Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ps - Page 7

  • PAS QUESTION D’ARMISTICE EN NOVEMBRE A VANVES… A CAUSE DES MUNICIPALES

    Plusieurs rendez-vous sont prévus durant ce mois de Novembre qui vont permettre aux élus de Vanves d’être très présents et plus que d’habitude sur le terrain : Soirée de clôture du mois du Commerce le 12Novembre, l’inauguration de la mini-créche Pain d’épice de la rue de Châtillon le 16 Novembre avec la soirée de gala de la Coupe de l’Amitié du CIV le même jour, la semaine de la solidarité active entre le 15 et le 24 Novembre, la 4éme édition des journées de musiques anciennes du 22 au 24 Novembre etc…. avec la signature du CDT (Contrat de Développement territorial ) de GPSO (grand Paris Seine ouest) le 13 Novembre.

     

    Pendant ce temps, la campagne des municipales se prépare activement mais en catimini du côté de la majorité municipale qui part unie. Les militants UDI ont passé ses derniers jours à aménager la permanence de campagne de Bernard Gauducheau qui se trouve rue Jean Bleuzen dans l’ex-magasin de luminaire à l’entrée du grand bâtiment Chenel et à côté du siége de France 3 Paris Ile de France. Elle devrait être inauguré en grande pompe bientôt, peut être en novembre

     

    Du côté de l’opposition, le PS avec son candidat Antonio dos Santos s’est lancé depuis la Rentrée dans une campane de notoriété qui l’améne à être présent partout à Vanves, à chaque manifestation municipale, au pied des immeubles en fin d’après midi. Ses élus et ses militants reconnaissent que le gouvernement ne les aide pas beaucoup en ce moment. Les élus et miltants PS ont eu l’occasion d’en parler lors de leur dernier comité fédéral du PS 92 à Boulogne voilà une quinzaine de jours. Les plus pessimistes d’entre eux parlent d’une baisse de 10% dans les intentions de vote en faveur du PS lors de ces élections municipales dans certaines villes du département.

     

    Dans les autres partis de la gauche, c’est le temps des négociations pour le FdeG/PC qui n’a pas encore pris la décision de rejoindre le PS même si la tentation est grande du côté de sa sortante Claudine Charfe. Quant aux Verts, ils auraient décidés  de faire liste séparée, conduite par Lucile Schmid et Pierre Toulouse, sachant qu’ils jouent à quite ou double vu leurs scores aux présidentielles avec un PS qui n’est pas décidé à s’en laisser compter, et moins qu’avant.

     

    Enfin, le Modem où la situation n’est pas simple depuis les tentatives de rapprochement François Bayrou-Jean Louis Borloo. Cela tangue même car ses militants vanvéens se situent plutôt au centre gauche et se sont toujours, jusqu’à présent, opposé au maire UDI  sortant. D’ailleurs à l’UDI,  certains militants ne sont pas prêts à accepter ce rapprochement avec le Modem qui a appelé à voter à gauche aux présidentielles. Ambiance.  

  • CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : Vœu contre la métropole du Grand Paris tueuse d’intercos

    La Gauche vanvéenne n’a pas suivie la gauche régionale sur le vote du vœu concernant le projet de loi sur la métropole du Grand Paris proposé par la majorité municipale UMP/UDI lors du conseil municipal de Mercredi dernier,  sauf le PS qui a voté contre,  les verts s’étant abstenus et l’élu FdeG/PC n’ayant pas pris part au vote. Dans ce vœu le conseil municipal refuse « un texte déposé précipitamment, sas préparation sérieuse, ni concertation avec les acteurs locaux qui éloignera nos concitoyens des centres de décision et qui fait peser un danger direct pour des milliers d’agents communautaires », refuse « le démantélement des EPCI existants, qui ont été démocratiquement choisis par les élus locaux et qui ont fait la preuve de leur efficacité dans la gestion des compétences de proximité, dans la planification et la conduite des politiques de développement local », et demande « pour la région capitale, une métropole ambitieuse, tournée vers l’avenir et ses enjeux, partenaires de »s acteurs locaux et soutien des dynamismes territoriaux »

     

    Anne Laure Mondo, présidente du groupe PS a reproché au maire « de demander au conseil municipal de se prononcer contre un amendement qui  n’est plus d’actualité ». Il prévoyait la création d’un EPCI à fiscalité propre, la métropole du Grand Paris, disposant d’un statut particulier comprenant Paris et les communes des 3 départements de la petite couronne. « En fait si nous en sommes arrivé à ce texte, c’est parce qu’au Sénat, l’amendement de l’UMP et du FdeG/PC ont supprimé les articles consacré à la métropole  du Grand Paris » a-t-elle expliqué  en reprenant les arguments de Jean Yves Le Bouillonnec, député maire PS de Cachan et  ex-président de Paris Métropole qui regrette « la page blanche du Sénat » qui « a été une insulte pour nos territoires. C’est le pire service qu’il pouvait nous rendre ». Pour éclairer nos lecteurs il faut savoir que  le texte en seconde lecture devant le Sénat prévoit toujours la constitution d’un EPCI couvrant tote la métropole (Paris et les 3 départtements de la Petite Couronne) d’ici le 1er Janvier 2016, mais surtout la disparition de toutes les intercommunalités de la petite couronne, ce qui n’était pas le cas dans le texte originel.     

