler le rôle d’une entreprise située à Vanves dans l’îlot du métro : Audiens. Tout simplement parce qu’un rendez-vous annuel traditionnel régional s’est déroulé voilà  presque un mois : La présentation avec la  Commission du Film de la Région Ile de France de  l’étude de l’observatoire de la production audiovisuelle  et cinématographique effectué chaque année. Cette étude est réalisée depuis 12 ans grâce à données issues de la base statistique d’Audiens qui  « concrétise son rôle d’opérateur de référence en matière d’expertise sociale, au service des professions qu’il protège. Nous sommes plus que jamais aux côtés de ceux qui font rayonner la création française » expliquait  Patrick Bézier, son Directeur général

    Cette étude indique que l’IDF compte 5100 entreprises dans ce secteur, dont 1800 spécialisées dans la production de films et de programmes pour la TV, 1240 dans la production de films institutionnels et publicitaires, 1500 dans la production cinématographiques, 540 dans la post-production. 109 000 intermittents soit 16 800 emplois à temps plein (ETP) et 13 400 salariés en CDI, soit 10 800 EPT sont employés par ses entreprises dont 41% utilisent uniquement des intermittents, 20% au moins 1 ETP, 16% 1 à 2 ETP, 1% 50 ETP et plus. Ce qui représente une masse salariale de 910 M€ pour les intermittents et de 539 M€ pour les CDI.

     2015 marque le retour de la croissance de l’emploi qui s’installe durablement en Région parisienne dans ce secteur innovant et dynamique. Elle est principalement dû à la reprise des investissements dans le cinéma français (+ 28 %) et à la relocalisation significative des tournages de films français (+7%) et de la production audiovisuelle (+30% des semaines de tournage), notamment pour les productions à gros budget supérieur à 10 M€  (« Chocolat » de Roschdy Zem, « Au revoir là haut » d’Albert Dupontel ; « Le petit spirou » de Nicolas Bay »), avec la production hors norme de Luc Besson « Valérian et la cité des Milles Planétes » avec 75 M€ de dépenses, 100 jours de tournages et 450 emplois.L’effet conjugué du crédit d’impôt et du fonds de soutien de la Région Ile de France se font sentir , même si le taux de délocalisation reste important pour les tournages français (36 % de la production).

    L’autre effet qui se fait sentir, est le retour des  productions étrangères multipliées par 3 grâce au passage de 20 à 30 % du crédit d’impôt international (environ 150 M€) ; et  des tournages étrangers en IDF : « Befikre » d’Aditya Chopra avec 6 M€ de dépenses en France pour 55 jours de tournage ; « 50 Shades Freed » de James Foley dont l’équipe s’est installée quelques jours en Juillet 2016 à l’opéra Garnier et au Louve ; «Jackie » de Pablo Larrain tourné en grande partie dans les studios de Paris de la cité du Cinéma et dont les effets visuels ont été fabriqués par la société Digital District. Le meilleur exemple n’est il pas les 35 jours du tournage du Mission Impossible 6 qui a engendré plus de 35 M€ de dépenses et l’embauche de 300 techniciens français. Ainsi la ville de Paris a annoncé une hausse de 15% des tournages pour le premier trimestre 2017 après une année 2016 déjà florissante (+30%  par rapport à 2015)

    Enfin, l’animation française poursuit son développement grâce notamment à l’accueil de productions internationales entièrement fabriquées en le de France. Au-delà de l’exemple bien connu de Illumination Mac Guff, qui continue à voir croître le nombre de ses effectifs, d’autres sociétés comme Mikros Image, Cube Creative ou TeamTO fabriquent régulièrement des productions d’animation pour le compte de donneurs d’ordre étrangers. La hausse de la production de séries TV n’est pas non plus étrangère à cette dynamique de croissance avec le tournage sur le territoire francilien de séries ambitieuses (« Le Bureau des Légendes » et « Versailles ») dont la récurrence a permis de renforcer l’activité des plateaux de tournage.  

  • AUDIENS A VANVES : 10 ANS DEJA DANS UN ILOT DU METRO REAMENAGE

    Il y a des coïncidences étonnantes dans l’histoire récente de Vanves :  L’immeuble d’Audiens situé dans l’îlot du métro, où travailent 700 personnes dont 70% de femmes, était inauguré le 4 Avril 2005 en présence de Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture : « Il s’agit de l’inauguration d’un outil de travail chargé de symboles…au service des professions de l’audiovisuel, de la communication, de la presse et du spectacle » indiquait alors Patrick Bréziers, toujours  Directeur Général de ce groupe. 10 ans après, à 2/3  jours prés, 650 s’installaient dans le nouveau siége d’Hachette Livre à quelques centaines de mètres, un bâtiment tout étonnant que celui d’Audiens, dessiné par l’architecte Jacques Ferrier inauguré un 3 Mars 2015  

