Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

navette municipale

  • VANVES ET LES MUNICIPALES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE : DERNIERES REUNIONS ET DECLARATIONS AVANT LE 1ER TOUR

    Aujourd’hui, c’est vraiment la dernière ligne droite avant le 1er tour, la plupart des listes ont tenu leurs dernières réunions publiques Mercredi et Jeudi soir, pour mobiliser leurs supporters, mais aussi les vanvéens à un moment particulier où cette épidémie de Coronavirus fait craindre une forte abstention. Aujourd’hui, les candidats tractent, font du porte à porte. Demain, ce ne sera plus possible, mais rien ne les empêchera de déambuler dans les rues de Vanves, les uns avec leur anorak blanc, les autres avec leurs écharpes bleu, ou leurs vélos.   

    SOLIDARITES : A l'occasion des municipales 5 associations à Vanves (Secours Catholique, Asti, CCFD, SNL92, ATD quard Monde)  se sont mobilisées dans le cadre du Collectif Citoyens Fratenels 92 qui regroupe 20 associations de solidarité dans le département). Elles ont adressé une Lettre Ouverte à tous les candidats pour ces municipales à Vanves, pour les interpeller sur leur programme et leur demander, concrêtement, leur position concernant certaines situations regrettables à Vanves, sur différents aspects de la lutte contre la pauvreté, l'exclusion, le manque de logements sociaux, l'accès aux Droits des populations en grande difficulté, et notamment les migrants. Le collectif vanvéen à reçu 3 réponses des têtes des listes Vivre Vanves(LREM), VavesDemain (EELV) et Pour Vanves l’Humain d’abord (FG/PC), mais pas de la liste Vanves d’Abord (UDI/LR) dont la tête de liste est maire  depuis 19 ans. Peut être à cause de questions embarrassantes ? s’interrogent les responsables de ces associations.

    ILLEGALITE : Face aux explications emberlifiquotés d’une adjointe au Maire sur twiter, concernant la parution du dernier V.I. où le maire sortant présente quelques uns de ses projets, Guy Janvier ex-maire PS de Vanves (1995-2020) a apporté cette précision : « Je ne comprends pas que le maire sortant utilise des moyens illégaux pour tenter de se faire réélire. Le dernier Vanves Info, distribué dans toutes les boites aux lettres, contient un éditorial signé du maire qui présente les projets de la ville dans les 4 prochaines années. Il est en contradiction avec l’article L.52 du code électoral  qui indique :« Pendant les six mois précédant le premier jour du mois d'une élection et jusqu'à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, l'utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite. ». C’est le juge du contentieux électoral qui décidera de la suite à donner à cette infraction.

    RETOUR VERS LE FUTUR : La lecture des programmes des quatre listes est étonnante. Au moins deux listes proposent de revenir à certaines pratiques qui ont connu un certain succès dans le passé, mais en l’adaptant au XXIe siécle : La re-municipalisation de la cuisine centrale qui serait intercommunale comme à Malakoff/Bagneux, le retour de la gratuité pour la navette municipale  propose la liste pour l’Humain, Vanves d’abord. Les écologistes (Vanves Demain) remettraient à l’étude la réactivation d’un bibliobus qui circulait à Vanves dans les années 70/80. Les marcheurs proposent de renouer avec les cycles de conférences mensuelles ouvertes aux vanvens (dans la salle Henri Darien) avec de grands intellectuels, philosophes, femmes et hommes d’Etat comme l’avait fait Didier Morin, maire entre 1990 et 1995. Vanves en Tête (UDI/LR) propose de rénover la glacière du parc Frédéric Pic  datant du XVIIe siécle, qui est un véritable serpent de mer à Vanves comme l’ouverture du parc Michelet au public, puisque l’un des colistiers du maire sortant défend ce projet depuis les années 80 avec l’association l’Avenir de Vanves dans les années 80.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    SUPPRESSION DE CLASSES

    Des parents d’éléves ont manifesté vendredi matin devant l’école Larmeroux pour protester contre la fermeture de la 7éme classe. Selon la FCPE qui a mobilisé ses parents, des fermetures de classes sont préus au Parc et à Fourestier à la Rentrée 2019. Mais la situatuon n'est pas figée puisqu’elle pourrait évoluer selon l’évolution des effectifs  durant l’été, et amener les autorités académiques à revenir sur leur décision.    

