Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

navette municipale

  • RUE MARCHERON A VANVES : PROBLEMES D’ALIGNEMENT, DE CIRCULATION, DE NUISANCES

    Il a été beaucoup questions de rue, de circulation, de vélo, de piétion,  de trottoir, d’alignement durant cette troisième réunion publique de quartier consacré au Centre ancien-Saint Remy lundi soir, mais surtout à ce secteur autour de la rue Marcheron entre la place de l’Insurrection et le commissariat où les travaux de construction d’un immeuble à la place du garage devraient commencer, alors que les premiers habitants de la résidence NIWA commence à s’installer côté rue Aristide Briand qui sera requalifié par GPSO entre les rues René Coche et Diderot.

    La présentation de la ligne de bus 59 entre la gare de Clamart et la porte de Clichy qui passera par Larmeroux-Raymond Marcheron a ouvert les échanges. «Mais la circulation rue R .Marcheron va être épouvantable» remarquait un participant. «On travaille à encourager à utiliser moins les véhicules, plus les transports en commun, les vélos, l’autopartage…avec des projets comme le Grand Paris Express, cette nouvelle ligne de métro» indiquait Bernard Gauducheau  « Et la navette ?» s’interrogeait un  autre participant : «Elle coûte chére et ne rapporte rien. On  réfléchit à un transport à la demande» indique t-il. «Et le plan vélo ? alors que la pratique s’étend !» demande un troisiéme : « On a pris des initiatives. Un groupe de travail a été constitué. Des propositions ont été faîtes : piste cyclable sécurisé, parking à vélo, mais aussi local à vélo dans les immeubles, obligatoire, et c’est inscrit dans le PLU,  pour les nouvelles constructions, avec des bornes électriques pour les VAE (vélo à assistance électrique) » a-t-il indiqué. Un quatriéme se plaint d’une difficile cohabitation entre piétons et cyclistes qui roulent sur les trottoirs : «On essaie de résoudre ces  problèmes, de protéger les piétons, en développant une reconquête de l’espace public où il n’y a plus de cabines téléphoniques, de panneaux d’affichage. Il faut travailler sur le civisme et les bonnes pratiques entre les deux roues »

    C’est à ce moment que des riverains du projet de construction d’un immeuble par Boyugues Immobilier à l’emplacement de deux pavillons ont posé la question de son alignement sur les autres habitations, afin d’améliorer la circulation des piétons sur ce trottoir étroit. «Cette voie appartient au département. J’ai donné un avis pour améliorer ces conditions de passage des piétons » a-t-il indiqué en précisant que la ville ne s’est pas opposé au déclassement d’une partie du terrain (qui permet cet alignement) en laissant entendre  que tout défend du département. «Si on peut trouver une solution pour améliorer la circulation des piétons, je le ferai. Et si cette voie départementale était rétrocédée à la commune je la requalifierai. Mais j’ai un désaccord avec le département sur ce point par rapport aux coûts des travaux !». Un riverain insiste tout de même : « Pourquoi n’y a-t-il pas alignement ? » - « Je vais regarder cela de très prés ! ». Un autrre riverain s’inquiéte du projet de supérette bio au rez-de-chaissée avec ses poubelles, son aire de livraison : «Le projet envisagé par Intermarché ne se fera pas. On s’oriente vers une activité qui ne générera pas les mêmes nuisances ». Du coup les échanges se sont orientés vers les nuisances de l’activité d’Intermarché avec ces camions de livraisons qui arrivent dés 5H30 du matin, et ses cartons et cageots sur les trottoirs.

  • REUNIONS PUBLIQUES QUARTIER DE VANVES : LA NOUVELE LIGNE DE BUS 59 N’ENTRAINERA T-ELLE PAS LA SUPPRESSION DE LA NAVETTE ?

    Lors des deux réunions publiques de quartier du Plateau (19 Novembre), et des Hauts de Vanves (29 Novelbre), comme bientôt à celle du 10 Décembre pour le Centre Ancien-Saint Remy, il a été question de la future ligne de bus 59 de la RATP. Il s’agit de l’une des 4 nouvelles lignes mise en place suite à la concertation pour la refonte du réseau de bus parisien «Grand Paris des Bus».

    Cette ligne, qui sera mise en circulation en 2019  et non fin 2018 Comme prévue initialement, permettra de relier non pas l’Hôpital Percy de Clamart comme prévue au départ, mais la gare de Clamart à la Place d’Italie, en desservant notamment sur Vanves depuis la Gare de Clamart plusieurs arrêts à Vanves : Av de la Paix, Stade, Rue de Chatillon, Commissariat,/Diderot, Place de l’Insurecton, Maine Anjou./Métro, Porte Brançion sur cet axe Général de Gaulle-Ave de la Paix, Larmeroux, Rymond Marcheron, Jean Bleuzen. Il filera ensuite vers la Porte de Vanves, les places de Catalogne et Denfert-Rochereau en passant par le 14éme arrondissement pour aller jusqu’à porte d’Iralie dans le 13éme.


