Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

porte brancion - Page 9

  • CESE DE VANVES UN SIMULACRE DE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE

    L’assemblée plénière du CESEV (Conseil Economique social environnemental de Vanves) constatera ce soir la démission de l’ensemble des membres de la commission « espace public » après « deux ans de loyaux efforts pour s'impliquer dans la vie vanvéenne ». Le maire de Vanves l’a regretté dans un courrier adressé à chacun à chacun d’entre eux, qui a fait réagir Pierre Toulouse, l’un de ses membres,  surtout lorsqu’il leur a reproché un « manque de concertation ».

    « Vous avez lancé  le CESEV en 2015,  sans aucun moyen et sous une forme extrêmement lourde, et surtout totalement contrôlée: nomination des présidents de commission sans concertation avec les membres,  nomination d'un élu référent chargé de filtrer toutes les demandes et seul point de contact entre les commissions et la mairie, établissement d'un règlement intérieur vous réservant la prérogative des sujets de travail (réglement que vous vous êtes empressé de ne pas respecter en  ne formalisant aucune commande)...Tout ceci, ce sont effectivement  des questions de forme, mais elles se sont rapidement doublées de questions de fond.

    Malgré d'instantes demandes du  groupe  il a été impossible d'obtenir les  données dont nous avions besoin. Le plan de la rue Bleuzen que nous réclamions à chaque séance,  ne nous est parvenu qu'au bout d'un an alors que le travail était fini.  Tous les contacts avec les élus en charge des secteurs concernés ou  les services de la mairie ou de  GPSO nous ont été systématiquement refusés alors même que monsieur Roche, qui assistait à la quasi totalité des séances, les entendait.

    Nous avons rapidement compris que sur le projet Bleuzen, votre seule volonté  était de faire cautionner par le groupe une étude commandée par la mairie ou GPSO, étude  que l'ensemble des participants se sont accordés à trouver très médiocre et incomplète. Malgré  ce contexte  défavorable, le groupe a produit  une réflexion constructive  et étayée, que vous avez à peine lue et sur laquelle votre seul retour a été qu'elle dépassait largement la commande (qui n'a jamais été formalisée)… » écrit il tout en constatant qu’au moment de l’envoi de ce courrier, « les services de GPSO  s'apprêtaient à y mettre en oeuvre leur projet de modification de deux passages piétons, ignorant superbement nos propositions visant à  affirmer, au même endroit, la prééminence du  très important  flux piétons par la création d'un plateau traversant  entre la rue Gambetta et le square Marceau…Il est piquant d'ailleurs,  de découvrir à la rentrée que  vous vous félicitez d'avoir obtenu  de Ile-de France mobilité, la création d'une nouvelle ligne de bus RATP (59) qui empruntera cet itinéraire.  S'il ne s'agissait pas de deniers publics nous ne pourrions qu'être amusés d'imaginer les bus et leurs passagers tressautant joyeusement sur le double ralentisseur que vous venez d'y installer! »

    « Au delà de ces travaux sur les  projets soumis à notre réflexion, ( les conditions de travail  ne se sont aucunement améliorées pour la réflexion sur les accès à la gare du Grand Paris), vous avez écarté toutes nos propositions de travaux ultérieurs: Ouverture du Parc Michelet,  circulation sur la rue Marcheron  par exemple, mais que  vous avez également refusé  obstinément de nous associer aux projets de la Ville  concernant le domaine de la commission ( passage des Reflets,  urbanisation de la place des Insurgés de Varsovie et de la Porte Brancion, piétonnisation de la place de la République etc.) ni même de répondre simplement aux questions légitimes que nous posions  de façon réitérée  comme la position défendue par la Ville dans le syndicat mixte  travaillant sur le nouveau contrat Vélib » »regrette t-il « Il est vraiment regrettable pour notre collectivité que vous attachiez si peu d'importance aux compétences collectives et individuelles de vos concitoyens. En matière d'aménagement il faut certes de la technicité -  et vous l'aviez parmi les membres de la commission - mais il faut surtout une vraie écoute des habitants qui acceptent de réfléchir  de façon constructive  sur leur espace public. C'est cette compréhension du fonctionnement de l'espace qu'aucun technicien  extérieur  ne saurait obtenir  sans une écoute attentive des acteurs de la rue. Mais pour ça, monsieur le Maire, il faut  savoir faire confiance à ces acteurs et vous avez prouvé, au travers ce simulacre de démocratie participative,  que vous n'avez pas cette qualité. Vous voudrez bien ne trouver dans la virulence de ce courrier que le dépit d'un citoyen engagé pour que sa ville soit demain meilleure qu'elle ne l'est aujourd'hui et prêt à y apporter ses compétences et son énergie ».

