Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CULTURE - Page 4

  • A PROPOS DE LA BOITE A LIVRES DE VANVES PRECISION D’ANTOINETTE GIRONDO

    A propos de l’article intitulé « Une boîte à lecture rikiki à Vanves » paru  dans le blog voilà une semaine, Antoinette Girondo présidente du Conseil de Quartier du Plateau a tenu à apporter des précisions car il contient de nombreuses erreurs sur sa mise en place

    «Voici comment ce projet est né. Certains conseillers de quartier ont souhaité fabriquer des boîtes à livres réparties dans l’espace public. Le Conseil de Quartier a validé ce projet et a proposé un plan de montage : il s’agissait d’un meuble de 1m80 de haut pour 70 cm de large et 30 cm de profondeur. Le bois devait provenir de récupération. Avec l’accord de M. le Maire, nous avons sollicité le SQUARE et proposé plusieurs créneaux de fabrication. Pendant plusieurs jours, les conseillers de quartier ont ainsi eu accès au SQUARE pour monter les boîtes à livres avec l’aide des habitués et d’un animateur. Malheureusement, nous avons déploré l’absence de volontaires à ces ateliers. De plus, les matériaux récupérés et stockés gracieusement chez un membre du Conseil de quartier ont été jetés. Le projet était au point au mort. Souhaitant que ce projet aboutisse, le Conseil de quartier, en accord avec M. le Maire, a confié la fabrication des boîtes à livres à M. Julien Pitsch, riverain du Square Jarrousse et qui s’est porté volontaire. Grâce à lui, nous avons pu installer cette boîte à livres conformément au projet porté par le Conseil de quartier. Cela n’a pas coûté un centime à la municipalité et le matériel utilisé est 100% recyclé.  Enfin, le format de cette boîte à livres correspond à la grande majorité des boîtes à livres installées en France. Il permet de n’y entreposer que des livres, empêche le dépôt d’encombrants et facilite un entretien régulier ».

  • UNE BOITE A LECTURE RIKIKI A VANVES

    Une boîte à lire est une petite bibliothèque de rue où chacun peut déposer et emprunter des livres gratuitement, privilégiant ainsi l'accès à la culture. C’est aussi un projet solidaire qui favorise le lien social, encourage une économie du partage et du don et développe une démarche éco-citoyenne. En déposant ou en empruntant un livre dans une boîte à lire, on lui donne une seconde vie, tout en respectant l’environnement. Dans certaines villes, c’est dans une ancienne cabine téléphonique, typique comme en Grande Bretagne tout en rouge,  ou dans des communes de province  ou une  grande armoire comme à Malakoff. Mais, à Vanves, c’est une boîte rikiki qui a été inaugurée square Jarrouse à l’occasion du pique-nique de Quartier samedi dernier.

    Une initiative du Conseil de quartier, dont certains membres s’étaient mobilisés pour trouver du bois et confectionner une grande boîte ou armoire à livres à partir de planches recyclées trouvées de part et d’autre des dépôts du Mercredi soir pour les enlévements des encombrants dans certains quartiers. Malheureusement, comme c’est souvent le cas à Vanves, concernant les conseils de quartier, et surtout du Plateau, la municipalié a repris la main, confié sa confection à un vanvéen pour aboutir à cette boite « rikiki» qui a dû coûter des cents et des milles contrairement aux matériaux recyclés et assemblées par des bénévoles. «Dommage ! A vous dégouter de prendre des initiatives, quand on voit le résultat» confiait un membre du Conseil de quartier. Ce qui n’empêche pas la municipalité de se gargariser de cette réalisation vraiment ridicule dont elle n’a même pas eu l’idée. 

  • VANVES A PARTICIPE A LA PLUS GRANDE FRESQUE D’EUROPE SUR LE TOIT DU HALL 3 DU PARC DES EXPO

    Le toit du Pavillon 3 de Paris Expo Porte de Versailles (Viparis)  a servi de support à ce qui restera assurément comme une pièce maitresse de l’art urbain contemporain parisien avec la plus grande fresque d’Europe!  Par un effet scénographique étonnant,  elle s’étend sur une surface de 2,5 hectares (soit 4 terrains de football). Elle est visible depuis le toit terrasse du pavillon 7 de ce même parc des expositions. Cette vision In Situ est complétée par une diffusion online de l’œuvre, via des photographies prises par drone et une vidéo. Et ce grâce à plusieurs dizaines de volontaires, provenant des équipes de Viparis, de riverains dont quelques vanvéens, d’amis des artistes et des membres et sympathisants de l’association Art en ville. La peinture a été appliquée au pulvérisateur à pression, comme s’en souvient l’une des vanvennes présentes, habillés entièrement de blanc avec un casque pour se protéger, et par un temps pluvieux de surcroît.

    Les artistes auteurs de cette performance artistique hors normes n’en sont pas à leur coup d’essai : Ella & Pitr, couple connu entre autres pour leurs fresques monumentales, sur des toits, des champs, des façades, et même un barrage dans la vallée du Giers. Cette peinture est le fruit d’un véritable défi physique. En effet, Ella&Pitr ont passé une dizaine de jours en extérieur à élaborer leur fresque sans relâche, assistés d’une équipe et d’un drone pour se repérer. Avec cette surface de 25.000 mètres carrés, les artistes ont battu leur propre record d’Europe, qui datait de leur fresque en Norvège réalisée en 2015 pour le Nuart Festival.

    «Ella & Pitr ont représenté l’un de leurs personnages fétiches, une dame âgée, posée dans cet environnement si particulier. Le rapport au contexte parisien, à l’architecture, au périphérique, propose une mise en valeur mutuelle des plus saisissante, entre ce personnage singulier et ce lieu très intense. Les artistes ne donnent pas d’interprétation particulière sur leurs scènes, offrant au spectateur une lecture libre. Les personnages, accessoires instaurent une poésie burlesque, absurde et très humaine, qui rappelle inévitablement à chacun des tranches de vies ou des personnages proches. Cette vieille dame semble observer avec recul la ville environnante. La paix qu’elle transmet tranche avec l’effervescence de la cité. Un sac de courses plane derrière elle, de façon inopinée. C’est une singulière confusion des sentiments qui touche le spectateur, mêlant le vertige lié aux dimensions de l’œuvre à la tendresse que nous inspire ce personnage presque intime à tous» constate t-on à Viparis

    Cette opération est le fruit de l’opportunité offerte par Viparis d’intervenir sur l’un de ces sites les plus emblématiques et du savoir-faire si particulier des artistes, habitués à ces chantiers pharaoniques, à l’occasion du chantier de modernisation de Paris Expo Porte de Versailles qui doit s’achever en 2024. . Le pavillon 3 du Parc sera détruit fin 2022 et reconstruit pour donner naissance à un tout nouveau bâtiment. L'œuvre d'Ella&Pitr sera donc aussi exceptionnelle qu'éphémère.