Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ps - Page 8

  • LE BAROMETRE DE VANVES DE MARS/AVRIL 2013 : CRISPATIONS, DECEPTION, DESIGNATION, DEVOIR DE MEMOIRE

    Dorénavant, vous retrouverez réguliérement le barométre de Vanves au Quotidien qui fera le bilan du mois passé en relevant les tops et les flops, les personnalités en hausse ou en baisse, occasion de rappeler ou de revenir sur  quelques événements passés inaperçus à cause d’une forte actualité

     

     

    EN FORME

     

    ANTONIO DOS SANTOS (PS) : Antonio Dos Santos a donc été désigné par la section  PS le 26 Mars dernier pour conduire la liste PS aux élections municipales de Mars 2014. Le vote est intevenu à la suite d’une campagne interne menée dans les régles durant le dernier trimestre 2012 et le début 2013 avec profession de foi, déposé par les deux candidats en liste, Antonio Dos Santos reccueillant 58% des voix, Guy Janvier 42%. Cette désignation devrait être avalisé par les instances statutaires du PS, et confirmé lors de la désignation des candidats par les militants prévus jusqu’à présent à la mi-octobre mais qui pourrait être avancé. Antonio Dos Santos n’est pas un inconnu à Vanves où il est arrivé en 1996 après avoir habité à Issy les Moulineaux. Il a succédé à Pierre Meslin, à la tête du Rosier Rouge, Maison d’accueil pour les familles d’hospitalisés qui célébrera en Juin/Juillet ses 40 ans, et où il était déjà venu dans les premières années animer des soirées ou des veillées, avec sa guitare,  lorsqu’il était étudiant. En 2007, Pierre Nicolas lui sucédait, et il devenait directeur général d’une association parisienne qui gére des centres d’hébergement et de réadaptation social avec des services d’accompagnement pour les bénéficiaires du RSA, des créches et des jardins d’insertion, et s’occupe de médiation sociale. Il avait été élu secrétaire de la section PS de Vanves au printemps 2012  lorsque Fabien Estellano avait annoncé sa nomination comme professeur au Mans.

     

    DEVOIR DE MEMOIRE : Michel Judde, président du CLAP (Comité Local des Aassociations Patriotiques)   était Mercredi dernier dans le bureau du proviseur du lycée Michelet, Patrick Sorin,  pour remettre un chéque de 2000 € afin de permettre au collége Michelet d’organiser une visite du mémorial de Caen, des plages du débarquement et de cimetière US de Colleville le 25 Avril prochain.  Il l’a remis au non de la fédération Nationale André Maginot et en  tant que président de l’association qui regroupe les « ex-invisibles » (Association des Anciens Combattants Services de Renseignements de France et des pays alliés), et peut ainsi financer de telles initiatives dans 3 établissements scolaires chaque année. Ainsi une classe de 3éme du Collége Michelet en bénéficiera cette année et devra ramener un reportage sur ce déplacement pour participer à un  concours national « Mémoire et Civisme » auquel participent 200 lycées et écoles primaires dont les prix sont remis chaque année à l’Hôtel de Ville de Paris. « On ne peut pas reprocher leurs comportements (à ces jeunes) si on ne fait rien pour leur faire comprende cette société où ils vivent. Et cette visite vient compléter leur enseiognement (en Histoire) » expliquait Michel Judde. «  Michelet est très attaché au devoir de mémoire, qui ne ressemble à rien d’autres, car il éclaire l’avenir. Pour agir, il faut s’appuyer sur cette mémoire » répondait le proviseur Patrick Sorin en insistant sur le fait que « cette sortie n’est pas comme les autres ». Ce chéque permetra de financer le car, le collége prenant en charge le prix des visites, le lycée le panier repas (pique-nique), avec une participation de 5 € des familles.     

