Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bernard roche

  • TOUR DE FRANCE, TOUR DE VANVES : LA PETITE REINE, UNE PASSION !

    A l’occasion de ce centième tour de France, le Blog Vanves Au Quotidien revient sur ces deux passages de la grande boucle à Vanves et surtout sur cette course cycliste organisé à Vanves pendant plusieurs années et qui bloquait toute la ville pendant une soirée.

     

    L’histoire du Tour de France et Vanves est mince. Il a rapidement traversé Vanves le 23 Juillet 2006  entre 14H et 14H15, avenues  de la Paix, du Général de Gaulle et Bd du Lycée dans la dernière étape qui a amené les coureurs cyclistes d’Antony au Champs Elysées. Ils défilaient encore lorsqu’ils sont passés à Vanves avec les maillots jaune, vert, à pois devant le peloton, ce qui a permis aux vanvéens de bien les voir. France 2 a retransmis les images en direct sans citer notre ville car les commentateurs interviewaient et rendaient hommage à Jean Marie Leblanc, directeur du Tour qui vivait sa dernière boucle avant de passer la main. Pendant ce temps là, tout autour du trajet emprunté par le Tour, tout était bloqué et embouteillé à Vanves

     

    Il était passé une première fois en 1986 lorsque la caravane était resté 4 jours dans les Hauts de Seine avec prologue à Boulogne,  1ere étape qui est partie de Nanterre, pour traverser une partie du département vers Saint Quentin en Yvelines, avec passage à Vanves Avenue Antoine Fratacci et Bd du Lycée et le départ de la 2éme étape à Levallois. Bernard Roche, notre collectionneur,  se souvient de ce passage auquel il avait assisté avec Roger Aveneau à ses côtés. « Bernard Hinault n’était pas très content, critiquant les organisateurs : « C’est un scandale de faire un championnat du monde des bottes de paille et ce n’est pas sérieux pour le cyclisme ».  Enfin, certains de ces champions sont venus  se fournir  et s’équiper chez Turino installé  rue Paul Lefebvre et tenu par André Mollard

     

    Rappelons tout de même que Vanves a eu pendant plus d’une quinzaine d’années,  son critérium. Cette course de vélo qui se déroulait généralement le premier Vendredi de Juin en soirée, était née de la rencontre entre des passionnés de la « petite reine » : Lucien Robin, président du Cyclo Club d’Igny, André Mollard son vice président qui dirigeait l’entreprise artisanale Turino, et Michel Launay, président de la section cyclotourisme du Stade de Vanves avec Michel Colombier et Jean Fontaine. Les premiers cherchaient une ville prête à acueillir une course cycliste. Les seconds ont dit « pourquoi pas ! ». Et la commune de Vanves alors administrée par André Roche a donné son feu vert.

     

    La première course cycliste de Vanves s’est déroulée le premier vendredi du mois de Juin 1976. Au début, les cyclistes faisaient pratiquement 35 à 40 fois le tour de ville du Plateau au Clos Montholon, soit 4 à 5 km, avec une arrivée en côte, rue Antoine Fratacci, entre le commissariat et la mairie. Puis le circuit a été raccourci, afin de susciter l’intérêt des spectateurs qui pouvaient voir plus souvent passer les coureurs, avec une arrivée sur le Plateau, rue Jean Jaurés. « On recherchait généralement un tracé et un circuit équilibré avec une côte, du plat, des tournants » expliquaient ses organisateurs « en prenant en compte, bien sûr, les contingences de la circulation, de la sécurité routière ».

     

    Le circuit vanvéen était difficile pour les cyclistes qui souffraient généralement sur la célébre côte de l’avenue Victor Hugo le long du Lycée Michelet ou sur les pavés ( d’alors) de la rue d’Issy. Un circuit qui provoquait une course très dure, très rapide, très sélective, appréciée de surcroît par les participants à cause de nombreux prix et primes offertes par les commerçants de Vanves, et annoncé par le speaker au micro à la tribune installée à l’arrivée. « C’étaient généralement des amateurs de 27/28 ans qui avaient commencé généralement comme cadets et qui étaient, pour cetains, de futurs espoirs » indiquaient à cette époque les organisateurs. D’ailleurs certains vainqueurs ont marqué cette course  ou se sont fait remarqué : Daniel Levau, amateur de 1ére catégorie, un normand qui écumait les courses comme celle-ci, le canadien, Boher qui était passé professionnel et a marqué de sa présence le championnat du monde en 1989 et 1990….

     

    Mais voilà cette course a été victime du manque de bénévoles pour veiller au bon déroulement de la course sur le circuit, de la paralysie de la circulation qu’elle générait dans la ville, de l’hostilité de certains habitants qui allaient jusqu’à jeter des clous sur la voie publique emprunté par les cyclistes etc…La ville avait même envisagé de l’organiser dans un hall du parc des expositions, avant que ses organisateurs jettent l’éponge.