    FETE DE LA MUSIQUE

    Ambiance country music au café de l’Avenir pour la fête de la musique sur le plateau de Vanves qui s’est prolongée tard alors que les concerts se déroulaient plutôt au Centre Ancien-Saint Remy où la place de la République était noir de monde, avec des prestations musicales  un peu plus hard entrecoupé par les petits  Chanteurs du Val de Seine à l’heure de l’apéritif. Ce qui explique peu être une soirée écourtée, cloturée avant minuit, parce que l’ambiance n‘était pas à danser, ce que regrettent certains vanvéens. 

    BUREAU DE POSTE

    Alors que le bureau de poste du PLateau est définitivement fermé, remplacé par un relais Poste à partir de Septembre à Carrefour Market, il pourrait ré-ouvrir exceptionnellement cet été durant quinze jours. Afin de permettre des travaux de remodernisation du bureau de poste de la place de l’Insurrection

    NAVETTE MUNICIPALE

    Lors de la réunion publique du quartier des Hauts de Vanves à Larmeroux le 19 Juin, le maire de Vanves  a indiqué que la navette municipale devrait continuer son service un certain temps. Des comptages devraient être réalisés, car certains vanvéens l’utilisent quand même. Son idée est de développer un service à la personne, c’est à dire à la demande vu que la Ville de Vanves est très bien desservie en transports en commun, surtout depuis l’arrivée du bus 59 

  • RUE MARCHERON A VANVES : PROBLEMES D’ALIGNEMENT, DE CIRCULATION, DE NUISANCES

    Il a été beaucoup questions de rue, de circulation, de vélo, de piétion,  de trottoir, d’alignement durant cette troisième réunion publique de quartier consacré au Centre ancien-Saint Remy lundi soir, mais surtout à ce secteur autour de la rue Marcheron entre la place de l’Insurrection et le commissariat où les travaux de construction d’un immeuble à la place du garage devraient commencer, alors que les premiers habitants de la résidence NIWA commence à s’installer côté rue Aristide Briand qui sera requalifié par GPSO entre les rues René Coche et Diderot.

    La présentation de la ligne de bus 59 entre la gare de Clamart et la porte de Clichy qui passera par Larmeroux-Raymond Marcheron a ouvert les échanges. «Mais la circulation rue R .Marcheron va être épouvantable» remarquait un participant. «On travaille à encourager à utiliser moins les véhicules, plus les transports en commun, les vélos, l’autopartage…avec des projets comme le Grand Paris Express, cette nouvelle ligne de métro» indiquait Bernard Gauducheau  « Et la navette ?» s’interrogeait un  autre participant : «Elle coûte chére et ne rapporte rien. On  réfléchit à un transport à la demande» indique t-il. «Et le plan vélo ? alors que la pratique s’étend !» demande un troisiéme : « On a pris des initiatives. Un groupe de travail a été constitué. Des propositions ont été faîtes : piste cyclable sécurisé, parking à vélo, mais aussi local à vélo dans les immeubles, obligatoire, et c’est inscrit dans le PLU,  pour les nouvelles constructions, avec des bornes électriques pour les VAE (vélo à assistance électrique) » a-t-il indiqué. Un quatriéme se plaint d’une difficile cohabitation entre piétons et cyclistes qui roulent sur les trottoirs : «On essaie de résoudre ces  problèmes, de protéger les piétons, en développant une reconquête de l’espace public où il n’y a plus de cabines téléphoniques, de panneaux d’affichage. Il faut travailler sur le civisme et les bonnes pratiques entre les deux roues »

    C’est à ce moment que des riverains du projet de construction d’un immeuble par Boyugues Immobilier à l’emplacement de deux pavillons ont posé la question de son alignement sur les autres habitations, afin d’améliorer la circulation des piétons sur ce trottoir étroit. «Cette voie appartient au département. J’ai donné un avis pour améliorer ces conditions de passage des piétons » a-t-il indiqué en précisant que la ville ne s’est pas opposé au déclassement d’une partie du terrain (qui permet cet alignement) en laissant entendre  que tout défend du département. «Si on peut trouver une solution pour améliorer la circulation des piétons, je le ferai. Et si cette voie départementale était rétrocédée à la commune je la requalifierai. Mais j’ai un désaccord avec le département sur ce point par rapport aux coûts des travaux !». Un riverain insiste tout de même : « Pourquoi n’y a-t-il pas alignement ? » - « Je vais regarder cela de très prés ! ». Un autrre riverain s’inquiéte du projet de supérette bio au rez-de-chaissée avec ses poubelles, son aire de livraison : «Le projet envisagé par Intermarché ne se fera pas. On s’oriente vers une activité qui ne générera pas les mêmes nuisances ». Du coup les échanges se sont orientés vers les nuisances de l’activité d’Intermarché avec ces camions de livraisons qui arrivent dés 5H30 du matin, et ses cartons et cageots sur les trottoirs.