     

    EN BAISSE

     

    CRISPATIONS : Rien ne parait pas en façade, mais il y a quelques crispations entre élus municipaux UMP et UDI dans cette période d’avant-veille de campagne pour les élections municipales. Les élus de l’Opposition s’en aperçoivent lors des réunions en commission. Il faut reconnaitre que les leaders vanvées UMP et UDI sont en pourpalers pour préparer cette échéance municipale, et surtout constituer une liste commune,  le maire sortant UDI étant déçu de n’avoir pas eu l’investiture de l’UMP le 27 Mars dernier alors que certains élus et militants UMP souhaitent constituer une liste propre. De leur côté, certains maires adjoints UMP en ont le ras le bol de ne pas être entendus et même respectés dans leur autorité et responsabilité par certains collaborateurs du maire et responsables de services. La pierre d’achoppement concerne la sécurité en ville et surtout du côté du quartier des Hauts de Vanves (Rues de Chatillon, de l’avenir…) où certains d’entre eux habitent et considérent que la situation a pourrie à cause d’un manque de réactions (même si aujourd’hui, la situation parait être reprise en main) de la part du commissariat et de la mairie de Vanves.   Ils n’ont pas supporté lors de la venue de Patrick Devedjian pour la signature  du Contrat de Développement, d’être prévenu au dernier moment, et surtout  bousculés par leurs collégues UDI pour bien paraitre sur la photo avec le Président du Conseil Général. Alors qu’un adjoint UMP s’offusquait de voir un collégue UDI se mettre devant lui en arguant « Je suis petit comme Napoléon », celui –ci répliqua « Mais lui, il n’était pas con ! ». Ambiance. Quant au maire, quelque peu crispé des derniers temps, il continue à faire le tour régulier des commerçants, mais en donnant des bonnes ou des mauvaises notes, comme à l’école

     

    FNACA : Le nouveau président de la section FNACA Vanves, Paul Hajder,  est déçu. Pour la première fois depuis l’officialisation de cette date qui commémore la fin de la guerre d’Algérie, rien n’a changé. L’ensemble des élus était bien présent le 19 Mars dernier, ainsi que les drapeaux de la FNACA et d’une autre association d’anciens combatants,  avec le message du ministre des anciens combatants lu par Michel Judde président du CLAP (Comité Local des Associations Patriotiques). Mais pas de discours du maire, ni de drapeaux des Médaillés militaires et de la Légion d’Honneur alors que le Général Giraud était présent. Il a regretté l’absence d’un représentant de l’UNC alors « qu’on a fait l’effort d’aller à l’Etoile avec l’UNC ». Mais il ne désespére pas de changer les choses !

  • UNE GALETTE DES ROIS POUR TOUS A VANVES : A L’UMP, AU PS, MAIS PAS A L’UDI

    Les sections UMP et PS de Vanves ont organisée hier soir leurs galettes des rois, mais séparemment, à l’école Larmeroux pour la première avec Laurent Wauquiez ex-ministre de Nicolas Sarkozy, à l’école Max Fourestier pour la seconde mais sans Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée Nationale. Il était prévu que des deux personnalités profitent de la suspension de séance pour venir parler du projet loi Mariage Pour Tous puisque les débats avaient commencé l’aprés midi. Le premier a passé une heure avec  élus, militants, sympathisants UMP qui avaient payé 5 € pour la galette. Le second n’est pas venu, appelé à l’Elysée pour faire le point avec François Hollande, relevé au pied levé par le jeune député de Seine et Marne Olivier Faure, qui n’a pas eu le temps de partager la galette gratuitement offerte aux militants socialistes. Il ne manquait plus que l’UDI, mais Bernard Gauducheau son président local participait à l’inauguration du 15éme festival Art Danthé ce soir là.  

