Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

navette municipale

  • LES MAUVAISES SURPRISES DU NOUVEL AN A VANVES

    Il n’y a plus de Navette municipale depuis le 1er Janvier, sa suppression ayant été décidé par la municipalité conduite, 40 ans après son inauguration le 25 Janvier 1982 par Gérard Orillard. Malgré une pétition lancée par un couple de 75 ans qui avait invité le maire et son adjointe à la Solidarité à venir découvrir les difficultés pour des seniors âgés de monter la rude pente de la rue Gabriel d’Estrée. Beaucoup de vanvéens considèrent que la solution de remplacement – Vanves Express, à la demande, est  mal adaptée pour la population concernée et complexe : Les bénéficiaires doivent s’inscrire en ligne ou par téléphone via le «Pôle Vanves Express» pour obtenir une carte spécifique à ce service de transport à la demande dont le trajet est payant (1,50 à 3 euros, selon que la course ait lieu à Vanves ou vers une commune limitrophe).

    Un relais de poste fort utile pour le quartier des Hauts de Vanves, rue de Chatillon, Chez Rachid (sur la photo) aurait été supprimé. Si c’est le cas, il avait été l’un des premiers à ouvrir un tel service, fort utile pour les seniors du quartier. Mais découragé par des clients mécontents et agressifs du service des colis, il a préféré jeter l’éponge. Le carrefour Market nouvellement installé rue Raymond Marcheron aurait accepté d’accueillir un relais poste. Ce qui serait étonnant alors que le Carrefour Market du Plateau a refusé, peu entrain à accueillir des services non directement en rapport avec son activité commerciale habituelle.

  • LA NAVETTE DE VANVES REMPLACE PAR VANVES EXPRESS UNIQUEMENT POUR DES CONDIDERATIONS FINANCIERES

    Pas moins 8 questions orales ont été posées par LREM (3),  la Majorité municipale  LR/UDI (3) et EELV(2) lors du conseil municipal de mardi dernier, puisque c’est la seule façon d’être informé pour les groupes de l’opposition comme l’a fait remarquer Pierre Toulouse (EELV). La plus attendue concernait la suppression de la navette municipale posée par Séverine Edou (LERM) auquel Sandrine Bourg (LR) maire adjoint a apporté une réponse

    « Lors du dernier Conseil Municipal, suite à une question orale de votre majorité municipale, vous nous informiez de la suppression de la navette municipale au 31/12/2021 en ces termes : « S'agissant de la navette, il est vrai qu'elle ne fonctionne pas de manière satisfaisante. Peu d'usagers l’empruntent. La mise en place de la ligne 59 a accentué la baisse de la fréquentation du service. Celui-ci n'est plus efficient. Au moment du lancement du marché, GPSO nous a sollicités sur le renouvellement du contrat de la navette qui arrivait à son terme. Son fonctionnement prendra fin au 31/12/2021 ». Pourtant le service proposé par la Navette de Vanves permet d’étoffer l’offre de transport intra communal au regard de la typologie géographique de notre ville pour faciliter la mobilité et les déplacements de certains publics utilisateurs notamment les personnes âgées, les personnes malades ou en situation d’handicap ou  encore les  jeunes parents. Sa tarification sur la base de la tarification RATP (Navigo, Imagine R, Améthyste, Ticket) permet de recevoir une subvention d’IDF Mobilités pour la financer.  De plus, la navette étant 100% électrique, elle contribue à l’action de notre collectivité pour l’environnement» a déclaré Séverine Edou

