Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

projet woodeum

  • AUX PORTES DE VANVES, AVANT LE PERIPH ET WOODEUM, C’ETAIENT LES FORTIFS !

    Les projets aux portes Brancion (Woodeum) et de Vanves (Porte de Malakoff) devraient rappeler quelques lointains souvenirs du temps où il n’y avait pas de boulevard périphérique, mais un now man land dénommé « les fortifs », occupé alors par les classes populaires de Paris et de la proche banlieue dont les chiffonniers que l’on surnommait les biffins. Leurs souvenirs est encore vivace à Saint Ouen, Montreuil et bien sûr à Vanves/Malakoff. Une zone entre Paris et ses communes de banlieue qui défrayait souvent la chronique, les services hygiéne et salubrité tant de la ville de Paris que de ses villes riveraines étaient alertés, avec ses maisons construites parfois de bric et de broc, entouré par de petits jardinets sur lequel revient le Blog en parlant tout d’abord de cette zone, source d’inspiration des chansons d’Edith Piaf comme des romans d’Emile Zola, ensuite de ces biffins qui ont autant marqué Vanves que ses blanchisseurs

    Avant le Périph, c’était les fortifs, le roi Louis Philippe et son ministre Adolphe Tiers ayant souhaité protéger Paris des éventuelles attaques d’armées étrangéres, décidérent de faire construire une enceinte fortifiée de plus de 30 km autour de Paris. Bâti entre 1841 et 1844, cet édifice recouvrait à peu prés les actuels boulevards des maréchaux. Afin de dégager la vue des défenseurs, hameaux et bois avant le mur d’enceinte, avaient été rasés et toute construction y était interdite. Ainsi un immense terrain vague de 250 m fut dégagé, dénommé « zone non aedificandi » (non constructible) – où fut aménagé le Bd Périphérique à partir des années 60 – où s’installèrent progressivement des ouvriers parisiens chassés par la spéculation immobilière et les grands travaux d’Haussmann, des paysans repoussés par l’exode rural, chiffonniers, gitants.. Ils y ont construits maisonnettes et abri de fortunes

    Comme ses fortifications se révélérent inutiles face à l’occupation de Paris par les troupes prussiennes en 1871, son rôle militaire fut abandonné et son démantélement envisagé dés 1882. Mais son peuplement continua sans discontinuer – on y dénombrait 30 000 habitants au début du XXéme siécle- alimenté par la crise du logement pendant la première guerre mondiale. Les maisonnettes faîtes de planches, carreaux de plâtres et papier goudronné alternaient de coquets pavillons, sans électricité, ni eau courante, avec des potagers, traversés par des sentiers en terre. Elle devint même un espace de détente où des parisiens venaient s’y promener, pique-niquer, profiter des guingettes. Dans l’imaginaire collectif, cette zone était devenue un espace de loisirs sans contrainte, et un no man’s land inquiétant, refuge des apaches (mauvais garçons) et des prostitués.

    Evidemment, les pouvoirs publics réagirent, avec plusieurs vagues d’expropriations, notamment avec la destruction des fortifs entre 1919 et 1929,  Paris annexant par trois décrets en 1925, 1929 et 1930 les terrains de la zone aux communes limitrophes, pour aménager des terrains de sports et autres équipements, et faisant construit à l’emplacement des fortifs, les HBM des boulevards des Maréchaux. D’ailleurs  le maire de Vanves,  F.Pic s’était inquiété des conséquences de cette urbanisation, ce qui a sûrement pesé dans sa décision de créer le parc municipal qui porte son nom. Et des chiffonniers migrèrent vers le Clos Motholon mais côté Malakoff, pour constituer un quartier dit des « chiffonniers ». En 1943, une nouvelle vague d’expulsion a suivi les études liées au projet de boulevard périphérique, quelques habitations subsistant en bordure de la zone en bordure au début des années 50, devenue un terrain vague, terrain de jeux pour les enfants de Vanves et de Malakoff… jusqu’en 1958 lorsque le premier du Périph commença à être construit entre les ports de Versailles et d’Orléans.

    A Suivre : les biffins

  • CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : DES VOTES TRES SIGNIFICATIFS

    25 délibérations étaient inscrites au conseil municipal du 29 Mars qui a été ouvert par un hommage au lieutenant colonel Beltrame avec une minute de silence, puis il a procédé à l’élection d’un onziéme maire adjoint, Sandrine Bourg (LR) sans surprise par 28 voix, avec 2 bulletins nuls et 3 bulletins blancs. Le maire de Vanves a parlé, à son propos, d’un élément actif de cette équipe municipale pendant la campagne municipal qui a pris en main le CMJ et le pôle jeunesse. « Il était naturel de te proposer à ce poste de maire adjoint vu ton engagement sur lequel il n’y a pas de doutes » a-t-il déclaré en parlant del ’intérêt général chevillé au corps. « Les dénigrements pésent peut face à cet engagement. Ce qui compte, c’est ce que nous faisons » a-t-il conclu en citant l’article 10 de la déclaration desdroitsde l’homme.

