Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

europe

  • HUBERT VEDRINE A VANVES POUR PARLER DE L’EUROPE CHRETIENNEPE CHRETIENNE

    L’église Saint Remy était bien remplie pour écouter l’ex-ministre des affaires étrangères, Hubert Védrines parler d’Europe (Chrétienne), jeudi dernier, au lendemain des élections européennes.

    Comme il l’a reconnu, après avoir été accueilli par le pére curé Bertrand Auville, à l’initiative de cet échange et salué le maire de vanves, la députée de la 10e circonscriptuion (Vanves/Issy), mais aussi l’Evêque des Hauts de Seine, cette invitation qu’il a acceptée, le changeait de ses interventions devant des aéropages de spécialistes des relations internationales, de la Défense etc…. «Cette élection au parlement européen, n’est qu’une élection, pas un réferendum sur l’Europe. Il ne faut pas en tirer des leçons exagérées. L’abstention a été moindre. Le populisme est loin d’avoir obtenu la minorité de blocage. La droite et la gauche européenne ne contrôlent plus rien, et devront passer des accords avec le centre. Enfin, la poussée des écologistes a surtout été forte dans les pays de l’Europe de l’Ouest, pas dans ceux du Sud et de l’Est » expliquait il en élevant le débat et ces échanges avec ce journaliste de LCI qui ont passionné les vanvéens présents. Dommage qu’à cause de la sono, certains de ses propos étaient inaudibles.

  • VANVES PAR LE PETIT BOT DE LA LORGNETTE

    HEMORRAGIE AU PS DE VANVES ?

    Les explications (de vote) risquent d’être sévére mardi prochain lors de la réunion mensuelle de la section de parti socialiste vanvéen, après les résultats du second tour de la primaire de la belle alliance : Les vanvéens ont voté majoritairement pour le frondeur  Benoit Hamon alors que ses dirigeants sont plutôt valsiens ou hollandais. D’ailleurs certains élus, dirigeants et militants de la srction PS  ont franchi le rubicon, et ne s’en cachent pas, comme Jean Cyril Legoff, Antonio Dos Santos,  en étant présent à la première réunion de l’année du comité local En marche au café-restaurant Le Gaulois mardi soir pour parler d’Europe. D’ailleurs Gabriel Attal et Jean Cyril Le Goff avaient rencontré longuement Emmanuel Macron avant les fêtes pour parler de Vanves et de la 10éme circonscription des Hauts de Seine

    EN MARCHE A VANVES SE DEPLOIE

    Le comité local d’En Marche devrait organiser vendredi soir à partir de 18H son premier tractage au métro à la veille du grand rassemblement  prévu à Lyon le 4 Février. Il se tenait sa première réunion mardi soir au caré-restaurant Le Gaulois pour échanger sur le théme de l’Europe à partir d’une fiche qui présente les enjeux et les défis d’un côté, avec des propositions et quelques questions de l’autre auquel il faut répondre ? Une quinzaine de personnes ont échangé sous la direction de Julien Segura,  pendant une heure et demie avant de se prononcer pour l’une des 5 propositions, la majorité se prononçant pour l’organisation de conventions démocratiques dans toute l’Europe pour refonder le projet Européen, et en étant favorable à la création d’une police européenne commune pour lutter contre le terrorisme et la grande criminalité. A la prochaine réunoin, les « macronistes » devraient être deux fois plus nombreux

    DEFAITE DE VANVES FACE A SURESNES

    En ligue régionale, Vanves a été battu par Suresnes dimanche dernier : « Le Match a été disputé sur un terrain en herbe ce qui change les automatismes pour l'équipe visiteuse. Début de rencontre équilibrée, le ballon circule d'un camp à l'autre. La mi-temps est sifflée sur un score de parité. Début de deuxième période Suresnes prend l'avantage sur coup de pied arrêté.Malgré les efforts de nos attaquants nous ne parvenons pas a égaliser.Nous avons grillé un joker dans la course au maintien » indique Jean Claude Vignal, président de la section Football du Stade de Vanves.Dimanche prochain match à Gennevilliers.

  • CAVADA DE NOUVEAU A VANVES POUR PARLER D’UNE EUROPE BOULEVERSEE ET EN CRISE

    A Vanves, pour la fête de l’Europe célébrée une semaine après la date officielle, la ville de Vanves avec le Mouvement Européen avait invité Lundi soir  Jean Marie Cavada, son président et député européen, à l’hôtel de Ville. Un personnage incontournable dans notre ville dés qu’il s’agit d’Europe, car ce n’est pas la première fois qu’il vient dans notre ville à l’invitation de Bernard Gauducheau, pour lequel « il est une institution à lui tout seul : On peut reprocher aux députés  européens de ne pas être sur le terrain. Ce n’est pas le casavec lui. Il a de surcroît des qualités de pédagogues » souvenir de son passé audiovisuel.

    Et les vanvéens présents ont pu s’en apercevoir en le questionnant après un exposé liminaire où il a beaucoup été question de crises qui n’ont pas réussi à mettre à bas l’Europe  (crise économique internationale,  crise de l’euro – « proposer de sortir de l’euro, c’est vouloir du mal à son pays » - crise grecque, crise des réfugiés : « L’Europe devait elle fermer ses frontières ? Non ! L’Europe a une responsabilité morale vis-à-vis de ses  réfugiés persécutés. Les démagogues de tout poil se sont déchaînés sur cette affaire qui nous déshonorent. Nous avions un devoir de les accueillir » a-t-il expliqué en considérant que « c’est la crise la plus grave que l’ion a eu à vivre depuis la création de l’Europe ». A ses yeux, personne ne peut croire que l’on vit mieux en fermant ses frontières : « c’est un crime de l’esprit. Elle touche à note identité. Elle montre que nous n’avons pas su créer les outils pour pacifier ceux qui sont turbulents autour de nous » a-t-il expliqué en étant reconnaissant à Jacques Chirac d’avoir refuser que la  France s’engage en Irak lorsqu’on voit les événements actuels avec Daesch. « On en paie aujourd’hui la facture. L’Europe n’est plus qu’une envie que les anti-européens tolérent ».

    Pour Jean Marie Cavanda, « l’Europe ne va pas bien ! Ce n’est pas une raison de ne pas l’aider ! C’est ce qui manque à nos leaders politiques. Le moment est venu de changer l’Europe, surtout lorsqu’on voit le Brexit, et de faire un pas vers une intégration plus forte pour les pays qui le veulent (en matière de défense, de sécurité extérieure, de conduite convergente de l’économie avec une fiscalité commune, une transition énergétique commune…). Pour les autres, ils resteront en l’état. Mais qu’on laisse faire ceux  le veulent. Puisque l’Europe est bouleversée, le moment est venu de la reconstruire. Mais où sont les leaders pour le faire ? »  s’est il interrogé en pensant aux pères de l’Europe (Monnet, Schumann), de l’(euro (VGE)…..