    «La mise en place de « Vanves Express », service de transport à la demande destiné aux séniors avec une tarification selon les ressources, ne peut justifier l’arrêt de la navette. Ce service personnalisé ne peut être que complémentaire à l’offre de transport existante. D’ailleurs il ne relève pas du champ de compétence de GPSO par délégation d’IDF mobilités mais bien de celui du CCAS de Vanves. Si nous pouvons entendre certains de vos arguments, nous déplorons qu’il n’y ait eu, encore une fois, aucune concertation préalable avec les élus, les conseils de quartier, aucune consultation auprès des Vanvéens, ce qui aurait eu pour effet de trouver une solution plus adaptée. D’ailleurs, une pétition de plus de 800 signatures contre cette suppression, vous a été adressée. De ce fait, ce projet d’arrêt de la navette est-il définitif ou seriez-vous prêt à en revoir sa définition et ses objectifs en concertation avec vos administrés ?  Si votre décision d’arrêt de la navette était définitive, pouvez-vous nous apporter les éléments factuels et argumentés (étude d’impact, fréquentation sur les trois dernières années,…) qui ont motivé votre choix ? » a demandé Séverine Edou

    «Depuis environ deux ans, la Commune a engagé avec l’EPT GPSO un travail de diagnostic sur l’offre locale de transport afin de mieux adapter le service rendu à la demande du public qui ne trouvait pas de solutions répondant à leurs attentes en matière de transport. Il est très vite apparu que si l’offre sur Vanves est abondante et s’est largement développée ces dernières années avec l’ouverture de la ligne 59, il subsistait plusieurs déséquilibres qu’il devenait urgent de corriger. L’objectif a été d’adapter plus efficacement le service public à de nouvelles demandes, à de nouveaux publics et utiliser de façon plus efficiente l’argent public. Dans le cas de la Navette, j’ai bien noté que la qualité majeure dont vous faites état pour ce service serait d’étoffer l’offre de transport déjà existante. Comme je le soulignais, celle-ci fait déjà partie des plus importantes pour une Commune de petite couronne : 5 lignes de bus RATP dont deux au départ de Vanves permettent de desservir directement le centre de la capitale et les points d’attraction les plus divers dans les domaines culturel, commercial, hospitalier, récréatif. Ces 5 lignes desservent aussi directement la totalité des Communes proches de Vanves ainsi que de nombreux lieux d’activité. Chacune de ces lignes permet par ailleurs des interconnections faciles avec l’ensemble du réseau francilien RATP ou SNCF. Aucun point de Vanves n’est à l’écart de ce réseau dont l’accès est particulièrement aisé quel que soit le quartier » a répondu Sandrine Bourg, maire adjointe.

    «La nécessité d’étoffer cette offre avec la Navette aurait pu se comprendre et justifier d’y consacrer de l’argent public s’il avait existé une réelle demande et si malgré tous les efforts consentis depuis 20 ans, il était resté à Vanves des secteurs à l’écart, isolés de l’offre globale. Compte tenu de la faible superficie de notre Commune et de la densité actuelle du réseau, votre affirmation est en total décalage avec la réalité et avec les besoins des vanvéens. Les chiffres le démontrent parfaitement. Ainsi en 2016 la fréquentation de la Navette était de 70 670 voyages par an. Depuis 5 ans, la chute de fréquentation est constante : 29 949 voyages en 2018, 9 666 voyages en 2019, 3 952 voyages en 2020. Une fréquentation divisée par 17 entre 2016 et 2020 ; même si l’on exclut l’année 2020 des statistiques du fait de l’effet COVID, les chiffres restent éloquents : - 86 % de fréquentation entre 2016 et 2019. Bien évidemment si les chiffres de fréquentation sont en chute libre, le coût moyen d’un voyage atteint des sommets puisque le coût global du service reste constant (aux alentours de 200 K€ annuel). Ainsi le coût de revient pour la collectivité d’un voyage en Navette est passé de 792 000 en 2018 à 4,972 000 en 2020 » a -t-elle poursuivi en ajoutant : «Fallait-il donc s’entêter ? »