  • LE TOUR DE FRANCE SUSCITE LA PASSION D’UN COLLECTIONNEUR DE VANVES DEPUIS 50 ANS

    A l’occasion de ce centième tour de France, le Blog Vanves Au Quotidien a rencontré un passionné de sports et surtout du Tour de France qui l’a amené à faire collection de tous les journaux spécialisés qui parlent, en autre,  du Tour de France,  de toutes les autres courses, tours, critériums, championnats, et du vélo bien sûr. Bernard Roche qui organisait  voilà exactement dix ans, une présentation d’une partie de sa collection dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville.

     

    « Mon pére était passionné de sports et pratiquant. Il m’a emmené sur les terrains de foot, voir des courses cyclistes au Parc des Princes. Sur la route des vacances, on a rencontré à un moment donné, inévitablement,   le Tour de France : Pour ce premier contact, en 1954, j’étais dans les Vosges chez la famille de ma mére. Un dimanche, alors que l’on s’était réuni autour d’une guiche lorraine, le tour de France que Louison Bobet a gagné pour la seconde fois, passait au Val d’Ajol où il portait le maillot jaune. A 8 ans j’étais sur le pas de ma porte.  La Caravane du Tour qui était passsé juste avant,  distribuait de nombreux chapeaux en papier » raconte Bernard Roche en se souvenant de sa première collection, avec ces  petits coureurs cyclistes sur lesquels, il mettait les noms des coureurs, Bobet, Copi, Anquetil, Roger Rivière…Le scond contact se déroula au parc des Princes où il a assisté à 3 arrivées en 1962, 1963 et  1964  avec l’apogée de la rivalité Anquetil-Poulidor cette année là , lors de l’étape contre la montre entre Versailles et Paris sur 25 km. « Poulidor avait quelques secondes à faire pour rattraper et dépasser Anquetil sur ses 25 km. Et dans ce Parc des Princes avec ses 40 000 spectateurs qui étaient présents dés le matin pour une journée de cyclisme, on a vu Poulidor arriver sur la piste et tout le monde s’est levé d’un seul coup, avec une clameur incroyable. Et lorsqu’il était arrivé  sur la ligne opposée avant le dernier virage, on a vu arriver Anquetil qui avait regagné du temps sur lui. Tout le monde était debout.  Je n’ai rarement vu un champion sur son vélo aussi à l’aise, arrivant tel un rouleau compresseur, et remportant le Tour de France avec 50 seconde d’avance ». Aussi impressionnante et captivante que le duel  Fignon- Greg Lemond que ce dernier a gagné de 8 secndes  en 1989 sur les Champs Elysées. « Incroyable ! On ne vit pas cela souvent sur ce Tour de France, qu’un journaliste a résumé par « la glorieuse incertitude du sport ».  Avec 1964, ce sont les deux plus belles arrivées  du Tour de France vécus, et j’ai enregistrée intégralement celle de 1989 »

     

    Le déclic du collectionnneur  s’est produit chez un de ses cousins, encore dans les Vosges, dont le grand père, réfugié espagnol, ayant fuit le régime franquiste,  tenait un grand café restaurant à Reviremont. «  Il possédait une collection immense de Miroir Sprint d’entre les deux guerre et après guerre, qui était le concurrent de Miroir des Sports. Et il nous la faisait lire lorsqu’on venait le voir. Du coup, je me suis mis, à garder les magazines que j’achetai rue Louis Dadenne chez la marchande de journaux qui se trouvait à l’emplacement actuel du square Jean Monnet.  Les enfants comme moi des années 50  ont eu cette chance, d’avoir vécu beaucoup d’événements sportifs, la coupe du Monde 1958 où on a fini 3éme, mais sans la TV comme aujourd’hui. J’allais chez mon oncle pour les voir à la TV,  et lorsqu’il y avait quelques fins d’étapes télévisées, on allait les voir devant le marchand  de TV, Van OOst, alors place de la République, qui mettait un téléviseur allumée devant leur sa devanture où les gens s’agglutinait, sans avoir le son ». Il reconnait que tous ces magazines qu’il a commencé à collectionner, football magazine, Miroir Sprint et Miroitr des Sports, avec quelques numéros manquants, Miroir du Football, Miroir du Cyclisme, « remplaçaient les images TV qui n’existaient pas alors comme maintenant. Et je me suis attaché à racheter des anciennes colections de magazines qui m’ont coûté un peu, dont une collection cmpléte de Miroir des Sports depuis 1920 ».