     

    Pierre Toulouse (EELV) a fait la même réflexion, en constatant que si « un certain nombre de communauté d’agglomération ont constitué un progrés », ce n’est pas le cas à « GPSO qui est la réunion d’une bande de copains pour éviter d’être soumis à la péréquation financière. Je ne pleurerais pas sur la suppression des EPCI. Il y a beaucoup de points obscurs à GPSO, même s’il y a eu des points positifs : l’agence de l’énergie, l’agenda 21 » a-t-il expliqué en constatant tout de même que « le texte est loin d’être satisfaisant ! On aurait préféré la suppression des départements ». Claudine Charfe (FdeG/PC) a expliqué très succintement qu’elle « ne se retrouve pas, ni dans la position prise par le PS, ni dans le vœu MP/UDI ».

     

    « Ce n’est pas un problème de droite et de gauche » a clamé Isabelle Debré (UMP) en relevant deux éléments graves : « Les maires n’auront bientôt plus de pouvoir. Et c’est cela que tous les élus contestent. Des maires ont travaillé depuis des années pour construire des EPCI qui tiennent la route. Velizy, du coup, ne veut plus rejoindre GPSO pour éviter d’être intégré dans la métropole. L’objectif de l’UMP et de l’UDI est de proposer un amendement au Sénat qui puisse sauver les EPCI. Nous voulons les protéger et laisser aux maires un minimum de pouvoirs ».

     

    Bernard  Gauducheau (UDI) est bien sûr revenu sur les bienfaits apportés à Vanves grâce à GPSO en condamnant « cette métropole de Paris pensée par des apparitchiks socialistes qui n’ont jamais dirigé une commune, et qui veulent rajouter une couche au millefeuille » et en rappelant qu’à une certaine époque « l’opposition accusait GPSO d’enlever des pouvoirs aux maires » alors que « cet outil a fait ses preuves depuis 10 ans ». Enfin, il n’a pas caché que derrière tout cela, « il y a une idéologie qui ne fait pas confiance aux élus », « un moyen détourné pour récupérer les moyens (financiers) de nos communes altoséquanaises sous couvert de rééquilibrage régional ».  Valérie Mathey (PS) a été choqué par « ces propos violents » que Bernard Gauducheau (UDI) assume complétement comme il le lui a répété.

  • HANNA KLOPSTOCK, LA MILITANTE COMMUNISTE DE VANVES RESCAPEE DE LA NUIT DE CRISTAL

    Toute la gauche vanvéenne, et surtout les camarades communistes, se sont retrouvés lundi soir dans le préau de l’école Larmeroux pour rendre hommage à Hanna Klopstock, décédée le 10 Avril dernier d’un accident vasculaire cérébral. L’ensemble du groupe PS/PC au Conseil Municipal avec Claudine Charfe, le conseiller général PS Guy Janvier, les responsables PC, de la CGT Retraites, des anciens combattants…étaient présent avec jacques Landois qui représentait le maire, pour entourer sa fille, Giséle Cailloux et toute sa famille dans un moment de reccueillement et d’évocation de sa vie. Hanna Klopstock était une figure du PC vanvéen, une militante communiste comme on n’en fait plus, de tous les combats,  présente à toutes les réunions, les tractages… jusqu’à prés de 90 ans. Mais surtout une femme juive allemande qui a été confrontée très jeune au nazisme, qui a connnu la Nuit de Cristal, durant laquelle son père a été arrêté et envoyé dans un camp de concentration où il est mort. Mais il avait eu le temps d’envoyer un message pour lui dire de fuir avec sa mére.

