Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

projet mosaïc

  • LA REQUALIFICATION DE BRANCION A LA PORTE DE VANVES TRAINE DEPUIS PLUS DE 20ANS

    Voilà presque 20 ans que le réaménagement de la porte Brancion  est à l’ordre du jour des relations des villes de Paris et de Vanves, depuis le protocole signé entre Bernard Gauducheau et Bertrand Delanoë, le 5 Juin 2003 et le quasi abandon du projet Woodeum inscrit dans le cadre de l’appel à projet « Réinventer la Métropole du Grand Paris » dont seul le projet de résidence étudiante, côté Vanves devrait voir le jour

    Une histoire qui vaut d’être conté. Après le protocole signé voilà 20 ans, beaucoup de vanvéens espéraient que cette porte de Paris et de Vanves, véritable no’s man land, serait requalifié, comme l’association Agir sur le Plateau. Malheureusement rien n’a été fait jusqu’à ce que le projet soit même bloqué lorsque la vile de Vanves s’est opposée à l’installation d’un dépôt des services techniques e la ville entre deux bretelles du Périph. Puis l’appel à projet de la Métropole du Grand Paris «Réinventer la MGP 1» a permis, 10 ans après,  de relancer son réaménagement avec un foyer jeunes de 114 logements d’un côté, un centre sportif «Five» de l’autre de cette porte, avec une résidence étudiante de 160 logements  côté Vanves, la création de parvis devant les bâtiments, la sécurisation des traversées piétonnes, l’élargissement des trottoirs, l’aménagement de pistes cyclables… que remporta l’entreprise Woodeum. Ce qui suscita beaucoup d’interrogations et d’oppositions, avec une pétition,  sur de nombreux points récurrents : les aires de jeux, la requalification de la rue Louis Vicat, la construction au dessus du périph trés polluant d’habitations. Avec une étude d’impact environnemental, une consultation consultation citoyenne par voie électronique par la ville de Vanves  pour couper court aux critiques

    A force  de traîner, avec le lancement de cette réflexion sur l’évolution du boulevard périphérique en boulevard urbain, menée aux travers d’ateliers au niveau de la métropole, le lancement du réaménagement de la porte de Vanves baptisé « porte de Malakoff » par cette commune après le départ de l’INSEE, le développement d’un pôle hôtelier autour de la porte de la Plaine, avec le Mama Shelter, le Novotel, le projet Woodeum a commencé à avoir du plomb dans l’aile. D’autant plus que les écologistes parisiens  demandaient que la ville de Paris suspende les projets de constructions autour et sur le Périph dans l’attente d’une perspective claire sur son devenir, notamment son classement en boulevard urbain. Et que l’Autorité de l’Environnement demandait,  dans son avis, aprés l’étude d’impact de retravailler sur son projet.

    Le maire de Vanves, à la suite d’une question orale au conseil municipal fin 2019, indiquait vouloir « défendre une vision et des solutions globales pour la mise en valeur de cet espace qui est aujourd’hui renforcé par l’évolution de deux pôles majeurs situés à proximité de la zone considérée…. Il y a un lien fort à créer entre le pôle Malakoffiot et le pôle vanvéen/parisien  étendu jusqu’à Issy-les-Moulineaux en travaillant aussi de façon qualitative l’axe Est-Ouest (Rondpoint des Insurgés de Varsovie  jusqu’à l’entrée sur la ZAC Porte de Malakoff par le Boulevard Adolphe Pinard). Toute la rue Louis Vicat jusqu’au Carrefour Brancion/Bleuzen./Pinard serait l’espace d’interface permettant la jonction entre les deux pôles d’activités.  La réflexion sur la mise en valeur de cet axe Est-Ouest devrait aussi permettre de relancer la discussion sur l’extension de la couverture du périphérique, ou a minima un aménagement en surplomb, dont l’ambitieux projet s’est arrêté il y plus de 10 ans à la jonction Vanves/Malakoff/Paris. Le développement maitrisé de ce secteur Plaine-Brancion-Vicat-Porte de Malakoff doit aussi intégrer un travail qualitatif sur les espaces publics donnant la priorité au développement des continuités écologiques et paysagères, au renforcement des liaisons entre Paris-Vanves-Malakoff, à la création d’espaces végétalisés, à des aménagements favorables d’abord aux modes de déplacements doux et/ou favorisant l’accès aux transports en commun»