     

    Il a présenté une partie de sa collection en 2003 pour le centenaire du Tour de France grâce au maire de Vanves qui lui avait prêté la salle Henri Darien : « J’avais présenté une partie de ma collection reproduite sur de grands panneaux. J’avais fait le choix des images et des articles avec un de mes amis qui travaillait au service des Sports du Conseil général des Hauts de Seine, Lionel Malingre, qui m’avait aidé à faire des choix sur les articles et revues. Je m’étais attaché à faire un demi panneau par année avec des anedoctes et des exploits. Cela m’a pris 6 mois de préparation. Avec l’aide d’ASO (Amaury Sports Organisation) grâce à M.Sudre qui était directeur de la comunication à l’époque qui m’a prêté des originaux d’affiches anciennnes sur le Tour et le vélo. Un autre  ami m’aavit prêté une reproduction de collection de timbres sur le Tour de France, un troisiéme  ses petits coureurs. Et j’ai même obtenu de Bernard Thévenet, un de ses maillots jaunes signé de sa main » se souvient il. De ses 100 ans aujourd’hui, il en retient « l’aspect populaire au bon sens du terme, tous ces gens que j’ai renconté sur le bord des routes, à l’arrivée au Parc des princes, où il y a un mélange sociale extraordinaire qui n’existe pas ailleurs. C’est la fête poppulmaire au bon sens du terme, et c’est le seul événement sportif où le spectacle est gratuit. Ce qui me gêne beaucoup aujourd’hui, c’est la mauvaise publicité faîte par les affaires de dopage ».

     

    Son plus beau souvenir est d’avoir pu renconttrer et cotoyer quelques grands champions lorsqu’il a été invité sur le village de départ, en 1983,  à Ville d’Avray, pendant une matinée. Il a ainsi pu rencontrer la plupart de ses idoles comme Poulidor, Janssen, Kluber, et lors de l’arrivée de la 1ere étape de Paris Nice en 204 à Vanves, où il a pu saluer Bernard Hinault et discuter avec lui pendant un petit moment: « Ce champion qui reste très abordable ». Et il a paticipé à une étape qu’il a entièrement filmé, grâce à JC Sorge alors directeur des sports au Conseil Général des Hauts de Seine : « Grenoble –Villars de Lans en 1990 :  une étape contre la montre de montagne. On  a passé la matinée dans le village des coureurs où j’ai rencontre Louis Ocania, et je me suis retrouvé dans la voiture du 92 qui suivait Eric Breuking, hollandais qui était dans les premliers du tour. J’étais debout grâce au toit ouvrant de la voiture, et j’ai filmé, avec le vent en pleine figure, un public qui formait un couloir humain étroit. C’était incroyable ! »

  • RENOUVELLEMENT DES CONSEILS DE QUARTIERS A VANVES 17 ANS APRES LEUR CREATION

    Les 3 conseils de quartier ont été renouvelés, lundi soir à la Mairie, par tirage au sort. 19 vanvéens étaient inscrits pour 16 siéges pour le Centre Ancien-Saint Remy. Par contre, il y avait moins de candidats que de siéges à pourvoir pour les deux autres, le Plateau (14)  et les Hauts de Vanves (12). Et quelques nouvelles têtes dont Guillaume résident de la maison Relais pour adultes handicapés Simon de Cyréne qui voulait s’investir et s’impliquer dans la vie locale. « C’est bien que la résidence Simon de Cyréne soit représenté » a reconnu le maire.

     

    Un bel exercice de démocratie de proximité qu’ont célébré Bernard Gauducheau avec Françoise Saimpert, maire adjoint chargé de la participation locale avec les 3 maires adjoints président de ces conseils de quartiers, Mauricette Noyer (Plateauu), Bernard Roche (Centre Ancien-Saint Remy), Daniel Barois (Hauts de Vanves) qui « sont les interfaces entre le Maire et les élus, et les habitants de ces 3 quartiers » comme le maire l’expliquait lors d’un précédent renouvellement. « C’est une démarche lancée voilà quelques années qui a besoin de s’améliorer » a t-il reconnu lundi soir en annonçant que « l’une des premières actions sera de voir comment améliorer le fonctionnement de ces Conseils de Quartier » à partir du travail de réflexion par l’un d’entre eux. « Il est important de donner la possibilité à chaque membre de prendre des initiatives, des responsabilités. Je ne veux pas que ce soit une démarché démagogique. Il faut passer à la vitesse supérieure sachant que nous avons des limites budgétaires  qui aménent à faire des choix et des arbitrages». Mais tout finit pas se faire petit à petit. Comme ses permanences du samedi matin lancées par le Conseil de Quartier du Centre-Ancien Saint Remy grâce à la salle de la rue Louis Blanc repris et développé par les deux autres conseils de Quartier et facilitée par l’ouverture de salles de quartier rue de Chatillon (Hauts de Vanves) et rue Jean Jaurés (Plateau)

