Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

zfe (zone à faible emission)

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE DE CONCERTATION SUR DES SUJETS BRULANTS

    Lundi 1er  Juillet

    A Vanves et dans la MGP : Mise en  œuvre de la ZFE (Zone à Faible Emission) avec la circulation différenciée : Vanves fait partie des 47 Communes sur 79 qui ont signé un arrêté municipal

    A 19H à l’hôtel de ville : Réunion d’information sur le projet de requalification du square de l’insurrection avec les riverains où seraient prévus un kiosque à journaux, et une sorte de food Struck (l’îlot Grec) dont ne veulent ni les riverains, ni les anciens combattants

    Mardi 2 Juillet

    A 19H au Parc des Expositions : Réunion du Comité des riverains où il sera question du projet Mixcité prévu le long du parc des expositons côté Vanves et Issy les Moulineaux très décrié par les isséens et vanvéens

    Mercredi 3 Juillet 2019

    A 19H30 à la Maison paroissiale Saint Remy : Reprise des Barbecues de l’été chaque mercredi à 19H30 de Juillet et Août. Chacun amène de quoi garnir substantiellement le buffet (grillades, salades, desserts)

    Vendredi 5 Juillet

    A 18H30 au SQUARE (rue Murillo) : Réunion d’information sur le projet immobilier du groupe Frano-Suisse en haut de la rue Gabrielle d’estrée  à l’emplacement de pavillon avec les riverains

    Dimanche 7 Juillet

    A 15H/15H30 au PMS A.Roche : Finale du tournoi open de la section Tennis

  • VANVES DANS LA ZFE ETENDU A LA METROPOLE

    La  ZFE (Zone à Faible Emission),  créé par la métropole du Grand Paris (MGP) entre en vigueur aujourd’hui,  dans la zone enserrée par l’A 86.  Elle concerne tous les véhicules classées Crit'Air 5 ou non classés, c'est-à-dire les véhicules diesel de plus de 18 ans et essence de plus de 21 ans qui seront donc interdits de circuler dans cette zone. Environ 30.000 véhicules, er 5,5 millions d'habitants sont potentiellement concernés. Une mesure sans sanction jusqu'en 2021 afin de laisser passer la période sensible des élections municipales, avant de vidéoverbaliser. «Aucune sanction n'est prévue avant 2021. Il y aura une période de pédagogie, avec des contrôles aléatoires, et ensuite une période de sanction, à partir de 2021, après les élections municipales de mars 2020» a indiqué Patrick Ollier, président de la MGP. «Si on attend 2021 pour la verbalisation, c'est aussi parce que je souhaite harmoniser l'interdiction au niveau de la MGP et celle de la ville de Paris»  qui est plus dure : Aujourd’hui c’est au tour des véhicules estampillés Crit'air 4 d'être interdits dans la capitale qui a dans le viseur les diesels d’avant 2006 sachant que les Cri’tair 3 (Diesels d’avant 2011 et motorisation d’avant 2006) sont en sursis jusqu’en 2022. 

    Pour l’instant seules 47 communes dont Vanves ont pris un arrêté municipal, les autres ne l’ayant pas encore fait, cette mesure étant mis en place sur la base du volontariat,  certains maires étant réticents face à un dispositif pénalisant à leurs yeux comme Clamart par exemple.  «Nous ne voulons pas une écologie imposée, mais une écologie acceptée et issue de la concertation. Un calendrier progressif doit ensuite étendre cette interdiction aux autres vignettes, pour atteindre en 2030 l'objectif de 100% de «véhicules propres» en circulation» a-t-on expliqué à la MGP en présentant les aides compensatoires mises en place : A partir du 1er juillet, les personnes qui souhaiteront renouveler leur voiture en raison de cette interdiction pourront se rendre sur un «guichet unique» (www.primealaconversion.gouv.fr) pour savoir si elles peuvent et comment bénéficier d'aides financières (prime à la conversion et bonus écologique de l'Etat, aides de la MGP, de la ville de Paris ou de la région IDF). Dans ce cadre, la métropole a augmenté sa subvention de 5.000 à 6.000 € pour les plus modestes, ce qui permet d'obtenir des aides cumulées allant jusqu'à 17.000 € pour un véhicule neuf, et 10.000 € pour un véhicule d'occasion. Au total, la MGP dispose d'une enveloppe de 6 M€ pour ces aides, mais elle peut être élargie selon son président. 

