Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sports - Page 2

  • INAUGURATION DES NOUVELLES INSTALLATIONS DU PMS.A.ROCHE 82 APRES SA CREATION

    Avec ses nouveaux gradins, la tribune compte 300 places assises et est désormais homologuée pour le niveau interrégional en athlétisme et en niveau trois (sur six existants) auprès de la Fédération Française de Football. Deux nouveaux blocs de vestiaires, accessibles aux personnes à mobilité réduite ont été construits, portant leur nombre à six. Des annexes telles qu'une infirmerie et une salle antidopage ont également vu le jour, ces nouveaux aménagements sont aux normes BBC pour la partie neuve et la partie rénovée. Un espace polyvalent, à destination des associations et géré par la Ville via le Phare a également été construit avec une salle de musculation au rez-de-chaussée, deux bureaux (pour La section football et Expograph Vanves) avec une salle de réunion, au 1er étage. Parallèlement, deux chemins permettant de relier le Stade André Roche et la piscine Roger Aveneau ont été aménagés. Tous ces aménagements  seront inaugurés en grande pompe en fin d’après midi  par Bernard Gauducheau, maire de Vanves, Isabelle Debré vice présidente du Conseil Départemental des hauts  de Seine représentant le président Devedjian, avec de nombreuses animations sportives

    C’est l’occasion, dans le cadre de ses Journées Européennes du Patrimoine,  de rappeler les différents travaux qui ont permis de transformer cet espace sportif depuis sa création qui remonte à 1941. L’idée de sa création revient à Frédéric Pic, maire de Vanves entre les deux guerres,  qui a commencé à prendre des dispositions pour créer un PMS à côté du parc de l’ancienne maison de santé du docteur Falret, sur ses deux plateformes occupées l’une par le gymnase André Roche avec la piste d’athlétisme et le terrain d’honneur  de football, l’autre par la piscine, les tennis, les terrains de boules lyonnaises et surtout le terrain de football annexe. A L’époque c’étaient des aires de jeux vagues et boisés que Frédéric Pic a défendu contre la construction d’habitation ou l’achat par des propriétaires privées. Une première délibération en date du 29 Mai 1938 prévoyait un terrain de football, quelques terrains de tennis et un champ de tir.  Mais il n’a pas pu aller plus loin à cause de la seconde guerre mondiale

    Les premiers travaux d’aménagement ont finalement été lancés par le maire Louis Landon lorsque l’association le Stade de Vanves fut créée en 1941, avec le premier terrain d’entraînement,  ouvert en 1942,  suivi par 2 terrains de football dont un était homologué en 1942 « sous réserve de fournir un plan côté, de tracer le terrain de jeu, de pose des poteaux de buts et de coins, et de terminer l’installation de vestiaires ». En 1951, ce PMS comprenait  2 pistes de course à pied, 2 terrains de basket, 3 de volley, 3 courts de Tennis et 8 Jeux de Boules lyonnaises à l’emplacement de la piscine municipale qui a été construite 20 ans après, en 1971, avec son traitement de l’eau  à l’ozone qui était révolutionnaire. Le gymnase André Roche avait été construit quelques temps auparavant.  

    Entre 1990 et 1992,  la construction de deux murs de soutainement pour remplacer le talus des trois plateformes lui a donné son aspect actuel, avec la remise aux normes du terrain de football annexe en mélange terre-sable stabilisée en  une surface de jeu en sable fillerisé de schiste de houille stabilisé mécaniquement,  la réfection de la piste d’athlétisme qui est passé d’un revêtement en cendré à un revêtement synthétique tous temps, de 5 à 6 couloirs avec extension de la ligne droite et réaménagement des aires de concours (saut en longueur, javelot…), la construction d’un nouveau pavillon pour les Boules Lyonnaises et le tennis….avec d’importants travaux d’éclairage et d’électricité. Deux courts de tennis couverts très attendus (depuis 20 ans) sont venus compléter cet aménagement  en 2006.

