Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

urbanisme

  • LES RICHES HEURES DE BATIMENTS A VANVES QUI DISPARAISSENT A CAUSE DE LA DENSIFICATION A OUTRANCE

    Beaucoup de vanvéens découvrent a fur et à mesure de leur promenade depuis quelques semaines, des permis de construire affichés sur des murs ou des grilles quelquefois très discrets comme c’est le cas pour le magnifique pavillon de la place du Général Leclerc à côté de la chapelle protestante : Cette opération  qui traîne depuis des années, se serait-elle en voie d'être concrétisée puisque la ville cherchait, depuis le début, à y inclure la paroisse protestante, pour réaliser une belle opération incluant la réinstallation de la paroisse avec sa chapelle au rez-de-chaussée  grâce à un cabinet d’architecte ayant quelques liens avec la ville ? A moins que l’opération ne se réduise à un petit immeuble à l’emplacement de ce pavillon qui a remporté durant des années, les concours « jardins fleuris » organisés par  la ville, grâce à Mme Vincent qui a tenue, durant des années le restaurant La Pyramide et son époux, un menuisier hors pair qui a toujours son atelier rue Raphael.  

    Tout à côté, c’est tout un pan de l’histoire urbanistique de Vanves qui va disparaître rue Solférino (sur la photo) comme un grand panneau publicitaire l’annonçait depuis quelques mois : La société CARE Promotion  va construire «une résidence intimiste de 27 logements du studio au 5 pièces, avec des espaces extérieurs» selon la publicité entre le parking à l’angle Solférino/Sadi Carnot et le petit restaurant asiatique face à l’ODE : Cette petite résidence et ses pavillons devraient être détruit cet été. Le pavillon prés du parking a été longtemps la résidence d’un artiste très renommé sr le plan international et national, Fran Baro,  d’origine espagnol, qui a réalisé notamment la fresque en mosaïque installée à l’entrée  du Théâtre  le Vanves qui va célébrer ses 30 ans en Octobre prochain. Comme son terrain était très profond sur cette emprise, il avait accepté d’accueillir la créche associative et parentale les P’tites canailles lors de sa création en 1982. Elle était alors la première crèche parentale des Hauts-de-Seine et l’une des premières de France.

    A côté, le pavillon avec ses murs jaunes décrépis, a été tout d’abord, dans les années 50/60, la résidence de René Plazanet, maire de Vanves  (1947- 1965), sénateur de la Seine (1952 1955) et  député (1958-1962). Il a assuré la transition entre la IVéme et la Véme République en subissant les contrecoups de la puissance des communistes, des effets de la guerre d’Algérie et de la crise du logement en région parisienne. Ensuite l’artiste Raymonde Voisin (1913-2003) y a habitée dans les années 70/80. Elle a présidée durant de longues années, du temps du maire Orillard, la société des Amis ces Arts qui regroupent toujours des artistes vanvéens. Elle a favorisée son ouverture en accueillant un plus grand nombre d’artistes professionnels mais aussi des amateurs.  Elle est à l’origine du salon du petit format de Noêl lancé en 1973 qui permettait aux passionnés mais non professionnels de la peinture, d’exposer plus facilement leurs œuvres. Elle a créé en 1979, l’académie des Modéles Vivants qui se réunissait alors tous les Jeudis ou vendredis dans l’une des salles du bâtiment rue Guy Mocquet aujourd’hui disparu et permettait à de nombreux adhérents de se perfectionner à partir d’un modèle

    Ces quelques exemples montrent, s’il en était besoin, que même dans ce cas, vu l’état du bâti, et la volonté de leur propriétaire, il était nécessaire de rebâtir, il n’en reste pas moins que c’’est un pan de l’histoire vanvéenne qui disparait, avec à leur place des immeubles qui sont loin d’être une réussite, quelquefois massifs, à ras du trottoir, comme c’est le cas face à l’hôtel de ville, rendant un quartier très minéral. C’est pourquoi certaines associations veillent au grain comme Agir sur la Plateau,  l’ARRM (Association des Riverains de la Rue Raymond Marcheron) etc…comme c’est le cas sur le petit joyau de la Villa Dupont pour cette dernière

  • CAFE RENCONTRES BRULANT AU SOLEIL LEVANT SUR LE PLATEAU DE VANVES POUR GABRIEL ATTAL

    Gabriel Attal était jeudi dernier à Vanves, sur le Plateau « qu’il habite depuis 10 ans » a-t-il souligné, pour un café-Rencontres au Soleil Levant, dans une ambiance un peu plus chaude qu’à la Villa, voilà plus de quinze jours, ou dans les autres qui se sont tenus à Issy les Moulineaux. «Si je me suis présenté dans cette circonscription, voilà cinq ans, c’est parce que j’habite à Vanves  et j’y suis élu. J’ai fait le choix de me représenter ici, car je dois aux électeurs de continuer à les représenter. Je continuerai à être le ministre de Vanves » s’est il présenté au côté de Claire Guichard sa suppléante, maire adjointe d‘Issy les Moulineaux.