     

  • LES HABITANTS DE VANVES SONT CONSULTES SUR LA MISE EN PLACE D’UNE ZFE

    Depuis le 1er Avril, la Métropole du Grand Paris (MGP) a lancé une consultation publique sur la mise en place de la ZFE (Zone à Faible Emission) accessible sur https://zfe-planclimat-metropolegrandparis.jenparle.net/, relayée par les différentes villes concernés qui se  trouvent à l’intérieur du périmétre de A86  comme Vanves

    Rappelons que le Conseil de la MGP avait délibéré le 12 novembre 2018 pour mettre en place, à compter du 1er juillet 2019, une ZFE métropolitaine qui concernera les véhicules Crit’Air 5 et non classés quelle que soit leur motorisation. «A la lumière de l’actualité, le combat que mène la Métropole en faveur de la santé publique et de la qualité de l’air se voit renforcé par les études conduites par Airparif et l’UNICEF» constate -on au siége de la MGP. Ainsi Airparif souligne dans son bilan annuel que 14 épisodes de pollution ont eu lieu en 2018 : c’est deux de plus qu’en 2017. 85% des habitants d’IDF (soit 10 millions de personnes) sont encore soumis à des dépassements de l’objectif annuel de qualité en matière de particules fines. Les surexpositions à la pollution sont toujours très impressionnantes le long des axes routiers. Pour ces deux polluants, la France est en contentieux avec la Commission européenne pour le non-respect de la directive «Air».

    Par ailleurs, l’UNICEF s’alarme, dans un rapport paru le 4 avril, du fait que 3 enfants sur 4 en France respirent un air toxique et lance sa campagne «Pour chaque enfant un air pur». Dans ce cadre, le Fonds de l’ONU pour l’enfance prône pour une «généralisation des zones à faibles émissions (ZFE) ambitieuses prenant notamment en compte les lieux sensibles (hôpitaux, écoles...)». Si les pics de pollution révèlent l’ampleur du phénomène de manière épisodique, il convient de ne pas oublier la pollution chronique et permanente qui affecte quotidiennement les 7,5 millions d’habitants de la Métropole.  Cette publication fait écho à l’inventaire de l’association Respire sur les niveaux d’exposition des établissements scolaires de la zone dense continue (crèches, écoles, collèges et lycées) aux principaux polluants de l’air. Le bilan, sans appel, est très inquiétant : 682 établissements sont exposés à des concentrations de dioxyde d'azote (NO2) dépassant les normes légales (soit 40μg/m3). «Ce sont autant de raisons pour lesquelles la MGP a décidé de mettre en place progressivement une Zone à Faibles Emissions (ZFE) qui réduit la circulation des véhicules les plus polluants à l’intérieur de l’A86, à commencer par les véhicules Crit’Air 5 et non classés quelle que soit leur motorisation dès le 1er juillet 2019» indique Patrick Ollier, président de la MGP qui rappelle que, dès la première étape de la mise en oeuvre de la ZFE, le nombre d’Etablissements Recevant du Public (ERP) soumis à un dépassement diminuerait de 6 %, soit près de 70 établissements protégés. «Lorsqu’une organisation internationale fait le même constat que des autorités européennes, nationales et locales, à savoir qu’il y a urgence, pour des raisons sanitaires, à lutter efficacement contre la pollution de l’air, notamment dans les zones denses, les élus doivent prendre leurs responsabilités en adoptant des décisions courageuses ! C’est la raison pour laquelle la MGP met en place une ZFE» souligne t-il