    Depuis, il a intégré du côté du futur pôle hôtelier, un projet de tour hôtelière, très contesté, dont le chantier a commencé face à l’hôtel Mercure, et le projet Woodeum aurait été quasiment abandonné  sauf la résidence étudiante revue à la baisse à l’entrée de ville posant la question du devenir des aires de sports et du fun Park, couplé avec le projet Mosaic de réhabilitation de l’immeuble de bureau Orange. Enfin, à l’occasion de son travail de réflexion sur le devenir du périph, la ville de Paris vient de relancer son idée de recréer des entrées de ville, des lieux de destination avec des aménités urbaines, et casser l’effet de frontière du Boulevard Périphérique qui sépare encore Paris de ses voisines qui date de Bertrand Delanoë, en citant plusieurs portes dont Brancion.. «Ces transformations s’inscrivent dans l’ambition métropolitaine de remettre de la nature en ville partout où cela est possible et d’embellir les quartiers à travers la plantation d’arbres. Près de 20 000 arbres ont déjà été plantés entre novembre 2020 et mars 2022 avec un objectif d’environ 50 000 arbres plantés sur le boulevard périphérique d’ici 2024. La végétalisation des talus et voies latérales sera aussi accélérée et intensifiée afin de réduire la pollution sonore comme atmosphérique» indique la ville de Paris

  • AGIR SUR LE PLATEAU DE VANVES N’EN CONTINUE PAS MOINS SON ACTION MALGRE UNE CERTAINE FEBRILITE ELECTORALE

    Malgré les polémiques suscitées par son flyer d’invitation à son assemblée générale du 10 Mai dernier à l’école Max Fourestier, et démultiplié par une lettre ouverte du Maire sur papier glacé, et non écologique, l’association Agir sur le Plateau n’en continue pas moins son action en restant sereine et Zen, ses responsables mettant cela  sur le compte d’une certaine fébrilité politique provoqué par cette période électorale

    Elle n’en continue pas moins son action au jour le jour et ayant fait mardi soir, le point sur ses actions devant plus d’une cinquantaine de membres sur les 250 qu’elle compte, avec quelques curieux venus grâce justement à ce flyer. «On représente des soucis et des inquiétudes qu’on essaie d’apporter à la mairie et à GPSO » explique Pierre Bousseau son président qui a passé en revue, avec son bureau, les sujets d’actualité, après avoir constaté que depuis sa création, elle avait obtenue des résultats mis en place par la mairie et GPSO : le kiosque, la librairie le Cheval Vapeur, la station de bus 95 sous le pont SNCF...

    -La révision du PLU de Vanves provoqué par le projet d’hôtel rue du Moulin par Viparis sur un terrain dans le périmétre du parc des expositions où les travaux ont commencé : «Lors de l’enquête publique, on est intervenu avec le collectif du 4 Septembre pour faire part de nos observations. Des avis défavorables ont été émis par ls habitants notamment sur sa hauteur de 33m. 12 alertes ont été faites par la commissaire enquêteur notamment sur la préservation des arbres, la consolidation du terrain, à cause de carrières » a indiqué son président. «On peut s’étonner du choix de cet hôtel, sorte d’auberge de jeunesse, par Viparis et la ville avec la chambre à 40 € » selon une habitante. « On a des doutes sur la qualité du bâtiment qui sera inhabitable dans 5 ans» ajoute un autre participant. «Ce n’est pas l’hôtel qui nous a été présenté lors du comité des riverains » soulignait Claudine Charfe.  En tous les cas, une chose est sûre, à Issy les Moulineaux, André Santini a pris en compte les observations des riverains en abaissant la hauteur de 40 à 25 m du futur hôtel Marriott, et à Vanves, Bernard Gauducheau n’a rien pris en compte des avis émis par ses futurs riverains en imposant ce projet «d’un hôtel du pauvre» géré par la chaîne Oklo

    - La Signalétique : Le président Bousseau a rappelé que l’association avait remis en janvier 2021 à la mairie et à GPSO montrant que les livreurs avaient du mal à trouver leurs clients, d’autant plus qu’avec la crise sanitaire, l’e-commerce s’est développé avec la multiplication de livraison, qui a commencé à avoir un début de concrétisation à l’automne dernier. Mais ce n’est tout à fait réglé comme le remarquait un riverain de la rue Auguste Compte qui constatait toujours un manque de plaques de rues.

    - Le projet Mozaïc : » le désiamantage et l’apurement des immeubles où étaient installés l’aDEME et Orange en autres, sont sur le point d’être terminé, avec l’enlévement des faiences sur les façades. Il est prévu maintenant de faire sauter les petites fenêtres pour les remplacer par de grandes baies vitrées, ce qui va générer du bruit (jusqu’en Juin) et de détruire le bâtiment qui accueillait le self service prés du carrefour du 19 Mars » ont indiqué les dirigeants de l’association qui sont satisfait de cette opération qui réhabilite des immeubles avec 22 600 m2 de bureaux, des commerces en rez-de-chaussée. Il n’en reste pas moins qu’ils s’interrogent sur le devenir du fun Park et des terrains de jeux, vu le manque de terrains dans ce secteur de la porte Brancion, avec la réalisation de la résidence étudiante de Woodeum, seule réalisation qui ait survécu du projet «Imaginons la Métropole du Grand Paris», malgré les assurances de la mairie de Vanves

