Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sports - Page 5

  • MICHELET POSSEDE DES EQUIPEMENTS SPORTIFS HORS NORMES DEPUIS PLUS DE 150 ANS

    Voilà trois semaines, les installations sportives extérieurs du lycée Micehelet rénovées étaient inaugurées en grande pompe. Occasion de rappeler que cet établissement scolaire, dés sa création, s’était doté d’un complexe sportif hors normes grâce à son immense parc qui entourait ses bâtiments autour du pavillon Mansart.

     Dés son ouverture, le lycée-jardin de Vanves, s’est doté d’un  complexe sportif hors normes :  il  a  tout d’abord édifié un gymnase (occupée maintenant par le CDI) édifié en 1829  qui jouxtait la salle des fêtes (théâtre)  à la structure métallique à fermes Polonceau entièrement dégagée au sol et éclairé par des fenêtres hautes et une vérrière au zénith, garnie de gradins d’un côté, d’une tribune au nord. « Alors que la gymnastique ne devient une discipline reconnue par l’éducation nationale que tardivement » selon Jocelyne Grandiau qui a écrit un livre, avec ses éléves sur le lycée Michelet « Plus de 150 ans d’histoire, 150 ans d’indépendance »

    Ensuite d’un manège en 1880,  ce qui fut une première en milieu scolaire, à l’angle sud est du lycée dont la vaste étendue servait d’aire de gymnastique, avec une vaste carrière permettant d’effectuer des reprises. Il a servit de salle d’armes, voire de stands de tir… Enfin, une piscine, plutôt un bassin de natation, selon l’expression de l’époque,  fut aménagée, à l extérieur en 1881, en contrebas du domaine, avec une clôture de 180 cabines, un pavillon lingeries, où le nageur Jean Taris, 34 fois champion de France, vice champion olympique en 1932 fit ses premiers entrainements. Ce bassin de 32x 15 m, 3m de profondeur, a été remplacé en 1971 par une piscine couverte, plus petite, de 25m de long, dans un bâtiment  comprenant 4 salles de gymnastiques.

    L’éducation nationale favorisait à l’époque l’éducation physique au sens strict, avec le développement de jeux scolaires : lawn tennis, crocket, foot-ball chacun ayant sa place dans le parc. C’est la première fois qu’en 1880/1881, on joua au rugby, on disait foot-ball à l’époque

    Au début du XXe siécle, Le lycée a disposé  de courts de tennis à partir de 1920,  avec un jeu de paume sur gazon, des pistes et des sautoirs avec des terrains de foot et de rugby à partir de 1930 là se trouvait le CNED….poussée peut être par le fait que le lycée accueillait le stage en été prévu dans le cadre du cours supérieur d’éducation physique de l’université préparant  au certificat d’aptitude à l’enseignement de la gymnastique . «On peut dire, sans forfanterie que Michelet a tenu un certain rôle sinon un rôle certain dans la mise en place de l’éducation physique moderne à l’école » écrivait Xavier Renard dans son livre consacré à l’histoire du lycée Michelet « Le château et lycée de Vanves 1693-1798-1998 ».

    Il a été l’un des premiers établissement scolaire a accueillir l’une des premières associations sportives en 1890 affiliée à l’USFSA créé par Georges Saint Clair et Pierre de Coubertin om l’on pratiquait de nombreux sports comme le rugby, l’équitation, la course à pied… et déclaré officiellement le 19 Mars 1923 : l’Union  Athlétic du lycée Michelet (UALM) dont le rugby est à l’origine de sa création avec 4 à 7 équipes avant la guerre de 1914-18. Le lycée Michelet a renoué à cette tradition du rugby grâce à Jean Bourgeois qui a consacré 40 ans de sa vie à former des jeunes à ce sport, rassemblant jusqu’à 150 éléves,  perpétuant une tradition puisque Michelet fut le premier établissement où on joua pour la première fois au rugby en 1880. Enfin, ce lycée accueilli dés la fin des années1970, deux sections sports étude dont une de judo, et l’autre de football

