Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

taxe d’habitation

  • Suppression de la taxe d’habitation à Vanves : Un gain moyen de 1002 € par vanvéens

    Le Premier Ministre a annoncé le 12 juin 2019 la suppression totale de la taxe d’habitation sur les résidences principales pour l’ensemble des foyers, quel que soit le montant de leur revenu. Dès 2020, 80% des Français, soit 17,6 millions de foyers, cesseront définitivement de payer la taxe d’habitation sur leur résidence principale. Leur gain sera de 555 € en moyenne, après avoir connu un allègement de deux tiers (361 € en moyenne) en 2019 et d'un tiers en 2018 (166 € en moyenne). En 2023, cet impôt aura totalement disparu. Au total, en 2023, 24,4 millions de foyers bénéficieront de la suppression complète de la taxe d’habitation sur la résidence principale, pour un gain moyen de 723 € par foyer par an.

    A Vanves le gain moyen sera de 1002 € pour les 13102 vanvéens soumis à la taxe d’habitation (dont 1170 exonérés) en 2023. Soit prés de 657 € de plus qu’au niveau national, de 23 € deplus que dans les Hauts de Seine ( 979 € par foyer par an pour 709 893 altoséauanais). Mais entretemps, 5833 seront concernés par la suppression de 30% de la taxe d'habitation en 2018 (198€), autant en 2019  pour la suppression de 65%  ( 430 €), et 896  pour la suppression de  80%, soit 645€,

    Cette suppression représentera une perte de  11 9M€ pour la ville. Comme l’a expliqué le Maire lors de la réunion publique du 19 Juin à l’école Larmeroux, des mécanismes de compensation à l’euro près sont prévues. « Des transfert de part d’imposition entre collectivités, attribution de parts d’un impôt national… garantissant un maintien des ressources des collectivités et leur dynamique dans le temps» selon Bercy  «Aucune commune ne peut perdre de ressources»  a  affirmé le premier Ministre Edouard Philippe  face à l'inquiétude des maires qui réclament «une compensation à l'euro près et sur la durée». La taxe d'habitation doit être supprimée pour 80% des foyers dès 2020 et d'ici 2023 pour les 20% restants. Le scénario le plus évoqué est celui d'un transfert vers les communes de la part départementale de la taxe sur le foncier bâti (TFB) et de l'affectation au bloc communal d'une fraction du produit de la TVA. "Le foncier bâti plus une fraction de TVA, ça nous paraît intéressant parce que la TVA est dynamique » selon les associations d’élus locaux

  • LA REUNION PUBLIQUE DU PLATEAU DE VANVES EN BREF

    Cette réunion publique de quartier du Plateau a permis en dehors du projet Mixcité, et du Périph, d’aborder bien sûr d’autres questions et projets, comme le budget 2019 de la commune présenté par Bertrand Voisine, maire adjoint – dommage que  les principaux investissements annoncés et programmés ne soient pas illustrés par des photos dans le power point qui se limité à une liste illisible, alors que c’est le cas dans Vanves Infos  – les travaux tant de GPSO et de la ville.

    Budget 2019 : «On est dans la moyenne en terme d’imposition. On a réduit de moitié notre endettement grâce à la vente des terrains Aristide Briand (16 M€). On essaie d’avoir le moins recours à la fiscalité»a expliqué le maire en reconnaissant qu’elle repose plus sur les ménages que sur les entreprises, mais sans en avoir augmenté les taux, tout  «en faisant appel aux  subventions ». Une question sur la suppression de la taxe d’habitation l’a amené préciser « qu’une telle décision peut se discuter. Mais il est bon qu’il y ait une participation. Car lorsque tout devient gratuit, on n’a plus le sens des valeurs. Le gouvernement a prévu un dégrévement, c’est-à-dire que vous ne payerez plus de taxe d’habitation et l’Etat remboursera les communes»

    Woodeum : Le maire a indiqué que le permis de construire devrait être déposé en Juin, et un avis de l’Autorité Environnementale sera rendu dans les deux mois suivant au plus tard. La consultation citoyenne aura alors lieu par voie électronique, avec obligation de présenter une synthése des observations et d’indiquer pourquoi elles ont été ou non retenues. Tout en faisant remarquer « qu’on a eu ,avec cet appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris», une occasion de requalifier la porte Brancion sans que cela coûte à la ville et à Paris». Guy Janvier, s’est inquiété de la disparition de ce petit espace sportif et vert à l’angle de la rue Jean Bleuzen qui sert aux jeunes du coin. «Le Fun Park sera réaménager de l’autre côté du Fun Park» lui a  répondu le maire en ne s’empêchant pas d’envoyer une pique à son prédécesseur  à la mairie, lorsqu’il s’est félicité de l’attribution d’une 3éme Fleur à Vanves en 2018. «Rien n’était fait en matière de fleurissement dans la ville avant mon arrivée (en 2001)». Ce qui a fait bouillonner Guy Janvier «C’est n’importe quoi. On n’avait certes pas une Fleur, mais la ville était fleurie » confiait il