    L’histoire vanvéenne d’Audiens est indissocciable de l’îlot du métro où il se trouve. Son aménagement actuel avait été lancé lors d’une grande réunion publique le 27 Septembre 2001, moins de six mois après le retour de la droite à la tête de la commune, et avalisé par le conseil municipal du 3 Octobre 2001.  Bernard Gauducheau avait présenté le projet immobilier prévu sur un terrain de 10 559 m2 constitué d’un garage Peugeot qui appartenait à M.Tombes, d’un espace vert et de jeux à l’entrée du passage souterrain piétonnier menant au métro et à Malakoff, d’une crèche familiale au rez de chaussée d’un petit immeuble derrière laquelle se trouvait le terrain et le bungalo de la section pétanque, où avait été ouvert le premier Skate Board park du temps du Maire Gérard Orillard . Il était prévue la construction d’un immeuble de bureaux de 12 étages (5700 m2) qui accueillerait plusieurs entreprises (500 emplois) avant  qu’Audiens choisisse de l’investir complétement, avec des équipements comme une crèche multi-accueil (400 m2), le local (100 m2)  de la section pétanque, et un nouvel espace vert donnant accès au tunnel du métro.

    Le chantier avait été confié à la SCI Paris A10. Le Maire qui souhaitait « faire de cet îlot un lieu de vie ouvert vers l’extérieur »  avait même fait un rêve, durant cette réunion,  en imaginant que ce site soit le point de départ d’une circulation douce qui relierait le haut et le bas de Vanves…. Et qui verra le jour, mais un peu plus tard, et plus loin,  avec le Mail Sadi Carnot, et sa zone de rencontres. La première pierre de l’immeuble était posée officiellement le 17 Octobre 2003. Le chantier avait été mené à bien entre 2003 et 2005. Cet aménagement avait bien sûr été au centre des polémiques entre la majorité et l’opposition, la gauche dénonçant « une énorme bêtise. On aurait pu faire de ce terrain un espace vert. Le quartier du plateau en manque énormément. C’est d’autant plus idiot que désormais Vanves fait partie de la communauté d’agglomération Arc de Seine et que les recettes de taxe professionnelle sont mise en commun » expliquait alors Guy janvier (PS). Il est vrai de l’ex-maire de Vanves (1995-2001) avait pris l’engagement d’aménager là un espace vert en contreparie de la construction du Mac Donald avec l’hôtel, les habitations et l’espace Gazier – à l’époque très contesté – à l’emplacement de l’entrepot voirie de la ville et d’un terrain vague servant de fourrières lors des grands salons.   « Aménager un espace vert n’aurait entraîné que des dépenses alors que là, on gagne de l’argent tout en se dotant d’un équipement public » répliquait Bernard Gauducheau. « Il n’y aura donc pas d’espace vert et le parking souterrain de l’immeuble va malheureusement amener de nouveaux automobilistes » constatait Marc Lipinski (EELV).

    Tout comme le réaménagement du square du 11 Novembre 1918 décidé par le conseil municipal du 27 Mars 2002, avec la création d’un accès plus naturel au métro avec de nouvelles plantations, en gardant l’arbre de la Paix et en déplaçant le mémorial du 11 Novembre 1918, avec un éclairage plus important, un Point Infos (abandonné),  un accès spécifique à la crèche, (et un portail avec escaliers pour accéder au terrain de pétanque qui a été abandonné)  « Ce square ne va plus avoir de square que le nom puisqu’il va être un passage entre la rue J.Bleuzen et le métro… alors que c‘était agréable lorsque l’on sort du métro d’arriver dans ce square où il y avait des peupliers, de la verdure, de la respiration, de la chlorophylle » regrettait alors Guy Janvier (PS).  « Il devenait insupportable et invivable pour les vanvéens de traverser ce square, avec la canisette géante qu’était devenu l’immense bac à sable qui disparaîtra et sera remplacé par une canisette institutionnalisé » répliquait  Bernard Roche, maire adjoint

    Ces 3 espaces étaient inaugurés le 27 Juin 2005 par Bernard Gauducheau avec André Santini et Jacques Gautier Gautier 1er Vice Président du conseil Général des Hauts de Seine: Un accueil « petit enfance » de 30 berceaux, un  club house pour un club de pétanque, avec la rénovation du square donnant accès au tunnel du métro, avec un plan incliné qui a permis de supprimer les marches, même s’il se révéle très glissant les jours de pluie. Et les buraux d’Audiens qui avait été inauguré le 4 Avril 2005  en présence de Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture. « Il s’agit de l’inauguration d’un outil de travail chargé de symboles…au service des professions de l’audiovisuel, de la communication, de la presse et du spectacle » indiquait Patrick Bréziers, Directeur Général de ce groupe. Le réaménagement de la rue Jean Bleuzen avec l’implantation d’une station de Vélib a permis de régler l’un des premiers problèmes posés par cet aménagement : le stationnement sauvage sur le trottoir devant Audiens. Cet îlot est devenu l’un des sites les plus fréquenté de Vanves tant par ses habitants que par ceux qui viennent y travailler (80% des salariés d’Audiens par exemple). La dernière étape de sa reconquête sera bien sûr la rénovation de ce passage souterrain qui est devenu un lieu d’animations avec ses affiches, ses commerçants et ses artistes sauvages,  ainsi que les militants des partis politiques lors des campagnes électorales qii sont là très tôt le matin ou en fin d’après midi

