Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

inventons la métropole du grand paris

  • LA REUNION PUBLIQUE DU PLATEAU DE VANVES EN BREF

    Cette réunion publique de quartier du Plateau a permis en dehors du projet Mixcité, et du Périph, d’aborder bien sûr d’autres questions et projets, comme le budget 2019 de la commune présenté par Bertrand Voisine, maire adjoint – dommage que  les principaux investissements annoncés et programmés ne soient pas illustrés par des photos dans le power point qui se limité à une liste illisible, alors que c’est le cas dans Vanves Infos  – les travaux tant de GPSO et de la ville.

    Budget 2019 : «On est dans la moyenne en terme d’imposition. On a réduit de moitié notre endettement grâce à la vente des terrains Aristide Briand (16 M€). On essaie d’avoir le moins recours à la fiscalité»a expliqué le maire en reconnaissant qu’elle repose plus sur les ménages que sur les entreprises, mais sans en avoir augmenté les taux, tout  «en faisant appel aux  subventions ». Une question sur la suppression de la taxe d’habitation l’a amené préciser « qu’une telle décision peut se discuter. Mais il est bon qu’il y ait une participation. Car lorsque tout devient gratuit, on n’a plus le sens des valeurs. Le gouvernement a prévu un dégrévement, c’est-à-dire que vous ne payerez plus de taxe d’habitation et l’Etat remboursera les communes»

    Woodeum : Le maire a indiqué que le permis de construire devrait être déposé en Juin, et un avis de l’Autorité Environnementale sera rendu dans les deux mois suivant au plus tard. La consultation citoyenne aura alors lieu par voie électronique, avec obligation de présenter une synthése des observations et d’indiquer pourquoi elles ont été ou non retenues. Tout en faisant remarquer « qu’on a eu ,avec cet appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris», une occasion de requalifier la porte Brancion sans que cela coûte à la ville et à Paris». Guy Janvier, s’est inquiété de la disparition de ce petit espace sportif et vert à l’angle de la rue Jean Bleuzen qui sert aux jeunes du coin. «Le Fun Park sera réaménager de l’autre côté du Fun Park» lui a  répondu le maire en ne s’empêchant pas d’envoyer une pique à son prédécesseur  à la mairie, lorsqu’il s’est félicité de l’attribution d’une 3éme Fleur à Vanves en 2018. «Rien n’était fait en matière de fleurissement dans la ville avant mon arrivée (en 2001)». Ce qui a fait bouillonner Guy Janvier «C’est n’importe quoi. On n’avait certes pas une Fleur, mais la ville était fleurie » confiait il

    MacDo : Des riverains se sont plaints de trafics sur cet petit espace sportif  dés la fin de l’après midi et devant le MacDonald jusqu’à 3H du matin. «J’ai été sensibilisé sur le sujet. On a prévu de convoquer le directeur du MacDonald et de voir la solution avec la police. IL est vrai qu’il est ouvert toute la nuit, et que ce n’est pas propice à la tranquillité. Mais nous trouverons des solutions ! » a répondu Bernard Gauducheau. « Mais depuis deux mois, ces jeunes s’attroupent là et hurlent » insiste un autre riverain. «Le souci est identifié !...Mais on n’a plus de BAC au commissariat de Vanves comme c’était le cas voilà quelques années. Et on me dit qu’on est une ville sûte, lorsqe je demande de nouveaux effectifs » a-t-il répondu en précisant bien, à la suite d’une autre questions,  quelles étaient les missions de la police nationale et de la police municipale.  

    A Suivre…

  • CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : DES VOTES TRES SIGNIFICATIFS

    25 délibérations étaient inscrites au conseil municipal du 29 Mars qui a été ouvert par un hommage au lieutenant colonel Beltrame avec une minute de silence, puis il a procédé à l’élection d’un onziéme maire adjoint, Sandrine Bourg (LR) sans surprise par 28 voix, avec 2 bulletins nuls et 3 bulletins blancs. Le maire de Vanves a parlé, à son propos, d’un élément actif de cette équipe municipale pendant la campagne municipal qui a pris en main le CMJ et le pôle jeunesse. « Il était naturel de te proposer à ce poste de maire adjoint vu ton engagement sur lequel il n’y a pas de doutes » a-t-il déclaré en parlant del ’intérêt général chevillé au corps. « Les dénigrements pésent peut face à cet engagement. Ce qui compte, c’est ce que nous faisons » a-t-il conclu en citant l’article 10 de la déclaration desdroitsde l’homme.