  • VANVES AUX PREMIERES LOGES DU JURY « INVENTONS LA METROPOLE »

    La Métropole du Grand Paris (MGP) a lancé en début de semaine dernière, les premières sessions du jury «Inventons la MGP». Plus de 200 heures d’audition sont prévues par le jury à travers une cinquantaine de réunions au siège de la Métropole jusqu’au 12 Octobre. Elles se tiennent sous la présidence de Patrick Ollier, président de la MGP, avec Patrick Braouzec, Daniel Breuiller, Eric Cesari, Daniel Guiraud, Valérie Mayer-Blimont, Jacques JP Martin et le maire de Vanves qui va être très occupé jusqu’au 17 Octobre, en présence des maires des communes concernées, des présidents des territoires, de représentants de l'Etat et de la Société du Grand Paris(SGP). 

    Les 153 groupements finalistes, soit environ 2000 personnes, vont se succéder sur une période d’un mois pour présenter leurs projets devant renforcer l’attractivité métropolitaine Ainsi, le 18 septembre dernier, pour commencer, le jury avait reçu les groupements finalistes pour les sites Tartres Nord (Pierrefitte/Stains), Yves du Manoir (Vaucresson) et du Marché aux puces / CAP Saint-Ouen (Saint-Ouen). Pour rappel, les 56 projets génèreront des investissements estimés à 6,4 milliards €, soit un point de PIB métropolitain, et permettront de bâtir 2,6 millions de m2 de bureaux, logements, espaces de loisirs et d'équipements publics. «Son succès reflète l'attractivité croissante de la Métropole du Grand Paris et la positionne au rang des métropoles mondiales les plus attractives» indique Patrick Ollier

    Rappelons qu’à l'issue de l'appel à projets, lancé au Pavillon Baltard en octobre 2016, «Inventons la MGP» avait reçu 420 candidatures. Les propositions émanaient de groupements composés d'architectes, de promoteurs et d'investisseurs, parmi lesquelles plus de 326 start-up, associations et PME innovantes. Les 153 candidatures finalistes répondent toutes à un même objectif : apporter des solutions innovantes aux nouveaux usages des habitants de la Métropole. Ainsi, des services mutualisés sont proposés dans la moitié des projets (autopartage, conciergerie partagée, co-living, co-making). Deux tiers prévoient des lieux où se renforcent les liens sociaux, et plusieurs autres réservent un espace à l'agriculture urbaine partagée. Pour certains sites, les candidats ont même imaginé des services innovants, comme la livraison par drone, la station-service proposant des carburants propres, un réseau de minibus à la demande…  .

    Vanves est concerné avec Paris, puisque la porte Brancion fait parti des projets retenus. Trois espaces constructibles avaient été recensés  au niveau des deux dalles nettoyées durant l’été 2016 qui se trouvent au dessus du Périph entre les bretelles de sortie et d’accès, et un terrain situé à Vanves à l’angle L.Vicat/J.Bleuzen. Ce site pourrait accueillir non pas de  l’habitat mais des activités innovantes en lien avec le futur Centre de Congrès international à Vanves (Palais Sud),  des espaces de co-working ou une pépinière d’entreprises, des occupations légéres comme l’agriculture urbaine hors sol. La visite des aménageurs potentiels n’avait guére suscité l’intérêt, l’attention d’un seul d’entre eux, s’est finalement portée que sur  les deux terrains de la porte Brancion qui sont sur le Bd Périphérique pour y installer une pépinière d'entreprise, un équipement sportif … et les  terrains des jeux pour les jeunes sur le territoire vanvéen.