  • LA SEMAINE OLYMPIQUE ET PARALYMPIQUE A VANVES OUVERTE A MICHELET AVEC L’INAUGURATION DES INSTALLATIONS SPORTIVES RENOVES

    A 500 jours des premiers Jeux Paralympiques d’été en France, la 7édition de la Semaine Olympique et Paralympique (SOP) dédie cette semaine, certes à la promotion de la pratique sportive chez les jeunes et à la mobilisation de la communauté éducative autour des valeurs citoyennes et sportives,cmais surtout  à un théme : L’inclusion. Occasion de faire découvrir les Jeux Paralympiques, les para athlètes ainsi que les différents para sports aux jeunes, le tout en mettant plus d’activité physique dans leur quotidien, de la maternelle à l’université. Au total, déjà plus de 7 000 écoles et établissements sont mobilisés et un million d’élèves et d’étudiants seront au rendez-vous, notamment à Vanves qui a eu droit à un avant-gout Samedi avec une après-midi portes ouvertes  dans les nouvelles installations sportives du lycée Michelet. De nombreux ateliers qui ont été proposés en partenariat avec les associations locales : rugby, cécifoot, athlétisme, basket, handball, karaté, capoeira, boxe chinoise... Plusieurs athlètes paralympiques étaient présents pour participer à la fête et mettre en avant leur discipline comme notamment Gaël Rivière, champion d'Europe de cécifoot et médaillé d'argent aux Jeux Paralympiques de Londres ainsi que des athlètes handisport de la section athlétisme en voie de se qualifier pour les Jeux 2024. 

    Cette fête sportive  avait été précédé par l’inauguration des installations sportives extérieures en présence nombreuses personnalités, les sénateurs R.Karoutchi (LR), Hervé Marseille (UDI), V.Pécresse présidente de la Région IDF, Georges Siffredi, président du Conseil Départemental Hauts de Seine, Claire Guichard député (Renaissance) de la 10e circonscription , la municipalité, des dirigeants des sections sportives du Stade de Vanves : «Je suis heureux d'inaugurer les nouvelles installations sportives extérieures de la Cité Scolaire Jules Michelet. Elles sont le fruit d’un partenariat original et précurseur en cette période où les besoins de sport scolaire, de sport santé, de sport en plein air, sont plébiscités» a déclaré Bernard Gauducheau qui portait son écharpe tricolore de Maire en ajoutant : «Je me réjouis pour les divers et nombreux utilisateurs bénéficiaires désormais d’installations sportives de grande qualité, aux normes les plus récentes et permettant des pratiques sportives pluridisciplinaires ». Une plaque inaugurale a été dévoilée devant le bâtiment pour l’accueil des sportifs à l’entrée Bd du Lycée (sur la photo), puis les invités ont déambulés le long de ces équipements sportifs pour rejoindre le terrain multisports couvert par une canopée où ont eu lieu les discours

    Dans le cadre de cette semaine dédiée aux JO de Pars 2024, des ateliers sportifs sont prévus au gymnase Magne : Le 3 avril, les éducateurs sportifs de la commune proposeront une rencontre sportive au gymnase Magne entre trois classes de CM2 (1 classe de Cabourg, de Marceau, de Gambetta) et quatre classes de 6ème du Collège Saint-Exupéry. «L'objectif de cette journée sera d'appréhender la thématique de l'inclusion à travers deux aspects : le vivre-ensemble, la sensibilisation au handicap via la découverte et la pratique de parasports ».120 élèves participeront à 4 ateliers thématiques : parcours sportif avec mise en situation de déficience visuelle, activité «boccia», sport adapté qui s'apparente à la pratique de la pétanque, tournoi de handball, activité de « Torball », sport de ballon pratiqué au sol par des joueurs en situation de déficience visuelle. 