    Vingt ans plus tard la ville rénovait le terrain de football annexe en raison de son état d’usure avancé lié à une utilisation intensive, avec  un revêtement en gazon synthétique. La Ville  profitait de cette opération pour créer une cuve de stockage d’eau enterrée  qui a été installée en Juin qui est alimentée par les eaux de drainage de ce terrain, des eaux de pluie d’une partie de la toiture de la piscine, des eaux de vidange de la piscine (1350 m3 à chaque intervention). Et les eaux sont ainsi réutilisées  pour alimenter le système d’arrosage automatique existant du terrain d’honneur du football en  gazon naturel. Une bouche de pompage permettra également de remplir les citernes mobiles chargées de l’arrosage des jardinières installées dans la ville et les laveuses pour la voirie. Voilà 4/5, cette opération  était lancée avec l’installation d’un terrain synthétique en 2017, et les travaux de la tribune avec ses bâtiments qui commençaient dans la foulée et qui sont inaugurées aujourd’hui.

  • EXPOGRAPH VANVES : CLAP DE FIN DE SAISON

    Expograph Vanves faisait partie des 12 équipes qui ont participé, samedi dernier à la 5éme édition du toyrnoi national FE  au Stade Gagarine de Saint Etienne du Rouvray,  dont le vecteur majeur est la convivialité. Sept ligues régionales  (Normandie, Auvergne Rhône Alpes, Bourgogne Franche Comté, Hauts de France, Paris, Occitanie et Grand Est) étaient présente à ce Tournoi, homologué et validé par la FFF, qui a vu  s’opposer 10 équipes de clubs FE et 2 Sélections régionales - la Sélection UCEFF (Paris) et celle de Normandie, déjà vainqueur à Valenciennes en 2018 - près de Rouen à quelques encablures ou nœuds des festivités de l’Armada de Rouen qui se termine le 16 Juin. Expograph Vanves, beau finaliste l’an dernier en terres Valenciennoises, battu seulement à l'issue des tirs au but, était présente alors qu’elle vient de clore sa saison de  très belle façon en s’imposant dans la dernière minute chez le FC NIKE (3-2) lui chipant ainsi la 4ème place de R1.

    «Ce fut un Tournoi national mi-figue mi raisin, Expograph Vanves tombant en 1/4 de finale 1/0 contre l’AS Orange sur un but entaché d’un mauvais jugement du corps arbitral (ballon sorti avant d’être centré et repris par un orangiste)tous les défenseurs s’étant arrêtés. Très bonne ambiance par contre au sein des vanvéens ,ou la bonne humeur,les blagues et les taquineries entre joueurs ont fusé de tous les côtés et toute la journée ce qui montre que tous étaient contents de vivre ensemble cette dernière journée football avant de se quitter pour des vacances bien méritées. Ils attendent tous la reprise en Août,qui verra la refonte des nouvelles règles et du nouveau championnat» selon Jean Royer Co-président

  • LORSQUE LA 17e EDITION DE LA VANVEENNE RAPPELLE LE CELEBRE CROSS DU PELERIN

    A l’occasion de la 17e édition de la Vanvéenne aujourd’hui, Vanves Au Quotidien en profite pour rappeler  une iéme fois, quelques souvenirs de cross. 

    La tradition remonte loin puisque nos livres d’histoire de Vanves rappelle qu’à  la fête de la Trinité au Moyen Age, était organisée la course de l’épée. Elle se déroulait entre la porte de « l’ enfer » (Saint Michel) et l’entrée de Vanves, à l’époque où le territoire de notre commune s’étendait jusqu’à Montrouge. Le vainqueur remportait une épée de forte valeur offerte par les bourgeois et les domestiques de Vanves. Beaucoup plus tard, et de nombreux vanvéens s’en souviennent encore, Vanves accueillait le cross du Pèlerin le 1er dimanche de Décembre : Il était devenu sur le plan national, la plus ancienne course à pied, après l’incontournable Cross du Figaro dans le bois de Boulogne. Mais elles ont été victimes du succés du jogging qui a multiplié comme des petits pains les corridas, thiathlon, marathon…