    C’est une petite révolution car le réseau de bus francilien, qui n’avait pas été modifié depuis 70 ans, s’enrichit de nouvelles offres, avec notamment cette ligne qui répond à une demande faite depuis longtemps à Vanves d’avoir un bus qui relie le Clos Montholon au centre ville et surtout au métro, comme l’a expliqué le maire de Vanves lors de ses réunions. «Au fil du temps, on analysera les comportements pour évoluer» a indiqué Bernard Gauducheau qui a fait état de débats dans le
    14éme arrondissement sur une boucle considérée comme inutile arrondissement, tout en reconnaissant que les bus représentent une alternative à la voiture individuelle et constituent, plus encore que le métro, un mode de transport en commun accessible, notamment pour les personnes à mobilité réduite. En outre, les lignes seront progressivement équipées des bus électriques et hybrides de la RATP. En conséquence, le matériel roulant n’émettra à terme ni pollution, ni nuisances sonores.

    D’ailleurs, Vanves, en ce domaine est gâtée avec cinq lignes de bus pour rejoindre Paris, Saint-Cloud, Clamart ou Bagneux, avec les lignes 58, 89,126, 189, 391 et en 2019 une siziéme : La 59. Seule inquiétude exprimée par des vanvéens : Est-ce qu’elle n’entrainera la disparition de la Navette ? D’autant plus que sa fréquentation est en baisse tout simplement parce qu’elle est devenue payante alors qu’à sa création, elle était gratuite

  • VANVES/GPSO DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    Après le Conseil municipal du 14 Février, les élus représentant Vanves à GPSO ont siége le lendemain au Conseil territorial à la mairie de Boulogne qui a été très court, 1H30 de débat notamment consacrés aux orientations budgetaires, au rapport annuel sur le développement durable, sur la création d’une conférence intercommunale du logement (CIL)

    NAVETTE DE VANVES

    Le rapport annuel de GPSO sur sa situation en matière de développement durable est une source de renseignements. Ainsi l’entrée en vigueur de la tarification du réseau francilien de transport  décidée par GPSO en concertation avec la ville de Vanves, «permet de financer une partie du service et constitue pour les vanvéens, la garantie de conserver une offre transports adaptée et performante» indique ce rapport en précisant que la vente de tickets et les différents abonnements couvrent 12% des charges liées à l’exploitation de la navette, laissant un reste à financer de 88% pour GPSO, sachant que son coût annuel était de 247 831 € en 2016.  En 2016, la fréquentation a diminué de 12,37% par rapport à 2015. Elle atteint 170 voyages en jour de semaine et 76 le samedi maton. Elle a réalisé 4 236 courses en 2016 et a accueilli 48 152 voyageurs. Preuve de son utilité, la mairie n’ayant aucune raison de la supprimer puisque cela ne lui coûte rien ( ?) 

    AUTOLIB

    Le succés d’autolib s’est confirmé à l’échelle métropolitaine ainsi que sur le territoire de GPSO même la fréquentation deses 61 stations s’est stabilisée 2017 à GPSO qui compte 9 674 abonnés (dont 6490 annuels), soit +8% par rapport à 2016. Le nombre de prises a atteint 290 035 sur GPSO dont 23 756 à Vanves sont 8% sur GPSO se classant en 4éme position sur les 7 communes 

    PROPRETE

    Si la Ville de Paris a décidé d’être plus répréssive en matière de propreté, c’est déjà le cas à GPSO notamment pour lutter contre les dépôts sauvages. 24 agents ont été assermentés et sont en mesure de verbaliser les auteurs d’infraction, dans la mesure où l’enlévement et le traitement des déchets abandonnés sur la voie publique représentent un coût de 4 M€ par an pour la collectivité, soit 30€ par foyer fiscal. 318 personnes ont été verbalisées en 2017. D’ailleurs une campagne de sensibilisation à la propreté avait été lancée en Mars 2017, avec des affiches déclinées en 3 thèmes, rappelant également les amendes  encourues pour dépôts sauvages (450 €) , déjections canines (68 €) et mégots laissés sur la voie publique (68 €).    

    CONFERENCE INTERCOMMUNALE DU LOGEMENT

    GPSO a créé une conférence intercommunale du logement (CIL) qui doit définir de manière concertée avec les communes et les partenaires, les orientations de la politique d’attribution et de mutations sur le patrimoine locatif social (29 915 Logements sociaux sur GPSO ? soit 20,18% des résidences principales). Sachant que la loi Egalité et Citoyenneté a édictée trois nouvelles obligations en matière d’attribution de logements dont la principale prévoit 25% des attributions annuelles de logements aux ménages DALO, les deux autres visant au rééquilibrage territorial de l’occupation social du parc HLM. GPSO comptait 16 451 demandeurs de logement social dont 1113 ménages prioritaires, 543 au titre du DALO, 579 au titre du PDALPD