  • DEBAT BUDGETAIRE A VANVES : DIALOGUE DE SOURDS SUR FONDS DE CAMPAGNE PRESIDENTIELLE

    Le Conseil Municipal de Mercredi soir a voté le budget primitif de la ville de Vanves qui s’élève à 41,87 M€ en fonctionnement et 10,86 en investissement, par 29 voix pour, 5 contre et une abstention

    Le débat a été court tout simplement parce que tout avait été expliqué et dit lors du long débat d’orientations budgétaires un mois aupaavant. « Lourds impacts des mesures gouvernementales, projets en bernes, dotations gelées etc… » a écrené le maire en se félicitant que Vanves soit concerné par le seul projet d’investissement majeur qu’est le Grand Paris Express avec la gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart, l’appel à Projet « Inventons la  MGP (Métropole du Grand  Paris) » avec la porte Brancion, et le parc des expositions avec son vaste projet de rénovation… Alors que l’Etat continue à emprunter et à gonfler la dette publique. « La stratégie de désendettement dela comune avec la vente des terrains A.Briand et la baisse de l’annuité de la dette permet à Vanves de financer les charges qu’impose l’Etat  à la commune » a-t-il expliqué en laissant Betrand Voisine présenter les grandes lignes du budget sure lesquels le Blog reviendra ces prochains jours

    « On s’abstiendra sur la désinformation que vous faîtes sur les conséquences du désengagement de l’Etat » a répondu Anne Laure Mondon (PS) qui a constaté que des efforts, appelés de nos voeux, ont été faits avec des diminutions sur les crédits consacrés aux services du  Protocole et de la Communication, que les investissements sont supérieurs à 2016, avec un recours à l’emprunt envisagée qui pourrait être abaissé grâce à la vente des terrains Mary Besseyre. Elle n’en pas moins fait remarquer que la mise en place d’un plan pluri-annuel d’investissement pourrait permettre une politique ambitieuse d’investissement. « J’ai l’impression que les débats se suivent et se ressemblent. Et on voit bien que les candidats à la présidentielle ont du mal à réponde aux soucis des maires car nous sommes face à de véritables incertitudes » a déclaré Lucile Schmid (EELV) qui faisait allusion à l’audition le jour même par l’association des maires de France, des 11 candidats à l’Elysée. « Le maintien des investissements est important pour maintenir un certain niveau de service public auquel ce budget ne répond pas. On n’a pas les clefs de notre dynamique budgétaire » a-t-elle conclu en annonçant qu’elle s’abstiendra.     

    L’élu écologiste s’en est pris bien sûr à la pression exercée par les promoteurs actuellement sur Vanves avec les résultats (malheureux)  que voient quotidiennement les vanvéens. « Mais les propriétaires ont le droit de vende leurs biens, de faire des plus values. Notre PLU encadre les projets et permet de ne pas dénaturer le tissu urbain. Ses constructions sont sans aucune mesure avec ce que font nos voisins. Je me réjouie de l’attractivité de notre commune qui se rajeunie, accueille plus d’habitants » a répondu le maire UDI qui est revenu sur l’augmentation du taux des taxes de 3% en 2016.

    « C’était la première depuis 7 ans, et probablement la seule du mandat. Nous sommes dans une période d’instabilité ! On n’a pas de visibilité à plus d’un an. Quand on entend les prétendants aux présidentielles, on tombe du ciel ! Tous les risques sont permis. Mais toutes les décisions prises sont concrétes et se traduisent par des services dans nos communes. D’où notre prudence » a-t-il expliqué à la suite de cette proposition de plan pluri-annuel d’investissement. « Je demande à voir, car il faut de la stabilité ! » a-t-il conclu. « Vous n’allez pas nous faire croire qu’un tel plan est impossible ! Car il peut être adapté en fonction de ce qui peut être fait » a répondu Anne Laure Mondon