    - Relais Postal : c’est le « serpent de mer » qui fâche sur le Plateau, car aux yeux des habitants, aucun relais postal n’a remplacé l’ancienne annexe de la poste  qui devrait accueillir une mini-créche privée. Le relais postal installé dans le Franprix de l’avenue de Verdun est complétement excentrée du Plateau. Autant aller place de l’insurrection à 250 m de là, ce qui impossible pour des personnes âgées ayant quelques problèmes de motricités  d’autant plus qu’il n’y a plus de navette municipale, remplacé par un nouvau dispositif « Vanves Express » qui parait bien disuassif pour certains d’entre eux

  • REUNION PUBLIQUE SUR LES PROJETS WOODEUM (REVISITE) PORTE BRANCION ET LE PLATEAU

    «Cette réunion publique n’est pas spécialement apprécié par tous. Mais nous sommes toujours en crise sanitaire. Certains personnes ne se rendent pas aux réunions publiques (en présentiel) à cause de cela. J’ai toujours échangé en vidéo » a d’emblée déclaré Bernard Gauducheau pour justifier cette réunion via le web concernant les projets Woodeum à Vanves. «Ce qui est important, est le contexte qui concerne l’aménagement du Plateau, et notamment ces immeubles de bureau entre les rues Auguste Comte et Louis Vicat qui datent des années 70 et ont besoin d’être rénové poyr rendre ces voies publiques attractives. L’appel à projet «Inventons la Métropole» de la MGP nous a permis d’élargir ce périmétre de réflexion avec la ville de Paris sur la porte Brançion» a expliqué le maire en présentant ces jeunes entrepreneurs  «qui sont venus le voir avant d’acquérir ces immeubles de bureaux, pour présenter ce projet qui permet de valoriser ce quartier, qui a fait l’objet d’études, tant ces bureaux que cette porte entre Paris et Vanves» a-t-il ajouté en laissant Richard Drakes, son directeur de cabinet, d’animer la réunion en prenant le soin de poser tous les questions posées par une partie de la soixantaine de vanvéens présent sur le web.

    Deux projets ont ainsi, été présentés :

    Tout d’abord MOSAÏC concernant ces trois bâtiments de bureaux (26 000 m2) avec 180 m de façades entre les rues Louis Vicat et Auguste Comte  qui devraient être rénovés et étendues à 29 000 m2 dont 500 m2 à destination de commerces pour un coût de 180 M€ avec comme maître d’ouvrage Mata Capital, et architecte Philippe Chlambarreta. «Nous avons l’habitude de travailler sur de tels projets » expliquait Philippe Mageot. «On veut valoriser l’existant, en réintroduisant un lien inexistant entre ces immeubles de bureaux et son quartier, pallier à l’absence de lieux de vie, développée la végétalisation. Ce projet va libéré des espaces publics, en créant desespaces communs, avec démolition du bâtiment de restauration collective, déplacé au dernier étage avec terrasse, des commerces et services au rez-de-chaussée, rue Auguste Comte, des accés plus vastes côté rue Louis Vicat» a-t-il présenté illustré d’un power point avec plusieurs photos. Il prévoit des bureaux plus lumineux, des balcons végétalisés, une protection thermique extérieure, une façade qui reflétera la lumière sur la rue piétonne…  

    Ensuite la résidente étudiante prévue l’angle des rues Jean Bleuzen et Louis Vicat dans le cadre de l’appel à, projet «Inventons la Métropole du Grand Paris » remporté par Woodeum pour réaménager cette porte Brancion, avec cette résidence sur Vanves, mais aussi deux autres bâtiments, coté paris, au dessus du Périph : un fioer pour jeunes, et un espace sportif dont pourraient profiter les jeunes vanvéens, avec création de circulations douces, un parvis végétalisée, une sécurisation des passages piétons. «On a recrée un bâtiment arrondi (sur la photo) en réduisant son emprise avec 60 logements étudiants au lieu de 100, pour mieux végétaliser ce secteur, en plantant 30 arbres » a expliqué Cyrille Le Bichon, architecte, «avec un grand accès au rez-de-chaussée, de larges fenêtres, une toiture végétalisée, un commerce pour animer la petite place devant ». Ce bâtiment sera en structure bois massif et bénéficiera d’une conception bas carbone   

    Enfin, de nombreuses questions ont été posées sur ses deux projets qui devraient livrée fin 2024, avec un débit des travaux fin 2022 : Sur les nuisances sonores du chantier des bureaux  - « On va mettre des bâches acoustiques avec un approvisionnement côté louis Vicat » avec mise en place d’un systéme d’infos et d’une sentinelle comme c’est la cas maintenant pour tout chantier – sur la création de bureaux en pleine crise sanitaire – «On est dans un secteur dynamique bureaux, proches du Périph, ce qui intéressent beaucoup les entreprises, d’autant plus que Vanves en a besoin pour générer des services et de l’activité » - sur les installations sportives actuelles rue Louis Vicat : «Il n’esr pas question de les enlever ; On travaille à la redéfinition du Fun Park, et une relocalisation dans le quartier ,d ’espaces plus modernisés »