Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

général de gaulle - Page 6

  • LE CENTENAIRE DE 14-18 : UN CARRE MILITAIRE SOUS L’OBJECTIF DES GENEALOGISTES DE VANVES

    La dominante de ce week-end sera bien sûr le premier conflit mondial 1914-18 avec les cérémonies du 95éme anniversaire de l’Armistice et ses rendez-vous intangibles, même si elles revêtent un caractère particulier à la veille du lancement des cérémonies du centenaire de la « der des der ». Elles commencent toujours deux jours auparavant, c'est-à-dire aujourd’hui, depuis le 9 Novembre 1970, par un hommage des gauillistes au Général de Gaulle avec dépot de gerbe au square Marceau qui porte son nom, devant sa plaque. Elles se poursuivent la veille du 11 Novembre, c’est à dire demain, par l’accueil de la Flamme vers 19H à l’hôtel de Ville. Vanves fait partie des rares communes de France et d’Ile de France où ces associations patriotiques, à tour de rôle, envoient une délégation conduite par le maire adjoint chargé des anciens combattants (Jacques Landois) et le président du Comité Local des associations patriotiques (Michel Judde) à l’Arc de triomphe. La flamme qu’ils rapportent, est allumé à partir et la flamme qui brule sans discontinué sur la tomber du Soldat Inconnu. Une cérémonie toujours impressionnante à laquelle participent quelquefois des jeunes vanvéens, sous cet Arc de Triomphe où flotte l’immense drapeau, avec beaucoup de porte-drapeaux et de porte-flammes qui participent à ce rallumage qui a lieu tous les jours à 18H30. Enfin, le 11 Novembre à Vanves où ont lieu dépôts de gerbes place du 11 Novembre, carré militaire du cimetière et monument aux morts avec les discours.    

     

    Pour la génération du baby boum, 1914-18 a bercé quelque peu ses études en Histoire-Géographie puisqu’une bonne partie de l’année en 1er ou en terminale y était consacré.  Elle va retrouver quelques souvenirs avec les cérémonies, les expositions, les conférences qui vont célébrer ce centenaire. Dés Dimanche, 30 adhérents de l'association  « Vanves  Art et Culture » se rendront à la comédie francais pour assister à une soirée  exceptionnelle de lancement culturel du Centenaire de la Grande Guerre  - « 14-18, le grand récit » retransmis à 20H30 sur sur France Culture. Elle sera composée d’une  une lecture dirigée par Bruno Raffaelli et réalisée par François Christophe où  des comédiens du Français prêteront leurs voix à une sélection de textes de Maurice Genevoix, Ernst Jünger, Guillaume Apollinaire, Jean Giono, Erich Maria Remarque, Louis-Ferdinand Céline, Jean Rouaud, Jean Echenoz… Et d’une table ronde sur  les écritures contemporaines de la Grande Guerre, animée par Emmanuel Laurentin avec Stéphane Audoin-Rouzeau, Eric Vuillard et Pierre Lemaître

     

    A Vanves, une commission sur la célébration locale de ce centenaire a été crée au printemps dernier, pour arrêter un programme. L’association des généalogistes de Vanves a pris l’initiative de s’intéresser aux 202 sépultures du carré militaire du cimetière de Vanves où sont enterrés 212 morts pour la France, car 5 d’entre elles accueillent deux combattants, généralement des fréres, et pour l’une d’elle, le pére et le fils. Jean Marc Valentin, son président, a effectué un véritable travail de bénédictin pendant deux ans, dont il a présenté les premiers résultats lors des journées du Patrimoine en organisant une visite commentée. Il a fait une fiche par soldat, comprenant la photo de la plaque dela tombe, l’acte de décés ou sa trranscription, le registre matricule, conservé aux archives départementales la fiche du site  « mémoire des hommes » du ministére de la Défense et un petit résumé de sa vie depuis sa naissance jusqu'aux circonstances de sa mort, avec les sources d’informations. Et il n’a pas terminé son travail car il a l’intention de chercher, pour chacun, les circonstances historiques de la bataille dans laquelle il a connu une issue fatale, et le détail de cette journée funeste, ce qui devrait lui demander encore beaucoup de temps.