     Il a été beaucoup question de l’actualité vanvéenne en dehors de quelques questions sur la santé qui a donné lieu à des échanges assez vifs ; notamment avec une «antivax» assez virulente qu’il a rembarré «Vous colportez des théses complotistes » alors que fusaient de la terrasse extérieur « bandit » « escroc », son officier de sécurité se rapprochant derrière lui pour au cas où

    Tout d’abord la fermeture d’une classe à l’école Gambette maternelle contre lqauelle les parents d’éléves ont manifesté le matin où il était présent. S’il annoncé qu’il était intervenu auprés des autorités académiques pour l’éviter, comme l’a indiqué le blog, il n’en a pas moins expliqué que  « la baisse démographique, aménent celles-ci à prendre de telles décisions : Les Hauts de Seine ont perdu 10 000 éléves en primaire à la Rentrée 2021, 200 en moins à Vanves et 450 en moins à Issy les Moulineaux, alors que l’Education a décidé de maintenir l’encadrement en recrutant 200 professeurs d’écoles dans les Hauts de Seine ». IL est en contact avec ses autorités académiques pour éviter la fermeture d’une classe à Max Fourestier  « qui a la particularité d’avoir une mixité importante parmi ses éléves » a-t-il fait remarquer

    Ensuite sur les constructions sur lesquelles il a répondu à de nombreuses questions de vanvéens se plaignant de voir des pavillons disparaître au profit d’immeubles sans en profiter pour élargir les trottoirs : «Personne n’est contre les constructions ! Par contre, la question c’est comment construit on ? La réponse dépend de la ville ! ». Tout en faisant remarquer qu’il était présent sur une liste aux dernières élections municipales qui disait « stop à la bétonisation ». On a porté le débat sur le plan municipal. Le maire sortant a été élu ! » a-t-il fait remarqué tout simplement.  Histoire, mais cela il ne l’a pas dit, de renvoyer les vanvéens qui s’en plaignent aujourd’hui à leurs responsabilités lorsqu’ils ont mis un bulletin de vote dans l’urne.

    Enfin sur les tirs de mortiers, les feux d’artifices qui ont été tiré sur la Plateau le week-end de l’Ascension, mais aussi continué, cette semaine, et notoirement, le soir de ce café-rencontre, et qu’il a entendu de chez lui : « c’est inacceptable ! Des personnes âgées m’ont interpellées. J’ai demandé au commissariat de passer plus souvent et plus régulièrement en faisant preuve de fermeté » a-t-il indiqué en saluant les travail des médiateurs mis en place par la ville : «Qui mieux qu’eux,  peuvent aller voir les jeunes. La ville de Vanves a conscience du problème ! » 

    A La fin de la réunion, Gabriel Attal a passé un long moment à des échanges plus personnels avec des vanvéens présents, se prêtant volontiers à des selfies, même avec ceux qui n’étaient pas favorables. Mais c’est son style comme en témoignait un journaliste de Libé qui l’avait accompagné à Issy, le jour de la fête des voisins,  qui racontait : «A un enfant qui lui dit «Bonjour monsieur le ministre», il rectifie : «Gabriel, ici c’est Gabriel.». En repartant, il confiait qu’il s’envolait dés ce soir pour Luxembourg, où le lendemain il présidait un conseil des ministres des télécommunications, puisque la France préside l’UE jusqu’au 1er Juillet, et que le Ministre des Comptes publics devait remplacer un ministre des télécommunications qui n’a pas encore été nommé et le sera après les législatives 

  • VANVES DANS LE CREUX DE l’OREILLE

    UNE VILLE DENSE MAIS MAINTENANT LAIDE

    Contrairement à la ville de Paris, où la municipalité a entamé une réflexion sur le « Beau » et « l’esthétique » dans la ville à l’occasion de la révision du son PLU en PLU climatique, Vanves laisse construire des horreurs à quelques métres d’un bâtiment historique (Eglise Saint Remy). Même si elle a reçu le feu vert de l’Architecte des Bâtiments de France, très tatillon pour de tels chantiers, comment se fait il qu’elle ait laissée construire un rehaussement de l’immeuble rue Kléber avec de hautes façades quasiment sans fenêtres. D’autant plus que même si c’est une opération privée, c’est quand même le maire qui signe le permis de construire en ayant affirmé lors de plusieurs réunions publiques antérieures qu’il ne laisserait pas n’importe quoi se construire à Vanves.

    De nombreux vanvéens qui lèvent leur tête, en sont horrifiés, et l’ont fait savoir sur les réseaux sociaux en parlant notamment d’un cube posé sur un immeuble. Il est vrai que la municipalité de Vanves n’est pas à cela prés lorsqu’on voit comment elle densifie la ville, avec des immeubles massifs comme devant l’hôtel de ville, au droit du trottoir car il ne faut perdre aucun mére carré au prix où il est, comme l’a expliqué Bouygues Immobilier  pour son projet immobilier de la rue Raymond Marcheron qui ne devrait pas respecter l’alignement de la rue 

     

    UN LABEL VILLE PRUDENTE POUR VANVES

    La semaine derniére à l’occasion du Congrés des Maires et du Salon des collectivités locales, la ville de Vanves a été labellisée par l’association de la Sécurité Routiére. L’objectif de ce label est de mettre en avant les communes les plus exemplaires en matière de sécurité et de prévention routière. Elle a reçu 2 cœurs pour ses actions en matière de sécurité routière avec notamment la généralisation de la zone 30 et toutes ses actions d’aménagement et de partage de la voirie autos / vélos / piétons

    Ce qui a suscité quelques réactions sur les réseaux  sociaux : « Ils ne sont pas venus dans les hauts de Vanves c’est pour ça qu’ils ont été labellisés! » selon Lanégre Xaddrev «Et bien pour ma part, Monsieur le Maire, je suis très étonné de ce satisfecit: la rue Marcheron / Larmeroux reste marquée par des aménagements 100% routière, avec des carrefours et franchissements catastrophiques pour les nombreuses familles qui se rendent par exemple aux deux crèches de la rue Aristide Briand (120 places au total); le carrefour de l'Insurrection n'est pas à la hauteur des aménagements modernes qu'on peut attendre désormais, toujours difficile à franchir pour cyclistes et piétons, etc… » selon Dans Moshab