     

    « Les gens sont content qu’au niveau local les dissensions à l’UMP n’ont pas eu de prises. Comme ils ont pu le constater avec le dernier numéro de notre journal « Au contact » constatait Isabelle Debré, entouré par Maxime Gagliardi, Françoise Saimpert,  Laurent Lacomére, Daniel Barrois,  en se félicitant que la Droite Sociale de Laurent Wauquiez soit arrivée en  seconde place, juste au moment où il arrivait de l’Assemblée Nationale. « Ce qu’a proposé Isabelle, est exactement ce que l’on veut faire avec la Droite sociale » a-t-il tenu à dire à propos de sa proposition de loi permettant aux retraités touchant le revenu minimum veillesse, de reprendre  s’ils le souhaitent, une activité rémunérée tout en conservant leur allocation, ce qui n’était pas possible jusqu’à présent -  Une proposition de loi qui a toute les chances d’être votée jeudi matin au Sénat – « surtout que nous avons affaire à une majorité sectaire, intolérante ! » a-t-il constaté. « Laissez-faire, c’est fini ! Tout au long de 2013, on va s’investir pour que la voix de l’UMP soit entendue. On a commencé avec mon débat avec Arnaud Montebourg à sur France 2 Jeudi dernier, la loi MTP (Mariage Pour Tous)...  Je souhaite que l’on lance des Etats Généraux de la famille pour lister ce que l’on refuse, le travail de destruction du PS, et les propositions constructives que l’on veut mettre sur la table. Montrer ce que l’on peut faire avec des propositions crédibles » a indiqué Laurent Wauquiez qui constatait que « les socialistes s’apprêtent à remettre en cause la politique familiale ».

     

    Il a rassuré ses militants UMP Vanvéens à propos du débat sur le MPT : « Je vais y mettre toute mon énergie, ma détermination. Manifester le 13 Janvier n’était pas évident, comme nous n’y sommes pas habitué. Mais il y a des moments où on ne peut pas accepter l’inacceptable. C’était une manifestation sans traces d’intolérances, mais de respect, d’écoute. Ils nous traité de ringards, d’intolérants. Mais nous allons nous battre pour obtenir un référendum, qu’ils refusent. Ils ont peur de ce que leur diront les français, la majorité silencieuse. Et s’il faut de nouveau manifester dans la rue, on le fera » a-t-il prévenu avant d’expliquer pourquoi il va se battre à l’Assemblée Nationale : « Je n’accepte pas qu’au nom du droit d’une minorité, on demande à une majorité de changer sa conception sur la famille, d’adoption. L’enfant n’est pas un bien de consommation. C’est aller vers la MPA qui ouvre la porte à la GPA, c'est-à-dire acheter le ventre d’une femme pour avour un enfant. C’est une remise en cause totale de la dignité de la femme ».

     

    A quelques centaines de métres plus loin, un  peu plus tard, Olivier Faure (PS), député de Seine et Marne, constatait, devant la section PS de Vanves  que « la droite est resté offensive, n’a pas dételée, cherche à contester notre légitimité. Une droite qui a une forme étonnante, malgré Copé et Fillon, qui porte le combat contre la majorité ». Il remplaçait Bruno Le Roux  qui avait été convoqué à l’Elysée pendant la suspension de séance pour faire le point avec François Hollande sur les premières heures du débat sur le projet de loi MPT. Il était entouré par  les élus PS Jean Cyril Le Goff, Guy Janvier avec lequel il avait travaillé au cabinet de la ministre Aubry (sous le gouvernement Jospin), Valérie Mathey, Anne Laure Mondon, ainsi que Antonio Dos Santos secrétaire de section qui a rappelé que « c’est Olivier Faure qui a anoncé sa victoire à François Hollande le 6 Mai dernier » - « Mais il s’en doutait un peu ! Il n’y avait pas cette surprise qui avait marqué les esprits en Mai 1981 lors de la victoire de François Mitterrand » confiait ce jeune député qui a expliqué de qu’il ressent depuis 8 mois : « On est arrivé pour le changement. Et on a trouvé une situation un peu plus compliquée qu’on espérait (chômage, plans socaux. Voilà une gauche confrontée à une réalité qui l’a amené à agir à contre emploi…Mais on est sur le front : contrat d’avenir, contrat de génération, MPT qui est un combat à mener dans l’opinion… Sachant qu’il y a des combats extrêmement important que l’on a mené depuis longtemps comme le vote des étrangers aux élections locales ».