     

    Mais pour Jean Marc Valentin, c’est une passion qui occupe bien sa retraite d’instituteur. Il a commencée à eneigner  à Alger et terminée à Paris comme psychologue scolaire et psychologue clinicien. Il s’est ensuite intéressé à l’histoire de la présence française en Algérie et a même écrit un livre sur « les parlementaires des départements d’Algérie sous la IIIéme République » (Edt L’Harmattan) en 2007. Et il va publier dans quelques semaines une biographie de « René Viviani : un orateur du silence à l’oubli » (Edt Presse Universitaires de Limoges) qui nous raméne au centenaire de la guerre 1914-18. « Il a été député de Paris et la Creuse pendant 30 ans, 7 fois ministre entre 1906 et 1913 – Il a été le 1er ministre du travail en 1906 – et président du Conseil au début du conflit. Il a dû mener la guerre au plan politique alors qu’il était dans la lignée des Jaurés, Caillaux, Briand qui étaient contre. Il a signé le 1er Août 1914 l’acte de mobilisation des français et à 16H ce jour là, toutes les églises de Vanves, de France et de Navarre, ont sonné le toscin, alors que l’Allemagne a déclaré la guerre le 3 Août » explique t-il. Il souhaiterait que le toscin sonne aussi à travers toute la France le 1er Août 2014 à 16H Mais là, c’est une question de mobilisation. Et il va essayer de le faire en y sensibilisant nos parlementaires, à commencer peut être par Isabelle Debré et André Santini.

     

    Le Blog poursuivra demain en donnant quelques éléments de ce travail de bénédictin sur ces 212 morts pour la France  qui reposent dans ce carré militaire dont 113 sont des vanvéens et 11 des enfants de Vanves nés dans leur ville qui comptait alors 14 500 habitants 

  • LES RENDEZ VOUS DE VANVES D’UNE SEMAINE MARQUEE PAR DES ANIVERSAIRES, DES FETES DE LA MUSIQUE ET DE LA CONVIVIALITE

    Ce week-end a été marquée par trois événements : Tout d’abord les portes Ouvertes de l’ESCAL qui ont attiré la curiosité de 230 vanvéens samedi avec un pic de 160 personnes l’après midi. L’objectif de ses responsables étaient de faire découvrir ce qu’est l’ESCAL et la diversité des activités proposés, et de mettre en valeur le travail des adhérents à travers des expositions, des ateliers. ils ont ouvert leurs portes pour participer à une séance, assister à des représentations notamment à Panopé du Hip hop, théâtre, improvisations... "Ni kermesse d’école, ni spectacle du Mogador, mais surtout montrer que ces vanvéens ont eu plaisir à participer à ces ateliers. Pour nous, le lien social est important" expliquent ils. Ils ont d’aileurs organisé pour la première fois une soirée des adhérents avec 160 personnes (soit 100 familles). Ces Portes Ouverttes ont été l’occasionn de présenter les nouveautés de la saison 2013-14 :   La création d’un atelier parent-enfant au sein du Forum des Familles qui a organisé un atelier, samedi, sur le théme « comment préparer l’entrée en 6éme des enfants », de plusieurs ateliers « Batucada », « Fabriquer et jouer », « fabrication de marrionnetttes »,  "modelage adulte, relaxation-gestion du stress",  « œil cinématographique » pour apprendre à regarder un film et avoir un oeil critique, « Paroles de Vanvéens » pour raconter et témoigner sur Vanves,  « hip hop «  pour les 6-11 ans, un club photo pour les ados avec des ateliers « expérience scientifique », « cinéma »

    Ensuite le célébre Challenge Lemel au PMS André Roche pendanty ses deux jours ensoleillés de 600 à 700 footballeurs en herbes de 7 à 9 ans le samedi et de 12/13 ans le dimanche. Une sacré organisation, préparée dés le mois de décembre précédent qui mobilise tous les dirigeants bénévoles et plus le week-end sous la direction de Jean Pierre Boudet responsable de l’école de foot et Axel Blamoutier. Une fête du foot avec des pleurs et des cris de joie selon les résultats tant du côté des joeurs que des entraineurs et des parents, et surtout « l’hymne de la ligue des champions » pour les finales qui impressionnait tous ces jeunes, surtout s’ils faisaient parti des équipes en finale avec entrée et présentation officielle de chaque joueur, puis remise des médailles avec les élus, et un petit mot du maire. Et cela dure, parait-il depuis 1979, en hommage depuis 1983/84 à Claude Lemel, maire adjoint qui a présidé cette section de football et grâce à Monsieur Saccard

    Enfin le centenaire de la Paroisse protestante Saint Luc avec un historique du pasteur Alain Joly de la paroisse de la Réssurection samedi, et la célébration de ses 100 ans dimanche après-midi en présence des autorités sur lequel le Blog reviendra ses prochains jours.  