    MacDo : Des riverains se sont plaints de trafics sur cet petit espace sportif  dés la fin de l’après midi et devant le MacDonald jusqu’à 3H du matin. «J’ai été sensibilisé sur le sujet. On a prévu de convoquer le directeur du MacDonald et de voir la solution avec la police. IL est vrai qu’il est ouvert toute la nuit, et que ce n’est pas propice à la tranquillité. Mais nous trouverons des solutions ! » a répondu Bernard Gauducheau. « Mais depuis deux mois, ces jeunes s’attroupent là et hurlent » insiste un autre riverain. «Le souci est identifié !...Mais on n’a plus de BAC au commissariat de Vanves comme c’était le cas voilà quelques années. Et on me dit qu’on est une ville sûte, lorsqe je demande de nouveaux effectifs » a-t-il répondu en précisant bien, à la suite d’une autre questions,  quelles étaient les missions de la police nationale et de la police municipale.  

    A Suivre…

  • A VANVES, A ISSY, A MEUDON ET AILLEURS, LES MAIRES DEMANDENT A MACRON DE REVENIR AUX FONDAMENTAUX

    Les maires seraient ils en train de reprendre la main après les manifestations de ce mouvement des Gilets Jaunes, comme l’a fait par exemple l’AMIF (Association des Maires d’Ile de France) en ayant demandé  à ses adhérents d’ouvrir dans leur mairie des cahiers de doléances. Certains maires des Hauts de Seine l’ont fait. Pas Vanves et d’autres villes de l’agglomération parisienne où très peu d’habitants ont porté des gilets jaunes. Le Parisien le montrait hier avec ses deux pages consacrés aux cahiers de doléance en citant surtout des bourgs et villages des départements de Grande Couronne

    Et certains ont commencé à s’exprimer sur ce sujet comme André Santini sur Le Point FR au travers d’une interview vidéo . «Les gens ont l'impression d'être abandonnés dans leur quotidien par un gouvernement et une administration centrale complètement déconnectés des réalités des territoires. Cette contestation sociale et ce ras-le-bol généralisé prennent racine dans le sentiment de trahison qu'éprouvent nos concitoyens vis-à-vis du président et de ses conseillers….. On ne gère pas ses concitoyens comme des numéros de dossiers, il y a des réalités derrière chacun d'entre eux, faire preuve de tant de mépris social, c'est affligeant et révoltant. Ce sentiment de révolte s'est propagé dans notre pays, et les gens manifestent leur mécontentement et leur solitude» explique le maire d’Issy les Moulineaux pour qui «nous assistons à une crise sociale majeure de ce début de XXIe siècle.» Pour cet ancien ministre « Macron doit revenir aux fondamentaux : écouter les élus et mener une politique utile aux citoyens. C'est ce que je m'attache à réaliser depuis 38 ans à Issy-les-Moulineaux. Pour agir correctement et efficacement, il faut connaître ses dossiers et respecter les gens qui, sur le terrain et au quotidien, vont en subir les conséquences  » explique t-il «Les maires ont raison de gueuler contre l'État. Il faut dire qu'ils ont fait fort : il n'y a plus de compensation et on nous enlève de l'argent au nom de la péréquation…  Ce que nous vivons actuellement, c'est une prise de pouvoir des technocrates sur les élus locaux» constate il en donnant ce conseil : «Il faut aussi être à l'écoute des gens. Ils m'arrêtent dans la rue, quand je vais prendre mon café, et je peux passer une heure avec eux. La différence, c'est l'action au service des gens. On aurait certainement évité le mouvement des Gilets jaunes si Emmanuel Macron avait fait preuve de plus d'écoute et de moins d'arrogance. Il manque d'expérience… 

    Son collégue Denis Larghero, maire de Meudon, s’étonnait lui dans le magazine du Point que «Emmanuel Macron nous tend la main comme pour saisir une bouée de sauvetage. Il vient chercher un salut auprès des derniers élus qui ont encore un peu de crédit politique. Mais je ne suis pas certain que nous soyons sur la même longueur d’ondes. Il s’agit encore de charger notre barque. Tous les trois mois, nous recevons des lettres des services de l’Etat pour nous signifier des baisses de dotations. Récemment encore, on me demande de rembourser des taxes d’aménagement parce que le logiciel de l’Etat s’est planté et a enregistré un trop perçu…depuis quinze ans, les commune sont mise sous tutelle par l’Etat, et maintenant, on va nous demander de jouer les hommes sandwichs du gouvernement ! Voyons ! ». Comme pour André Santini, pour Denis Larghero, et même le maire de Vanves,  il y a un préalable à toute discussion : La taxe d’habitation !