     

    Pour lui, « nous n’avons aucun doute sur la détermination du président de la République, du premier ministre. Lorsque l’on montre le cap et que l’on ne lâche rien, on est sûr d’aboutir. Pas une minute n’a été et ne doit être perdue pour porter le changement » a-t-il conclu en reconnaissant que « cette fédération (PS92) longtemps considérée comme une terre de mission, a été déchiffré ». Philippe Sarre Maire de Colombes et 1er fédéral PS 92 lui a répondu en expliquant que « l’une de ses missions est de faire en sorte que ce département continue à être une terre de conquête. Elle est à notre portée, grâce à des changements sociologiques qui ne sont pas en  notre défaveur. On peut engranger des victoires à  Villeneuve la Garenne, à Suresnes, avec  un maire usé, à Antony, à Bourg la Reine,  Vanves qui a déjà un conseiller général.. Et qui sont à notre portée dés 2014 ». Antonio Dos Santos avait d’ailleurs fait un vœu pour  Vanves : « Que 2013 nous conduise tout droit aux élections munuicipales de 2014. Lesx militants s’y préparent….L’heure du changement est venu. Nous nous y attelons avec tous ceux qui veulent retrouver une gestion saine et plus de justice sociale »

  • PS 92 : VANVES SOUTIENT JEAN ANDRE LASSERRE AU POSTE DE 1er FEDERAL ALTOSEQUANAIS POUR CHANGER LA DONNE

    Les militants socialistes vanvéens et  altoséquanais éliront leur 1er secrétaire fédéral le 15 novembre prochain  (avec un second tour le 16 Novembre s’il y a besoin). Ils  ont le choix entre 4 candidats depuis que Benoit Marquaille, 1er Fédéral Adjoint et conseiller régional s’est désisté en faveur de Jean André Lasserre, conseiller général de Courbevoie qui a face à lui,  Philippe Sarre, maire de Colombes, Joseph Dion trésorier fédéral et conseiller municipal à Issy les Moulineaux, et Farid Bounouar, élu à Gennevilliers. Pascal Buchet, 1er fédéral sortant et maire de Fontenay aux Roses, a décidé de ne pas se représenter et de soutenir la candidature de Jean André Lasserre. Tout comme l’ensemble de la section PS de Vanves qui fait campagne pour lui, sauf Guy Janvier qui soutient Philippe Sarre.

    Mais ils auront aussi à élire les 34 conseillers fédéraux du Conseil Fédéral qui seront issus du vote des militants sur les motions nationales d’orientation le 11 Octobre dernier. Ce qui a donné lieu à des débats épiques lors du congrés fédéral à Boulogne avant les vacances de la Toussaint. Notamment entre les différents courants qui soutiennent la motion 1 (d’H.Désir, JM Ayrault et M.Aubry) et doivent se répartir 27 Siéges. 160 militants sont candidats. Les pro-Sarre ont tenté de faire voter une répartition des 27 siéges en reprenant les scores des différentes motions à Reims, ce qui auraient éliminés les Hollandais. Ce qui a été rejeté. La majorité a concédé que la répartition prenne en compte les résultats du vote du 15 Novembre prochain,  ce qui serait plus juste, à défaut de trouver un accord immédiat. D’autant plus que de deux règles doivent être impérativement respectées dans la répartition de ses 34 siéges (ou 27 pour la motion 1 ): La parité et 30% de renouvellement. 4 Vanvéens devraient faire parti de ce Conseil Fédéral : Valérie Mathey et Jean Cyril Le Goff pour la motion 1, Gérard Beglier pour la motion 4 et Antonio Dos Santos au titre de Secrétaire de section

     