    Des rencontres aquatiques sont programmées à la piscine les 3, 4 et 7 avril : l'équipe des maîtres-nageurs sauveteurs accueillera les 12 classes de grande section de maternelle et 12 classes de CM1-CM2 pour un temps de rencontre aquatique. Les défis proposés auront pour but d'inciter à la pratique du tutorat entre élèves de différents niveaux. Ils seront réalisés en binôme (un élève de chaque niveau) en petit bain avec pour objectif de renforcer les compétences nécessaires au savoir-nager :immersion et entrée dans l'eau, équilibre horizontal, déplacements ventraux et dorsaux.

  • IAN LIPINSKI, L’ENFANT DE VANVES ARRIVE 12e SUR 13 SUR LA ROUTE DU RHUM

    Ian et son Class40(cr »édit Mutuel) est arrivée samedi à 4H23 en Guadeloue a passé laligne d’arrivée  en 13e position après 16 jours 14 heures 8 minutes et 46 secondes de course, à  2 jours 11 heures et 06 secondes du brillant vainqueur, Yoann Richomme (Paprec-Arkéa).. « Il y aura de meilleures courses à venir c’est certain ; j’ai malgré tout tenté de profiter ! »

    Sur la distance théorique de 3510 milles (6500 kilomètres) Crédit Mutuel a progressé à la vitesse de 8,9 nœuds. Sur la distance réellement parcourue (fond), soit 4222,3 milles, sa vitesse moyenne a été de 10,6 nœuds. Pénalisé par des incidents techniques survenus au plus mauvais moment, Ian Lipinski a tout donné pour aller au bout de sa première Route du Rhum, sans pouvoir atteindre ses objectifs. Cinq jours après le départ, le skipper du Class40 a connu une avarie de gréement, le contraignant à changer de cap pour pouvoir monter au mât et réparer ces incidents en cascade. Trois jours plus tard, Ian Lipinski avait retrouvé un bon rythme de croisière ; il subissait alors un choc avec un objet flottant non identifié, causant la déformation du profil du voile de quille, ce qui portait atteinte aux performances du bateau. Le skipper Lorientais a tout donné pour obtenir une 13e place honorable dans cette 12e édition de la Route du Rhum – Destination où 17 des 55 concurrents en Class40 ont été contraints à l’abandon.    

    «Pendant trois jours, j’ai réussi à faire la course, puis j’ai eu un problème technique qui m’a sorti du jeu. Après l’avoir accepté et digéré, alors que ça allait être intéressant, dans des conditions parfaites pour mon bateau, j’ai tapé quelque chose aux Açores. La quille était touchée et pendant huit jours, j’ai couru moins vite que prévu. Situation étrange, j’étais enfin dans les alizés après une semaine difficile, c’était plutôt agréable sous le soleil et sous spi au portant… et en même temps hyper frustrant parce que la vitesse n’était pas celle espérée. Je n’ai donc pas pu batailler devant alors que c’était mon objectif initial. IL y aura de meilleures courses à venir c’est certain ; j’ai malgré tout tenté de profiter !» précisait Ian Lipinski à son arrivée au ponton d’honneur.

    Habitué des podiums depuis la mise à l’eau du Class40 Crédit Mutuel en août 2019, Ian Lipinski se projette rapidement vers la suite : les études se poursuivent pour la construction d’un nouveau Class40, fer de lance de la reconduction du partenariat de quatre ans avec Crédit Mutuel Alliance Fédérale annoncé en septembre dernier. The Transat CIC en mai 2024 constituera un premier objectif ; en 2026, la Route du Rhum conclura le deuxième programme sportif de Crédit Mutuel et de son skipper. Riche d’enseignements, la 12e édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe qui s’achève a permis à Ian Lipinski et l’architecte David Raison d’étudier la concurrence et les moyens à déployer pour lui répondre. « Il faudra sans doute revenir sur des choix de gréement que j’avais faits, et sur l’ergonomie du bord, qui est très bien, mais qui peut encore être améliorée », précise Ian Lipinski.