     

    Hanna Klopstock a raconté à une journaliste du Figaro cette Nuit de cristal, du 9 au 10 novembre 1938, durant laquelle les nazis ont organisé, en Allemagne et en Autriche, des pogroms. Plus de 250  synagogues ont été détruites, 7500 commerces et entreprises saccagés et pillés, 100 juifs assassinés, prés de 30 000 arrêtés, 11 000 internés à Dachau, 10 000 à Buchenwald. Hanna Klopstock, alors âgée de 14 ans, vivait  près de Berlin : «On savait bien que la Nuit de cristal se préparait. Les gens parlaient dans le bus. Et Goebbels hurlait sa haine antijuive sur toutes les ondes. À l'époque, les nazis tentaient d'accréditer l'idée d'un mouvement spontané. Mais je peux vous dire qu'aucun Juif n'a cru à cette version, et surtout pas moi » décrète Hanna Klopstock qui a raconté de très nombreuses fois son histoire. « Un père ingénieur, une mère au foyer, un frère de 16 ans. En novembre 1938, la jeune fille est une adolescente juive presque comme les autres. Les temps sont durs. Les insultes légion, et les lieux publics, à commencer par les écoles, sont devenus infréquentables pour les Juifs » raconte la journaliste. «La loi ne nous interdisait pas encore d'y aller, mais nous y étions déjà des parias» poursuit Hanna Kapstock, qui se souvient du lendemain où c’était  la désolation :  «J'ai pris mon train pour aller en cours. Dans le wagon, un homme que je voyais tous les matins a pris l'air désagréablement surpris en m'apercevant. Une fois descendue, j'ai vu la synagogue en flammes, les carreaux de l'école brisés. J'ai rebroussé chemin».  

     

    Et la journaliste continue de raconter : « Dans le chaos, Hanna rate son train. Entre-temps, son père est arrêté. Il mourra un mois plus tard. Dans son souvenir, le silence est assourdissant. Comme si chacun avait compris que les choses avaient pris une autre tournure, qu'une Shoah qui ne disait pas encore son nom était en marche. Quelques Juifs se tiennent debout devant leur pas-de-porte ravagé, beaucoup se terrent. Il y a des dizaines de suicides. Le verre des vitrines brisées crisse sous les pas. Un petit garçon insulte Hanna et la traite, comme tous les jours ou presque, de «sale Juive». « Mais pour une fois, sa mère l'a brusquement fait taire», remarque Hanna Klopstock. Soixante-dix ans après, elle se demande encore pourquoi elle est ainsi intervenue. Qui sait ? Peut-être était-ce là la preuve que tous les Allemands n'étaient pas à l'unisson avec Hitler. Commencent alors pour Hanna des années d'errance et de vie cachée. Le bail de la famille Klopstock n'est pas renouvelé, les deux enfants et leur mère sont obligés de sous-louer deux pièces à une famille juive. Il leur est impossible de fuir. Les frontières se ferment peu à peu. Les pays étrangers aussi : «Il y avait bien les États-Unis, mais ils demandaient une caution très élevée», se souvient Hanna. Et puis les cautions ne résistent pas aux aléas politiques. Sa tante finit par réunir la somme nécessaire. Mais, dans l'intervalle, le conflit s'installe entre l'Allemagne et l'Amérique, et elle ne peut plus partir. Celle-ci mourra en camp de concentration ».

     

    « C'est la France et la famille d'Édouard de Rothschild qui sauveront Hanna….Depuis Paris, un comité de sauvegarde se met sur pied, avec l'espoir de faire venir 3 000 enfants juifs allemands. Hanna est l'un d'entre eux. Elle débarque donc, prise sous l'aile de Rothschild. Un an après son arrivée, il lui faut à nouveau se cacher. À La Guette, dans une maison d'enfants, puis à La Bourboule, et à Dieulefit, dans la Drôme. Elle trouve refuge parmi ceux qu'on appellera les Justes, Français de la résistance discrète. «Un temps, j'ai été serveuse dans un restaurant, avec des faux papiers au nom d'Annette Ronier. J'étais censée être bretonne. Mais qui croyait à cela, avec mon accent germanique ?», dit-elle, avec une pointe de tendresse pour tous ceux qui ont su se taire. Le silence bien compris lui permet d'avancer. La prière aussi. «J'étais croyante à l'époque. Je dis à l'époque, car cela m'a passé. Car si Dieu existe, où était-il alors ?», note-t-elle placidement.À la Libération, elle remonte vers Paris, avec un statut d'apatride. Elle fréquente l'hôtel Lutetia, boulevard Raspail, lieu de convergence des familles de déportés. Elle n'a plus de photos de son frère ou de sa mère, mais on la prévient : une fois rentrés des camps, «ils» ne se ressemblent plus. «De toute façon, personne n'est revenu de là-bas», indique-t-elle. La vie va tout de même continuer : Hanna Klopstock a une fille, apprend, puis exerce le métier de cuisinière. Et aujourd'hui, elle se tient droite comme un «i» et raconte «pour les jeunes générations», ses petits-enfants, ses arrière-petits-enfants, cette trajectoire qui a traversé le XXe siècle, témoignage de la folie nazie » conclue la journaliste qui rapporte une dernière réaction d’Hanna face aux agressions récentes de membres dela communaité juive :  «La France n'est pas un pays antisémite, c'est tout ce que je peux dire».