    A Vanves, la campagne a dû être tonique d’après les échos, l’ensemble des militants et sympathisants socialistes se sont retrouvés Jeudi dernier, dans la soirée, à l’école Gambetta, pour entendre chacun les représentants des 4 candidats, seul Joseph Dion s’étant déplacé.  Guy Janvier, conseiller général a envoyé une lettre à l’ensemble des camarades en expliquant les raisons pour lesquelles il soutient, Philippe Sarre, maire de Colombes. « J’ai été un des premiers à être associé à sa volonté de reprendre la fédération. Il m’en a parlé dés avant l’été. Et je l’avais assuré de mon soutien. Il a été mon collégue au conseil général de 2004 à 2008. Il avait pris l’engagement de démissionner s’il était élu maire de Colombes, ce qu’il a fait tout en s’assurant que Bernard Lucas qui l’a remplacé au conseil général, soit bien élu, de manière à ce que le PS conserve un des trois cantons de Colombes. Il a refusé d’être candidat aux législatives par respect de son engagement sur le non-cumul des mandats. Et il aurait élu avec une marghe plus importante que celle qui a étré acquise » explique t-il en ajoutant : «  Il faut maintenant que les instances fédérales sont désignés, que l’on ait à la tête du PS 92, une personnalité qui soit compétente, connue, expérimentée, et c’est son cas. Il a prouvé ses capacités à rassembler et à réusssir le changement. Il est maire de Colombes et il n’a pas d’autres ambitions que celles de servir le PS avec un certain nombre de propositons qui figurent dans son programme (18 mesures) dont une concerne le travail collectif. Comme je me spécialise dans les questions financières et sociales, j’ai essayé de mettre en placce un certain nombre de groupes de travail. Malheureusement, cela n’a pas abouti, parce qu’au niveau fédéral, il n’y avait le relais qui était nécessaire. Je crois que P. Sarre sera tout à fait en mesure de le faire.  Sans travail collectif, en politique, cela ne passe pas ».

     

    Evidemment, ce n’est pas l’avis de ceux qui soutiennent Jean André Lasserre, comme Jean Cyril Le Goff, Antonio Dos Santos, Anne Laure Mondon,  Valérie Mathey, Suzanne Guerif, Nicolas Chaigneau….  « Jean André Lasserre qui a été le directeur de campagne de F.Hollande pour les Hauts de Seine pendant les présidentielles, qui a gagné un canton particulièrement difficile pour un socialiste à Courbevoie, illustre bien ce qu’on doit incarner dans notre fédération avec des militants et des élus de terrain, ouverts, permettant de convaincre des électeurs y compris ceux qui ne votent pas traditionnellement à gauche, de voter pour une équipe municipale de gauche » expliquent ceux qui le soutiennent et qui devraient envoyer aux socialistes vanvéens au début de cette semaine, un tract présentant ce candidat, sa profession de foi et ses 50 engagements. Jean Cyril Le Goff retient plusieurs choses : Assurer un meilleur appui technique et politique des sections, développer l’information et la communication, impliquer les militants et les sympathisants en créant une université permanente en charge de la formation,  afin de les aider à expliquer la politique du gouvernement que l’on soutien, s’ouvrir et  dialoguer avec la société civile, construire une stratégie par rapport aux enjeux locaux, renforcer toute la fonction de veille éthique et de résolution des conflits, avec une charte signée par l’ensemble des élus, respect des décisions prises comme sur le cumul des mandats. Les supporters de J.A. Lasserre ne comprennent pas pourquoi deux maires socialistes des Hauts de Seine n’ont pas démissionné de l’un de leurs deux mandats comme prévu fin Septembre  -  Le Sénateur-Maire de clamart, Philippe Kaltenbach, et le député-maire d’Asnières, Sébastien Pietrasanta - d’autant plus après la remise du rapport Jospin. Verdict : Le Jeudi 15 Novembre avec l’arrivée du Beaujolais nouveau