Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gare du fort d’issyvanvesclamart

  • RETOUR SUR UN ETE CORONA A VANVES : L’ARRIVEE DU TUNNEL ELLEN A LA GARE DU FORT D’ISSY-VANVES-CLAMART

    Le chantier du Grand Paris Express à la gare du Fort d’Issy-Vanves-Clamart a vécu un événement important 3 ans après le ripage du toit de la gare sous les voies SNCF Transilienà la mi-Août 2017. L’arrivée du premier tunnelier à être mis en service dans les Hauts-de-Seine, Ellen le 28 Juillet dernier. Il a creusé un tunnel de 4 km à 23 m de profondeur, depuis le 14 février 2019 entre les gares de Bagneux, Châtillon-Montrouge, Fort d’Issy-Vanves-Clamart sur la future ligne 15 sud du métro.

    Une impressionnante machine fabriqué par une société allemand qui a avancé au rythme moyen de 12 m par jour en fonctionnant 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 grâce à une vingtaine de personnes en trois fois huit, sauf au début du confinement: «La tête de coupe, qui fait en elle-même plusieurs tonnes, c'est l'extrême bout d'un train avec plusieurs wagons .Juste derrière la roue se fait l'approvisionnement des voussoirs (NDLR : éléments préfabriqués en béton armé qui s'imbriquent les uns aux autres comme un puzzle) et la pose. Les wagons derrière permettent d'acheminer différentes choses, comme l'énergie ou l'équipement de sécurité» expliquait Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP) présent à son arrivée où élus comme responsables du chantier ont assisté au percement des derniers 50 cm du tunnel à 42 m de profondeur (sur la photo)

    « Ça fait quatre ans qu'il creuse et aujourd'hui il arrive ici, parfaitement là où c'était prévu » constatait alors Gualtiero Zamuner, l'un des chefs du projet, en expliquant « Le creusement du tunnel est un vrai travail de précision. À l'avant, la roue de coupe, de 10 m de diamètre et de 135 tonnes, creuse entre 10 et 15 m par jour, broyant la roche en tournant sur son axe. L'engin assemble en même temps le tunnel derrière lui en posant le revêtement à l'aide d'une machine à ventouses. Les déblais, aspirés au fur et à mesure, sont évacués à l'arrière du tunnel. Une centaine d'opérateurs se sont relayés pendant plusieurs années aux commandes de ce titan de 1 600 tonnes»

    Une partie du tunnelier doit à présent être démontée et sera ensuite réacheminée par convois exceptionnels jusqu’à son point de départ à Bagneux. Pour ce faire, une grue permettant le levage de la roue de coupe, du bouclier et de la jupe du tunnelier est arrivé par convois exceptionnels fin Juillet. Le train suiveur, quant à lui, a emprunté de nouveau le tunnel. La machine, une fois ré-assemblée, repartira à l’automne pour un second creusement d'environ 900m entre le puits Robespierre et la gare Arcueil-Cachan.. A Fort d'Issy-Vanves-Clamart, « on va pouvoir finir les planchers, avant de commencer à construire les locaux techniques. On aura ensuite besoin de trois ans pour aménager la gare. » indiquait il

    Cette future gare, à quelques mètres seulement de la gare de Clamart, est la première du Grand Paris à avoir entamé sa construction. Un ouvrage particulièrement technique car situé sous les voies ferrées et à proximité des habitations. La mise en service est prévue à l'horizon 2025, un délai que le président du directoire de la Société du Grand Paris espère pouvoir tenir malgré l'impact de la pandémie. Sur l'ensemble du projet, « l'impact du Covid se traduit par un rallongement des procédures de trois à huit mois », estime Thierry Dallard. « Un retard qui ne retardera pas forcément la mise en service », a-t-il nuancé, mais qui « peut se traduire par une augmentation des cadences ».