  • AUDIENS A VANVES : DEJA 10 ANS DE PRESENCE ET D’ETUDES SUR LA PRODUCTION ET LES EMPLOIS DU SECTEUR CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUEL EN ILE DE FRANCE

    « Voilà 10 ans qu’Audiens est installé à Vanves dans cet immeuble qui a bien vieilli. Certains de nos visiteurs croient qu’il est tout neuf. Un immeuble avant-gardiste car  il a été le premier immeuble HQE de la Région Ile de France. Il coute 50% moins cher que les autres immeubles pour son entretien. Le seul inconvénient est l’air conditionné. Lorsqu’on passe du chaud au froid ou l’inverse, diffusé dans l’immeuble en fonction des saisons,  c’est pour 6 mois car le système ne permet pas  de changer rapidement en fonction de la température extérieure » confiait à quelques journalistes, Patrick Béziers directeur général d’Audiens Vendredi matin, en attendant l’arrivée de Jean Paul Huchon, président de la Région. « C’est un lieu extrêmement remarquable. L’un des plus beaux immeubles francilien, et attaché au développement durable sans exagération » confiait ce dernier en  arrivant. « Nous aussi, on réfléchit à réunir tous nos services dans un même immeuble. Peut être à l’extérieur de Paris. Mais on verra cela après les élections, en 2016, moi ou mes successeurs ! ».

    Comme chaque année, à quelques exceptions prés, à quelques semaines du festival de Cannes, Jean Paul Huchon préside chez Audiens, la présentation de l’étude annuelle sur « la production et cinématographique en Ile de France et les chiffres de l’emploi » réalisée par la Commission du Film Ile de France présidée par Olivier-René Veillon, avec Philippe Degardin directeur des études d’Audiens. Un observatoire a été créé par cette commission et cet organisme de prévoyance qui s’occupe beaucoup, dans la coulisse, des professionnels des médias et des spectacles, et a connu un début d’année difficile avec l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo. Il permet de traiter ainsi une base de 500 millions de données dont 2 millions entrent chaque année dans ce big data de la prévoyance. Ainsi cette étude qui porte sur l’année 2014 montre que la croissance de l’emploi dans ce secteur est à l’ordre du jour : + 3,7%   d’emplois permanents (19 500), + 3% d’emplois intermittents (115 000), après un repli de 2% en 2013. Il parait que cette croissance provient de la politique de soutien de la Région qui aident la production cinématographie depuis le choix des lieux de tournages, grâce notamment à un salon spécifique (au Carré du Temple en 2015)  jusqu’à sa diffusion en numérique dans les salles (aide à l’équipement numérique), en passant par la production et la post-production.   

    La Région a ainsi aidé 900 œuvres depuis la création de ce soutien  en 2001 dont 70 en 2014, soit 50% du temps de tournage cumulé en France. « Grâce au travail de la commission du film qui est très au fait des procédures, composés d’élus mais aussi de professionnels, pour décider d’aider ou non tel ou tel réalisateur. Cette aide leur permet de boucler le budget du film et le tour de table » expliquait JP Huchon. Les 4 films sélectionnés pour le Festival de Cannes 2015 par la France ont été aidés par la Région Ile de France : « Dheepan » de Jacques Audiard, « La loi du marché » de Stéphane Brizé, « Marguerite et Juliel » de Valérie Donzelli, et « Mon roi «  de Maïwen

    Mais cette hausse est aussi le résultat d’une progression de la production internationale en Ile de France grâce à son patrimoine : «L'Île-de-France attire les réalisateurs du monde entier en raison de la qualité de ses décors, et des nombreux talents artistiques et techniques, prêts à contribuer à des projets cinématographiques ambitieux » indique Olivier-René Veillon, en ajoutant que «  les chinois qui ont commencé à tourner en Ile de France leur premier film en 2005, sont amoureux du Château de Fontainebleau qui les fait rêver . Nous avons de belles perspectives en 2015 avec des équipes de production hollywoodienne, chinoise, indonésienne. 2013 aura ainsi été l’année de nombreux tournages internationaux majeurs, comme « My Old Lady » d’Israël Horowitz, ou « Three Days to Kill » avec Kevin Costner, ainsi que de la montée en puissance du studio Illumination Mac Guff, qui fabrique les films d’animation du studio Universal, et qui est, tous secteurs d’activité et toutes entreprises confondues, le premier créateur d’emplois en Île-de-France ».