     

    Lundi 17 Juin

    A 8H au Lycée Michelet : Premières épreuves du bac avec  l’épreuve de phisolophie, sous haute surveillance. Il parait que des détecteyrs de téléphones portables seront mis en place pour lutter contre la triche.

    Mardi 18 Juin

    A 18H au Monument aux Morts : Cérémonie à l’occasion de la journée natinale commémorative de l’Appel Historique du Général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi

    Jeudi 20 Juin

    A 9H30 au Conseil Régional : Bernard Gauducheau (UDI) assiste à la séance pléniére qui sera l’occasion, notamment de voter le compte administraif, d’écouter des communication sur la transition énergétique, la conférence régional du sport récemment créé, une aide régionale à la mobilité des franciliens touchés par le dueil en Outre-Mer, une convention particulière Transport-Etat –Région relative à la mise en oeuvre du Grand Paris Express 

    Vendredi 21 Juin

    A 9H au Conseil Général : Guy Janvier (PS) assiste à la séance pléniére au cours de laquelle l’assemblée départementale rendra un hommage à Jean Moulin à qui la Préfecture des Hauts de Seine consacre une exposition, et auditionnera le préfet Pierre André Peyvel sur le rapport des Services de l’Etat. Une rencontre qui ne se déroule pas dans tous les conseils généraux mais qui est devenu une tradition dans les Hauts de Seine

    A 9H30 à Ville d’Avray : Lancement par GPSO de l’agence intercommunale numérique SO Digital (Seine Ouest Digital) qui aura pour principales missions de créer, structurer et animer le réseau des acteurs de l’économie numérique du territoire, de participer au rayonnement de la filière et favoriser les liens avec tous les territoires d’innovations

    A 18H au square Marceau : la scéne du kiosque à musique est ouverte aux musiciens débitants, éléves du conservatoires, petites formations amateurs

    A 19H place de la République : Scénes locales grâce à la participation du conservatoire de musique, d’Art Evolution et du Theâtre Le Vanves

    A 20H au restaurant Les Platanes : Fête de la Musique avec Pierre Meige et sa troupe de vanvéens qui chantent les chansons de notre patrimoine vec au menu des moules frites, des côtes de bœuf

    Samedi 22 Juin

    A 10H30 au Café Le Tout Va Mieux : Café Théo sur le théme : Le Paradis, c’est où ? C’est quand ? » Un temps d’échange ouvert à tous organisé par des chrétiens

    A 15H au parc F. Pic : Spectacle du conservatoire

    A 19H dans le quartier du Platezau : concerts festifs « face à la mer », initiation à la danse Salsa, concert de Son Del Once Salsa

    Dimanche 23 Juin

    A 14H30 à l’église Saint remy : Visites commentées par Loïc de Lacombe, organiste titulaire de l’orgue de Saint Remy bientôt reconstruit organisées par l’association des orgues de Saint Remy

    A 16H au parc F.Pic : La fanfare  déjantée de la compagnie « A la gueule du ch’val,  cirque musical acrobatique et aérien avec la compagnie Virevolt/Banc Public, Steet jockey « Urbanphonix » inspirés par l’environement sonore urbain par la Compagnie Décor/sonore

    A 18H à Saint François : Messe d’action de grâce pour la mission de Clémence et Frédéric Néouze comme foyer d’accueil à Saint Franços pendant 4 ans qui sera suivi d’un apéritif dinatoire

    A 20H place de la République : Cloture du festival Turbulence avec « Hervé Pouliquen » et « le Quartet à Claques »

  • ISABELLE DEBRE SENATEUR DE VANVES NOUS PARLE DE MICHEL DEBRE A L’OCCASION DU CENTENAIRE DE SA NAISSANCE

    Isabelle Debré participera le Dimanche 15 Janvier 2012 à la célébration du centenaire de la naissance de Michel Debré pére de la constitution de 1958 et premier 1er ministre de la Véme République et du Général de Gaulle, en présence de toute la famille Debré au grand complet avec le Président de la République Nicolas Sarkozy.  Le Blog de Vanves Au Quotidien a rencontré Isabelle Debré sénateur des Hauts de Seine et 1ére maire adjointe de Vanves pour nous parler de Michel Debré qu’elle a cotoyé de très prés et dont les médias devraient beaucoup parler ces prochains jours. A un moment, où les gaullistes viennent de perdre de l’un des leurs, Pierre Lefranc, à 90 ans, « le résistant gaulliste, intraitable qui défendait la vraie croix de Lorraine contre ceux qui en prenait à leur aise avec l’héritage, de Georges Pompidou à Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy »

     

    Vanves Au Quotidien - Quels souvenirs gardez-vous du Michel Debré, l’homme privé, que vous avez souvent reçu à Vanves, au sein de sa famille ?