  • GRAND PARIS EXPRESS : + 10% D’HABITANTS AUTOUR DE LA GARE FORT D’ISSY VANVES CLAMART

    Les nombreux projets urbains en cours autour des 68 Gares du Grand Paris Expresse, ont contribué à augmenter de 3% leur population entre 2010 et 2015, contre seulement 1% dans la Métropole du Grand Paris, selon une récente étude de l'Apur (Atelier parisien d'urbanisme) consacrée aux caractéristiques des habitants de ces quartiers franciliens. Ces secteurs des gares du GPE accueillaient 1 454300 habitants (contre 1 410 000 en 2010), soit 21% de la population de la MGP, répartis sur 13 280 hectares, ce qui représente seulement 16% de son territoire. En moyenne, chacun de ces quartiers comptabilise 23 200 habitants, avec des ménages comptant 2,49 personnes, contre 2,35 dans la MGP. Elle indique de surcroît que «Les quartiers ayant fait l'objet d'un rythme de construction accru entre 2008 et 2012 ont vu leur population bondir de plus de 10%» en citant, sur la ligne 15 Sud, les quartiers Pont de Sèvres, Fort d'Issy - Vanves - Clamart et Issy RER,  qui ont connu la plus forte dynamique de construction, et conséquemment la plus importante augmentation du nombre d'habitants entre 2010 et 2015».

    Enfin, l’ORF (Observatoire du Foncier) de la région Ile de France a indiqué que le prix moyen des appartements s'élevait en 2018 à 5 220 € le mètre carré dans les quartiers des 67 gares du réseau du GPE, soit une progression de 5,3% par rapport à 2017 (4958€/Le m2) Le quartier de la gare Fort d’Issy/.Vanves/Clamet fait partie des 11 quartiers de gares se trouvant dans des communes où le prix moyen du mètre carré est supérieur à la moyenne francilienne, avec  +1,7%.

  • VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS : LE POINT SUR LE CHANTIER ET SES EFFETS DOMINO

    Suite au ripage de la dalle réalisé en août 2017, le groupement Horizon avait entamé la phase de creusement de l'espace intérieur de la boîte gare, avant d’aborder la réalisation des planchers, avec  des travaux de coffrage et de ferraillage.  Cette phase s'étendra jusqu'en avril 2019.

    Les riverains ne sont que très peu impactés par ces travaux puisqu’ils sont effectués à l'abri de la dalle de couverture. Parallèlement, SNCF poursuit ses travaux en gare de Clamart avec la remise en état des voies de la ligne N. La construction du couloir de correspondance entre la gare Transilien et la future gare du Grand Paris Express débutera en janvier

    Un autre événement qui concerne la gare du GPE de Fort d’Issy/Vanves/Clamart , mais pas sur son territoire s’est déroulé début Décembre à Bagneux  au puit Robespierre : Le tunnelier dont les piéces ont été acheminées et assemblées directement sur le site, depuis Septembre 2018, a été baptisé le 1er Décembre 2018, du prénom de la navigatrice Ellen Marc Arthur. Il doit s’élancer ces jours-ci pour parcourir les 4 km vers la gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart, où il sortira à l’été 2020. Il aura traversé quatre communes, trois gares en passant par cinq ouvrages de service. Parallèlement, d’importantes opérations de comblement des carrières, principalement sur les communes de Malakoff et Bagneux, sont réalisées pour préparer le passage du tunnelier.

    Enfin, l’édition francilienne de l’un des grands quotidiens du matin, faisait état des pressions des promoteurs – aux méthodes parfois peu correctes – pour construire de nouveaux immeubles dans des zones pavillonnaires, comme le Clos Montholon à Vanves – à proximité des futures gares.  «Il est normal que les promoteurs soient intéressés. On peut construire au moins logements à la place d’un pavillon » indique t-on du côté de l’APUR et de l’IAU IDF où l’on parle concrétement de zones très menacées, car les prix proposés aux propriétaires de pavillons sont souvent très intéressant, leur permettant de faire la culbute « surtout qu’ils ne veulent pas se retrouver avec un immeuble à côté ». Ainsi un effet domino risque de faire disparaître toute une zone pavillonnaire