    « Nous avons préféré adapter le service public pour répondre à une demande que la Navette ne remplissait pas et affecter l’argent public pour répondre correctement à un vrai besoin : celui d’un transport à la demande nécessaire notamment à un public que vous avez-vous-mêmes cité : personnes âgées, handicapés, personnes malades. Le nouveau service de transport individuel à la demande « Vanves Express » offre la possibilité de desservir des localisations précises et accroit le champ de mobilité jusqu’à un rayon de 3 kilomètres depuis le centre de Vanves ce qui inclut toutes les Communes voisines (Issy-les-Moulineaux, Paris, Malakoff, Clamart et même une partie de Montrouge et Chatillon). L’ex Navette ne permettait pas toutes ces possibilités. D’ailleurs, les chiffres de fréquentation de Vanves Express sont en hausse constante depuis sa mise en service.. Une façon concrète de démontrer que notre choix était non seulement avisé s’agissant de la réponse au besoin et aussi sage s’agissant de l’impact pour le contribuable»

  • LA NAVETTE DE VANVES TOUJOURS SUR LA SELLETTE

    Comme l’expliquent les élus de la majorité et leurs soutiens, la navette coûte trop chére, c’est pour cela qu’elle est supprimée. La décision est déjà prise…par GPSO, façon de se dédouaner, et de faire croire qu’ils ne sont pas responsables. Mais un tel service public, même s’il est déficitaire n’a-t-il pas été crée pour rendre service aux vanvéens par Gérard Orillard. Notamment à nos seniors dont certains ont du mal à se déplacer. D’autant plus qu’il a été rendu payant alors qu’il était gratuit auparavant. Ce qui est une erreur psychologique.

    Mais là, où on atteint l’absurde, c’esr que maintenant, les habitants des zones grises non desservies par les transports en commun vont devoir prendre leur voiture, s’ils ont une, pour accompagner leur enfant à proximité comme l’école Max Forestier pour un jeune couple habitant Gabriel d’Estrée. Et contribuer à la pollution de l’air dans l’agglomération parisienne alors que les autorités cherchent à privilégier l’usage des transports en commun. La métropole du Grand Paris où siége le maire de Vanves  n’a-t-elle pas créé une ZFE pour éviter cela et lutter contre les véhicules très polluants !  Des retraités âgées qui peine à monter la côte de cette rue qui comptent sur la navette pour aller au marché ou prendre le bus 58, comment vont ils faire ? Rester chez eux, passer commande sur Internet au lieu d’aller chez leurs commerçants habituels et faire vivre le commerce de proximité défendu parait il par la municipalité de Vanves.  Des exemples comme cela, Mme Brenier qui a lancé cette pétition qui atteint les mille signatures, en a des centaines

    Mais ces vanvéens qui défendent la navette municipale ne sont malheureusement pas entendus, en regrettant une nouvelle fois de plus, l’absence de concertation sur cette question sur laquelle, elle aurait pu demander leur avis aux vanvéens. Car ,ne vous y trompez pas, c’est bien une suppression, car Vanves Express sera réservée en priorité aux seniors devant se déplacer pour des raisons médicales. Pour les autres, débrouillez-vous ! Beaucoup de vanvéens devraient s’en souvenir lors des prochaines élections législatives où la maire adjoint de la solidarité de Vanves se présente et n’aurait pas levée le petit doigt pour défendre cette navette bien utile aux seniors de Vanves, s’en tenant aux éléments de langages de la majorité municipales  : «Il faut faire des économies !».

    Et à Vanves, il y en d’autres à faire plutôt que supprimer la navette. Et beaucoup de vanvéens peuvent lui donner des idées avec la suppression du festival Art Danthé réservée à une  élite non vanvéenne, la version papier du bulletin municipal remplacé par une version numérique comme c'est le cas à Meudon, par exemple, certaines dépenses de communication, le feu d’artifice et les frais de réception comme c'est le cas depuis le début de la crise sanitaire…sans compte ces indemnités versées aux maires adjoints dont ils pourraient se passer  pour certains qui n’en ont vraiment pas besoin pour vivre, vu que leurs responsabilités sont théoriquement remplies bénévolement ..  ce qui permettrait de la maintenir et la rendre gratuite.