    Isabelle Debré : « Mon beau-père était un homme chaleureux, discret mais très attentif, sensible et attentionné.

     

    VAQ - Etait-il si différent de l’homme public ?

    I.D. : « Sur le fond non, dans la forme oui. Lorsque vous êtes un homme ou une femme publique vous êtes obligé de vous protéger et peut être de vous créer une sorte de carapace.

    Il paraissait donc plus dur, plus intransigeant, naturellement, qu’il ne l’était en famille, même si l’éducation qu’il a donnée à ses enfants a toujours été guidée par l’obsession du service de la France, du dévouement aux autres avec un sens aigu de l’éthique et du respect.

     

    VAQ - Comment vous a-t-il marqué dans le privé ?

    I.D. : « J’ai en effet eu la chance de partager de longs moments avec mes beaux-parents, en particulier les mois d’août en Bretagne, et j’avais pour eux une très profonde affection. Sur le plan professionnel, lorsque Didier Morin m’a demandé de m’engager dans la vie politique, les deux premières personnes que j’ai informées sont mon mari et mon beau-père. Tous deux m’ont encouragée et je n’aurais jamais accepté sans leurs consentements respectifs. Sur le plan personnel les longues discussions que j’ai pu avoir avec ma belle-mère et mon beau-père sur la vie, la religion, la guerre, la France sont, j’en suis consciente, une chance et une richesse extraordinaire. C’est l’exemple de  mon beau-père, ajouté à l’éducation reçue dans mon enfance, qui m’a profondément inculqué l’intransigeance quand il s’agit de la France, et l’absence de compromis lorsqu’il s’agit de l’honnêteté.

      

    VAQ - Que pouvez-vous dire de l’homme public aux jeunes générations (de gaullistes et non gaullistes) qui ne l’ont pas connu ?

    I.D. : « Que Michel Debré était un très grand serviteur de l’Etat, faisant toujours passer l’intérêt de la France et des Français avant son propre intérêt. Un homme de conviction, fidèle, intransigeant quand il s’agissait de l’essentiel. Il voulait servir et non se servir !

     

    VAQ - Qu’est-ce qu’il faut retenir de cet homme entre Michou la Colère et le Père de la Constitution de la Véme ?

    I.D. : « Comme je vous l’ai dit, il pouvait être très offensif quand il s’agissait de l’essentiel.  Lorsque le Général de Gaulle lui demande de rédiger la constitution de la 5ème république il se met au travail. Norme juridique suprême du pays, c'est l'une des Constitutions les plus stables qu'ait connues la France. Elle est toujours celle qui régit l’organisation des pouvoirs publics aujourd’hui. Alors que ses détracteurs prétendaient qu’elle avait été construite pour le seul Général de Gaulle, elle a fait, au fil des années preuve de ses qualités et de ses capacités à régir de façon efficace la vie politique française, même en période de cohabitation.

     

    VAQ - Que vous inspire cette coïncidence de la célébration du centenaire de la naissance de Michel Debré et de la disparition du gardien de la flamme gaulliste en la personne de Pierre Lefranc, fondateur de la Fondation Charles de Gaulle ?

    I.D. : « Deux grands résistants, serviteurs de la France, vont se retrouver dans l’Histoire. Ils ont longtemps combattu ensemble, associés dans la fidélité aux idées et à la personne du Général de Gaulle. Je voudrai souligner que Pierre Lefranc avait 18 ans lorsqu’il organisait, sur les Champs Elysées, la manifestation des étudiants le 11 novembre 1940. Michel Debré approchait de la trentaine lorsqu’il s’engageait dans la résistance. Quel exemple pour les jeunes d’aujourd’hui que le courage intellectuel et physique dont ont fait preuve ces deux hommes, restés constamment fidèles au choix de leur jeunesse. Je voudrais associer à l’hommage qui leur est rendu, leurs familles, qui ont su traverser avec eux ces épreuves avec courage et dignité.

     

    VAQ - Que va-t-il se passer Dimanche prochain à Amboise ?

    I.D. : « Le président de la République souhaite venir déposer une gerbe sur la tombe de mes beaux-parents et prononcer un discours afin de rendre hommage à Michel Debré, le résistant, l’homme politique, le citoyen amoureux de son pays.