    A l’époque de sa création, la course à pied n’avait pas la vogue qu’on lui connaît dans le grand public. Il a fallu aux organisateurs une bonne d’optimisme pour lancer une telle épreuve  le 1er Décembre 1970 (remporté par le français Jean Vadoux), qui connut, dés ses premières éditions, un engouement quasi unanime parmi les coureurs. « Notre but au départ, avait été de mettre en place un cross dont la caractéristique principale était le respect de la tradition britannique du cross country : parcours varié, accidenté, rendu difficile par de petites côtes, mais aussi des toboggans glissants, avec seulement 300 m de plat où l’athléte, pour s’en sortir, doit faire appel à son agilité, sa clairvoyance, son intelligence » expliquaient alors ses organisateurs vanvéens, Gérard Hofseth, principal instigateur de cette épreuve, Bernard Buisson, Joëlle Merciniak et l’ex-pdg de reeboock.  

    En effet, le parcours dans le parc Frédéric Pic, était jalonné de grimpettes successives en le rendant très sélectif mais aussi très « casse-pattes ». Il convenait aux seuls athlétes en forme et ne pouvait que donner un vainqueur de grande valeur. C’est pourquoi les meilleurs athlétes s’y sont engagés, « conscient qu’une victoire au cross de Vanves/Le Pèlerin, ne pouvait qu’enrichir leur palmarés ». Les vanvéens ont ainsi pu voir des champions et recordmann du monde le remporter comme Puttemans (3 fois), Rono, N’Gougui, le double champion olympique Viren, le fameux Mimoun, mais aussi Wadoux, Boxberger, Bouster, Levisse, Pantel, Arpin. « Nous avons été les premiers à inviter des coureurs étrangers pour une telle épreuve avec des belges comme Putmans, puis des anglais » racontaient ses organisateurs en se souvenant de la finale fantastique en 1979 entre le kenyan Rono, quadruple recordman du monde et le portugais Carlos Lopes, champion olympique du Marathon de Los Angeles.

    C’est d’ailleurs à cette époque que le Cross de Vanves a pris un caractère international. A tel point que Pèlerin Magazine titrait « Vanves beautiful » après la razzia britannique en 1982 avec la victoire de David Clark. Sponsorisé par la Croix au début, puis par le Pèlerin jusqu’en 1987, ce cross a connu son âge d’or entre 1975 et 1982. Tous les champions voulaient accrocher à leur palmarés une victoire à Vanves. Et le cross des As qui voyaient courir ses champions, avait même été couvert en direct par les caméras de France 3 Régionale.

    Mais voilà, à la fin des années 80, il a commencé à s’essouffler, tout simplement parce que les champions, les espoirs couraient partout, les sponsors étaient sollicités de toute part. Et il devenait de plus en plus lourd  et difficile à organiser, sachant que son  budget avait été multiplié par dix (250 000 frs à l’époque) dont une grosse part allait aux primes et indemnités versées aux athlètes. Le Pèlerin partit, le Stade de Vanves et la Mairie ont cherché d’autres sponsors entre 1987 et 1990 avec Euromarché, les Mutuelles du Mans… Sa 21éme édition, le 24 Novembre 1990,  fut sa dernière. Mais ses organisateurs avaient commencé à organiser un « cross pour tous » le matin de l’épreuve, ouvert à tous les vanvéens qui avaient ainsi la possibilité de courir sur un parcours de 7 ou 14 km à travers les rues de la ville. Prés 2000 vanvéens (dont quelques élus)  et franciliens venus de partout  traversaient toute la ville en  démarrant de l’avenue de la Paix jusqu’au Parc Municipal des Sports, et en allant jusqu’au Plateau, avec la fameuse côte de la rue Victor Hugo le long du lycée.