Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS - Page 3

  • VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS : «METRO EN VUES » MET EN AVANT LA GARE DE VANVES/ISSY/CLAMART

    Une exposition photo  « Métro en vues » des étudiants de l’École nationale supérieure Louis-Lumière sur les chantiers titanesques du Grand Paris Express et les mutations qu’il annonce, va mettre en avant notamment la vie secrète sous une dalle de 7 000 tonnes qui servira de toit à la gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart tout comme les gravats du Val-de-Marne annonciateurs d’un big bang métropolitain, la chorégraphie d’une pelleteuse à Saint-Denis Pleyel etc….dans un lieu magique : La  Fabrique du métro, installée à saint Ouen, véritable espace de conception du Grand Paris Express, facile d’accés aux vanvéens par la ligne 13 .

    Ses imposants chantiers du nouveau métro ont accueilli 16 étudiants de l’École nationale supérieure Louis-Lumière entre la fn 2017 et la début 2018, qui ont réalisés ces 69 photographies et compositions photographiques racontant les chantiers sous des aspects spectaculaires et inattendus, comme les temps de pause ou les métiers méconnus, mais aussi les mutations, spatiales et temporelles, et les transformations des modes de vie que permettront les 200 kilomètres de lignes du Grand Paris Express.

    «Avec Métro en vues, cette génération nous regarde, elle nous interpelle, elle nous dit son impatience, son engagement, sa sensibilité. Avec Métro en vues, cette génération nous raconte cette métropole en devenir, celle que façonnent les compagnons de nos chantiers, une métropole qui ouvre les portes et les esprits» constateThierry Dallard, président du directoire de la SGP. Cette exposition sera en accés libre lorsde journées portes ouvertes les premiers samedi de Février, Mars, Avril ou sur réservation dans le cadre de visites guidées (inscription obligatoire : https://www.societedugrandparis.fr/gpe/visiter-la-fabrique-du-metro)

  • VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS : LE POINT SUR LE CHANTIER ET SES EFFETS DOMINO

    Suite au ripage de la dalle réalisé en août 2017, le groupement Horizon avait entamé la phase de creusement de l'espace intérieur de la boîte gare, avant d’aborder la réalisation des planchers, avec  des travaux de coffrage et de ferraillage.  Cette phase s'étendra jusqu'en avril 2019.

    Les riverains ne sont que très peu impactés par ces travaux puisqu’ils sont effectués à l'abri de la dalle de couverture. Parallèlement, SNCF poursuit ses travaux en gare de Clamart avec la remise en état des voies de la ligne N. La construction du couloir de correspondance entre la gare Transilien et la future gare du Grand Paris Express débutera en janvier

    Un autre événement qui concerne la gare du GPE de Fort d’Issy/Vanves/Clamart , mais pas sur son territoire s’est déroulé début Décembre à Bagneux  au puit Robespierre : Le tunnelier dont les piéces ont été acheminées et assemblées directement sur le site, depuis Septembre 2018, a été baptisé le 1er Décembre 2018, du prénom de la navigatrice Ellen Marc Arthur. Il doit s’élancer ces jours-ci pour parcourir les 4 km vers la gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart, où il sortira à l’été 2020. Il aura traversé quatre communes, trois gares en passant par cinq ouvrages de service. Parallèlement, d’importantes opérations de comblement des carrières, principalement sur les communes de Malakoff et Bagneux, sont réalisées pour préparer le passage du tunnelier.

    Enfin, l’édition francilienne de l’un des grands quotidiens du matin, faisait état des pressions des promoteurs – aux méthodes parfois peu correctes – pour construire de nouveaux immeubles dans des zones pavillonnaires, comme le Clos Montholon à Vanves – à proximité des futures gares.  «Il est normal que les promoteurs soient intéressés. On peut construire au moins logements à la place d’un pavillon » indique t-on du côté de l’APUR et de l’IAU IDF où l’on parle concrétement de zones très menacées, car les prix proposés aux propriétaires de pavillons sont souvent très intéressant, leur permettant de faire la culbute « surtout qu’ils ne veulent pas se retrouver avec un immeuble à côté ». Ainsi un effet domino risque de faire disparaître toute une zone pavillonnaire

  • VILLE ATTRACTIVE GRACE AU GRAND PARIS EXPRESS : VANVES A L’ENCEPHALOGRAMME PLAT

    Alors que les premières bouches de métro du Grand Paris Express (GPE) ne devraient pas tarder à ouvrir – 2020/2021 pour les premières – le réseau Guy Hoquet s’est penché sur l'activité des villes concernées en dressant la liste de celles qui sont au top, celles qui font flop, et les autres pour lesquelles rien ne se passe pour le moment :  «Le moins que l'on puisse dire, c'est que de fortes disparités sont à constater. En effet, si certaines communes profitent de l'effet Grand Paris et bénéficient d'un horizon dégagé, pour d'autres, c'est carrément la douche froide» constate Fabrice Abraham, Directeur Général du réseau Guy Hoquet.

    Vanves fait parti des villes dont l’encephalogramme est plat :  «Le Grand Paris Express esr encore lointain pour de nombreuses communes qui ne le verront arriver que d'ici de nombreuses années – jusqu'à 12 ans pour les stations de métro prévues en 2030. Du coup, il ne semble pas avoir eu d'impact sur le marché immobilier de ces villes, si tant est qu'elles en bénéficient, ce qui est encore trop tôt pour le dire» indique cette étude en constatant queVanves stagne à 5 799€ en moyenne le m².  Pourtant les constructions à Vanves et dans ses lisiéres se multiplient, et le métre carré du neuf est en hausse pouvant atteindre plus de 7000. Bizarre, bizarre ! 

    Ses voisines font partie des  communes qui profitent durablement du Grand Paris : Issy-les-Moulineaux (8 621€ le m² en moyenne, +19% en 1 an). «Certaines villes, faisant office d'outsider jusqu'alors, font une entrée fracassante dans le classement et s'imposent comme celles sur lesquelles il va falloir miser à l'avenir» indique le réseau Guy Hocquet en citant  Clamart qui enregistre +20% sur ses prix au 1 semestre  2018 et comptabilise un m² à 5 949€ en moyenne. Enfin d’autres villes dégringolent et ne profitent pas de l’effet GPE comme Chaville, plus surprenant, Bagneux. «Alors même que cette dernière commune semblait sur une belle lancée il y a quelques mois, elle est désormais en pleine perte de vitesse et accuse -3% sur le prix au m² au 1er semestre 2018 par rapport à la même période de 2017, le portant à 3 915€ environ».