    Le Blog reviendra sur certaines des délibérations examinées lors de ce long conseil municipal qui a duré 3H30. Il est vrai qu’il a abordé des dossiers important comme le budget 2018 sur lequel LREM s’est abstenu avec EELV, le PS et le FG/PC ont voté contre, après un débat où il a été beaucoup questions d’urbanisme avec les conséquences des constructions d’immeubles neufs vers le clos Montholon  suite à l’arrivée du futur Grand Paris Express (extension de l’école du Parc par exemple)  ou la vente de terrains de la ville à des promoteurs pour construire de nouvelles résidences comme à l’angle Mary Beseyre/Guy Mocquet avec Legendre, après les terrains A.Briand dont la vente avait permis de fiancer l’aménagement de l’îlot Cabourg.

    Les élus ont voté 3 délibérations concernant le projet Woodeum qui permettent à l’Etat de céder un terrain à l’angle J.Bleuzen/Louis Vicat à la ville qui signera un protocole de vente avec Woodeum pour édifier la résidence étudiante sur lesquels les socialistes et en Marche se sont abstenus. Occasion pour le maire de rappeler que « ce projet Woodeum inscrit dans le concours « Inventons la Métropole du Grand Paris » ne coûtera rien aux vanvéens que leur apporter du bonheur, parce qu’il s’agit de terrains appartenant à l’Etat et à la ville de Paris. J’aurais pu ne rien faire. Et c’est Vanves qui l’a initié lorsqu’a été lancé cet appel à projet ».

    Le vœu sur le logement de Boris Amoroz (FG/PC) a été rejeté, EELV et PS s’abstenant. Ainsi, il apparaît très nettement dans les votes, depuis quelques mois, après les élections de 2017 que les élus LREM s’abstiennent souvent, pour préserver l’avenir (en prévision des municipales de 2020 que tout le monde a en tête), avec EELV. Ce qui n’est pas le cas des élus socialistes et communistes qui refusent de jouer les progressistes..

  • LE PROJET WOODEUM ET VANVES : DES TRANSPORTS SATURES AU SUD DU XVéme ARRONDISSEMENT

    Lors de la réunion publique sur le projet Woodeum porte Briancon dans le cadre de l’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris, le 20 Mars dernier, avait été évoqué la question des transports en commun, puisque le public visé pour cette résidence étudiante et ce foyer de jeunes travailleurs étaient des gens qui n’ont pas voiture. Et le maire avait indiqué que Vanves était bien desservi dans ce secteur avec la ligne 3, le tramway T3, les bus 58 et 89…

    Or Le groupe des Républicains  et surtout les élus du XVéme arrondissement menés par Philippe Goujon, son maire, avaient déposé un vœu au cour du dernier conseil de Paris, le jour même de cette réunion publique,  pour exiger de l’Etat le respect du calendrier de la mise en service de la ligne 15 du Grand Patis Express (GPE) alors que sa mise en service pour le sud (qui passe par Vanves)  a été retardé de 2022 à 2024, et que le report des tronçons Est et Ouest impactera directement l’attractivité de cette ligne dont le tronçon sud se limitera dans un premier temps et surtout pour longtemps au trajet Noisy-Champ/Pont de Sévres. Mais ils demandaient aussi d’initier avec la RATP des études relatives à une liaison entre la ligne 12 et la ligne 15 sud donc, le prolongement de la ligne 12 de Mairie d’Issy à Léon Blum/Garibaldi où est construit la gare Issy RER du GPE,  car les  transports collectifs  desservant le sud du XVéme (T2 et T3, ligne 8 et 12) sont saturés. Et notamment le T3 engorgé avec plus de 120 000 passagers quotidiens, et qui se voient dans l’impossibilité de transporter tous les voyageurs qui le souhaiteraient, sans parler de la ligne 13 pour Vanves. «Ces retards de chantiers ont un impact négatif pour le développement urbanistique et économique de ce sud 15éme, véritable silicon valley indissociablement liée à l’amélioration des transports publics qui l’irriguent (programme Quadrans, Siége de Colas, Tour Triangle, modernisation de l’aquaboulevard, et du parc des expositions avec son Paris Convention Center ouvert en Novembre dernier..), et maintenant le projet woodeum porte Brancion». Et de demander un moyen de transport collectif transitoire destiné à compenser cette saturation