     

    Ces conseils de quartier ont pratiquement 17 ans d’existence, lancée en Octobre 1995 par Guy Janvier (PS) qui ont organisé beaucoup de fêtes notamment pour le Nouvel an, afin que les habitants se retrouvent et échangent comme ce fut le cas sur le Plateau. Bernard Gauducheau les a gardé en arrivant à la mairie en Mars 2001, même s’ils étaient alors animé par l’opposition municipale. A cette époque, ils étaient composés chacun de 20 membres dont 12 élus par la population, 8 nommés par le maire dont 4 élus municipaux. Et le Conseil de quartier du Plateau est l’un de deux qui est allé le plus loin entre 2001 et 2004 en s’intéressant de prés à l’aménagement du square du métro, puis du square de la rue J.Jaurés, en réalisant des consultations. Tout comme celui des Hauts de Vanves qui avait fait apparaître la nécessité d’un transport en commun entre le Clos Montholon et le métro. Mais la plupart de ses animateurs et des participants avaient des difficultés à se faire entendre. Et la majorité municipale a réussi petit à petit à reconquérir ces conseils de quartier, en plaçant des vanvéens compatible avec la majorité municipale  à leur tête jusqu’aux élections municipales de Mars 2008.    

    La municipalité UMP/NC reconduite en mars 2008,  a d’ailleurs le  30 Septembre 2008 fait avaliser des modifications du règlement intérieur des Conseils de Quartier de Vanves : Ainsi la fonction de Président de Conseil de Quartier a été supprimé afin que cela ne fasse pas double emploi avec celle de Maire Adjoint en charge d’un quartier. Elle a surtout modifié le mode de désignation des conseillers de quartiers qui sont désormais tirés au sort, pour éviter « toute politisation de ses instances » parait il, et de respecter la parité hommes/femmes, avec chacun, 16 membres. Enfin, elle  a prévu d’octroyer à chaque Conseil de Quartier un budget, géré par le service municipal « Participation Locale » afin de mettre en œuvre ses projets d’animations, de fêtes, d’améliorations de la vie quotidienne. 

     

    « Nous avons fait le choix, pour les Conseils de Quartier, de ne plus élire un Président qui donnait lieu à des joutes politiques, et à un 3éme tour des élections municipales. On a choisi une autre démarche avec 3 adjoints au maire chargé de l’animation de ses conseils de quartier » expliquait alors Bernard Gauducheau qui ajoutait lors du renouvellement précédent : « Participer, prendre la main d’une mamie pour s’occuper d’elle » lui semblait plus important que « de faire part de son mécontentement sur les papiers par terreC’est cela qu’il faut cultiver, car il faut attacher de l’importance aux choses importantes, trouver des idées pour enrichir nos relations humaines ».

     

    LE CONSEIL DE QUARTIER DU CENTRE ANCIEN-SAINT REMY

    1 – Fetah OUZZANI

    2 – Sandrine LEZAN

    3 – Guillaume BENHAMOU

    4 – Elise-Liliane VALLON

    5 – Marilyn BON

    6 – Nathalie VALSON

    7 – Ahmed KAYA

    8 – Joseph-Kokouvi HADEN

    9 – Sylvie LUCAORA

    10 – Catherine GOUYETTE

    11 – Makola-Joseph BITOMBI

    12 – Vicktoria PERRIN-PRJEBYLSKA

    13 – Iris GAY-PEILLER

    14 – Nathalie RIBIER

    15 – Philippe THIEFFINE

    16 – Denis DUBET

     

    LE CONSEIL DE QUARTIER DES HAUTS DE VANVES

    1 – Liliane ABBOU-SIMON

    2 – Cécile BOUVIER

    3- Armelle CHOUPAS

    4- Arnaud CODET

    5 – Cedric DAVY

    6- Emmanuelle FORT

    7 – Faroudja KHIRAT

    8 – Philippe LELONG

    9 – Muriel MAQUIN

    10 – Christiane MURY

    11 – Heanine ROUILLON

    12 - Edith URVOY

     

    LE CONSEIL DE QUARTIER DU PLATEAU

    1 - Michéle ARGUEL

    2 - Geneviève BENIER

    3 - Marline CASPER

    4 – Elizabeth CHAUVELOT

    5 – Brigitte DESCHAMPS

    6 – Omar HIJAZ

    7 – Colette LACOMBE

    8 – Guy PASIRELLI

    9 – Michéle RAKOTOMANGA

    10 – Maïlena RONCIN

    11- Sylvie ROY

    12 – Cécile VANDURA

    13 – Paul VINESSE

    14 - Daniéle WANTIEZ