    Le Blog reviendra sur certaines des délibérations examinées lors de ce long conseil municipal qui a duré 3H30. Il est vrai qu’il a abordé des dossiers important comme le budget 2018 sur lequel LREM s’est abstenu avec EELV, le PS et le FG/PC ont voté contre, après un débat où il a été beaucoup questions d’urbanisme avec les conséquences des constructions d’immeubles neufs vers le clos Montholon  suite à l’arrivée du futur Grand Paris Express (extension de l’école du Parc par exemple)  ou la vente de terrains de la ville à des promoteurs pour construire de nouvelles résidences comme à l’angle Mary Beseyre/Guy Mocquet avec Legendre, après les terrains A.Briand dont la vente avait permis de fiancer l’aménagement de l’îlot Cabourg.

    Les élus ont voté 3 délibérations concernant le projet Woodeum qui permettent à l’Etat de céder un terrain à l’angle J.Bleuzen/Louis Vicat à la ville qui signera un protocole de vente avec Woodeum pour édifier la résidence étudiante sur lesquels les socialistes et en Marche se sont abstenus. Occasion pour le maire de rappeler que « ce projet Woodeum inscrit dans le concours « Inventons la Métropole du Grand Paris » ne coûtera rien aux vanvéens que leur apporter du bonheur, parce qu’il s’agit de terrains appartenant à l’Etat et à la ville de Paris. J’aurais pu ne rien faire. Et c’est Vanves qui l’a initié lorsqu’a été lancé cet appel à projet ».

    Le vœu sur le logement de Boris Amoroz (FG/PC) a été rejeté, EELV et PS s’abstenant. Ainsi, il apparaît très nettement dans les votes, depuis quelques mois, après les élections de 2017 que les élus LREM s’abstiennent souvent, pour préserver l’avenir (en prévision des municipales de 2020 que tout le monde a en tête), avec EELV. Ce qui n’est pas le cas des élus socialistes et communistes qui refusent de jouer les progressistes..

  • MALAKOFF ADOPTE UNE DEMARCHE A L’OPPOSE DE VANVES POUR AMENAGER SON ENTREE DE VILLE

    «La démocratie n’est pas vaincue par le froid» constatait on Mardi soir à Malakoff, alors que la neige menaçait de retomber. Prés de 500 habitants, dont quelques vanvéens,  ont assisté à une réunion publique dans le préau de école Jean Jaurés,  consacré à l’aménagement d’un projet dénommé «la porte de Malakoff». Du jamais vu à Vanves, sauf du temps de projets comme l’îlot du métro, Cabourg au début des années 2000, et le lancement de la tour Triangle, un peu plus tard

    Il s’agit de la porte de Vanves derrière le Périphérique, côté Malakoff, autour cette tour de l’INSEE à la silhouette caractéristique qu’elle doit quitter au printemps, avec la faculté de droit, un gymnase et un groupe scolaire, soit prés de 14,5 ha. Il s’agissait pour la maire de Malakoff, Jacqueline Belhomme (FG/PC), en présence des maires du XIVéme et de Vanves, de présenter la démarche participative avec la population «pour imaginer un avenir, faire tomber des frontières, réaliser un beau projet pour l’entrée de Malakoff» comme elle l’a expliqué en ajoutant. «On ne veut plus travailler sans les uns, sans les autres. Face au  chamboulement institutionnel annoncé, on veut marquer  le coup. Les habitants nous l’ont dit : La ville nous appartient. Ne faîtes rien dans nous !».      

    Une démarche à l’opposé de celle adopté pour la porte voisine, Brancion qui a fait l’objet de l’appel à projet «Inventons la MGP» initiée par la Métropole du Grand Paris (MGP) avec Ville de Paris et Vanves, avec désignation par un jury – il n’y avait qu’un seul candidat -  le groupement Woodeum : Celui-ci a prévu une résidence (en bois) pour étudiants au dessus du Périph, pour jeunes travailleurs à côté etc…. Quant à la population, elle aura droit à une réunion publique de présentation du projet quand tout a été décidé et arrêté. Pour la future porte de Malakoff, rien de tel, même si sa municipalité a décidé de travailler avec un aménageur, Citallios, ex-SEM92,.«On sait que ce départ de l’INSEE est appétissant pour les promoteurs. On a dit non ! On préfére demander l’avis de la population, évaluer les besoins, se mettre en position de peser avec elle pour construire un vrai projet de ville qui corresponde à notre projet de société. On n’a pas de maquette, ni de plan, nous sommes vraiment en amont du projet» a-t-elle ajouté.

    D’ailleurs la ville a pris ses précautions en instituant un périmére d’études pour montrer qu’elle se préoccupait de l’avenir de ce quartier, en interconnexion avec Paris et Vanves. A la suite de cette réunion où se sont exprimés les habitants, seront organisés une balade-visite exploratoire du site, des ateliers thématiques et une réunion de travail… pour aboutir à une feuille de route établie avec les habitants que leur maire intégrera dans l’appel d’offres présentés aux équipes d’architectes. Intéressant comme démarche